Tag Archive: Gloire Gloire Gloire


– Pfiou, dites-moi mon brave, il fait toujours aussi dégueulasse dans le coin ?
– Le climat est en effet assez capricieux, mais votre présence est un soleil réchauffant nos cœurs et nos âmes, Divin Magistère.
– C’est pas pour dire mais votre bled ferait passer la Belgique pour un pays désertique. Et donc vous voudriez faire construire un parc d’attractions par ici ?
– Un parc d’amusement permettrait un renouveau touristique qui mettrait en valeur notre belle région.
– Je dis pas le contraire mon vieux, mais c’est quoi votre idée ? L’Aqualud ? Des montagnes russes sous la pluie ? Le train fantôme mouillé ?
– Oh non, non, non, rien d’aussi recherché, Honorable Guide. Notre budget ne nous permettrait pas de telles excentricités. Nous avions pensé, dans un premier temps, creuser une large fosse au milieu de ce champ de betteraves qu’on voit là-bas, pour permettre aux visiteurs de… eh bien de s’amuser dans le trou, peut-être jouer avec la boue, s’enterrer, ce genre de choses que les jeunes adorent.
– Je vois. Ça manque quand même sacrément de gueule pour un parc d’attractions, vous ne trouvez pas ? Considérez le complexe géant Kim Jong-Land qui ouvrira prochainement ses portes sur la planète Mars. Voilà quelque chose qui a du panache, reléguant d’un seul coup tous les Disneys du monde au rang de trous à rats. Ayez un peu d’envergure, merde. Bon et sinon vous avez un nom pour votre parc ?
– Nous comptions sur votre esprit d’à-propos et votre spontanéité pour nous guider sur le choix d’un patronyme, Très Haut Dissécateur Des Rêves Et Des Passions Humaines.
– Le-pire-bled-du-monde-land, qu’est-ce que vous en pensez ?

Publicités

– Dites donc Kwon, qu’est-ce que c’est que cet accoutrement ? Vous êtes en deuil ? Votre femme s’est jetée sous une moissonneuse-batteuse ?
– Pas du tout, Inatteignable Cime de l’Excellence, j’ai simplement pensé qu’un ensemble noir possédait une certaine classe qui me permettrait de ne pas mourir instantanément de honte à côté de votre élégance naturelle.
– Oui eh bien vous ressemblez à un croque-mort, Kwon, un putain de fouilleur de tombes. Qu’est-ce que c’est que cette nouvelle lubie de s’habiller en noir, les gars ? À part See-Yun ici présent qui va bientôt claquer de toute façon, je ne vois pas pourquoi vous autres vous vous entêtez à porter du noir. Vous n’allez pas me dire qu’il va vous manquer quand même ? À propos See-Yun, cette métastase, ça avance ?
– Elle se développe à une vitesse constante, ô Mémorable Adjudicateur de Sérénité.
– Bien, bien, je suis content de l’apprendre, je vous avoue que vous êtes l’un des conseillers les plus chiant qu’il m’ait été donné de connaître, je ne suis donc pas fâché de vous savoir sur le départ.
– Je suis heureux d’apprendre que ma mort ne sera pas inutile, Très Haut Critère de Perfection.
– Oui enfin c’est surtout votre vie qui était inutile, n’est-ce pas ? Quant à vous deux, Pin et Maen-Wo, vous croyez que je n’ai pas remarqué que vous portiez exactement la même parka que moi ? Vous vous foutez ouvertement de ma gueule ou quoi ? Je sais bien que je suis un exemple toujours renouvelé de style et d’élégance mais faites un effort d’originalité, que diable. Si je vous laisse faire je vais vous voir arriver demain avec une chapka et des Ray-ban, je me trompe ? Laissez-moi vous dire que ça n’arrivera pas, vous serez fusillés avant la nuit. Lin ?
– Oui Votre Jubilante Synthèse de Tout le Cosmos ?
– Vous êtes vraiment fringué comme un plouc, Lin, j’ai honte de traîner avec vous.


