Tag Archive: Y’a rien de plus cool que l’espace


Instructions: laissez charger (vidéo HD), puis regarder en plein écran

Astronomer’s Paradise from Christoph Malin on Vimeo.

Geek Hour #2 (EVE ONLINE)

Voile Solaire

L’Agence spatiale japonaise (JAXA) lancera le 21 mai une mission vers Vénus afin d’étudier le climat de la planète. La sonde Akatsuki doit quitter la Terre à partir de la base de l’île de Tanegashima, au sommet d’une fusée H-IIA. La sonde japonaise doit rejoindre celle de l’Agence spatiale européenne qui étudie la planète depuis 2006.

Akatsuki devrait arriver dans le secteur de Vénus en décembre 2010 pour une mission qui durera au moins deux ans. Après s’être placée en orbite, elle doit notamment fournir des données susceptibles d’aider les scientifiques à comprendre comment fonctionne la circulation atmosphérique sur cette planète, grâce entre autres à trois caméras infrarouges et d’un imageur ultraviolet. Elle doit aussi permettre de déceler la présence de phénomènes météorologiques, comme des éclairs, ou de l’activité volcanique.

Hissez la grand-voile ! Baissez le froc !

Mais la véritable innovation de cette mission se situe dans le déploiement par le lanceur H-IIA du module IKAROS (Interplanetary Kite-craft Accelerated by Radiation Of the Sun – les Japonais nous prouvant au passage qu’ils sont aussi bons pour composer des acronymes que pour cuisiner du poisson), qui doit tester un prototype de voile solaire.

La propulsion solaire utilise la pression des radiations provenant de la lumière. Chaque photon frappant la voile transmet son impulsion au vaisseau, lequel prend lentement de la vitesse. Une voile solaire peut atteindre des vitesses 5 à 10 fois plus élevées que des fusées propulsées par des carburants conventionnels.

La vidéo suivante décrit précisément (et en Japonais, mais les images parlent d’elles-mêmes) le fonctionnement de ce système de propulsion futuriste.

Le lancement était prévu pour le 18 mai mais des conditions météorologiques défavorables (« Haaaaar ! Capitaine ! Le vent est contre nous ! ») ont contraint au report de la mission pour le 21.

IKAROS se dirigera vers Vénus aux côtés de la sonde Akatsuki, mais l’équipe derrière le projet espère bien le voir voler le plus loin et le plus longtemps possible. Les instruments à bord du module enverront des données sur l’état du vaisseau et de la voile ainsi que les reports d’énergie. La JAXA espère pouvoir collecter des données pendant au moins un an.

Un successeur à IKAROS est déjà prévu, un vaisseau équipé d’une voile de 50 mètre de large qui voguera vers Jupiter aux alentours de 2020

Pour plus de détails vous pouvez lire l’article de National Geographic consacré au projet IKAROS.

La chouette photo du jour

On est prié de cliquer sur l’image pour l’admirer dans un format à peu près acceptable.

En mourant, une étoile émet gaz, poussière et glace. Ceux-ci prennent la forme d’un fantastique nuage appelé nébuleuse.

La nébuleuse de l’Aigle, étiquetée M 26, est située à environ 7000 années-lumière de la Terre et couvre environ 20 années-lumière. Elle est visible avec des jumelles en direction de la constellation du Serpent.
La fine colonne verticale de poussières d’étoiles en formation que l’on voit au centre de l’image un peu à gauche, est connue sous le nom de la fée de la nébuleuse de l’aigle.

L’image ci-dessus combine trois couleurs émises spécifiquement et a été prise par le télescope de Kitt Peak, en Arizona, aux USA.

Le télescope spatial a très souvent photographié la nébuleuse de l’Aigle.
L’image acquise en 1995 montrait déjà des détails très fins à l’intérieur de ses piliers de gaz, véritables pouponnières stellaires. De loin, ça ressemble à un aigle.
Un examen plus attentif de la Nébuleuse de l’Aigle, montre que la brillante région est en réalité une fenêtre au centre d’une plus grosse coquille sombre de poussière.
A travers cette fenêtre, un atelier très illuminé apparaît là où tout un amas ouvert d’étoiles est en train de se former.

Dans cette cavité, de hauts piliers et des globules ronds de poussière sombre et de gaz moléculaire froid demeurent là où les étoiles continuent à se former. Plusieurs jeunes étoiles brillantes bleues sont déjà visibles. Leur lumière et leurs vents soufflent les filaments restants ainsi que les murs de gaz et de poussière.

La deuxième mauvaise nouvelle du jour

Le projet américain de retour sur la lune va être abandonné.

Retour de lune

Ceci est le discours que le président Nixon devait lire à la nation Américaine au cas où les astronautes de la mission Appollo 11 Neil Armstrong et Buzz Aldrin se trouvaient bloqués sur la lune sans espoir de retour.

Le discours prévu pour le cas où la lune se révélait être une base spatiale de l’Empire était légèrement différent.

– That’s no moon. It’s a space station.
– It’s too big to be a space station.

Des patches militaires d’assez bon goût pour une fois

Marvin et Daffy étaient les badges officiels des missions Rover pour l’exploration de Mars lancées en 2003 par la NASA.

