Jean-Claude l’a toujours dit… c’est important d’être « aware », et je suis bien d’accord avec lui.

Bruce, mon deuxième maître à penser, disait: « Is » vs « should ». What « is » and what « should be ». – What IS is more important than WHAT SHOULD BE. Too many people are looking at « what is » from a position of thinking « what should be ».

La capacité de voir les choses comme elles sont et non pas comme on souhaiterait qu’elles soient est une grande qualité. Refuser de céder aux déformations de la réalité que nous impose le filtre de nos expériences personnelles et nos personalités nous rapproche d’autant plus de la sagesse.

Cela fait désormais plusieurs mois que je m’efforce le plus possible de transcender mes nombreux filtres et d’être plus « aware » lorsqu’il s’agit de cerner et comprendre les Hommes qui m’entourent. Cerner leurs personalités et comprendre ce qui les motive, ce qu’ils cherchent à tirer de leurs relations aux autres, sans céder aux idées pré-conçues n’est pas un exercice facile. Mais le plus dur dans tout cela n’est pas le travail à fournir, mais la conclusion à laquelle j’arrive après mes maigres efforts: l’Homme craint du boudin.

Alors si la route vers la sagesse passe par une perte de confiance sévère en l’Humanité, et un gros coup de déprime, je me demande si il ne vaut pas mieux rester un brin naïf, se regrouper entre niais et gentils, garder nos oeillères et continuer à vivre dans un monde d’idéalistes dans lequel même s’ils se font généralement plus ou moins manger, au moins ils vivent heureux.

Bref, sortir de notre caverne ou non? Ai-je vraiment envie de voir le monde tel qu’il est?