Tag Archive: Tomorrow is today


SixthSense

Ça y est. On y arrive. La superposition du réel et du virtuel sans l’interposition du hardware. Ça vous rappelle quelque chose ? 7ème protocole, Serial Experiments Lain et tout le bazar…?

Tout ce que vous avez pu voir sur la réalité augmentée c’est du pipi de chat comparé à ce que Pranav Mistry, du MIT, a présenté en novembre 2009. Ne vous laissez pas tromper par le début de la vidéo, c’est à partir de 5:00 que ça décolle (et je ne saurais trop vous conseiller l’intégration des sous-titres – disponibles en français – car l’accent du monsieur est loin d’être oxfordien ^^).

Ce type est clairement génial. Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé (standing ovation à la fin).

Publicités

Present Day. Present Time.

Une vidéo qui va faire plaisir à Lapsus.
Là on se rapproche des innovations conceptualisées dans Serial Experiments Lain il y a plus de dix ans. Réalité augmentée. Vivement que tout ce bazar soit intégré à notre champ visuel, qu’on n’ait pas à se trimballer un iphone devant les yeux pour profiter de tout ça.
Voir cette vidéo pour l’illustration d’une application orientée ‘Facebook/MSN irl.’

Welcome to the Wired.

La vidéo 6 est elle aussi bien bien impressionnante. Lapsus tout ça c’est exactement ce dont je te parlais l’autre soir sauf que dans mon idée ce devrait être intégré à la vision (pas besoin de téléphone, de hardware).

Par contre laissons tomber pour le moment la fonction ‘je-me-suicide-pour-uploader-ma-conscience-sur-le-réseau’, je crois qu’elle est pas encore au point 😉

Quand toutes ces différentes applications seront intégrées sur un même appareil (parce que la réalité augmentée incorporée c’est quand même pas pour demain) je craquerai pour en acheter un. En attendant…

One Step Beyond

« You look tasty. »

Le 7 juillet, les entreprises Cyclone Power Technologies Inc annonçaient avoir complété la première étape du développement d’un système d’alimentation innovant destiné à propulser les Robots Tactiques Autonomes (EATR) commandés par la DARPA, l’agence pour les projets de recherche avancée de défense américaine. Ces robots doivent être capable d’accomplir de longues missions sans aucune intervention humaine pour l’entretien ou le ravitaillement.

Le projet original de Cyclone Inc. consiste à laisser ses robots se ravitailler eux-mêmes, sur la biomasse. En effet, le système robotique mis au point et en passe d’être breveté est capable de trouver, d’ingérer et d’extraire l’énergie des matières organiques présentes dans son environnement immédiat. Des rapports suggèrent que cela pourrait inclure des corps humains.

L’inquiétude grandissant et la rumeur enflant, notamment sur les sites FoxNews.com, FastCompany.com et CNET News, à propos de robots mangeurs de chair humaine, Cyclone Inc. a décidé de publier un communiqué récusant les précédents rapports. Selon eux, les robots développés n’utilisent de carburant que végétaux : branches, herbes, feuilles, qu’ils sont abilités à ramasser. Harry Schoel, le PDG de Cyclone Inc., ajoute : « Nous comprenons totalement l’inquiétude du public à propos de robots futuristes se nourrissant de chair humaine, mais ce n’est pas notre mission. »

« Pas encore, mais ça va venir, n’est-ce pas Harry ?« 

« Notre but actuel est de démontrer que nos machines peuvent créer de l’énergie verte à partir de matière végétale abondante et renouvelable. Les applications commerciales de cette solution énergétique à la pointe de l’écologie sont énormes. »

Bref, un discours écolo-sympa bien dans l’air du temps. Ce qu’ils veulent qu’on retienne à tout prix c’est que leurs robots sont vé-gé-ta-riens. Donc ce qui s’annonçait comme un robot tueur se nourrissant du cadavre de ses ennemis se révèle n’être au final qu’une tondeuse à gazon de combat. Déception.

Rappelons tout de même que l’outrage aux morts est un crime de guerre selon la Convention de Genève (article 15).

