Tag Archive: Belgitude


Gare du Midi, gare de la honte.

Sérieux cette gare, pfff n’importe quoi. Et dire que c’est la gare principale de la capitale de l’Europe…

Scandale à la gare de Bruxelles Midi.

Publicités

Police Belge

Un sacrément bon article sur la meilleure bière du monde

Blonde ou brune ?

La blague belge du jour

À quoi reconnaît-on un Belge qui joue à la pétanque ?

………………………………

C’est le seul qui fasse des têtes.

Bling Bling Death House

(mon titre est tiré d’une histoire parue dans Bear: Demons, le deuxième volume d’un comic anglais délirant dont je vous recommande chaudement l’achat puis, pourquoi pas, la lecture.)

Louis Dethy était un père de famille Belge. Il vivait avec sa femme et ses 14 enfants à Pont-de-Loup, dans la province du Hainaut, jusqu’à ce que celle-ci obtienne le divorce (il l’avait trompé) et obtienne la garde de toute la ribambelle de gosses. Louis, refusant de pardonner à sa femme, se mit à dos toute sa famille : sa mère le retira de son testament et légua la maison à sa fille. Craignant d’être expulsé, Louis fit alors ce que tout Belge sensé ferait dans ces conditions : il transforma sa maison en piège mortel.

Il mit au point 20 pièges – impliquant tous un fusil à pompe – qu’il dissémina dans toute la maison : une caisse de bière cachait un shotgun qui tirerait une fois que suffisamment de bouteilles en auraient été prélevées, un coffre plein d’argent dans le grenier était prêt à vous faire sauter le caisson, la télévision était également armée et même la citerne d’eau était piégée.

Louis Dethy avait écrit une série de codes et d’énigmes pour lui permettre de se rappeler où les fusils étaient cachés, mais il oublia de les consulter et se tira fortuitement une balle dans la tête.

Les pièges étaient si bien élaborés et cachés qu’il fallu pas moins de trois semaines à une escouade militaire de déminage pour en désarmer 19, et encore fallut-il pour cela décmanteler entièrement la maison de trois étages. Selon les notes de Dethy, il y avait cependant 20 pièges. Les démineurs ne réussissant pas à trouver le vingtième piège, ils se dirent candidement que Dethy n’avait pas eu le temps de le mettre en place.

Un petit indice ? Voilà l’énigme que Louis avait laissé concernant ce dernier piège : « Les 12 apôtres sont près à travailler sur les galets. »

Lisez aussi l’article de la Dernière Heure de l’époque, qui donne d’autres détails.

Ça fait longtemps qu’on a pas vu un pingouin sur le mur

Portrait de la Belgique

#Kulturzik#

Ça faisait bien longtemps qu’on n’avait pas eu un petit kulturzik sur le mur.

Ghinzu est un groupe de rock belge formé en 1999 à Bruxelles. Leur nom fait référence à la marque de couteau Ginsu (« plus on coupe, plus il s’aiguise »).

Le groupe devient populaire en 2004 et va très vite commencer à diversifier son approche : ainsi, en 2006, Ghinzu participe à la BO du film belge Dikkenek. D’ailleurs un des dialogues du film fait référence au groupe.
Ghinzu a également cédé les droits publicitaires de son morceau « 21st Century Crooners » à la SNCF pour le renouveau de son image et de son identité visuelle dans le spot : « SNCF, donner au train des idées d’avance ».

Musicalement ça me fait beaucoup penser aux Queens of the Stone Age ou bien aux Datsuns, voire à Orange Can par certains moments.
Bon je pourrais disserter plusieurs lignes à propos de leur son, les tonalités et les distortions, tout ça, mais comme dit l’expression : « la lecture d’un menu n’a jamais rassasié un homme affamé ». Place donc à la musique qui décrasse les oreilles :

La ministre Belge de la santé en a marre de taper de la coke coupée

La ministre de la Santé Laurette Onkelinx va permettre aux consommateurs de drogue de tester gratuitement la qualité de leur cocaïne. Elle lance ce projet-pilote parce que de plus en plus de consommateurs subissent un empoisonnement à cause de leur drogue, dont la qualité est de moins en moins bonne. Un test de qualité pour les drogues « festives » peut donc éviter de nombreux problèmes. Neuf centres d’aide en Flandre son prêts à mener ces premiers tests: le consommateur confie ses pilules au médecin de service, qui les envoie au laboratoire. Peu après, le consommateur sait si la marchandise qu’il ingère est sûre ou pas. La ministre est « une grande partisane » du projet-pilote et le défendra dans deux semaines lors d’une réunion spéciale.

Le ministre Charles Michel a réagi mardi après-midi en se disant « sidéré et choqué » par cette information. « Cette initiative est en décalage complet avec ce qu’il faut faire pour lutter contre les ravages provoqués par les drogues dures et incohérent par rapport à la politique que nous menons en matière de Coopération. Je prends l’exemple de l’Afghanistan où nous envoyons des militaires pour assurer la sécurité mais où nous soutenons aussi le développement de cultures alternatives à celle du pavot car le commerce de la drogue finance le terrorisme et la violence. Lancer un label de qualité pour des drogues dures, c’est donc aussi tout à fait incohérent ».

(source : Lalibre.be)