« Check out the spiffy outfits »

Moonwalk 1969

  • Décollage le 16 juillet 1969 de Cap Canaveral.
  • Libération de l’orbite terrestre après 2h33.
  • Accession à l’orbite lunaire après 75h50.
  • Séparation du module lunaire Eagle après 101h36.
  • Il se pose après 102h45 dans la Mer de la Tranquillité (après une approche en pilotage manuel prolongée du fait d’un site initial trop accidenté).
  • Premiers pas sur la Lune après 109h24 par Armstrong soit le 21 juillet 1969 à 3h56 UTC (même heure française) ou le 20 juillet 21h56 à Houston, devant des millions de téléspectateurs ébahis écoutant les premières impressions de Neil Armstrong. Buzz Aldrin le rejoint 15 minutes après.
  • Installation d’un réflecteur laser en aluminium. La perpendiculaire à ce réflecteur devait être orientée vers la Terre à 5° près et fut utilisée pour calculer la distance Terre-Lune depuis des observatoires terrestres.
  • Installation d’un sismomètre.
  • Récolte de 21,7 kg d’échantillons de sol lunaire.
  • Sorties extravéhiculaires de 2h31, représentant 250 mètres environ parcourus.
  • Le LEM rejoint le module de commande et la capsule Apollo restés en orbite lunaire avec Collins à bord.
  • Décollage après 124h22 (après 21h36 passées sur la Lune).
  • Amerrissage dans le Pacifique après 195h18.
C’était il y a tout juste 40 ans.
Parce qu’aujourd’hui on est obligé de se tourner vers le passé pour rêver du futur.

L’espace c’est décidément trop cool

On peut même y aller en tapis volant…

Space is the Place

L’astrophotographe français Thierry Legault prit cette photo à l’aide d’un téléscope amateur et d’un appareil digital, durant les 0.8 secondes du passage de la navette spatiale Atlantis devant le soleil. Le cliché date du 12 mai. Le lendemain, la navette Atlantis atteignait Hubble, le téléscope spatial, pour le rembarquer.
Bien entendu, pour apprécier pleinement une telle photo, vous êtes invités à agrandir l’image.

Et puis allez hop, en voilà encore une autre, directement issue du très recommandable site Astronomy Picture of the Day de la NASA :

Pour apprécier pleinement etc…

Tout ça pour se souvenir que l’espace reste le seul avenir de l’espèce.

Cyberpunk ou presque

Méta-gaming, espionnage, armées, ligues, corruption, piratage de serveurs. Dans le jeu ET dans la vraie vie. Voilà le quotidien d’EVE Online.

Le 5 février, un évènement d’importance a eu lieu au cœur de l’univers d’EVE. Jamais un cas d’espionnage in-game n’avait eu autant de répercussions.

BOB (Band Of Brothers) est depuis longtemps l’alliance la plus puissante d’EVE, des milliers de membres, les régions les plus riches, une stratégie expansionniste et un discours à la limite de l’arrogance:
« You’re facing no more than omnipotence itself »
« BOB, adding content to EVE since 2004 »
Ennemi naturel de Goon, rarement inquiété sauf lors d’une grande guerre qui ligua 80% du 0.0 contre eux, mais jamais détruits, et jusqu’alors engagés dans une guerre contre Goon, alliés à AAA, autre très grosse alliance.

Dans EVE, le méta-gaming (toutes les manœuvres hors du jeu mais qui ont un impact in-game) est possible et non réglementé. L’exemple le plus probant en est l’existence de spys, qui fournissent le contenu des forums, qui infiltrent les serveurs TeamSpeak, etc…
BOB est connu pour utiliser à fond le méta-gaming mais sur ce coup-là ils se sont fait avoir en beauté.

Chaque mois une alliance doit payer des frais, qui s’ils ne sont pas payés entraînent le disband de l’alliance… Un réseau très serré d’agents Goon a obtenu, après des mois de pression, la défection d’un dirigeant haut placé dans la hiérarchie BOB, lequel a bloqué les paiements de l’alliance, fourni des copies du forum privé des BOB aux services de renseignements Goon, et même détourné un montant astronomique de crédits avant de se faire transférer en vitesse à l’intérieur du territoire de l’alliance Goon. Résultat : l’Empire qui la veille encore faisait trembler la Galaxie EVE s’est effondré tel un château de cartes.


La Galaxie. Avant :


La Galaxie. Après :

(N’oubliez pas de cliquer sur les images pour bien prendre la mesure de la chute).

Si je me lançais dans un MMO ce serait sans conteste EVE Online, pour des raisons très simples, comme celles-ci :

Un post qui fleure bon Warhammer 40,000 et Civilization Call To Power


Seven years ago in the Pentagon cafeteria, two sci-fi-loving Marines shared a vision: to build a Space Shuttle-like « spaceplane » that could « instantaneously deliver Marine squads anywhere on Earth. » The two Marines, Roosevelt Lafontant and Franz Gayl, and their mildly crazy idea were the subjects of my Popular Science cover story from last year. « The whole idea still rings of science fiction, and the question is whether its proponents can corral the various technologies together to make the project possible, » I wrote.

But now the so-called Small Unit Space Transport and Insertion, or Sustain, has taken a step towards reality.
The SUSTAIN capability is a potential revolutionary step in getting combat power to any point in the world in a timeframe unachievable today.

L’article complet