« À table ! »

Pentagon Pushes Soldier Telepathy Program

Jeanne d’Arc, es-tu là ?

Forget the battlefield radios, the combat PDAs or even infantry hand signals. When the soldiers of the future want to communicate, they’ll read each other’s minds.

At least, that’s the hope of researchers at the Pentagon’s mad-science division Darpa. The agency’s budget for the next fiscal year includes $4 million to start up a program called Silent Talk. The goal is to “allow user-to-user communication on the battlefield without the use of vocalized speech through analysis of neural signals.” That’s on top of the $4 million the Army handed out last year to the University of California to investigate the potential for computer-mediated telepathy.

Before being vocalized, speech exists as word-specific neural signals in the mind. Darpa wants to develop technology that would detect these signals of “pre-speech,” analyze them, and then transmit the statement to an intended interlocutor. Darpa plans to use EEG to read the brain waves. It’s a technique they’re also testing in a project to devise mind-reading binoculars that alert soldiers to threats faster the conscious mind can process them.

The project has three major goals, according to Darpa. First, try to map a person’s EEG patterns to his or her individual words. Then, see if those patterns are generalizable — if everyone has similar patterns. Last, “construct a fieldable pre-prototype that would decode the signal and transmit over a limited range.”

The military has been funding a handful of mind-tapping technology recently, and already have monkeys capable of telepathic limb control. Telepathy may also have advantages beyond covert battlefield chatter. Last year, the National Research Council and the Defense Intelligence Agency released a report suggesting that neuroscience might also be useful to “make the enemy obey our commands.” The first step, though, may be getting a grunt to obey his officer’s remotely-transmitted thoughts.

Katie Drummond and Noah Shachtman

Spéciale dédicace pour ma soeur qui a peur des robots

Le robot scarabée géant de la mort.

Le Kabutom MX-03 s’appelle ainsi parce que c’est le 3ème du nom. (et aussi parce que kabuto-mushi veut dire scarabée rhinocéros en japonais). Mesurant 11 mètres et pesant 15 tonnes, il a fallu onze ans à un Japonais pour bâtir ce monstre tout seul. Je ne doute pas une seule seconde que son projet soit de conquérir le monde. La vidéo est assez longue, pas sous-titrée, mais complètement bluffante. Vous y verrez par exemple les versions précédentes du scarabée, ou bien l’intérieur complètement aménagé.

Je veux cette unité dans Civ5 !

Mobile Outdoor Augmented Reality

Tout le monde est connecté.

Comment faire pour mélanger réel et virtuel ? Quels en seraient les avantages, les potentiels, les dangers ? A-t-on besoin du hardware ? Beaucoup de questions pour le futur du Wired, pardon du Net. Certains tentent d’y répondre :

Augmented reality (AR) is the registration of projected computer-generated images over a user’s view of the physical world. With this extra information presented to the user, the physical world can be enhanced or augmented beyond the user’s normal experience. The addition of information that is spatially located relative to the user can help to improve their understanding of it.

We have written a number of applications which use Tinmith technology in order to perform outdoor augmented reality tasks. The Tinmith-Metro application is our main application, demonstrating the capture and creation of 3D geometry outdoors in real time, leveraging the user’s physical presence in the world.

The first example is what we call street furniture. The user can place down objects such as trees, tables, light posts, and other outdoor items. Using the gloves, the user can manipulate these objects into the correct position, and then scale and rotate them as well. This application is useful for performing landscape gardening type tasks, and allows designers to place down objects, and see what they look like in the environment before using a real shovel and purchasing real items.


The second example is what we call construction at a distance. Using this technique, the user can place down simple primitives (such as large planes) and use these to form the shapes of buildings, either existing already, or creating them from scratch. Once these primitives are in place, users can perform carving operations and texture mapping to increase the complexity of the model. This technique can be used to model structures such as buildings, automobiles, and trees.

