Julien Freund était un philosophe, un politologue et un sociologue français, ancien résistant, né en 1921 et mort en 1993. Ses conversations avec Pierre Bérard, que ce dernier a retranscrit, sont de haute volée. Je vous ai sélectionné plusieurs extraits plutôt longs mais de qualité.

Je suis frappé par le caractère routinier du débat européen. L’Europe se construit d’une manière fonctionnaliste, par une suite d’enchaînements automatiques. Son fétichisme institutionnel permet de dissimuler notre maladie qui est l’absence d’objectifs affichés. Nous sommes par exemple impuissants à nous situer par rapport au monde. Etrange narcissisme ; on se congratule d’exister, mais on ne sait ni se définir, ni se circonscrire. L’Europe est-elle reliée à un héritage spécifique ou bien se conçoit-elle comme une pure idéalité universelle, un marchepied vers l’Etat mondial ? L’énigme demeure avec un penchant de plus en plus affirmé pour la seconde solution qui équivaudrait à une dissolution. Ce processus se nourrit par ailleurs, c’est transparent chez les Allemands, d’une propension à fuir le passé national et se racheter dans un sujet politique plus digne d’estime, une politie immaculée, sans contact avec les souillures de l’histoire. Cette quête de l’innocence, cet idéalisme pénitentiel qui caractérisent notre époque se renforcent au rythme que lui imposent les progrès de cette mémoire négative toute chargée des fautes du passé national. On veut lustrer une Europe nouvelle par les vertus de l’amnésie. Par le baptême du droit on veut faire un nouveau sujet. Mais ce sujet off-shore n’est ni historique, ni politique. Autant dire qu’il n’est rien d’autre qu’une dangereuse illusion. En soldant son passé, l’Europe s’adosse bien davantage à des négations qu’à des fondations. Conçue sur cette base, l’Europe ne peut avoir ni objectif, ni ambition et surtout elle ne peut plus rallier que des consentements velléitaires.

Et puis, c’est une Europe de la sempiternelle discussion … et toujours sur des bases économiques et juridiques, comme si l’économie et le droit pouvaient être fondateurs. Vous savez l’importance que j’accorde à la décision, or l’Europe est dirigée par une classe discutante qui sacrifie le destin à la procédure dans un interminable bavardage qui ne parvient guère à surmonter de légitimes différents. Ce refus de la décision est lié au mal qui frappe nos élites ; elles ne croient plus à la grandeur de notre continent ; elles sont gâtées jusqu’à la moelle par la culpabilité dont elles transmettent l’agent létal à l’ensemble des Européens. D’où cette dérive moralisatrice qui transforme l’Europe en tribunal, mais en tribunal impuissant.

[…]

L’orgiasme n’est pas une réponse au retrait du politique, car il exclut la présence de l’ennemi. Quand il se manifeste, l’ennemi, lui, ne s’adonne pas au ludisme dionysiaque. Si le politique baisse la garde, il y aura toujours un ennemi pour troubler notre sommeil et déranger nos rêves. Il n’y a qu’un pas de la fête à la défaite. Ces tribus là ne sont pas un défi à l’individualisme, elles en sont l’accomplissement chamarré…

[…]

P.B. – L’Europe n’est qu’un tigre de papier.

J.F. – Elle ne fait même pas semblant d’être un tigre ! Depuis plus de quarante ans, elle s’en remet aux Américains pour ce qui est de sa protection. Elle a pris le pli de la vassalité, l’habitude d’une servitude confortable. C’est ce que dévoilent d’ailleurs les choix budgétaires de tous ses gouvernements quelle qu’en soit la couleur : la portion congrue pour la défense, une part grandissante pour les dépenses sociales. En réalité, L’Europe ne peut se construire que sur un enjeu ultime… la question de la vie et de la mort. Seul le militaire est fédérateur, car dans l’extrême danger il est la seule réponse possible. Or ce danger viendra, car l’Europe vieillissante riche et apathique ne manquera pas d’attiser des convoitises. Alors viendra le moment de la décision, celui de la reconnaissance de l’ennemi… Ce sera le sursaut ou la mort. Voilà ce que je pense.

[…]

C’est Nietzsche qui écrit dans La volonté de puissance que l’Europe malade trouve un soulagement dans la calomnie. Mais il se pourrait bien que le masochisme européen ne soit qu’une ruse de l’orgueil occidental. Blâmer sa propre histoire, fustiger son identité, c’est encore affirmer sa supériorité dans le Bien. Jadis l’occidental assurait sa superbe au nom de son dieu ou au nom du progrès. Aujourd’hui il veut faire honte aux autres de leur fermeture, de leur intégrisme, de leur enracinement coupable et il exhibe sa contrition insolente comme preuve de sa bonne foi. Ce ne serait pas seulement la fatigue d’être soi que trahirait ce nihilisme contempteur mais plus certainement la volonté de demeurer le précepteur de l’humanité en payant d’abord de sa personne. Demeurer toujours exemplaire, s’affirmer comme l’unique producteur des normes, tel est son atavisme. Cette mélodie du métissage qu’il entonne incessamment, ce ne serait pas tant une complainte exténuée qu’un péan héroïque. La preuve ultime de sa supériorité quand, en effet, partout ailleurs, les autres érigent des barrières et renforcent les clôtures. L’occidental, lui, s’ouvre, se mélange, s’hybride dans l’euphorie et en tire l’argument de son règne sur ceux qui restent rivés à l’idolâtrie des origines. Ce ne serait ni par abnégation, ni même par résignation qu’il précipiterait sa propre déchéance mais pour se confondre enfin intégralement avec ce concept d’humanité qui a toujours été le motif privilégié de sa domination… Il y a beaucoup de cabotinage dans cet altruisme dévergondé et dominateur et c’est pourquoi le monde du spectacle y tient le premier rôle.

