Rien à foutre de Nadal, parlez-moi de KIM JONG-IL.

Après avoir remporté l’Open d’Australie – où il a pulvérisé le record de vitesse au service (550 km/h !) – Kim Jong-Il se dirige sereinement vers son 15ème Grand Chelem. Ses exploits ne sont toutefois pas homologués par la fédération internationale de tennis, cet organe capitalo-sportif, car Kim Jong-Il, fidèle combattant de la lutte des classes, refuse tout classement.

*La NASA se demande si Kim Jong-Il n’utilise pas son service pour la mise en orbite des satellites nordcoréens.

*Kim Jong-Il étant toujours en survet, il n’a pas besoin de se changer pour aller jouer. De plus, sa sueur est un parfum enivrant qui rend les hommes virils et anticipe l’ovulation des femmes.

*Kim Jong-Il affirme avoir tout appris d’Adam Malysz. Mr Malysz étant champion de saut à ski, on pourrait légitimement se demander en quoi il aurait appris quoique ce soit sur le tennis à Kim Jong-Il, mais aucun journaliste n’a daigné soulever la question (les journalistes sportifs ne sont pas réputés pour leurs prises de risques).