Tag Archive: Chine


Des iPads pour les morts !

Cette année, en Chine, pour la fête des Morts qui tombe le 4 avril, des iPad et des iPhone en papier ont été brûlés en guise d’offrandes. On les propose sur Internet ou dans des échoppes. Si l’iPhone doit coûter l’équivalent de deux euros, le prix de l’iPad pour usage post-mortem peut tout de même atteindre les 50 euros. Il est vrai que les dimensions et le design des produits cultes sont respectés, et que les accessoires comme les écouteurs ne sont pas oubliés.

Ipad.jpg

Traditionnellement, autour de cette fête appelée aussi « de la clarté », les Chinois se rendent dans les cimetières pour balayer les tombeaux de leurs ancêtres. Pour leur assurer symboliquement une vie agréable dans l’au-delà, on brûle de faux billets de banque, confectionnés pour l’occasion. Lors des enterrements, on peut aussi faire partir en fumée de faux objets ou biens en papier, télévision, voiture, machine à laver ou maison. Sur le Web, les promoteurs de l’offrande frappée de la pomme estiment que « les morts doivent pouvoir suivre le progrès technique et social ».

source

Quelques vidéos prises hier soir au bar, où un Américain de passage nous a gratifié de quelques chansons folk plutôt chouettes.

La première

Ma préférée est la suivante : The World’s Poorest Millionaire. Dommage que je n’ai pas pu enregistrer la chanson en entier.

The World’s Poorest Millionaire

Ensuite il a été rejoint par un local pour un duo des plus sympathiques.

Duo !

Et enfin une reprise d’Elvis Presley.

Don’t Be Cruel

Relou sinon de pouvoir ’embed’ que des vidéos youtube sur le mur.

Achat du jour

J’ai acheté ça hier, via la boutique iTunes :

Guai Li (怪力) c’est un groupe de rock post-punk fondé au printemps 2004 à Beijing sous l’impulsion de Shi Xu Dong (施旭东) le bassiste de P.K. 14, qui voulait mettre à profit sa formation de batteur. Guai Li (怪力) ça veut dire présence occulte, quelque chose que la science ne peut pas expliquer.

La rythmique est très présente sur tous les morceaux. On sent que le batteur donne le la. C’est aussi lui qui s’exprime le plus en interview. Un lead batteur ! Original.

On a comparé le groupe à Pavement ou Big Black, et la chanteuse Wen Jun (文隽) à Patti Smith. Je trouve qu’il y a un petit côté Pixies, moi. Chaque membre du groupe est influencé par des styles différents. Wen Jun (文隽) aime la noise et tout ce qui est bizarre. Liu Yue (刘跃) aime le rock indé. Xu Sheng (徐盛) aime le rock traditionnel et la pop. He Yifan (何一帆) a quant à lui été profondément influencé par le post punk alors que Shi Xudong (施旭东) préfère le punk old school et le hardcore.

Flight of Delusion (妄游记) est leur premier album. Wen Jun (文隽) y chante aussi bien en mandarin qu’en anglais (enfin « aussi bien » c’est vite dit) mais surtout en mandarin, heureusement.

Je vous invite à écouter les deux morceaux en écoute sur leur myspace. Surtout Be Cool.

Pour finir voici la vidéo de leur single, Devil Rabbit, qui est loin d’être la chanson la plus intéressante de l’album :

Tiens et un jour faudra que je vous parle de Cui Jian (崔健), le père du rock chinois, qui a influencé tous les groupes derrière lui.

Un projet chinois de transports en commun

Je viens de tomber sur cette vidéo sur le blog Le Dino Bleu. Je souhaite secrètement que Tranxenne nous la traduise.

Chinese Rock’n’Roll

P.K. 14 (Public Kingdom for Teens). Formé à Nankin en 1997.

L’un des cinq groupes sélectionnés par Time Magazine en 2008 pour son classement ‘Asia’s Best Bands’.

« P.K.14 creates an overwhelming barrage of beautiful postpunk chaos ».

Tamen (eux) :

Le clip est bien fun en plus 🙂

Paris, Chine

Située dans la banlieue de Hangzhou – capitale de la province du Zheijang (à 200 km au sud de Shanghai) – la résidence de Tiandu Cheng, littéralement, « ville du ciel », est une copie des principaux éléments architecturaux de Paris avec un quartier haussmannien érigé au milieu de nulle part, à l’entrée duquel s’élève une reproduction de la tour Eiffel de 108 m de haut.

En plus de la tour Eiffel et des immeubles en simili pierres de taille, la résidence compte une « avenue des Champs-Élysées », et une sculpture qui reproduit celle du bassin d’Apollon du jardin de Versailles. Elle va aussi se doter d’un chais pour exploiter les vignes qui devraient y être plantées.

Les appartements « parisiens » feront en moyenne 500 mètres carrés et ils sont vendus 230 000 euros.

Ce projet est une idée de Lou Zhongfu, PDG du groupe Guangsha, premier promoteur privé de Chine, qui adore la France où il s’est rendu plusieurs fois. La fin des travaux est prévue pour 2015.

La carte satellite Google du « Mini Paris ».

