#Réflexion flash#

« Le nombre PI est composé d’un nombre infini de décimales qu’on ne peut découvrir que par approximations successives, parce qu’on n’a jamais trouvé aucune logique, aucune équation permettant de déduire cette suite. Autrement dit, PI contient un nombre infini de décimales aléatoires, c’est pourquoi PI est peut-être un nombre-univers (conjecture).

C’est à dire, pour commencer petit, qu’il est certain qu’on trouvera parmi ses décimales, quelque part, une séquence de chiffres qui correspond à votre date de naissance, votre compte en banque, les numéros de téléphones de tous vos amis à la suite l’un de l’autre dans l’ordre alphabétique s’il le faut … les fables de la Fontaine codées en ASCII … en fait théoriquement, tout l’univers en supposant qu’il soit digitalisable.

Si on découvre une équation permettant de découvrir PI, ce serait donc qu’on peut mettre l’univers entier en équation. Mais que se passe-t-il si l’entièreté de l’univers peut-être défini par seulement une partie de celui-ci ? C’est aussi pour cela que le chercheur se retrouve complètement obsédé par les spirales.

En fait, mettre l’univers en équation est le principe de la kabbale. L’idée est donc de laisser tomber les mathématiques et de rechercher la solution dans la religion, dans la kabbale juive. Et en effet, c’est précisément un point où se rejoindraient mathématiques et religion. »

Publicités