Juste pour dire : je me suis relancé une petite partie avec les Aztèques (= guerre à outrance) et je commence à comprendre comment ça marche. Contrairement à Civ4 où tous les mécanismes du jeu étaient apparents pour permettre au joueur d’analyser le déroulement du jeu et de tirer parti de cette analyse, ici toute la machinerie est dissimulée. On navigue forcément dans le flou. Pourtant la complexité est là, que ce soit dans le domaine politique, économique ou culturel, mais tous les rouages en sont cachés. La diplomatie aussi est plus subtile qu’il n’y parait. J’ai réussi à faire plier Washington et lui faire verser un tribut en sucre et pièces d’or, sans compter le droit de passage sur ses terres et les travailleurs capturés, alors qu’on est encore en 2000 BC. Raid sur Washington (la ville) avec 4 guerriers Jaguar, capture des travailleurs, pillage des améliorations, et voilà Washington (l’homme) qui fait moins le fier. « America’s desire for peace should not be mistaken for weakness ». Et mon cul c’est de la dinde ?

Les guerriers Jaguars sont terribles : pour chaque unité tuée ils récupèrent des points de vie. Ajoutez à cela le trait spécial de Moctezuma : gain de points de culture pour chaque unité ennemie tuée (sacrifices humains), et vous comprendrez pourquoi chez les Aztèques la guerre c’est plus qu’une politique. C’est un art de vivre.

Joué 12 heures aujourd’hui. Bordel. Ça m’était plus arrivé depuis Civilization premier du nom je crois. Je vais dormir. Je crois que je vais rêver d’hexagones.