Cette entreprise lui permettra sans aucun doute de relever sa cote de popularité, tombée à son plus bas depuis sa naissance, comme l’atteste cette seconde vidéo :

Why settle for a lesser evil ?


– Nous voilà bien maintenant, avec un peuneu en rade. Comment on va remonter ça ? Li-Pan, vous avez une idée ?
– Ne pourriez vous pas,
Grand Architecte de l’Univers, faire léviter ce pneu par la concentration de votre puissance psychique pour le refixer ensuite à sa place en tordant l’espace-temps au niveau des boulons ?
– Euuuuuuuh… Oui bien sûr je pourrais faire ça mais bon je suis pas trop dans le mood pour ça maintenant vous voyez mon petit Li-Pan alors si vous avez d’autres suggestions elles sont les bienvenues.
– Et si vous nous téléportiez tous jusqu’au bureau, ô Inégalable Stupéfiance ?
– Oui alors euuuuuh la téléportation c’est super mon petit Song mais euuuh il fait vraiment trop froid pour utiliser ça maintenant hein, je veux dire moi ça va je m’en fous, mais vos petits corps chétifs dotés d’un métabolisme des plus faible ne supporteraient pas le voyage alors on oublie la téléportation pour aujourd’hui si vous le voulez bien.
– Plutôt que de bouger nous-même, pourquoi ne pas déplacer l’univers entier pour amener le bureau jusqu’ici, Infaillible Tigre de Savoir ?
– Pas bête Senji, pas bête du tout, j’y avais d’ailleurs pensé mais ce que vous ne semblez pas réaliser c’est que euuuuuh le bureau ne tiendrait pas tout entier sur cette petite route de corniche. Vous y réfléchirez à deux fois avant d’ouvrir la bouche le prochain coup Senji.
– On pourrait utiliser Li-Pan comme roue de secours…
– Ahahaha. Ce serait vraiment une bonne idée si Li-Pan était un peu moins maigrichon. C’est dommage, il va falloir manger beaucoup plus à la cantine si vous voulez nous tirer d’affaire la prochaine fois, mon cher Li-Pan.
– Dans ce cas vous pourriez tout simplement avancer le temps jusqu’à ce soir, Sublime Vision de Bonheur Intersidéral, comme ça on n’aurait pas besoin d’aller au bureau.
– Ah non, hein, il est hors de question que cet incident passager vous permette de tirer au flanc. Vous me ferez cinq heures de photocopieuse pour avoir eu cette idée, Chong.
– Et si on appelait une dépanneuse ?
– A… Appeler une dépanneuse ? M’enfin vous n’y pensez pas, Chen. Une dépanneuse ! Quel manque de classe !

Tranche de vie a PyongYang (13)


« … et baisse les yeux quand j’te parle !
– Oui, Noble Vizir de l’Invisible …

– Ahahahaha ! Sen ! Vous ressemblez à un Klingon avec cette dinde enfoncée sur la tête.
– C’est toujours un plaisir de divertir sa Vénérable Hégémonie Cosmique. Son humour est des plus fin.
– Rajoutez un peu de sauce brune là, oui comme ça c’est parfait. Maintenant gloussez et dandinez-vous. Ahahahaha. Vous êtes né pour ça mon cher Sen.
– Je n’en doute pas, Très Haut Juge du Caractère et des Valeurs Humaines.
– Ahaha ! Finalement j’ai bien fait de ne pas vous jeter du train quand je vous ai surpris à fouiller dans ma collec d’hôtesses de l’air. Je ne regrette pas de vous avoir gardé.
– Vous m’en voyez comblé, Sérénissime Héros à l’Incomparable Eclat.
– Maintenant, remplissez vos chaussures de légumes et faites-moi un petit numéro de claquettes.
– Tout de suite votre Grâce.
– Voilà… Retirez vos chaussettes… Rajoutez encore des brocolis, Sen, j’ai jamais pu avaler ces trucs-là. Ahahaha ! Bravo, on dirait un paysan russe en pleine mazurka. Ahahaha ! J’ai hâte qu’on soit au dessert.

