Tag Archive: Putain encore un film débile


Énormissime

Ouh putain je suis en train de regarder un film, là, qui repousse les frontières de la crétinerie vers d’insoupçonnables horizons. C’est DE LOIN le truc le plus barré qu’il m’ait été donné de voir. De ma vie. Entière. C’est psychédélique à mort. Du Terry Gilliam sous bonbons acidulés. J’adore.

J’adore d’autant plus que c’est un film dans lequel jouent un bon nombre des Morning Musume de l’époque (2002), mais ne zappez pas tout de suite ! Elles sont vraiment là pour le délire.

Ça s’appelle Tokkaekko. Le scénar on s’en fout un peu, le film est juste un prétexte à une avalanche de scènes surréalistes et colorées, genre des petits canards qui font les cons, des mannequins en plastique qui jouent aux charades ou se bourrent la gueule, du télé-achat stupide vantant des accessoires inutiles tel le hula-hoop pour maigrir, une magicienne de l’hyper-espace qui s’amuse à électrocuter des extra-terrestres pour passer le temps, ce genre de choses bien débiles.
Bon je sais pas trop comment vous donner envie de voir ce film, à part en vous balançant une petite flopée d’images, surtout que je sais bien que la plupart d’entre vous ne sont pas des amateurs de sous-culture japonaise, mais là franchement ça vaut vraiment le coup d’essayer, ce film est follement idiot et totalement loufoque.

Pour les aventuriers du rire disposés à se laisser porter par le délire et le n’importe quoi, vous pourrez télécharger ce film via ce site. Il faut cependant y être inscrit (facile et gratuit, hein), aussi je vous fournis également un lien pour le voir en ligne (en plusieurs parties et en sacrément moins bonne qualité quand même).

Publicités

Dai-NipponJin, le film de Matsumoto Hitoshi (2007)

Voir les commentaires à ‘Don’t Startle The Kids‘, deux posts plus bas.

J’ai la flemme de vous faire un synopsis du film (que je n’ai de toute manière pas vu) alors je vous renvoie à cette excellente fiche. Elle est très complète en ce qu’elle retrace le parcours de Matsumoto dans la comédie, notamment Downtown, le duo (Matsumoto et Hamada) à l’origine de l’émission Gaki no Tsukai et des Batsu Game (aka les ‘Don’t Laugh’ (Batsu = punition)).

Pour faire court : pseudo-documentaire sur le dernier super-héros (mais pas fier de l’être) du Japon ; humour absurde et non-sensique comme on l’aime ; une galerie de monstres traditionnels et/ou improbables ; au coeur du fim, la déconstruction du mythe du super-héros ; présenté à Cannes où il a été reçu comme « l’OVNI de 2008 ».

Vous pouvez voir un teaser à cet endroit.

British Zombie Sheep

Si avec ce genre de titre on se ramasse pas la patate de lecteurs je sais pas ce qu’il faut. Bon ça manque un peu de ‘bikini bombshell babes’ mais je fais ce que je peux. Après tout, hein, this is England, not America.

For the Queen and Empire.

Black Sheep est un film de zombies british, donc. Si vous avez vu Shaun Of The Dead vous avez déjà le sourire (si vous n’avez pas vu Shaun Of The Dead veuillez retourner à la case N°1 de ce post, voir ce film et recommencer à lire, merci) parce que quand les Anglais font un film de zombies ça ne peut que partir en live. Dont acte.

Don’t fuck with me.

Dans Black Sheep il ya des moutons et des zombies. Non. Dans Black Sheep il y a des moutons zombies. Ça vous paraît ridicule ? Réfléchissez un peu. Les zombies se déplacent en groupe, plutôt lentement, et ils possèdent le QI d’un… d’un…. disons d’un troupeau de moutons. Eh ouais.

Et comme ces moutons sont Anglais ils ont quand même une bonne dose d’humour. Du coup on ne s’ennuie pas une seule seconde dans ce remake d’Ovin Dead.

... et alors la blonde répond : « c’est parce qu’on est lundi ». Hahahhahaha.

Je vous ai évidemment dégotté un petit trailer. On se croirait dans Lambs4Dead… Pardon, Left4Dead.