Kimberley Vlaeminck est femme de ménage à Courtrai, en Belgique. La jeune femme est allée se faire tatouer dimanche, accompagnée de son compagnon, de son père, sa soeur et de son frère. Détail important : le tatoueur ne parle pas le flamand, la langue de la région dans laquelle il s’est installé. « Je voulais qu’il me dessine trois petits points, mais il a proposé de faire trois étoiles, en disant que c’était bien plus beau », témoigne Kimberley Vlaeminck. « Il a commencé son travail et je me suis endormie. », poursuit-elle. »Je me suis réveillée lorsqu’il a commencé à me tatouer le nez et j’ai vu ce qu’il avait déjà fait. J’ai compté 56 étoiles, c’est effrayant.

Ç’aurait pu être pire ! Des croix gammées par exemple.

Kim veut se faire enlever ses tatouages au laser. Mais cette opération douloureuse va lui coûter cher (plusieurs milliers d’euros). Elle va aussi porter plainte contre le tatoueur. Lui nie en bloc la version de la jeune fille. Il assure qu’elle était éveillée et qu’elle n’a été ni droguée, ni hypnotisée. « Kimberley m’a accordé sa permission. Les problèmes ont commencé quand son père et son petit ami ont vu les tatouages », a-t-il déclaré au journal flamand Het Laatste Nieuws.

Difficile de savoir qui dit la vérité. S’endormir durant une séance de tatouage ça paraît pas très crédible. De plus un tatoueur n’a aucun intérêt à tatouer 56 étoiles au lieu de 3.

Cela dit, quand on voit la gueule du tatoueur en question, on commence à douter.