User Interface

By combining these operations with street furniture, it is possible to build complete worlds, either to model the existing world, or to create new worlds from scratch. For existing buildings, builders and architects can capture the geometry of existing buildings, and then make modifications to see what they will look like in the real world. For new buildings, designers can walk around outside creating objects, and then show them to potential customers before having to physically build any objects. The customer can then make changes and observe these in real time to build the perfect house and garden, and see these in the exact real world location.


We have been developing these AR systems since 1998. Our first backpack systems were large, fragile, bulky, and showed primitive images due to the technology available.

Effectivement un peu encombrant. En tout cas ça ressemble BEAUCOUP au matériel que porte l’aspirant Knight dans le layer #7 de Serial Experiments Lain

The whole new system weighs 4 kilograms. Battery packs are an additional weight of approximately 2-4 kg depending on operating time and battery technology used. The profile of the system is almost to the point where a large jacket could be worn over the top and conceal it.

Quelques vidéos du bidule en action

Bien entendu certains vont dire « ouais mais tant qu’il y aura pas Quake sur ce système ce sera du temps perdu. » Enfin bon franchement comment voulez-vous que… Oh !… Attendez… Vous avez dit Quake ?.

We modified the iD software version of Quake to work on a mobile AR computer. Using a GPS, orientation sensor, and a plastic gun, users can walk around in an outdoor environment playing Quake.

Le rêve de tout Quaker : jouer dans la rue.

We have built prototype systems that have been used for mining visualisation, military simulation, agriculture visualisation, and entertainment.
User’s can also use what we term ‘god-like techniques’ to communicate with people outdoors.

Welcome to the next level

And you don’t seem to understand (For Nerds Only)

Suite de ma fiche sur Lain (Updated!)

/opening file…………………………………….

A propos des Knights of Eastern Calculus : « Les Knights ne sont pas de simples crackers, nous dit Taro, ils se battent pour une vérité unique. »
Les Knights sont représentés pas trois personnages récurrents qu’on pourrait voir comme leur délégation tokyoïte. Examinons-les d’un peu plus près :
*Un otaku/geek obèse, constamment devant son écran, vivant dans une piaule minable et se nourrissant de junk food.
*Une mère de famille qu’on imagine utiliser le Wired occasionnellement et/ou pour jouer avec son fils.
*Un homme d’affaire dont le Wired est avant tout un outil de travail.
Trois représentants des Knights, trois manières d’utiliser le Wired qui recouvrent finalement les utilisations du net répandues dans n’importe quelle population.
Au cours de la série on aura la chance d’apercevoir d’autres membres des Knights, venus d’autres pays. Ces images, passées à la télé (à l’occasion de la divulgation par Lain des informations personnelles de tous les membres de cette confrérie et des ‘suicides’ qui en ont découlé) sont troublantes. Les visages ne sont jamais visibles, les vêtements sont quelconques, les lieux anonymes. Même les rumeurs qui courent donnent l’impression que les Knights peuvent être n’importe qui. Ce qui est en fait la stricte vérité.
Là où je veux en venir c’est que les Knights, « plus que de simples crackers », représentent en fait tous les utilisateurs du wired. Les Knights c’est Mr Tout-le-monde dès lors qu’il se cache derrière un écran. Les Knights c’est Anonymous, c’est 4chan, ce sont tous les trolls de tous les forums du monde. Les Knights c’est vous et moi, c’est la face cachée d’internet. Leurs revendications ce sont celles de notre côté obscur, celui qui se régale de chaos. Ils rejettent règles, barrières, lois, tabous, interdits et secrets, rejettent la société.

Tout le monde est connecté.

