J’ai envie de pousser un petit coup de gueule, tiens. Contre Steam. J’ai désinstallé l’autre jour Napoleon: Total War parce qu’au fond il est pas si génial que ça et m’a vite lassé, mais il est impossible de le virer complètement de son compte personnel Steam, auquel est lié le code d’accès du jeu et son numéro de série. Donc en gros et pour faire court je me retrouve avec un jeu auquel je ne jouerais certainement plus mais que je ne peux pas prêter, ni donner, encore moins vendre, en gros soit je le garde soit je le jette. C’est comme ça avec Steam, quand vous achetez un jeu, c’est pour la vie. Je comprends qu’il faille protéger les jeux pour éviter le piratage mais là c’est un peu débile quand même. Du coup à l’avenir je n’achèterai plus que les jeux dont je suis certain qu’ils me passionneront, genre CIV5 qui fonctionnera malheureusement sous Steam lui aussi.

Napoléon était sympa mais beaucoup trop scripté. Les deux premières campagnes (d’Italie et d’Égypte) sont trop faciles puisqu’il est possible de rusher et de berner une IA un peu stupide – encore que la campagne d’Égypte m’a donné de belles frayeurs sur mes arrières. La campagne de Russie est quant à elle beaucoup trop contraignante puiqu’il y est quasi impossible de modifier les alliances et que des objectifs précis empêchent tout mouvement spontané. La campagne suit trop fidèlement l’histoire. Impossible de préparer une invasion de l’Angleterre, il faut prendre Vienne, puis Berlin, puis Krondstadt etc…

En comparaison Rome offrait beaucoup plus de liberté grâce à des objectifs globaux sur un nombre de tours conséquent. Les batailles elles-mêmes, passé le plaisir de bombarder à distance les unités ennemies, se révèlent ennuyeuses une fois qu’on a compris le principe : attendre les unités ennemies, les prendre en tenaille sous un tir croisé et regarder tout ce beau petit monde fuir en désordre. Du coup pas besoin de cavalerie (ou très peu pour achever les fuyards), juste des batteries de canons en pagaille, des unités de fusiliers et c’est parti pour le carnage. L’IA n’est vraiment pas à la hauteur. Sur des batailles à 2 contre 1 (en ma défaveur) je m’en sortais avec 10 fois moins de pertes que l’ennemi et des victoires écrasantes. Au moins dans Rome on était obligé d’en arriver au corps à corps à un moment ou à un autre ce qui rendait le placement des troupes beaucoup moins déterminant pour l’issue de la bataille. Dans Napoléon il m’est arrivé qu’une unité retranchée dans un bâtiment triomphe d’une force montée gigantesque qui se contentait de tourner autour du retranchement sans penser à mettre pied à terre ou à s’éloigner. Bref, c’est un peu blasant.

Possible aussi que depuis Rome: TW je m’amuse beaucoup moins à jouer. Très peu de jeux m’intéressent aujourd’hui, d’ailleurs il est possible que Civilization 5 soit le tout dernier jeu que je me paye. Peut-être même que je ne prendrai pas énormément de plaisir à y jouer (enfin là j’en doute quand même). Voilà c’était la séquence coup de gueule qui part en coup de blues. En plus il paraît que les Morning Musume ne sortiront même pas de DVD du concert à Paris. Déprime.

Ça a tout de même plus de charme que les Allemands descendant les Champs-Élysées.