Porcelaine de briques (oui je sais c’est un jeu de mot pourri mais que voulez-vous on ne peut pas toujours trouver des titres qui déchirent)

Vous vous souvenez peut-être de ce post du 2 janvier 2008 (mais si enfin souvenez-vous) sur l’artiste Chinois Lei Xue ayant réalisé une série de canettes en porcelaine. C’était plutôt saisissant, n’est-ce pas ?

Voilà un autre artiste, Charles Kraft, Slovène, qui travaille lui aussi la porcelaine pour réaliser des objets de tous les jours afin de leur donner un nouveau sens. Ses principaux modèles, cependant, sont les armes de guerre (mais certains les utilisent tous les jours).

Faites sensation à Noël en offrant à mamie ce superbe ensemble en porcelaine.

C’est bien joli tout cela mais je préfère quand même les canettes de Lei Xue, en raison du sens que son œuvre transmet : Drinking Tea relève de l’anachronisme, la porcelaine ayant naguère été un matériau de choix (entendez : noble et privilégié) pour la fabrication de tasses, bols, théières et autres récipients, tandis que la canette est le récipient moderne (entendez : jetable et multiple) par excellence. La réunion des deux interpelle.

En comparaison, les armes de Kraft sont une simple transposition de matériau, on n’y trouve pas cet élément temporel ni aucune autre portée universelle. Bref l’ampleur n’est pas la même. C’est du moins mon avis. Que cela ne vous empêche pas d’aller lire ce court article sur le bonhomme.