J'ai dit à droite bon sang!

 » Mais vous ne comprenez pas bien la situation. L’occident est pris à la gorge, mes forces armées viendront à bout de l’envahisseur. Rien, vous m’entendez, rien ne viendra nous barrer la route. Vous avez d’autres questions?
– Colonel, quelles mesures avez-vous concrètement prises pour rétablir votre régime en Libye, quelle stratégie adopterez-vous pour repousser les forces armées occidentales?
– C’est très simple. Premièrement nos soldats auront des photos sur leurs uniformes. Regardez, moi-même, aujourd’hui, je porte une superbe chemise militaire agrémentée de photographies splendides de célébrités locales.
– Pardonnez moi mais, quel est l’intérêt?
– Ma parole, il faut tout vous expliquer à vous, les journalistes! Prenez celle-ci… c’est un portrait d’Hassan Al Wafi, une sommité musicale de notre pays, un pilier de la chanson libyenne! Il a écrit un jour: « Garde bien ton chameau, fais le dormir dans ta tente, lui au moins il garde de l’eau et a les bourses bien ballantes ». Cette phrase, ce vers devrais-je dire, inspire chaque jour nos combattants dans leur lutte. Nous avons besoin de rappeler qui sont nos modèles.
– Vous ne trouvez pas que c’est un peu … disons léger comme décision?
– Mais pour qui me prenez-vous? Vous pensez que l’on m’appelle « Colonel » par hasard? Non. Je prends des décisions stratégiques visionnaires pour notre armée. Puisque vous voulez du concret, en voici: J’ai ordonné à nos troupes de se mettre plus à droite.
– Plus à droite?
– Oui, plus à droite. Nos soldats et nos chars se trouvent trop à gauche sur le champ de bataille, et résultat on se prend des missiles plein la casquette. Alors j’ai dit: « Que toute notre armée se déplace un peu plus sur la droite! ».
– Est-ce que cette stratégie est réellement plus utile et applicable?
– Bien entendu. Nous avons constaté une nette diminution des pertes sur le flanc gauche. Bon, j’admets que parfois il est ardu de faire comprendre ce que signifie, sur le terrain, plus à droite. Alors je m’emporte et je beugle des phrases de ce goût ci: « Mais foutez vous plus à droite bon sang! ». Et ils finissent par m’écouter.
– Colonel, n’avez-vous pas peur, à force d’aller plus à droite, de vous retrouver dans un pays voisin?
– Absolument pas. Dans ce cas, nous nous placerons plus à gauche, c’est tout. Maintenant si vous n’y voyez pas d’inconvénient, j’ai une armée à déplacer sur la droite. Et s’il vous plait ne réveillez pas le chameau en sortant de la tente…