Archive for septembre, 2009


Lohengrin, le chevalier au cygne

Vivement qu’on invente le pédalo !

Publicités

L’immobilier est une valeur sûre

Le 27 juin 2009 vers 5 heures 30 du matin, un immeuble inhabité en cours de construction rue Lianhuanan dans le quartier Minxing de la ville de Shanghaï a basculé sur un côté. Un ouvrier a été tué.

Fallen Earth.

MMO post-apocalyptique.

C’est pas demain que je socialiserai moi.

Retour de lune

Ceci est le discours que le président Nixon devait lire à la nation Américaine au cas où les astronautes de la mission Appollo 11 Neil Armstrong et Buzz Aldrin se trouvaient bloqués sur la lune sans espoir de retour.

Le discours prévu pour le cas où la lune se révélait être une base spatiale de l’Empire était légèrement différent.

– That’s no moon. It’s a space station.
– It’s too big to be a space station.

Révélation troublante

Quote of the Day

”If you are not living on the edge, you are taking up too much space.”
– @nonymous

Spécial dédicace pour Luc le Jedi

Yuujou c’est la chanson punk des Morning Musume, ou plus précisément du sous-groupe Otome Gumi comprenant la moitié des membres des MM. Yeah.
Je connaissais pas, je viens de tomber dessus en matant un concert. Bon ça casse pas vraiment des briques, évidemment vous attendez pas à un truc genre The Distillers.
C’est du punk bien comme il faut, je veux dire que ça révolutionne pas le genre, mais l’objectif n’est clairement pas là. Le rythme est correct, on entend du oi! oi! oi! à tort et à travers comme en vrai – d’ailleurs il est précisé au début de la vidéo que c’est une version oi! oi!
Par contre au niveau des costumes ils se sont un peu planté de thème. Ah et puis 4:19 c’est un peu long pour un anthème punk.
Enfin bon ne boudons pas notre plaisir, c’est quand même les Morning Musume – une partie, du moins – qui chantent du punk. Que demander de plus ?

La seconde moitié des Morning Musume formait alors le sous-groupe Sakura Gumi. Leur single est très très bien aussi mais le style est complètement différent.

Cela faisait longtemps qu’on n’avait plus de nouvelles de Cthulhu

Des logos qui ont bien la classe

Tous les logos qui suivent sont ceux de municipalités japonaises. Ce sont des représentations stylisées de caractères hiragana ou katakana, les deux alphabets syllabaires japonais.

Municipalité : Komaki. Préfecture : Aichi
The katakana コマキ (komaki) in this logo is designed to represent an airplane engine.

Municipalité : Hadano. Préfecture : Kanagawa
The logo for Hadano consists of the katakana ハタノ (hatano) drawn to resemble wings. ダ (da) is a variant of タ (ta).

Municipalité : Kikai. Préfecture : Kagoshima.
The logo for Kikai consists of a stylized hiragana き (ki).

Municipalité : Nankoku. Préfecture : Konchi.
In Nankoku’s logo, the katakana ナ (na) resembles a pair of wings.

Municipalité : Omura. Préfecture : Nagasaki.
Omura’s picture-puzzle logo features the kanji 大 (ō) surrounded by six (mu) katakana ラ (ra).

Municipalité : Higashi-Matsuyama. Préfecture : Saitama.
This logo design consists of three katakana マ (ma). The symbol as a whole is meant to represent the kanji 東 (higashi), as well as the kanji 山 (yama).

Voilà ils sont quand même super bien foutus. On dirait presque des logos de super corporations du futur dans un univers cyberpunk. Si vous allez faire un tour par là vous pourrez en voir tout plein d’autres en plus.

J’ai acheté ça aujourd’hui

Will Eisner, le dieu du comic américain. 500 pages de bédé qui déchire.

Georges Duby, le dieu de euuuuuuuh l’Histoire de France qui en jette (mais sans images). 1400 pages d’Histoire (sans images donc, j’insiste). Une broutille.

Vais-je avoir le temps de tout lire avant mon départ ? J’ai des doutes. Je voulais aussi choper ça mais j’ai pas trouvé :

Parce que tant qu’à faire qu’à lire, autant lire des trucs qui claquent.

Death Words

Le New York Times a publié une liste des dernières paroles de prisonniers Texans juste avant leur exécution. C’est pas vraiment très rigolo, il faut croire que les Texans n’ont pas le sens de l’humour. Ma préférée : « I have come here today to die, not make speeches. »

Not so famous last words

Une qui n’est pas reportée dans l’article mais qui m’avait bien fait rire à l’époque où je l’avais lue : « Dépêchez-vous un peu, je n’ai pas que ça à faire. » Plus idée d’où ça vient, en tout cas je l’avais lue en français.

Parce qu’on ne sait jamais quand on peut avoir besoin d’un lama


– Fonce Pedro, le maire a besoin d’un lama de toute urgence.
– Sors le gyrophare !
– C’est parti !