– Approchez, approchez, venez goûter mes belles pommes. Elles sont pas belles mes pommes ? On vient de les cueillir, toutes fraîches du verger, vous pouvez me croire. Et pas de pesticides, hein, aucune de ces saloperies chimiques que les capitalistes obligent leur population corrompue à avaler, non ma bonne dame, de belles pommes de vergers cultivées à la mode socialiste, comme on sait plus le faire que chez nous. Faut profiter de l’aubaine madame, des vertes des jaunes des rouges, y’en a pour tous les goûts. Allez quoi, tâtez-moi un peu ces belles pommes juteuses. Sentez-moi ça. Sentez ! Ça sent bon la terre et le socialisme à plein nez. Des pommes comme ça vous en trouverez pas ailleurs c’est moi qui vous le dit. Alors combien vous m’en prenez ? Hein ? Vous voulez pas de mes pommes ? Mais bordel, des paysans ont donné leur vie pour vous fournir de putains de belles pommes comme ça et v’là que madame fait sa bourgeoise. Oh ! Tu vas m’en prendre deux ou trois kilos sinon c’est moi qui vais t’en mettre une belle, la grosse. Je rêve, là. De vraies pommes socialistes et tout. Comprends pas. Pourtant une campagne électorale avec des pommes ça marche à tous les coups, qu’on m’avait dit.

Dis mah possee, yo
Red hats, bling, ties
Mah Top Five Niggaz
Stealin’ riches
Fallin’ bitches
I found mah niche
In ur ass, bitch
Dis beat we be droppin’
Da world we be freakin’
Snatchin’ success
In da process
Ah remain on top
Cuz ah ain’t singin’ no j-pop
Japanese bitch can suck mah dick
Tis how ah deal with nippon shit
Ya can’t catch meh
All you can see
A yellow mess
All over ur face
Mah homies be laughin’
And am off be kickin’
Yankee ass fo’ changin’
Yo
Mah flow no one can blow
Yours’ too heavy, yours’ too slow
Ah am leading tha show
Fo’ sure and fo’ever, not just fo’ now

Reprezent

– … et voilà comment, à partir de dix tonnes de blé, nous pourrons produire plus de cinq cent kilos de beurre radioactif.
– C’est formidable mon cher Dr. Jun. Grâce à vous nous allons donner un nouveau sens au concept donner du jaune. Et croyez-moi, les Japs vont s’en prendre plein.
– Servir mon pays et la science sont mes uniques préoccupations, ô Etoile Quantique de Surgénération.
– Vous reléguez la catapulte à blé au rang de vulgaire joujou pour dictateur africain sur ce coup-là, Jun. C’est le caporal Tong qui va faire la gueule hahahahaha !
– Merci, Resplendissante Source du Savoir Multiséculaire.
– Dites-moi Dr. Jun, tous les scientifiques ont une tête d’ahuri comme la vôtre ou bien vous avez tellement été défavorisé par la nature que vous avez décidé de vous venger d’elle en la salopant avec vos doigts plein de science ?
– Je… je ne comprends pas, Fierté Solaire de tout le Corpus Scientifique Terrestre.
– Allez Jun, me la faites pas. Vous devez pas vous serrer beaucoup de meufs, n’est-ce pas ? Surtout fringué comme vous l’êtes. La blouse blanche ça rendrait frigide une hôtesse de l’air sur un vol Pyong Yang/Las Vegas. Demandez à mademoiselle ici présente. C’est pas le beurre radioactif qui te fait mouiller, n’est-ce pas ma grande ?
– Hihihihihihi.
– Bon allez, je vous laisse retourner vous branler dans vos éprouvettes. J’espère que le foutre dans les mottes de beurre ne fausse pas trop les résultats, Jun.
– Seigneur et Maître Incontesté, une chose pareille jamais…
– C’est bon Jun, lâchez-moi la grappe, mademoiselle va se charger de la prendre en main et d’en tirer du jaune de première qualité, et pas radioactif celui-là. Hahahahahahaha !
– Hihihihihihihi.

