Le coin des stratèges

Les troupes avancent avec détermination et le moral est au plus haut. Partout où l’armée avance, la nature recule. C’est beau comme un slogan anarcho-écologiste. En plus, on n’a jamais si bien mangé à la cantine.

Les plus conservateurs diront que tout cela ne vaut pas un bon pudding.

Côté intérieur, des dégâts ont été signalés dans les réseaux de canalisations des grandes villes, ainsi que des affaissements de chaussée causés par des taupes sabotant le sous-sol par leurs galeries. De nombreuses personnes se sont en outre plaint d’une invasion de cafards, fourmis et autres insectes nuisibles. Ceux-ci s’introduisent en masse chez l’habitant et envahissent placards, tuyauteries et literie.
À noter qu’un immeuble s’est effondré dans la périphérie bruxelloise suite à l’action terroriste de termites. Toutes ces nuisances bénignes ne doivent toutefois être considérées que comme de dérisoires obstacles impropres à empêcher l’implacable avancée de notre croisade contre l’environnement.

À l’Est, une division d’infanterie au complet continue de surveiller les mouvements de la forêt de la région Limbourgeoise, des fois que les arbres nous préparent un sale coup. Aucun mouvement n’a été rapporté par nos troupes qui restent vigilantes.

Enfin à l’étranger, les nations-unies ont plébiscité la Belgique, félicitée pour avoir saisi à bras-le-corps le problème de l’environnement, qui nous concerne tous. Seuls les Suisses ont fait état d’un certain scepticisme, ce qui n’étonnera personne, la fourberie helvète étant légendaire.