Après avoir appris que le Bouddha était un sage qui réglait de nombreux problèmes, un fermier décida d’aller le rencontrer.

« J’aime être fermier, lui dit-il, mais il arrive que des périodes de sécheresse détruisent mes cultures et que ma famille souffre de faim et de soif… D’autres fois, des pluies torrentielles anéantissent tout mon travail et nous n’avons toujours rien à nous mettre sous la dent… »

Bouddha écouta le fermier avec beaucoup d’attention, mais ne dit rien.

« Je suis marié, dit le fermier, j’ai une femme qui m’aime, mais des fois ses reproches constants me rendent fou… J’ai également des enfants, qui ont bon fond, mais qui me manquent de respect. Finalement ma famille me manque de respect et manque de respect à la terre que je cultive… J’ai l’impression qu’il ne font que profiter de mon travail, de mes récoltes, de mon argent… qu’ils sont flemmards et détachés. »

Le fermier continua à exposer sa longue liste de soucis et problèmes jusqu’aux larmes et à l’épuisement. Une fois terminé il attenda de Boudha la solution à ses problèmes.

« Je suis désolé mon ami, mais je ne peux pas t’aider » lui dit-il.

Le fermier resta dans l’incompréhension la plus totale. « Je ne comprends pas ! Pourquoi ? On m’avait dit que vous étiez un sage ! »

Bouddha continua : « Tout le monde a des soucis. Plus précisement, nous en avons tous exactement 83. Ni toi, ni moi, ni personne n’y peut quelque chose… Si tu travailles très dur pour en régler un, un nouveau apparaîtra. Et un jour tu mourras. C’est un gros problème, mais personne n’y peut rien. »

Le fermier, déçu d’avoir révélé au Bouddha sa vie et ses problèmes, était despéré et en colère: « Tu te dis être un grand sage et un enseignant ! À quoi bon si tu ne peux pas m’aider avec mes problèmes ? »

Bouddha lui répondit: « Pour me rattraper, je vais t’aider avec ton 84eme problème. »

Frustré mais curieux, le fermier lui demanda quel était son 84ème problème.

Sans sarcasme et sans condescendance, Bouddha lui répondit: « Tu ne veux avoir aucun problème ».

Advertisements