Archive for octobre, 2009


Drunk ewoks at the NBC’s today show

Publicités

The Story of Anvil

Voilà un film drôle et touchant qui mérite d’être connu. The Story of Anvil est le rockumentaire d’un obscur groupe de métal venu de Toronto, dont les deux membres principaux ont juré, lorsqu’ils avaient 14 ans, qu’ils allaient faire « quelque chose de grand ».
Après un album sorti dans les années 80 et qui a connu un succès relatif… eh bien Robb Reiner et Steve « Lips » Kudlow ont maintenant la cinquantaine et travaillent sur leur 13ème album autoproduit, « leur meilleur à ce jour ».

Ils jouent toujours devant des audiences de quelques dizaines de personnes, quand ils ne sont pas en train de servir des repas dans des cantines ou de faire d’autres petits boulots. Leur musique est plutôt bonne, leurs fans sont peu nombreux mais fidèles, leurs familles les soutiennent. Ce sont de bons gars. Peut-être que le problème vient de là. Ou peut-être que c’est le mauvais management, les labels incompétents, ou alors tout simplement le fait d’être Canadiens. Trop polis.

En tout cas, ce film réalisé par un ancien roadie du groupe réussit à être furieusement drôle sans jamais tomber dans la moquerie. C’est également encourageant et inspirant de constater la persévérance d’Anvil envers et contre tout. Ah et quand ils sont sur scène, il y a ce quelque chose qui empêche de les traiter de ratés. This is the heart of rock’n’roll.
Vous êtes chaudement invités à aller faire un tour sur le site officiel.

Regardons les autres se faire mal pour se détendre

Non-rôlistes vous pouvez passer votre chemin, le post qui suit est un texte paru dans Rigor Mortis, supplément pour le jeu In Nomine Satanis Magna Veritas. Ceci dit il permet de présenter les différentes facettes de ce merveilleux JdR. J’ajoute que le dit supplément est trouvable légalement en téléchargement, avec l’accord des éditions Asmodée, c’est pourquoi je me permets d’en recopier un passage.

 »

« Moi je joue à INS/MV, mais je suis pas un bourrin hein, je joue des Anges… » est sans doute la phrase que l’on entend le plus en convention (presque à égalité vient celle, posée par le staff de Siroz, de « Quand est-ce qu’on mange? »). Une phrase d’autant plus exprimée que la rumeur court que Croc et ses potes jouent, eux aussi, plutôt des Anges. Rumeur que nous en profitons pour confirmer aussitôt. Alors, est-ce que seuls les bourrins jouent des Démons? Une longue expérience prouve qu’il y a, en vérité, cinq niveaux de jeu à INS/MV (classés par ordre croissant de difficulté):

Niveau 1: Jouer à INS.
Niveau 2: Jouer à MV.
Niveau 3: Jouer à INS.
Niveau 4: Jouer à MV.
Niveau 5: Jouer à INS.

Niveau 1:
Les joueurs incarnent des Démons. Ils choisissent les Princes-Démons les plus bourrins sauf un qui choisit Andréalphus avec la ferme intention de séduire tous les autres avant de leur trancher la gorge. Ils passent leur partie à tuer, violer, tuer, violer, cracher du feu.
Fun mais rapidement lassant. Mais fun. Mais lassant.
Après, ils vont raconter partout qu’INS/MV est un jeu dégueulasse. Mais fun. Mais lassant.

Niveau 2:
Les joueurs incarnent des Anges. Ils choisissent des Archanges bourrins (Laurent, Michel, Daniel) sauf un qui choisit un Ange au service de Dominique avec la ferme intention de dénoncer tous les autres. Ils finissent par réussir la plupart des scénarios en tuant tout le monde autour d’eux… sauf celui qui incarne l’Ange de Dominique, qui s’occupe de la diplomatie de l’équipe. Et les dénonce après.
Fun quand on tranche pour la première fois la tête du Démon avec son épée argentée. Mais rapidement lassant.
Après, ils vont raconter partout qu’INS/MV est un jeu fasciste.

Niveau 3:
Les joueurs incarnent des Démons. Ils ont décidé de faire le Mal, mais de le faire bien. Ils prennent des Princes-Démons dits intellos (Malphas, Kronos, Vapula) et essayent du mieux qu’ils peuvent de manipuler les humains, d’être pervers, méchants, de les pousser au viol, au meurtre, à la torture.
Un défi intellectuel passionnant… mais rapidement lassant. Au bout d’un moment, on a plutôt envie de gerber qu’autre chose… et de mettre son personnage au rencard. On a beau jouer au dur, c’est difficile de s’attacher à un personnage totalement négatif.
Après, ils vont raconter partout qu’INS/MV est un jeu d’ambiance.

