Tag Archive: Nouvelles technologies et tout le bazar


La 3D en 3 dimensions

Les daims de Nara comme en vrai ! (sauf que ceux-là vont pas venir te bouffer ta glace des mains)

Le groupe japonais Sharp a présenté un petit écran tactile, en couleur, qui reproduit des vidéos 3D. La grande innovation est que cet écran ne nécessite pas le port de lunettes.

Toutefois, pour voir l’effet en relief, il est nécessaire d’être juste en face du petit écran, à 30 cm de distance. «Nous ne savons produire que de petits écrans dans cette technologie. Au plus, de 12,7 cm de diagonale. Il faut être bien en face, sinon la perception de 3D s’estompe», explique Patrick Chardin, directeur chez Sharp France. Pour élaborer sa nouvelle technologie, le groupe japonais a amélioré ses précédentes innovations. Il y a trois ans, à Tokyo, Sharp avait présenté une technologie originale qui permettait à trois personnes de regarder, en même temps, un programme différent diffusé par le même téléviseur, en fonction de la position de chacun face à l’écran. Chaque point de l’écran diffusait une image différente selon l’angle de vision du téléspectateur.

Selon ce même principe, avec une image émise pour chaque œil, la division semi-conducteurs de Sharp a conçu son nouveau dispositif d’écran 3D qualifié d’«effet entrelacé». Le surcoût par rapport à un écran traditionnel n’est pas excessif. Car l’écran en relief est constitué d’une dalle LCD classique sur laquelle est posé un filtre.

Mais à cause de sa taille limitée pour l’effet 3D, «nous visons trois marchés : les consoles de jeux portables, les smartphones (NDLR : téléphones mobiles pour surfer sur Internet) et les écrans embarqués, comme ceux des GPS dans les voitures», ajoute Patrick Chardin.

La production devrait débuter en septembre. L’un des premiers objets qui pourra utiliser cette technologie devrait être la prochaine console de jeux portable 3DS de Nintendo, annoncée la semaine dernière et promise pour 2011.

SixthSense

Ça y est. On y arrive. La superposition du réel et du virtuel sans l’interposition du hardware. Ça vous rappelle quelque chose ? 7ème protocole, Serial Experiments Lain et tout le bazar…?

Tout ce que vous avez pu voir sur la réalité augmentée c’est du pipi de chat comparé à ce que Pranav Mistry, du MIT, a présenté en novembre 2009. Ne vous laissez pas tromper par le début de la vidéo, c’est à partir de 5:00 que ça décolle (et je ne saurais trop vous conseiller l’intégration des sous-titres – disponibles en français – car l’accent du monsieur est loin d’être oxfordien ^^).

Ce type est clairement génial. Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé (standing ovation à la fin).

Le futur du jeu non-vidéo réside-t-il dans la vidéo ?

Voilà ce que j’appelle de l’innovation intéressante en matière de jeux de rôles/jeux de plateaux.

Toujours est-il que je reste de l’avis de l’auteur de l’article (qu’il faut cliquer ici pour lire, donc. Je sais c’est dur) : une partie du plaisir des jeux de plateaux réside dans la manipulation de pièces en carton ou en bois, dans le déplacement de figurines, dans le tirage de cartes. Ce ne sont pas des écrans miniatures et des images mobiles qui vont rendre le jeu de plateau obsolète.

Apple Pie

Je parle encore d’Apple. Ça devient inquiétant. Mais je voulais vous signaler cet article assez intéressant sur l’iPad, ou plutôt sur son microprocesseur, le A4. En effet, l’auteur soutient que la véritable révolution de l’iPad se trouve là. Apple, développant maintenant ses propres puces, n’est plus dépendant des fabricants. Ce qui me laisse penser que peut-être les nouveaux Macbook Pro ne seront pas dotés des microprocesseurs intel i5 et i7 mais bien de puces A4 made in Apple.

L’article en question.

Croque la pomme

Ce soir c’est la grand-messe Apple. Une conférence de presse très attendue au cours de laquelle Steve Jobs devrait présenter la tablette Apple, au nom probable d’iSlate. La conférence commence à 19h heure de Paris (et de Toulouse aussi, d’ailleurs, tiens), et il est possible de la suivre en direct sur pas mal de sites, genre ici.

