Tripoli fashion week

 » Alors voyons voir… « Grand comme le ciel, fier comme le bison, louons le colonel à la claire vision! Le désert aura beau grandir, l’horizon s’éloigner, il viendra bannir l’oppresseur à jamais. Combattre aux côtés de l’apollon de Tripoli, et rêver en secret de partager… son lit! ». Qu’est ce que c’est que ces âneries? Ca commençait bien pourtant… Et donc ce type veut une photo sur nos chemises?
– Affirmatif Colonel, il souhaite inspirer nos troupes sur le champ de bataille.
– Hmmm.
– C’est plutôt élogieux, comme poème…
– Certes, mais je devrais le pendre, pas imprimer sa trogne sur nos uniformes. Faites voir un peu la tête qu’il se trimballe…
– Voici Colonel.
– Oulà! Non mais regardez moi ça! Je ne peux décemment pas lui faire de la place sur une chemise! Trouvez lui un espace libre sur une chaussette à la rigueur… Suivant!
– Voici Colonel. Permettez moi de préciser qu’il s’agit de ma propre création.
– Bien, bien, bien! Voilà qui s’annonce intéressant! Alors… « Je suis un soldat du Colonel, et je me bats comme un tigre pour lui… ». Ca ne rime pas!
– Affirmatif Colonel, mais heu…
– « Pour lui je livre ma vie, je ris, je pleure pour la gloire de Kadhafi! ». Alors voyez-vous mon vieux c’est ‘Colonel’ Kadhafi.
– Oh, toutes mes excuses Colonel!
– C’est particulièrement mauvais en tout cas. Vous pouvez toujours courir pour que je vous porte sur la poitrine!
– Je ne suis pas digne.
– Bien. Comme vous me portez un dévouement aveugle, et que vous vous souciez de ma gloire, vous irez passer l’automne en première ligne.
– C’est un honneur Colonel!
– Parfait. Allez, et n’oubliez pas de vous placer un brin plus à droite.