Archive for juin, 2009


Une soupe pour les hommes

Il pleut il pleut bergèèèèère

Parfois les idées les plus simples sont… comment dire… peut être pas les meilleures mais en tout cas les plus marrantes à découvrir des décennies plus tard. J’en veux pour preuve ce plan d’attaque de l’armée britannique mis au point pendant la seconde guerre mondiale: faire pleuvoir des aiguilles de machines à coudre empoisonnées sur l’ennemi, rien que ça. Dans la pratique, il s’agissait de lâcher des bombes contenant 30 000 aiguilles chacune à haute altitude, de cette manière une aiguille pénètre le corps humain jusqu’à être arrêtée par un os. L’armée britannique envisageait vers la fin de la guerre toutes les possibilités pour écourter le conflit, malheureusement les aiguilles de machine à coudre représentaient un coût trop important pour effectivement être utilisées comme arme biologique.


De toute manière l’armée allemande se munissait de dés à coudre

Vous trouverez l’article complet ainsi que d’autres photos plus joyeuses les unes que les autres ici: http://www.dailymail.co.uk/news/article-1195603/War-poison-dart-How-Britain-planned-rain-death-Nazis.html?printingPage=true

Merveilleux

Comme c’est bôôôÔÔÔÔ


Cliquez sur l’image pour profiter d’un affichage bien plus impressionnant.

La minute sport

Lard de la guerre

Poster juste un titre pour caser un jeu de mot débile, c’est se foutre de ta poire, cher lecteur assoiffé de laine de briques. Alors voici, pour ton plus grand plaisir et celui de ta famille, une petite incartade humoristique avec (dans le désordre) un prêtre en chaise roulante et un petit cochon.


« Au nom du P…
– Groïnk
– … et du Fils…
– Groïnk
– …u Saint Esprit, Amen.
– Am…
– Groïnk

 » Là, juste là.
– Ici Rayonnant Utérus Porteur d’Univers?
– Mais non, là!
– Heu… Là, Joie du Monde?
– M’enfin Tin, là, juste là, au troisième étage!
– L’appartement aux rideaux jaune Excellence Tectonique qui Fait Trembler l’Amérique?
– Tin, vous êtes une véritable taupe, c’est à se taper le pancréas sur une poutre! Passez moi les jumelles je vous prie.
– Les voici, Splendeur Atavique.
– Merci, merci… Tin? Des rideaux jaunes vous disiez… Vous matiez ce truculent routier qui se dandine en caleçon?
– C’est que…
– Je vous interpelle au sujet d’une petite donzelle roulée comme un loukoum tout droit sorti d’un souk d’Istanbul, et vous, misérable pédérastre sans scrupule, vous bloquez le regard sur cette masse suintante qui a des bras comme vos cuisses.
– Pas du tout Inarrêtable Turboréacteur du Progrès, je suis… Enfin je ne suis pas celui que… Seigneur Vous! Je rougis comme une fraise Nord Coréenne…
– Oubliez les fraises Tin, je vais ordonner que l’on vous cuise le sexe avec des pruneaux vous m’en direz des nouvelles. Et d’ailleurs vous le boufferez dans votre arrogante chapka qui vous donne l’air d’un âne. Vous aimez les poils, Tin, et vous en aurez.
– L’émotion et la joie m’étouffe, Violent Orgasme qui Secoue les Genoux.
– Voyons, voyons… Gardez un peu d’air, et regardez donc au septième étage, sur la gauche, voir si ça ne vous secoue pas un peu plus que les genoux.

#Kulturzik#

Le 23 juin est sorti le nouvel album de Mars Volta, intitulé Octahedron. Il s’agit d’un album acoustique, bien qu’on puisse entendre de nombreuses plages électriques tout au long du disque. Cedric Bixler-Zavala s’en explique : « C’est notre version. C’est ce que notre groupe a toujours fait : célébrer les mutations ! C’est notre vision personnelle d’un album acoustique. »

L’album comprend huit titres pour une durée totale de cinquante minutes.

Fidèle à son style, le groupe a choisi une œuvre surréaliste évoquant Dali pour illustrer l’album.

1. Since We’ve Been Wrong
2. Teflon
3. Halo of Nembutals
4. With Twilight as My Guide
5. Cotopaxi
6. Desperate Graves
7. Copernicus
8. Luciforms

Les paroles gardent la qualité hermétique déjà présente dans les précédents opus, même si elles sont largement moins obscures qu’auparavant et révèlent, selon les critiques, plus de « tendresse ».