Je vais sans doute d’ailleurs suivre ça en live. Non, je n’ai pas – encore – tourné fanatique de la pomme, mais j’espère qu’en plus de leur tablette (dont je me fous éperdument), Steve Jobs va annoncer la sortie prochaine de nouveaux Macbooks Pro, upgradés à l’i5 et i7 d’intel. Parce que voilà, je me suis décidé, je passe sous Mac (désolé ma puce ^^). Je sais qu’il y en a un qui a les larmes aux yeux en lisant ma dernière phrase.

Comme tous les sites spécialisés recommandent de ne pas acheter de Macbook Pro pour cause de mise à jour imminente, je vais toutefois attendre l’annonce d’une date de sortie de ces nouveaux Macbooks Pro puis leur sortie effective. Quitte à investir dans un ordinateur de combat, autant être à la pointe, s’pas ? Surtout que je vais faire sauter la TVA donc ça réduit bien le prix quand même (à 21% de TVA tu m’étonnes).

No comment


Un autre prototype, moins bluffant :

Present Day. Present Time.

Une vidéo qui va faire plaisir à Lapsus.
Là on se rapproche des innovations conceptualisées dans Serial Experiments Lain il y a plus de dix ans. Réalité augmentée. Vivement que tout ce bazar soit intégré à notre champ visuel, qu’on n’ait pas à se trimballer un iphone devant les yeux pour profiter de tout ça.
Voir cette vidéo pour l’illustration d’une application orientée ‘Facebook/MSN irl.’

Welcome to the Wired.

La vidéo 6 est elle aussi bien bien impressionnante. Lapsus tout ça c’est exactement ce dont je te parlais l’autre soir sauf que dans mon idée ce devrait être intégré à la vision (pas besoin de téléphone, de hardware).

Par contre laissons tomber pour le moment la fonction ‘je-me-suicide-pour-uploader-ma-conscience-sur-le-réseau’, je crois qu’elle est pas encore au point 😉

Quand toutes ces différentes applications seront intégrées sur un même appareil (parce que la réalité augmentée incorporée c’est quand même pas pour demain) je craquerai pour en acheter un. En attendant…

Cliché historique : la première conversation téléphonique

– ……Krrrchh…..Krrrrk….. Ouais ! Tu m’entends ? …Krrc… Bon… Alors on en était où ? Ouais …..Brrk……. 5 Happy Meals dont 2 avec Coca, 2 Sprite et 1 Fanta ….Chrrrkrr…. 3 menus Nuggets avec grandes frites et grands Cocas et… Hrrrckk…. Quoi ? ….Schhr…. Non ! 3 ! C’est ça ! Cocas ! ……Grrrkkrk…… Et puis 4 grands menus Big Mac, Cocas aussi …Hrrrkk……Kraakkkcchh…… Allô ? Allô ??? ……Sccrhhhkk….. Ouais ! C’est bon ? T’as tout ? Demande du rab de mayo pour les frites. Et n’oublie pas les serviettes. *Click* Eh bien, messieurs, on n’est pas prêt de bouffer.

Google is God

Je découvre, avec bien du retard mais plein d’émerveillement, l’outil Street View de Google Maps et c’est quand même sacrément bluffant. Des centaines de villes du monde entier sillonnées par des voitures à l’appareillage photographique quadrillant l’espace à 360°, shootant tous les 20-25 mètres une série de photos pour un rendu panoramique époustouflant. On a vraiment l’impression de se balader en caisse dans les villes concernées. Et puis tant qu’à faire, ne voyageons pas dans n’importe quelle caisse :

Mouais… J’aurais préféré une Ford Mustang, enfin bon.

Je me suis baladé dans Paris, passé devant l’appart des parents (j’ai pas vu ma sœur). Toute la ville est disponible, c’est dingue. Je sais pas combien de temps ils ont passé dans les embouteillages mais ça doit être épique.
J’ai bien entendu commencé l’exploration de Tokyo, tant et si bien d’ailleurs que je commence à me demander si ça vaut le coup d’y aller. C’est vrai quoi, maintenant qu’on peut visiter partout dans le monde sans bouger le cul de sa chaise, où est l’intérêt ? Je connais Shibuya comme ma poche et je suis aussi passé devant Fuji TV (j’ai pas vu Mari Yaguchi).
Bon j’exagère bien sûr mais quand même c’est troublant.
Par contre Bruxelles n’a pas (encore) été couverte. C’est parce que personne n’en a rien à foutre de Bruxelles. Personne ne veut visiter cette ville, même virtuellement. Bande de béotiens.

