Janua Vera – Jean Philippe Jaworski

Je recopie le message que j’ai laisse sur le forum du cafard cosmique au sujet de ce livre:

Ca faisait un petit temps que je n’avais pas ouvert un livre de SF/Fantasy. Un beau jour de septembre je me rends dans ma librairie favorite en quete d’un bon bouquin pour les vacances, un bouquin qui s’accorde avec le soleil, la mer et le chant des mouettes. Je file au rayon SF, et me mets a rechercher l’heureux elu. Je tombe sur Janua Vera, je regarde la couverture et me dis quelque chose du genre « Et ***** de la fantasy… », puis je note le bandeau ‘Prix du cafard cosmique 2008’. Tres logiquement je revise quelque peu mon jugement et me dis a nouveau « Bon, pourquoi pas… ». Je lis la quatrieme de couverture et emets un long soupir malgre tout, il y a des Jack Vance qui me font de l’oeil. Et puis je remarque le petit commentaire qui precise que M. Jaworski a travaille sur des jeux de role, loisir que j’ai pratique quelques temps et qui me tient toujours a coeur. Ce petit detail ajoute au prix du CC m’a finalement convaincu de tenter l’experience Janua Vera.

Et je ne remercie ce petit bandeau car je serais passe a cote d’une lecture formidable si je m’etais fie a mon impression premiere. J’ai devore toutes les nouvelles du recueil, meme si contrairement a le_navire Jour de guigne reste celle qui m’a le moins plu, que j’ai lu avec moins de conviction, car c’est la seule qui pointe vers l’humour et la legerte. Car oui de Janua Vera au Confident, JP Jaworski distille avec precision de l’humanite dans ses histoires, pour reprendre le_navire « impitoyable », « sans jamais tomber dans le larmoyant » (je l’applique a l’ensemble du recueil). Et par ce biais ce fut un intense plaisir de decouvrir cet univers medieval-fantastique qui certes ne possede la folie creatrice de celui de Tolkien, mais gagne en densite justement parce qu’on le decouvre par l’entremise des experiences humaines, parfois anecdotiques, comme autant de briques qui composent l’edifice du Vieux Royaume.

Par ailleurs, l’histoire de Benvenuto sonne comme une parfaite partie de JDR, avec son intrigue et son rythme, on ressent l’influence de ces JDR, quant a savoir si elle est si evidente que cela lorsque l’on ignore le passe du Monsieur, je n’en sais rien. Quoique la reference au sort Chute de necropole met la puce a l’oreille.

Un livre que j’ai devore donc, ce qui m’a alloue suffisamment de temps pour engloutir La cinquieme tete de Cerbere dans la foulee, mais c’est une autre histoire. Autant dire que les vacances furent excellentes.

(La discussion entiere sur le CC)

Je vous invite a lire l’interview de l’auteur sur le cafard cosmique.
Enfin, J.P. Jaworski vient de sortir son premier roman, Gagner la guerre, toujours dans l’univers du Vieux Royaume.