Il est bien entendu possible d’écouter l’album en ligne dans son entier, grâce à la magie d’internet et via cette page youtube.

Je ne l’ai personnellement pas encore écouté (je suis en train, en fait) mais bon, s’agissant de Mars Volta, j’aurais tendance à acheter les yeux fermés. Je reste toujours bloqué sur l’excellence d’Amputechture qui est pour moi le meilleur album rock de ces dix dernières années. Qu’on se le dise !

EDIT : Voilà j’ai écouté l’album et il est bien. Très bien, même. Évidemment et comme toujours avec un Mars Volta il faudra plusieurs écoutes pour tirer toute la substance de la chose, mais la première impression est bonne. Le côté acoustique se ressent surtout par un côté plus calme, plus traînant que d’habitude, même s’il reste plein de bons passages bien speed.

Space is the place

« Apollo 11 astronaut (and MIT Astronautics Sc.D.) Buzz Aldrin suggests a bolder plan for NASA (while still remaining within its budget), which he will present to the White House’s Augustine Commission; he sees NASA heading down the wrong path with a ‘rehash of what we did 40 years ago’ which could derail future exploration and settlement. For the short-term, Aldrin suggests canceling NASA’s troubled and increasingly costly Ares I, instead launching manned capsules on commercial Delta IV, Atlas V, and/or SpaceX Falcon 9 rockets. In the medium-term, NASA should return to the moon with an international consortium, with the ultimate goal of commercial lunar exploitation in mind. Aldrin’s long term plan includes a 2018 comet flyby, a 2019 manned trip to a near-earth asteroid, a 2025 trip to the Martian moon Phobos, and one-way trips to colonize Mars. »

Yep, des voyages sans retour pour coloniser Mars. Ça me botte.

Un grand pas en avant pour la vie en société

Les Japonais, peuple dont le raffinement n’est plus à présenter, viennent de faire une étude scientifique très poussée dont le thème était « Comment s’échapper de son pet ». La synthèse de cette étude vient d’être résumée dans une vidéo afin d’en faciliter la compréhension au plus grand nombre.

– C’est votre tour, Kusumi.
– Hmm, oui, alors euh… comment vais-je jouer cela ?
– Vous pourriez tirer la 5 et dégommer le parlement. Avec un peu de chance vous cognez la 12 qui explose la gare au passage.
– C’est… c’est une grande idée, Génial Scrutateur des Égarements de l’Indicible, mais je crois que je vais plutôt tirer en douceur le long de cette voie urbaine et peut-être m’autoriserai-je à bousculer un peu cette gare d’autobus en passant.
– Mais quelle pucelle vous faites, Kusumi ! Prenez exemple sur mon dernier coup où j’ai littéralement pulvérisé la mairie en plus de faire s’écrouler trois ou quatre gratte-ciel qui se trouvaient bêtement sur le chemin.
– Vous avez effectivement fait preuve d’un doigté exceptionnel, Agile Contemplateur de l’Horizon Ensoleillé, mais comprenez que je répugne à saccager ne serait-ce qu’un parterre fleuri de la cité qui m’a vu naître et dont je suis aujourd’hui le digne représentant.
– Bon, écoutez-moi bien, Kusumi. Arrêtez un peu de pleurnicher. J’en ai rien à foutre que votre belle-famille habite en vrai dans cet immeuble que ma boule a anéanti tout à l’heure ou bien que l’école de votre fille ne soit plus qu’un amas de décombres comiquement colorés. Alors soit vous ruinez le palais impérial avec la noire, soit vous me vaporisez ce stade à l’architecture grotesque qui heurte mon sens inné de l’esthétique depuis que je l’ai sous les yeux.
– Eh bien je pense… C’est vrai qu’après tout le dessin de cet ensemble sportif n’est pas des plus harmonieux. De plus le site choisi pour sa construction est abominablement inopportun. Il dépare même vilainement aux côtés du temple le plus sacré et le plus ancien de la ville.
– Tout à fait, et je me réserve le temple pour mon prochain coup, alors soyez gentil faites-moi un peu de place.
– Êtes-vous formel, ô Grand Manteau d’Hiver sur nos Épaules Frileuses, lorsque vous m’assurez que votre projet de renouveau urbain pour la capitale nippone est éminemment sérieux ?
– Bien sûr que oui Kusumi, enfin, voyons ! Comme je vous l’ai dit au début de la partie : l’avenir de Tokyo se trouve sur cette table. Maintenant faites-moi plaisir et bousillez-moi ce stade.