Je vous invite chaudement à aller jeter un oeil à ce complément remarquable à Google Earth et Google Maps. L’utilisation en est fort simple : une fois dans Google Maps, entrez le nom d’une ville dans la barre de recherche (je doute que Bourg-en-Bresse ou Ouagadougou soient dispos mais vous pouvez toujours essayer). Localisez le petit bonhomme jaune… :

Un petit bonhomme jaune. Sans doute un Japonais.

… et tirez-le jusqu’à la carte elle-même. Les rues qui s’éclairent en bleu sont celles qui sont inventoriées dans le Street View. Dirigez-vous ensuite avec les flèches et la souris. Bonne balade.

Avant de vous laisser je vous propose une petite sélection de clichés assez comiques pris tout à fait innocemment par les véhicules Google lors de leurs pérégrinations cartographiques.

T’inquiète pas, vieux, je dirai rien à ta femme.

The Nightmare of Fabrication

Vous êtes instamment priés de lire cette courte bande dessinée extraite de Visual Experiments, le superbe artbook de Serial Experiments Lain.

Avec une couverture qui claque, ce qui ne gâte rien.

A noter, pour ceux qui connaissent la série, que l’histoire qui suit n’y trouve pas d’équivalent. Elle est indépendante et explore tout simplement un autre aspect du cyberpunk, éludé dans l’anime, je veux parler de la robotique/cybernétique.

Quant à ceux qui n’ont toujours pas maté cette série (alors qu’elle traîne sur leur disque dur), je n’aurais qu’un mot : PUTAIN ESM MATE CETTE SERIE TU VAS VOIR ÇA DECHIRE DEMANDE A LAPSUS COMME JE L’AI FAIT CHIER PENDANT DES ANNEES ET FINALEMENT ÇA VALAIT LE COUP MÊME SI A LA BASE IL EST COMME TOI IL AIME PAS TROP LES MANGAS.
Bon d’accord, il y a légèrement plus qu’un mot. Mais merdeuh. Bordel. eSm. Watch it.

Ah ouais donc, la BD. (eSm tu peux la lire direct comme je l’ai dit plus haut peu de lien avec l’anime donc pas de spoiler, et puis ça te fera un bon teaser, voilà).

Brought to you by :
Tachibana General Labs

Une imprimante à jet d’encre pour produire des organes humains

Utiliser la technologie d’une imprimante à jet d’encre pour éjecter des cellules humaines et produire des organes, c’est l’idée originale qui a germé dans le cerveau d’un chercheur japonais afin de pallier à l’insuffisance de donneurs.

Un scientifique de cet acabit ne peut être qu’un des nombreux fils de Kim Jong-Il.

Le raisonnement est basique: un organe humain n’est jamais qu’un assemblage très ordonné de cellules. Reste qu’il est a priori difficile de le reproduire compte tenu de la taille minuscule des cellules, de leur diversité, de leur nature vivante et de leur positionnement complexe. Mais le chercheur japonais Makoto Nakamura a découvert que les gouttes d’encre bombardées sur du papier par une imprimante à jet d’encre avaient à peu près les mêmes dimensions que des cellules, et que l’impression d’une photo en millions de couleurs n’était pas moins compliquée. D’où l’idée de reproduire sur des milliers de couches superposées le motif cellulaire d’un organe pour le reconstituer en trois dimensions (3D), en exploitant la rapidité et la précision inégalées des imprimantes à jet d’encre.

« C’est comme construire un gratte-ciel à une échelle microscopique en utilisant différents types de cellules », a expliqué Makoto Nakamura lors d’une interview à Toyama, dans le centre du Japon. Pour connaître le motif à répliquer, il suffit théoriquement de scinder un organe en deux horizontalement pour en voir la coupe, c’est-à-dire la disposition interne des cellules. Une imprimante est ensuite programmée pour éjecter des cellules selon le même modèle cellulaire, en accumulant des milliers de couches les unes sur les autres. « Au final, j’espère faire un coeur », avoue ce chercheur de 49 ans qui enseigne également à l’université de Toyama. Bien qu’il reconnaisse qu’il lui faudra probablement une vingtaine d’années pour réaliser un tel exploit, cette prouesse ouvrirait la voie à la production en laboratoire de « bons coeurs » pour les patients attendant une transplantation. Un organe constitué à partir des cellules du receveur pourrait en outre éliminer les risques de rejet.