[…]

La modernité tardive que j’appelle décadence se veut formellement libertaire. Elle entend bannir tabous et inhibitions au profit d’une spontanéité qui rejette les conventions… La civilité, la politesse, la galanterie… Toutes ces procédures qui cantonnent l’instinct agressif pour lisser l’interface ; en un mot l’élégance sociétale, c’est-à-dire le souci de l’autre. Il y a un risque d’anomie que les thuriféraires de soixante-huit ont largement contribué à magnifier en laissant croire que tous ces codes relevaient d’une aliénation d’essence autoritaire et bourgeoise… Les bourgeois sont d’ailleurs les premiers à s’en émanciper, et avec quel entrain… Ils sont l’avant-garde de l’anomie à venir, des enragés de la décivilisation.

[…]

La Résistance… Vous savez comme je l’ai faite dès janvier 1941. Le Résistant qui fut l’emblème héroïque des années d’après-guerre quitte aujourd’hui la scène au profit d’autres acteurs. Je ne m’en afflige nullement puisque j’ai toujours refusé les honneurs. Le Résistant, c’est un combattant, il fait en situation d’exception la discrimination entre l’ami et l’ennemi et il assume tous les risques. Son image ne cadre pas avec l’amollissement que l’on veut cultiver. C’est peut-être pourquoi on lui préfère aujourd’hui les victimes. Mais assurément, leur exemplarité n’est pas du même ordre. Le souvenir de la Résistance combattante doit s’effacer parce que son image renvoie d’une manière trop explicite au patriotisme. Il y a donc bien une contradiction entre le recyclage continu d’un fascisme mythique et malfaisant et l’occultation progressive de ceux qui ont combattu le fascisme réel, les armes à la main. Cette bizarrerie tend à montrer que le même mot renvoie bien à des réalités différentes…

La Résistance est partie prenante de l’ancien monde, celui des réflexes vitaux qui se mettent en branle lorsque le territoire est envahi par l’ennemi. Les nouvelles de Maupassant montrent très bien cela dans un contexte où le nazisme n’avait pas cours. Or, c’est ce lien quasiment paysan à la terre que l’on prétend aujourd’hui abolir parce que les élites, elles, se sont affranchies de ces attaches… Elles deviennent transnationales et discréditent des liens qui sont pour elles autant d’entraves. Dans ce contexte, le maquisard devient un personnage encombrant… Trop rivé à son sol, à ses forêts, à sa montagne…

[…]

Il y a une revendication démesurée des droits qu’un Etat ramolli et bienveillant s’efforce de satisfaire, car cette demande qui lui est adressée, elle contribue aussi à le légitimer. Le droit à la santé par exemple s’intègre dans cette extension illimitée, d’où le risque d’un despotisme thérapeutique. Car, enfin, la gratuité des soins conduit automatiquement l’Etat, dispensateur et gestionnaire du système de santé, à organiser une prévention collective toujours plus vigilante au nom de la rentabilité. La société du contrôle total est au bout de l’idéal hygiénique. Aboutissement qui n’est pas antinomique d’un Etat faible, d’un Etat apathique en tous cas dans le registre des fonctions régaliennes…

L’obligation sanitaire pourrait être dans un proche avenir au fondement d’une nouvelle forme de totalitarisme. Le refus pathologique du vieillissement et de la mort, intimement lié à cet effacement de la transcendance dont nous parlions laisse aisément présager l’aptitude de nos contemporains à consentir au cauchemar climatisé dont parlait Bernanos. Le harcèlement que nous subissons à propos de l’alcool et du tabac donne un mince avant-goût de ce que nous pourrions subir. Nous sommes talonnés par des instruments de surveillance toujours plus sophistiqués, sans que cela ne soulève de réelles protestations. C’est la face noire du jeunisme qui nous assaille. Et le sportif exemplaire, la star athlétique, le dieu du stade, objet de toutes les sollicitudes publicitaires, c’est le point de mire de toute cette mécanique. C’est l’icône pathétique d’une propagande qui promet la rédemption du corps par un nouveau régime de salubrité imposé.

