On pourra pas dire qu’on n’était pas prévenu

« Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. » Houari Boumédienne, ancien président algérien, dans un discours à la tribune de l’ONU en 1974.

« Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats. » Recep Tayyip Erdogan, premier ministre Turc, en 1997.

« Le monde entier doit devenir musulman. Aujourd’hui, ici à Tombouctou, nous rectifions l’histoire. Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qui attestent qu’Allah nous accordera une grande victoire en Europe: sans épées, sans fusil, sans conquêtes. Les 50 millions de musulmans d’Europe feront de cette dernière un continent musulman. Allah mobilise la Turquie, nation musulmane, et va permettre son entrée dans l’Union européenne. Il y aura 100 millions de musulmans en Europe. L’Europe subit notre prosélytisme, tout comme l’Amérique. Elle a le choix entre devenir musulmane ou déclarer la guerre aux musulmans. » Mouammar Kadhafi, actuel dirigeant libyen, en 2006.

Monsieur Shahid Malik, député britannique travailliste, ancien Secrétaire d’Etat à la Justice et actuel Secrétaire d’Etat aux Communautés et au Gouvernement local. La vidéo date d’octobre 2008.

Note du rédacteur (The Hank’s Nest) :

« Voilà. C’est tout. C’est aussi simple que ça. Des peuples vont mourir, d’autres vont prendre leur place. Le pouvoir changera de mains. Pas de combat. Pas d’héroïsme. Pas de résistance. Seulement la démographie. Les ventres. La base de la base, le b.a.-ba.

Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas. Ou que c’est un fantasme d’extrême-drouââââte lepenistonazi. Vous ne pourrez pas non plus vous plaindre parce que votre liberté part en lambeaux. Parce qu’on ne peut plus boire d’alcool ou bouffer du cochon. Qu’on ne peut plus chanter, peindre ou écrire. Qu’on ne peut plus se promener dans la rue en mini-jupe sans risquer de gros ennuis. Qu’on ne peut plus se promener tout court sans devoir baisser les yeux, pour les moins bien lotis.

L’Europe entière commence tout juste à faire face à un phénomène absolument inédit dans son histoire : l’installation massive sur son sol de populations étrangères désarmées, globalement pacifiques, super-prolifiques et en inadéquation culturelle quasi-totale avec les peuples supposés les accueillir sans rechigner. Ces peuples – les plus anciennement installés sur ce territoire, c’est à dire « les nôtres » – ont vu leurs taux de natalité se stabiliser très logiquement suite à une hausse conséquente du niveau de vie. Les conséquences de ce chassé-croisé sont évidentes : les derniers arrivés vont, en l’espace de quelques décennies seulement, prendre le pas sur les premiers, pourtant installés là depuis des siècles.

Bref, je ne sais pas s’il est arrivé une seule fois dans l’histoire qu’un grand peuple se soit laissé remplacer aussi facilement. Sans se poser la moindre question. En riant. En se félicitant pour sa tolérance.

Nous sommes minables. »


«Nous avons laissé la question de l’islam flotter trop longtemps, car nous sommes tolérants et bien paresseux. Il faut, de temps à autre, courir le risque de se voir coller une étiquette moins flatteuse, car il y a certaines choses pour lesquelles on ne doit pas montrer de tolérance.» Margareth II, reine du Danemark