M. Nakamura est pour le moment parvenu à construire un tube d’un millimètre de diamètre avec deux types de cellules vivantes, volume qui a une structure similaire à celle d’un vaisseau sanguin. Il a également fabriqué un cylindre d’un dixième de millimètre de diamètre, équivalent à celui d’un cheveu. Le chercheur travaille avec une « imprimante biologique », dérivée d’un modèle à jet d’encre, que son équipe a mis trois ans à adapter. Après bien des déboires (bouchage des buses d’impression pas conçues pour des cellules), il est parvenu, à force de persuasion, à intéresser un responsable du fabricant Epson, qui lui a fourni une assistance technique.

L’imprimante cellulaire mise au point est capable d’ajuster le jet avec une précision d’un millième de millimètre et de construire un tube de cellules d’un centimètre et demi de haut en une minute. En 2003, M. Nakamura est parvenu à démontrer que les cellules survivaient même après être passées par les buses, devenant ainsi l’un des premiers chercheurs au monde à créer une structure en 3D à l’aide de la technologie à « jet de cellules ».

Ancien pédiatre, M. Nakamura a décidé à l’âge de 36 ans de se consacrer à la recherche pour fabriquer des organes et sauver ainsi des vies. « J’ignore vraiment quelles seront les applications futures, mais cette technologie sera indispensable pour positionner les cellules souches », prédit-il.

L’article vient du Soir.be

Mobile Outdoor Augmented Reality

Tout le monde est connecté.

Comment faire pour mélanger réel et virtuel ? Quels en seraient les avantages, les potentiels, les dangers ? A-t-on besoin du hardware ? Beaucoup de questions pour le futur du Wired, pardon du Net. Certains tentent d’y répondre :

Augmented reality (AR) is the registration of projected computer-generated images over a user’s view of the physical world. With this extra information presented to the user, the physical world can be enhanced or augmented beyond the user’s normal experience. The addition of information that is spatially located relative to the user can help to improve their understanding of it.

We have written a number of applications which use Tinmith technology in order to perform outdoor augmented reality tasks. The Tinmith-Metro application is our main application, demonstrating the capture and creation of 3D geometry outdoors in real time, leveraging the user’s physical presence in the world.

The first example is what we call street furniture. The user can place down objects such as trees, tables, light posts, and other outdoor items. Using the gloves, the user can manipulate these objects into the correct position, and then scale and rotate them as well. This application is useful for performing landscape gardening type tasks, and allows designers to place down objects, and see what they look like in the environment before using a real shovel and purchasing real items.


The second example is what we call construction at a distance. Using this technique, the user can place down simple primitives (such as large planes) and use these to form the shapes of buildings, either existing already, or creating them from scratch. Once these primitives are in place, users can perform carving operations and texture mapping to increase the complexity of the model. This technique can be used to model structures such as buildings, automobiles, and trees.

User Interface

By combining these operations with street furniture, it is possible to build complete worlds, either to model the existing world, or to create new worlds from scratch. For existing buildings, builders and architects can capture the geometry of existing buildings, and then make modifications to see what they will look like in the real world. For new buildings, designers can walk around outside creating objects, and then show them to potential customers before having to physically build any objects. The customer can then make changes and observe these in real time to build the perfect house and garden, and see these in the exact real world location.


We have been developing these AR systems since 1998. Our first backpack systems were large, fragile, bulky, and showed primitive images due to the technology available.

Effectivement un peu encombrant. En tout cas ça ressemble BEAUCOUP au matériel que porte l’aspirant Knight dans le layer #7 de Serial Experiments Lain

The whole new system weighs 4 kilograms. Battery packs are an additional weight of approximately 2-4 kg depending on operating time and battery technology used. The profile of the system is almost to the point where a large jacket could be worn over the top and conceal it.

Quelques vidéos du bidule en action

Bien entendu certains vont dire « ouais mais tant qu’il y aura pas Quake sur ce système ce sera du temps perdu. » Enfin bon franchement comment voulez-vous que… Oh !… Attendez… Vous avez dit Quake ?.

We modified the iD software version of Quake to work on a mobile AR computer. Using a GPS, orientation sensor, and a plastic gun, users can walk around in an outdoor environment playing Quake.

Le rêve de tout Quaker : jouer dans la rue.

We have built prototype systems that have been used for mining visualisation, military simulation, agriculture visualisation, and entertainment.
User’s can also use what we term ‘god-like techniques’ to communicate with people outdoors.

Welcome to the next level

And you don’t seem to understand (For Nerds Only)