[…]

Vous savez… Justifiant les noyades de Nantes, le conventionnel Carrier proclamait déjà que c’était par  » principe d’humanité  » qu’il purgeait  » la terre de la liberté de ces monstres « …Porté à l’incandescence idéologique le concept d’humanité comme n’importe quel autre peut devenir une incitation au meurtre. Il n’y a pas d’idée tolérante ; il n’y a que des comportements tolérants. Toute idée porte en elle l’exclusivisme, et les énoncés mirobolants d’aujourd’hui n’échappent pas à cette règle.

[…]

Je ne pourrais plus parler de supériorité intrinsèque de l’Europe. Un tel jugement n’est concevable que dans une perspective universaliste. Pour que les hiérarchies fassent sens, il faut bien que les valeurs qui permettent de les établir soient unanimement partagées. Or, les valeurs étant l’expression de cultures différentes, toute tentative de classement trahit un ethnocentrisme effronté. Ce que l’on baptise pompeusement l’universel, qu’est-ce donc d’autre, sinon la culture et les préjugés des conquérants ?

J’incline à penser que l’écart entre les cultures ne relève pas d’une différence de degré, mais d’une distinction de nature, même si, bien entendu, il n’y a qu’une seule espèce humaine. D’où ma réserve, pour ne pas dire plus, vis à vis de cette arrogance occidentale qui pulvérise le pluriversum planétaire avec, il faut bien le dire, la complicité extasiée de la plupart de ses victimes. Ultimes sectateurs de cette occidentalisation, les croisés des droits-de-l’homme ne sont pas ses thuriféraires les plus naïfs. Le moralisme chevillé au corps, ils couronnent un processus qui n’a fait que s’accentuer pour le plus grand malheur de l’humanité. Car, enfin, concrètement, ce qu’on appelle prétentieusement le développement, qu’est-ce d’autre que la métamorphose de la pauvreté en misère. Qu’est-ce donc que la misère ? C’est la pauvreté sans le secours apaisant du groupe, sans les racines partagées, sans l’assurance d’un entre-soi solidaire.
[…]

P.B. – Les aspirations libérales et les aspirations social-démocrates ont ceci en commun d’être issues de la matrice des Lumières et de surestimer le rôle de l’économie au point de toujours privilégier la croissance comme un sésame en dépit des ravages qu’elle exerce aussi bien sur la biosphère que dans la sociosphère. Il s’agit de deux inflexions d’un même système, comme vous l’avez d’ailleurs écrit à plusieurs reprises. A tour de rôle, chacun de ces deux sous-systèmes est mis en avant pour corriger les excès de l’autre, mais on ne met jamais en question la matrice commune et ses paradigmes. C’est pourquoi les frères ennemis jouissent d’un bail emphytéotique sur ce qui nous reste de vie politique.

J.F. – C’est ce qui conduit Alain de Benoist à relativiser la pertinence du clivage gauche-droite.

P.B. – Oui, c’est un clivage obsolescent quant au fond, un simple label pour identifier des commissions de gestionnaires rivaux ; mais les élites dépensent des trésors de communication pour le maintenir sous perfusion. Il y va de leur intérêt. Cette hégémonie n’est même pas sérieusement contestée par les chapelles d’extrême-gauche dont la présence très active dans ce qu’un de vos collègues appelle les nouveaux mouvements sociaux, prend pour cible privilégiée la famille, l’armée, la religion, l’école autoritaire, etc… Autant de proies chétives, d’objectifs cacochymes, de leurres, que l’évaluation libérale-libertaire du capitalisme s’est depuis longtemps employée à déconsidérer et dont les vestiges, objets de railleries consensuelles, ne peuvent plus être considérés comme des forces agissantes et, à fortiori, comme des instruments d’oppression. En blasphémant des idoles déchues, ils participent de cette  » insignifiance  » dont parle Castoriadis pour qualifier ce présent où nous avons à vivre.

J.F. – Mon cher Bérard ; nous allons finir cette bouteille, il faut sustenter cette péroraison…

P.B. – C’est un fait, la clameur  » contestataire  » enfle au rythme où s’épuise son imaginaire révolutionnaire. On notera par ailleurs que cette clameur trouve un écho complice dans ce qu’il faut bien appeler la presse  » patronale « , ce qui est tout dire de la capacité subversive que lui reconnaissent les classes dirigeantes. En vociférant contre les vestiges de l’ancienne société, la dissidence de confort apporte sa modeste contribution à l’entreprise de bazardement qui doit faire place nette aux stratégies de recomposition d’un capitalisme mondialisé. Leurs diatribes contre la France frileuse, le repli identitaire, le tribalisme xénophobe… c’est cela : la version jeuniste, lyrique et bigarrée d’une raison libérale qui a fait le choix de la globalisation et considère, en conséquence, les frontières comme des obstacles à effacer. Favoriser la porosité des territoires pour que demeure seulement un espace homogène de consommation. Le monde sans frontière dont rêvent les gauchistes ressemble furieusement à un terrain de jeu pour multinationales en goguette.

Attention : le lien suivant est déconseillé aux âmes sensibles. Il vous dirigera vers le dialogue complet entre Pierre Bérard et Julien Freund. On notera notamment la présence de mots tels qu’aboulie, oekoumène, irénique ou hétérotélie. Oui je sais c’est dur. Vous voilà prévenus.