En bref

Terminé aujourd’hui une partie complètement dingue de Civilization4 en mode Prince où on a réussi à faire péter la planète à force d’y balancer des bombes. Du coup c’est défaite collective. C’est arrivé pile deux tours avant que mon vaisseau spatial ne termine sa mission et ne m’apporte la victoire. Parmi les faits marquants de cette partie (je passe sur les débuts, le Moyen-Age, la croisade contre l’Inca et tout le bazar) :

Le poumon de la planète est devenu celui de mon économie.

* À la Renaissance, découverte du Nouveau Monde, l’Amérique du Sud est vierge de toute occupation, je lance une campagne de colonisation accélérée et fonde 6 villes en pleine jungle pour choper les ressources telles que gisements d’or et de pierres précieuses. Je me retrouve vite avec une horde de travailleurs qui défrichent entièremement la forêt amazonienne pour remplacer cette jungle d’une propreté douteuse par de beaux bureaux rectilignes et aseptisés qui vont me rapporter un max de blé. Les nombreux fleuves qui bordent ces tours servent aussi bien à booster ma production (avec des levées) que de voies de communication. J’imagine les cadres en costard prendre le bateau pour rentrer du boulot et s’amuser le week-end à chasser le jaguar dans le territoire encore vert et touffu qui s’étend pas très loin de chez moi.

* Milieu du 19ème siècle, Hammourabi construit l’ONU et s’y fait élire sur une confortable avance du fait de son énorme popularité. De peur qu’il ne s’arroge une victoire diplomatique en obtenant un deuxième mandat, je commence à travailler les vassaux de la Chine, puissance majeure mais amie du Babylonien, pour qu’ils se mettent sur la gueule avec les vassaux de ce dernier. À force d’embargos, de pots-de-vin et de promesses, arrive enfin au début du 20ème siècle une sérieuse altercation entre deux vassaux mineurs. Le jeu des alliances aidant, c’est l’engrenage et une bonne grosse guerre mondiale éclate entre les puissances majeures du moment. Je reste neutre et je fais mine d’être outré par les atrocités commises par les belligérants. Il faut dire qu’ils s’en donnent à coeur joie, la Chine comme Babylone étant toutes deux des puissances nucléaires bien fournies. Sous la pression de l’opinion internationale médusée, Hammourabi rend son titre de secrétaire général de l’ONU au profit de l’Allemand. Mission accomplie.

* Fin du 20ème siècle tout le monde tire la bourre pour construire le vaisseau spatial. C’est serré de tous les côtés et les espions de tous bords font un malheur chez moi en sabotant les parties les plus coûteuses du projet. Je perds un module de stase, quelques pièces de fuselage et plusieurs moteurs de cette façon. Du coup je modifie mon budget : je dédie 60% de mon économie à l’espionnage et au contre-espionnage, 20 % seulement à la recherche et le reste au trésor. Chaque tour je capture entre 3 et 5 espions tentant d’infiltrer mes villes. Je détruis aussi plusieurs modules spatiaux Sumérien et Arabes, les plus avancés dans ce domaine, avec mes propres agents, ce qui me permet de rattraper mon retard puis de lancer en premier mon vaisseau. Je suis en bonne voie pour la victoire…

* Mais c’est pas gagné pour autant. Je remarque que l’Egyptien, qui se tenait tranquille depuis tout ce temps-là malgré un score respectable, est à deux doigts d’une victoire culturelle. Mon vaisseau arrive dans 10 tours mais si trois de ses villes atteignent un niveau culturel légendaire avant, cela lui apportera la victoire. Une de ses villes a d’ores et déjà atteint ce niveau, la seconde l’aura dans 4 ou 5 tours et la troisième dans quoi ? 10 ? 12 tours ? Je décide de ne pas prendre de risque et déclare la guerre à L’Egypte qui se prend aussitôt quatre ogives nucléaires sur les deux villes concernées. Le Sumérien se met de la partie et déclare la guerre à l’Egypte, balançant lui aussi quelques missiles bien sentis. Je teste les armes bactériologiques sans grand résultat et lance mes armées à l’assaut des villes frontalières égyptiennes lorsque mes scientifiques me mettent en garde sur le fait que la planète fait sacrément la gueule à cause des chapelets de bombes qu’on lui balance depuis une petite centaine d’années. « Rien à foutre, je leur réponds, le vaisseau est déjà parti, dans 4 tours c’est la victoire les mecs, alors serrez les fesses et faites-moi chauffer ces putains d’ogives ». Encore deux coups au but sur les villes les plus rayonnantes d’Egypte (qui rayonnent d’une toute autre manière maintenant) et d’un coup… plus rien… écran noir… « Les bombardements multiples ont causé des dommages irréversibles à la planète bla bla bla, tout le monde a perdu bla bla bla Game Over ». Putain. Deux tours avant la victoire ! Bordel.
Qu’est ce que c’est que cette partie où on peut même pas saccager la planète en bonne et due forme ? On n’a même pas balancé 50 ICBM à nous tous ensemble. N’importe quoi. Bordel.

Je pense que c’est une fonction du mod Next War. Plutôt que de nous permettre de ravager la planète, de perdre toutes les ressources, de voir les terres se transformer en désert et les océans dévaster les côtes pendant que les populations crèvent par centaines de millions et que des robots géants arpentent les champs de batailles, bref plutôt que de nous offrir une lente agonie de l’humanité, ils ont préféré la jouer grand Boum, fin du monde, Apocalypse brutale… à moins de faire attention à pas balancer trop de bombes. Quelle bande de fiottes. Du coup il vaut mieux rester sur le jeu de base (CIV4 BTS sans aucun Mod, quoi) où au moins on peut se permettre de transformer la planète en enfer à coup d’urbanisme atomique de grande échelle sans qu’une fin du monde manichéene ne vienne mettre un terme trop abrupt à notre enthousiasme nucléaire.

Par contre le mode Prince ça rigole pas. On sent carrément la pression, notamment au niveau de l’espionnage et des échanges diplomatiques ou commerciaux.

Publicités