J’ai terminé ce matin une partie mémorable de Civilization 4 : Rise of Mankind (A New Dawn). Avec 74 heures de jeu étalées sur 3 mois, on peut largement qualifier cette partie d’épique. D’aucuns me feront remarquer que 74 heures de jeu c’est faisable en 4 jours, mais j’ai pas vraiment le temps de jouer intensivement et puis ça m’a permis de vraiment savourer le jeu.

Parmi les faits marquants de cette partie monstrueuse, notons la Croisade contre les Zoulous, Arabes et Iroquois, au Moyen-Âge. Souvenons-nous aussi de la perte dramatique de mon Grand Général, bardé de médailles et d’expérience, en 2080. Pour ne pas tomber aux mains des forces ennemies après que son armée se soit faite décimer, ce valeureux guerrier qui depuis longtemps conduisait d’une main experte mes troupes au combat se vit contraint de se suicider. Un évènement tragique qui m’a bouleversé.
Rappelons que Mohawk, la capitale de la Chine (ah ouais, les aléas de l’Histoire…) a atteint le score de 62 en population, ce qui correspond peu ou prou à 110 millions d’habitants. Pour une seule ville, même chinoise, ça fait beaucoup. On retiendra aussi l’utilisation massive d’armes bactériologiques (l’Europe et l’Amérique du Sud s’en sont pris plein la gueule) et de missiles à fusion nucléaire (le continent africain, et encore une fois l’Amérique du Sud ne ressemblaient pas à cela en début de partie…). Mention spéciale aux missiles bactériologiques qui sont une vraie belle saloperie. Non seulement ça ne se nettoie pas, mais en plus ça s’étend cette merde ! Quand j’ai quitté la partie les deux nuages européen et sudaméricain avaient quasi réalisé leur jonction au milieu de l’Atlantique, toutes les unités passant sous le nuage se voyant retirer quelques points de vie par tour.

Ah, et les nuages nanites c’est bien mortel comme unité.

Avec 138 villes rasées par mes soins, la civilisation Chinoise s’est retrouvée seule au monde en fin de jeu. La partie s’est conclue sur ma toute première Master Victory, qui récompense le joueur ayant accompli toutes les conditions de victoire, aussi bien militaire que diplomatique, culturelle, scientifique, religieuse etc…

Du coup, mon obsession pour ce jeu s’est un petit peu atténuée. Je vais pouvoir me remettre à bosser.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.