A propos de la famille de Lain : Le père de Lain travaille pour les laboratoires Tachibana. Il est l’un des concepteurs du protocole 7. On le voit aux côtés de Masami Eiri sur une photo divulgée lors de l’enquête sur le suicide de ce dernier. Son rôle c’est de surveiller au plus près le développement de l’avatar Lain et, si besoin est, de la guider.
Mika, la soeur de Lain, a pour moi la simple (mais vitale) fonction de fusible. La quantité d’informations humaines ou non-humaines assimilées par Lain lors de son évolution est titanesque. Ce sont des millions de mémoires, virtuelles ou non, qui transitent par elle. Afin d’éviter le trop-plein (surtout au début de sa « croissance », lorsqu’elle n’est même pas consciente de sa nature), une partie de cette information est redirigée vers sa soeur, laquelle se retrouve
victime d’hallucinations (qui sont en fait les visions de sa ‘soeur)’ ou bien forcée d‘interpréter des messages qui ne lui sont pas destinés (« Accomplis la prophétie »). Mika perdra très tôt la raison. Elle sera remplacée (exactement comme on remplace un fusible) par une autre version d’elle-même qui durera un peu plus longtemps (une version améliorée ?) mais finira quand même dans la semoule : à la fin de la série, Mika se prend pour un fax (« bîîîîp, bîîîîp, bîîîîp, transmission commencée, bîîîîp, bîîîîp bîîîîp… »).

/closing file……………………………………….
………………….closing aborted………………..

Réaction d’Eacil au post précédent (via le forum du Cafard Cosmique) :

J’aimerais remarquer que dans ta liste des trois Knight, aucun n’est finalement intimement lié à la matrice réel/virtuel. C’est surprenant, pour des hackers surdoués, ils ne possèdent pas cet équilibre intime avec la matrice globale et sans doute est-ce la cause de leur défaillance ainsi que de cette conception du chaos qui n’est que la résultante d’une légitimité erronée. Ils sont forts, sûrement par la répartition des tâches, la moyenne étant équilibrée, les parties, pas du tout.
L’hikikomori obèse ne connaît la réalité que par le biais d’une version digitalisée, la mère de famille n’est finalement pas très impliquée dans le wired, une homme d’affaire qui ne connaît que le business. Il n’y a que Lain pour interagir totalement avec les deux plans, est au plus près de cette intime compréhension des choses et de leurs relations. L’extermination des Knights est une façon de poser la problématique de la morale, d’une non appropriation d’un domaine qu’on ne connaît pas parfaitement. La fusion oui, mais pas pour permettre les trolls, la destruction par l’égoïsme. La fusion pour permettre l’amitié (incarnée par Lain et Alice), l’extension de l’affection aux autres (une gestalt ?). A rapprocher du rapport fusionnel dans le charnel, sans doute la seule façon de dépasser ce mythe seulement physique par l’apport de la partie manquante, psychique. Autrement dit, la fusion pour la vérité, pas celle des Knights mais l’honnêteté, la sincérité, en assumant les deux côtés d’une pièce.

D’ailleurs, la destruction de Dieu, c’est le refus de s’embourber dans cette logique de l’Ego, la logique de causalité du pourquoi, pourquoi, pourquoi, cette base de l’information qui devient pouvoir, Lain tuant Dieu par le moyen que l’on sait lui jette une sorte de division par zéro dans sa logique centripète. Seul triomphe, donc (redite), un équilibre parfait non coupé d’une réalité ou de l’autre (virtuelle) qui a pour seul but l’évolution vers un « bonheur » plus absolu, ce vers quoi doit tendre la philosophie, semble-t-il.
Résolution de l’altérité, de LA Vérité, du bonheur, ça en fait des choses pour une série de si peu d’épisodes !

Une idée du bonheur ?

Réponse de Tranxenne
:

Ton analyse sur la signification de la présence des Knights dans Serial Experiments Lain est très pertinente. Je n’avais jamais envisagé le problème sous l’aspect moral. Je reviens sur quelques points.