– Dites-moi Kun…
– Inaltérable Sculpteur d’Éternel ?
– Ça fait bien une semaine qu’on ne parle plus de moi. C’est inadmissible.
– C’est que les petits gars sont partis en quête de nouveaux superlatifs qui déchirent pour impressionner votre Altesse à Tout Jamais Grandiloquente. Il faut bien dire que ces derniers temps on a usé les trois quarts des mots du dictionnaire.
– Ah oui enfin en attendant je suis un peu en manque de flagornerie. Il va falloir vous défoncer Kun, sinon pour vous c’est gibet demain dès l’aube.
– Je comprends et j’approuve, ô Comète Philantrope Descendue Bénir l’Homme et l’Honorer de son Éclat.
– Hmmm, c’est du bon ça, Kun, mes félicitations. Allez ! Je vous nomme ministre des superlatifs et autres épithètes. On ne dira pas que je ne sais pas apprécier et généreusement récompenser les efforts de mes subordonnés.
– Hue est l’actuel ministre des superlatifs, votre Excellence à Tout Jamais Présente à nos Cœurs.
– Eh bien il me semble que nous avons une potence de libre demain matin.
– Votre Divinité Resplendissante est pleine de ressources… Tenez ! Voilà un de vos fiers soldats qui s’en revient de sa mission.

– Grand Astre Haltérophile Proclamateur de la Fonte des Neiges !

– Kun…
– Oui, Inamovible Phare de Justice et de Vérité ?
– Faites rajouter une corde pour demain.

Tranche de vie à Pyong Yang (8)

– Dites-moi colonel Tak…
– Impérissable Tonitruance ?
– Qu’est-ce que c’est que ça ?
– Euh… Un photographe ?
– Ne jouez pas au con Tak, je ne vous parle pas du photographe mais de ces végétaux que j’ai sous les yeux.
– C’est un champ de bambous, Eblouissant Prince à la Coiffure de Rêve.
– Et pourquoi m’avez-vous emmené voir un champ de bambous, Tak ?
– C’est… c’est bien vous, ô Splendide Sage Immortel qui avez dit : « Pour avoir la guerre, prépare la guerre ». Alors on développe de nouvelles armes inédites. Pour la guerre. Ô Galvanisant Refrain Guerrier.
– Un champ de Bambous. Comment voulez-vous faire la guerre avec un champ de bambous, Tak ?
– C’est que… On avait pensé… Peut-être… Avec une catapulte à bambous ?
– Une catapulte à bambous… Vous avez fumé de l’opium, Tak ? Une catapulte à bambous. Pourquoi pas un fusil à tomates pendant que vous y êtes ?
– C’est que, après la catapulte à blé, on s’était dit que…
– La catapulte à blé est une merveille technologique que le monde entier nous envie, Tak. Elle nous apportera sans doute possible la victoire sur le champ de bataille. Une catapulte à bambous ne fera que nous attirer quolibets et ricanements sarcastiques. Intolérable.
– Je me confonds en excuses, ô Ultime Glaive Syntaxique.
– Bonté de Moi mais vous m’avez pris pour un panda ou quoi ?
– Oh ! Superbe Songe Mouillé ! Jamais cette idée ne m’a effleuré l’esprit. Je dois cependant vous avouer que je vous imagine quelquefois déguisé en Hello Kitty, ô Universel Synonyme de Gloire Perpétuelle.
– Tak ?
– Infaillible Perpétuateur du Cycle des Saisons ?
– Ces bambous serviront à vous empaler, Tak, vous et votre section de soldats-fermiers qui m’ont fait pousser ces trucs inutiles.
– Avec joie, Etourdissant Moteur du Monde.
– Assez traîné ici, j’ai du jaune à mettre, moi.