Coup de pinceau (dans ta gueule)

Tombé par hasard sur le blog du Californien Lawrence Yang, peintre et architecte de l’information. Je suis charmé par ses toiles à la subtile légéreté, son trait humble et intime, sombre comme il faut. Ce n’est pas tant les sujets présentés qui m’ont séduit que la touche de l’artiste, les nuances, le grain, le choix des tonalités.
Et puis j’aime beaucoup le choix de présentation. Donner pour cadre à la toile le plan de travail sur lequel elle a été créée permet d’en apprécier le développement, les débordements, la technique. Chaque œuvre s’insère très naturellement dans un cadre créé par elle.




Allez donc visiter son site car ce post lapidaire ne rend pas à son travail l’honneur qui lui est dû.