Tu dis que les Knights ne sont finalement pas très lié au réseau. Il est clair qu’ils n’ont pas avec le wired la relation privilégiée que Lain possède mais je pense qu’ils sont plus actifs qu’on ne le voit objectivement. Indices : l’homme d’affaires dédaigne sa secrétaire (pourtant fort aguichante) pour rejoindre le clan Knights online (« A quoi va-t-on jouer maintenant ? »). La mère de famille reçoit des composants estampillés Knights par colissimo (composants qu’elle s’empresse de détruire – dans l’évier de cuisine ! – une fois saturés de données compromettantes). Quant à l’hikikomori (j’avais oublié l’existence de ce terme) il se déplacera quand même pour liquider l’aspirant Knight trop gênant (car trop peu discret ?).
Même s’ils connaissent son existence et arrivent à l’influer jusqu’à un certain point (la création de la ‘fausse’ Lain), les Knights n’ont pas un accès direct au wired du protocole 7, terrain de jeux de Lain et d’Eiri. La preuve : il utilisent encore du hardware (les noobs :p). De cette façon, ils n’ont pas la possibilité d’interagir dans les deux mondes (et la tentative maladroite de l’aspirant Knight pour relier les deux sera considérée au mieux comme du ‘bricolage’, au pire comme un blasphème envers Deus (Masami Eiri) et sévèrement punie.)
Cela reste un point mineur de ton argumentaire.

Là où ça devient très intéressant c’est quand tu introduis le concept de morale dans ta vision du ‘Nouveau Monde’ virtuel. Comme je le disais dans la première partie de cette fiche « l’ordinateur est devenu un jouet et le virtuel un nouveau terrain de jeux avec des règles encore à définir. » Mais il n’y a pas que les enfants qui investissent ce terrain de jeux. Ou alors les Knights (et tous les adultes qu’ils représentent) sont de grands enfants. Capricieux, cruels, égoïstes…
Lain lutte contre ces tendances. Je ne m’étais absolument pas rendu compte que sa quête d’une véritable amitié, son besoin d’affection, son trop-plein d’amour caractérisaient en fait cette lutte à la fois contre le cynisme et l’autoritarisme des adultes et contre la cruauté et l’égoïsme des enfants. Privilège de l’adolescence : on n’est plus un enfant ; on n’est pas encore un adulte. Ah ! L’idéalisme de la jeunesse. C’est sans doute à cet âge intermédiaire que l’idée de bonheur est la plus claire. L’avènement d’un équilibre parfait entre réel et virtuel permet à cette idée de perdurer.

Une idée saugrenue : le monde idéal de Lain c’est celui où elle n’existe pas, du moins pas en tant qu’être possédant un corps. Résurgence de la thématique du suicide qui hante Lain tout au long de la série.
Dans le dernier épisode, tout à la fin : Lain n’existe plus dans la mémoire des autres (donc elle n’existe plus du tout), l’adolescent ne s’est pas suicidé, la petite fille n’a pas été tuée en pleine rue, les enfants jouent à pierre-papier-ciseaux plutôt qu’être scotchés à leur ordinateur de poche, Masami Eiri décide de démissionner, les hommes en noir bossent pour une compagnie d’électricité (belle ironie), Alice s’est trouvé un bon mari. Tout le monde est heureux et Lain n’existe pas, du moins elle n’est plus présente physiquement mais reste omniprésente dans le wired. Le sentiment d’amitié qui la relie à Alice lui permet d’exister, même si celle-ci l’a oublié.

Un point intéressant qui m’est venu en lisant ton commentaire : La Trinité formée par Lain, son père et Masami Eiri. Le père Iwakura est en effet le créateur de Lain en tant que personne, qu’avatar, Eiri étant plutôt responsable du protocole lui-même. On a donc le Père, la Fille et le Saint-Esprit (incarné – ou plutôt désincarné – par Masami Eiri).
On trouve tout au long de l’anime énormément de références au christianisme, comme ce plan où Lain se trouve à un carrefour entre deux routes virtuelles, telle un Christ au centre de la croix, ou bien l’apparition de son image dans les nuages. Lain est clairement une figure christique.

Je suis cependant d’accord sur ta vision de Deus en tant qu’Ego absolu. Par son suicide même Masami Eiri refuse en fait de mourir. Il s’enorgueillit de ses adorateurs, les Knights. Lain détruisant Deus, est-ce une image du Christ rejetant la Trinité, en tout cas le Saint-Esprit ? Refusant donc l’idée d’un Dieu agissant, lui préférant l’idée d’un Père qui ne juge ni n’intercède, un Dieu contemplateur, humble et bon ? Le Dieu du Nouveau Testament plutôt que celui de l’Ancien, en fait.