Arme de séduction massive

C’est l’histoire d’un diplomate en poste à Pékin, délaissé par sa femme restée à Paris. « Monsieur Henri », c’est son nom, tombe amoureux de son interprète. Un petit roman à l’eau de rose.
Petit détail : « Monsieur Henri » est un officier de la DGSE, le correspondant officiel des services extérieurs français en Chine en poste depuis 1999.C’est là que l’affaire se corse, son interprète est une « concubine » chargée de retourner les « cibles » étrangères, à la manière des soviétiques.
Résultat : l’officier de la DGSE déserte et offre ses services à l’empire du Milieu après une année passée sur place. Une première en ce qui concerne la Chine.

Petit coquin.

A la DGSE, l’inquiétude est alors « terrible » car on ne connaît pas la nature des prestations effectuées – recrutement d’agents ? – et des informations transmises à Pékin – nature du dispositif de renseignement français en Chine ?

« Monsieur Henri » a été victime du « subterfuge de la belle » selon l’expression en vogue dans les services chinois : « de jolies jeunes femmes, pas farouches, plutôt que des barbons sérieux ».
Politiques, universitaires, militaires, espions, leurs « victimes » sont nombreuses. « Un attaché en charge du nucléaire en fera les frais ». Une anecdote parmi d’autres qui apporte la preuve des lacunes françaises en matière de sécurité à l’étranger. Quelques années plus tard, l’ex-officier de la DGSE serait toujours en Chine, vivrait « sous la bienveillante protection des services locaux » et aurait approché un représentant des Français de l’étranger pour savoir comment percevoir sa retraite. Sa « concubine » travaillerait pour une entreprise… française comme chargée de communication.

C’est l’une des nombreuses révélations que contient le livre Les diplomates, une enquête du journaliste Franck Renaud, qui sortira en juin, véritable plongée dans « l’univers feutré »  du quai d’Orsay et de ses ambassades.

Source : Marianne2

Crachez pas dans les nems

Un poste sur la Chine sur le blog que je vous conseillais en comment quelques postes plus bas.

C’est jour de marché à Beijing

Star Wars : La République Populaire contre-attaque

Le commandant de l’Armée de l’air chinoise a estimé que la militarisation de l’espace était un phénomène historiquement inévitable, marquant apparemment un revirement de la position de Beijing, a rapporté lundi la presse d’État.

La Chine avait inquiété la communauté internationale en janvier 2007 en procédant à un essai d’une arme antisatellite, tout en affirmant ne pas vouloir participer à une quelconque course à l’armement dans l’espace.

Xu Qiliang, numéro un de l’Armée de l’air, a estimé impératif que celle-ci développe des moyens offensifs et défensifs dans l’espace, dans une interview publiée dans le quotidien de l’Armée. « La compétition entre les forces armées se déplace vers le terrain spatial… cela est historiquement inévitable et constitue un développement irréversible », a affirmé M. Xu.

« Et puis regardez-moi tous ces beaux missiles. Ce serait vraiment dommage de ne pas les utiliser.« 

« L’Armée de l’air chinoise doit établir les principes d’une sécurité spatiale, des intérêts spatiaux et du développement spatial », a-t-il ajouté. « Nous devons construire un armement spatial qui réponde aux intérêts de notre nation et aux demandes suscitées par le développement de l’ère spatiale », a estimé M. Xu.

Pour le responsable militaire, la supériorité dans l’espace peut permettre à une nation de contrôler des zones de guerre, à la fois sur terre et sur mer tout en lui assurant un avantage stratégique. « Seule la puissance peut protéger la paix », a encore estimé le chef militaire, dans une interview donnée à l’occasion du 60e anniversaire de la création de l’Armée de l’air chinoise.

Pendant ce temps-là, la Russie ‘simule’ une attaque nucléaire sur la Pologne lors de manœuvres d’envergure. Quels farceurs ces Russes.

L’immobilier est une valeur sûre

Le 27 juin 2009 vers 5 heures 30 du matin, un immeuble inhabité en cours de construction rue Lianhuanan dans le quartier Minxing de la ville de Shanghaï a basculé sur un côté. Un ouvrier a été tué.

Riot

La scène s’est déroulée samedi à Shishou, dans la province centrale du Hubei. Des centaines de policiers casqués qui reculent devant une foule en colère, s’enfuyant en débandade sous les jets de pierres des protestataires.

La colère de la population est liée à la découverte, trois jours plus tôt, d’un cadavre devant un hôtel de la ville, celui du chef du restaurant de l’établissement. La police a conclu à un suicide, mais la famille a cru voir des traces de blessures à la tête. Très vite, des rumeurs ont commencé à circuler, selon lesquelles la police locale et la municipalité seraient actionnaires de cet hôtel…

Selon le site Global Voices Online, qui suit les blogs et sites chinois, la police aurait proposé le lendemain à la famille une somme de 35 000 yuans (3 500 euros) pour qu’elle accepte de signer le rapport officiel. La famille a refusé et le père a organisé une veille du corps de son fils, apportant même une bouteille de gaz et menacer de la faire exploser pour empêcher la police d’emmener la dépouille.

Lorsque vendredi la police a tenté d’emmener de force le corps du jeune homme, elle a trouvé 2 000 personnes pour l’en empêcher. Les premiers affrontements ont eu lieu vendredi, se transformant le lendemain en bataille rangée, mobilisant jusqu’à 40 000 personnes.