Un canon électromagnétique, qui permet de tirer un projectile à 200 km de distance et à cinq fois la vitesse du son, a été testé avec succès le 10 décembre aux Etats-Unis, battant au passage un record de puissance, a annoncé la marine américaine.

Il s’agit de l’étape la plus récente dans les efforts de l’US Navy pour mettre au point un canon futuriste qui permet de lancer des projectiles sans poudre ou autre propulseur chimique.

Le canon, en fait une sorte de grille-pain à rallonge, maintient en place deux rails entre lesquels est posé un projectile et permet de tirer des munitions grâce au passage d’un courant électrique très puissant dans les rails.

L’essai du « railgun » s’est déroulé dans la journée au Centre de recherche de la Navy basé à Dahlgren en Virginie (est), a indiqué cet institut dans un communiqué.

La puissance du tir a atteint 33 mégajoules, soit trois fois plus qu’un précédent essai effectué en janvier 2008 (10,64 mégajoules). Un mégajoule correspond à l’énergie dégagée par une voiture de une tonne qui s’écraserait contre un mur à plus de 160 kmh.

Un tir de projectile à la puissance de 33 mégajoules permet d’atteindre mach 5, soit cinq fois la vitesse du son, a expliqué la marine.

« Ce tir montre que la marine peut tirer des projectiles à une distance d’au moins 110 miles nautiques » (200 km), soit près de 20 fois plus loin que les engins embarqués actuellement en mer, s’est félicité l’amiral Nevin Carr, chef de la recherche navale.

Un tel canon permettrait de tirer de plus loin – ce qui protège le navire d’une éventuelle riposte ennemie – mais aussi d’améliorer les conditions de sécurité des équipages qui n’auront plus à manipuler des obus ou des missiles bourrés de matières explosives.

« Le test du canon électromagnétique effectué aujourd’hui démontre l’intérêt tactique de cette technologie, qui pourrait un jour compléter l’arsenal des systèmes de combat des bâtiments de surface », a ajouté l’amiral cité dans le communiqué.

(source AFP)