A creuser (mais aussi à réinterpréter car le Saint-Esprit n’est pas seulement la force active de Dieu mais aussi l’Amour entre Père et Fils).

(J’ai reposté cette conversation ici pour deux raisons : ça en intéressera certains qui ne sont pas des habitués du Cafard et puis j’essaye de regrouper tout ce que j’ai écrit/échangé sur cet anime en vue, peut-être, d’un site dédié, en tout cas pour faciliter mes recherches. Et depuis quand je me justifie, moi ?
Si la discussion évolue, ce dont je ne doute pas, je continuerai d’éditer ce message plutôt qu’en poster de nouveaux, par souci de clarté. En cliquant sur le tag Serial Experiments Lain ci-dessous, vous aurez directement accès à TOUT ce que j’ai posté sur cette série)
.

Un post qui fleure bon Warhammer 40,000 et Civilization Call To Power


Seven years ago in the Pentagon cafeteria, two sci-fi-loving Marines shared a vision: to build a Space Shuttle-like « spaceplane » that could « instantaneously deliver Marine squads anywhere on Earth. » The two Marines, Roosevelt Lafontant and Franz Gayl, and their mildly crazy idea were the subjects of my Popular Science cover story from last year. « The whole idea still rings of science fiction, and the question is whether its proponents can corral the various technologies together to make the project possible, » I wrote.

But now the so-called Small Unit Space Transport and Insertion, or Sustain, has taken a step towards reality.
The SUSTAIN capability is a potential revolutionary step in getting combat power to any point in the world in a timeframe unachievable today.

L’article complet

Cyberia Mix

Make me mad

Make me sad

Make me feel alright


Present day. Present time.

2012 is today

Ouais. Le coup du trou noir créé par un accélérateur de particules c’est quand même très peu probable. Selon Nima Arkani-Hamed de l’Institut pour la recherche avancée de Princeton : « Le grand collisionneur de hadrons reproduira des réactions analogues à celles qui se créent cent mille fois par jour et de façon naturelle lorsque les rayons cosmiques pleuvent sur l’atmosphère. Pourtant, jamais aucun trou noir ne s’est créé ».
Mais ça reste complétement dingue et assez flippant.
Dans la même rubrique ‘on vit dans un monde de fous’ :

« The world of hacking has achieved another milestone when a team of culprits managed to attack an online forum of epileptics, using Java script pop-ups of seizure inducing imagery. They must have thought it very funny. »

L’arme du crime.

Bon faut vraiment être de sales cons pour faire un truc pareil. Apparemment il n’y a pas eu trop de conséquences mais dans le pire des cas ça aurait pu être une hécatombe. Cet article en parle plus longuement.

Ca se rapproche de l’hypothèse du Basilic de Langford qui déclare que si le cerveau est assimilable à un ordinateur, il y a le moyen de le faire crasher en lui envoyant des informations nocives.
Ca peut-être une donnée, un son, pourquoi pas une image. En même temps, ce concept ‘d’info qui tue’ n’est pas nouveau : dans la Torah il est dit que la connaissance du nom de Dieu est interdit aux hommes sous peine de mort ou de folie. Dans un autre registre (celui-du son), les maîtres Kung-Fu Chinois connaissaient le Kiaï, le cri qui tue. M’étonnerait pas qu’il soit possible de créer des modèles d’images qui fassent à n’importe qui l’effet que font sur les épileptiques le genre de dessin qu’on voit en photo. Alors se répandra un nouveau genre de terrorisme, inauguré par les pirates dont il est question ici : L’attentat par l’image.
La question est : pourquoi ce genre de pattern déclenche de telles réactions ? Incapacité du cerveau humain à assimiler ces données ? Pourquoi ? Ce type de dessin n’est pas « compliqué ». Il donne un peu le vertige, mal à la tête, on dirait que ça bouge tout seul.
En cas de danger, le cerveau pourrait simplement bloquer l’info et remplacer l’image par une zone noire, non-visible.
Autre chose alors ?

En tout cas ça donne pas envie d’être épileptique tout ça.