Niveau 4:
Les joueurs incarnent des Anges. Ils ont une équipe équilibrée, jouent en campagne, aiment faire évoluer leur personnage et en apprendre de plus en plus sur le monde d’INS/MV. Ils n’hésitent pas à désobéir discrètement à leur hiérarchie, créent autour de leur équipe un cast (amis, ennemis, contacts et renégats) de plus en plus fourni et sont ou de plus en plus cyniques, ou de plus en plus désabusés par rapport au dogme des Forces du Bien. Quand ils lâchent leur personnage (sauf s’il meurt), ils lui trouvent une fin: renégat, administratif, Bureau. Puis, ils reprennent un personnage tout neuf et tout innocent, bien que de caractère différent…
Super. Parfait. Impec. Tout compris…
Après, ils vont raconter partout qu’INS/MV est un jeu génial.

Niveau 5:
Les joueurs incarnent des Démons. Ils ont une équipe équilibrée, jouent en campagne, aiment faire évoluer leur personnage et en apprendre de plus en plus sur le monde d’INS/MV. Ils n’hésitent pas à désobéir discrètement à leur hiérarchie, créent autour de leur équipe un cast (amis, ennemis, contacts et renégats) de plus en plus fourni et sont ou de plus en plus cyniques, ou de plus en plus désabusés par rapport au dogme des Forces du Mal. Quand ils lâchent leur personnage (sauf s’il meurt), ils lui trouvent une fin: renégat, administratif, Bureau. Puis, ils reprennent un personnage tout neuf et tout « innocent », bien que de caractère différent…
Super. Parfait. Impec. Tout compris…
Mais… Mais c’est plus dur! Il est en effet plus difficile de jouer le « méchant désabusé », et plus difficile de créer une personnalité profonde et pleine de facettes différentes à un méchant qu’à un gentil. Aussi, vous avez toutes nos félicitations!

En conclusion: vous l’avez compris, il est possible de jouer bourrin des Anges comme des Démons, et de jouer avec intelligence l’un comme l’autre. Mais… La palme du plus subtil revient à INS… Quoique personnellement, je préfère largement jouer des Anges.
Ok, dites-le que vous vous en foutez de mon avis…

 »

Ca faisait des années que je ne m’étais pas marré comme ça

9.5 étoiles sur 10 sur IMDB.

Faites découvrir Le mur de laine de briques à vos amis

Ou à vos ennemis si le coeur vous en dit. Bref, voici un lien amusant à donner à vos connaissances trop fainéantes pour googler elles mêmes:

http://lmgtfy.com/?q=Le+mur+de+laine+de+briques

Ou encore

http://tinyurl.com/ykf4j27

Voilà, maintenant envoyez un message à tous vos contacts facebook.

Jeter les dés en ligne

Vous avez peut-être envie de vous taper une bonne partie de 421 en solitaire, c’est très bien, c’est votre vie après tout. Ou peut-être voulez-vous tenter l’expérience du jeu de rôle en ligne, auquel cas votre démarche est déjà plus louable. Pour ces deux cas de figure il existe un site qui permet de jeter les dés, et ensuite de soit créer des logs des jets ou bien de les envoyer par mail. Vous trouverez ce site à l’adresse suivante: http://dicelog.com/dice.
J’en parle car je réfléchis à organiser une partie d’INS/MV un de ces 4, par exemple via la méthode blog que l’on avait déjà testé et qui fonctionnait plutôt pas mal, ou bien via un autre support (voice over ip etc.). N’hésitez pas à manifester votre enthousiasme débordant.

Petit site de comic strip bien hilarant.

Installer MacOsX Snow Leopard sur un Dell Mini

Apparemment l’opération vaut son pesant d’or, et vu le peu de changement qu’offre finalement Windows7 par rapport à Vista, il est bon de jeter un coup d’oeil à cet article de Gizmodo pour connaitre la marche à suivre.

Burka Blues

Et si Internet disparaissait demain…

http://www.cracked.com/photoshop_90_the-world-tomorrow-if-internet-disappeared-today/. Qui nous tricotera un beau mur en brique hein?