Archive for 19/06/2009


Tenir un sex shop au 19ème siècle c’est pas des plus reposant

– Bonjour monsieur, je vous ramène cette poupée gonflable que j’ai acheté ici hier. J’en suis à vrai dire fort mécontent.
– Oui ? Pour quelle raison ?
– Deux choses. D’abord votre poupée gonflable n’a rien de gonflable. Elle est en bois. C’est très désagréable et irritant, vous savez.
– Je comprends bien, monsieur, mais d’ici à ce qu’on ait inventé le latex il faudra faire avec.
– Bon, mais ce n’est pas le plus gênant. En effet, je n’ai pu m’empêcher de très vite remarquer que la poupée que vous m’avez vendu est enceinte.
– En… enceinte ? Vous êtes sûr ?
– Voyez vous-même.
– Ma foi, c’est pourtant vrai. Georges !
– Quoi ?
– Radine ta rondelle par ici, mon salaud.
– Qu’est-ce qu’il se passe ?
– Combien de fois je t’ai demandé de ne pas utiliser les articles du magasin pour ton propre agrément ? Et notre réputation ? Tu y as pensé à notre réputation ? Tu fais pas le moindre effort. Tu pourrais au moins prendre tes précautions pour pas les foutre en cloque. C’est un monde, ça.

Bien que les poupées comme celle que vous voyez sur ces photos aient été principalement utilisées pour apprendre aux Japonaises du 18 et 19ème siècles comment accoucher, les experts suggèrent, preuves à l’appui, qu’elles furent également utilisées à des fins récréatives.

Un modèle identique à celui-ci fût présenté à Tokyo en 1864 dans un spectacle populaire destiné à instruire la population sur le fonctionnement du corps humain.

En 1877, au cours de la première exposition industrielle japonaise, un médecin du district de Yamagata présenta une série de foetus sculptés à sept stades de développement, de l’embryon à la naissance.

Fitness pour tous

– Un et deux * et un et deux * et un et deux * et un…
– Des fois je me dis que ces cours d’aérobic c’est vraiment du fric foutu en l’air.
– Tu déconnes, Bertrand ? J’ai perdu tellement de poids qu’on me voie au travers.
– Ouais mais moi à la base je voulais prendre du muscle. Regarde ça, j’ai les tentacules plus flasques qu’un pénis de hareng sur le pont d’un chalutier. Je me sens vidé.
– … et deux * et un et deux * et un et deux…
– Rââah mais fais pas la gueule, faut bien que tu perdes ta graisse avant de choper du muscle.
– Ouais ben j’en ai ma claque. J’ai chaud et je sue, et puis je me sens con à me trémousser comme ça. C’est décidé, je me casse.
– Fais pas ça, Bertrand. Je t’assure, t’as la super forme. Tu te transformes de jour en jour. Tiens, tu sais à qui tu me fais penser ? À Batman. Sans déconner. Tu serais noir qu’on y verrait que du feu. Si si.
– Tu me prends pour un con, là.
– Nan nan, je te jure.
-… et un et deux * et un… Dites donc les deux forains là, vous suivez le rythme ou bien vous faites yoga ?
– Ta gueule la méduse, je suis Batman et je t’emmerde toi et tes exercices à la con.
– Euh, attends Bertrand, tu t’emballes un peu, là. La méduse elle fait deux fois ta taille et…
– Batmaaaaaaaaaaaaaaaan !
*Blang* *Paf* *Krunch* *Zaaaaam*
– Et on reprend : un et deux* et un et deux * et un et deux * et un…