Tag Archive: Guerre à l’environnement


Centre Européen Défense et Environnement

On en avait vaguement parlé il y a peu, à propos de leur logo, puis d’un délire sur la guerre à l’environnement. Le CEDE, centre européen défense et environnement, ouvre les portes de son site internet. Il n’y a pas grand-chose à y lire pour le moment, juste quelques paragraphes sur les objectifs et les missions que s’attribue ce tout nouveau centre de recherches européen.

L’idée du CEDE c’est de concilier deux sphères apparemment exclusives (mais en fait non) que sont la sphère militaire et la sphère environnementaliste. Dans les faits il s’agit de réunir autour d’une même table les acteurs des deux mondes : scientifiques, ONG, écologistes, officiers, industriels et politiques pour comprendre comment les questions environnementales influent aujourd’hui et de plus en plus à l’avenir sur les objectifs stratégiques de sécurité nationale et européenne.

Selon leurs propres termes : « Le CEDE se veut pionnier dans l’étude de l’environnement au sein du monde de la défense et ses différents acteurs. Il propose également de mettre en perspective les problématiques de l’armée par le prisme de l’environnement. »

Donc si vous êtes passionnés d’environnement, ou bien que vous adorez la guerre, comme vous voulez, ce site pourrait bien vous intéresser. En gros tous les gens qui adorent s’habiller en vert et courir dans la boue devraient se pencher sur le sujet.

Voilà et ne vous laissez pas tromper par les teintes de vert assez moches choisies pour colorer le site non plus que par le discours qui semble plus mettre en avant le côté écolo que le côté militaire de la problématique : flux migratoires, appauvrissement des ressources et sécurisation de l’approvisionnement, autant de thèmes d’une importance stratégique capitale qui sont abordés par le CEDE – cf. l’onglet ‘thématiques’ du site. D’ailleurs et si j’ai bien compris, l’objectif final est de soutenir le projet d’une véritable défense européenne dotée d’un état-major supranational.

Publicités

La Suisse conquérante !

La Suisse semble faire amende honorable dans la guerre à l’environnement (un peu tard, diront certains, et les facétieux d’arguer d’une célérité toute suisse) puisque le territoire helvète s’est récemment agrandi au dépens de l’Italie, du fait de la fonte des glaciers ! On applaudit des deux mains et on lit l’article de La Libre :

La Suisse a gagné quelques mètres sur l’Italie grâce au mouvement des glaciers dans la région de Zermatt dans le canton du Valais. La ligne de crête, qui fait frontière, tend en effet à se déplacer vers le Sud à cause de la fonte de la glace.

C’est ce qui ressort d’un échange de notes diplomatiques entre autorités suisses et italiennes. Le Conseil fédéral a accepté de déplacer la frontière jusqu’à 150 mètres en territoire italien. La Suisse est devenue «un peu plus grande» mais nous ne corrigerons pas l’atlas, a observé mercredi Daniel Gutknecht de l’Office fédéral de topographie «swisstopo». La modification fait que la station finale du télésiège du Furggsattel se trouvera en territoire suisse en haut du glacier du Théodule. La station se trouve sur la ligne de crête qui part du Cervin.

«Dans les zones de haute montagne, d’importants segments de la frontière avec l’Italie sont délimités au moyen de la ligne de partage des eaux ou de la ligne de crête qui court sur des glaciers, des moraines, des névés ou des neiges éternelles», a rappelé le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). C’est notamment le cas aux abords du Cervin, dans les massifs de la Bernina et du Mont-Rose, ainsi qu’au Mont Vélan. Dans ces sites, il n’existe pas de bornes pour marquer la frontière comme c’est le cas sur le rocher.

L’échange de notes entre autorités suisses et italiennes a permis de fixer «le critère selon lequel la frontière coïncide avec la ligne de crête d’un glacier». La frontière doit «suivre les modifications naturelles progressives de la ligne de crête». En cas de fonte complète du glacier, elle doit coïncider avec la ligne de partage des eaux ou de crête de la surface rocheuse émergente. En pratique, le tracé incombe à la Commission mixte pour l’entretien de la frontière italo-suisse.

Les Suisses fêtent cette victoire de manière assez inattendue.

Guerre et Pêche

Hé ! Ho ! Et le cessez-le-feu, Ducon ?

Téléphone Vert

– Mr le Ministre ! Oui… Dumas à l’appareil… Très bien et vous ?… Dites, je crois qu’il y a eu un léger malentendu concernant le rapport que je vous ai transmis à propos des politiques de défense européennes et de l’environnement. Trois fois rien je vous rassure. D’après ce que j’ai compris, depuis une semaine vous en foutez plein la gueule à l’environnement… Oui… Oui… Non, je suis toujours aux Bahamas… Oui… Excellent, merci, merci. Pour en revenir à cette histoire d’environnement, il me semble que vous avez mal interprété mon propos. L’objet de mon rapport est de faire reconnaître la protection de l’environnement comme enjeu stratégique de sécurité… Oui… Voilà, il me semblait à moi aussi que vous n’aviez pas vraiment compris cela… Non… Je sais bien mais… Non, vraiment, je crois que vous devriez mettre un terme aux opérations… Je ne doute pas que les troupes s’amusent follement, Mr le Ministre, mais comprenez bien que cette guerre n’est vraiment pas une bonne idée… Bien sûr que je fais confiance à notre armée, il n’y a pas plus patriote que moi, mais enfin vous vous basez pour cette campagne sur un rapport que, de votre propre aveu, vous avez mal compris. Vous vous rendez compte que vous êtes passé de « politiques de défense et environnement » à « politiques de défense contre l’environnement » puis à « guerre à l’environnement » ? Ce genre de raccourci ne… Oui, dès aujourd’hui ce serait souhaitable… L’accolade de Ban Ki-moon ? Ah… Demain ?… Je comprends votre enthousiasme, seulement il serait quand même préférable de négocier un cessez-le-feu dès que possible, quitte à n’en annoncer l’entrée en vigueur que demain après votre visite aux Nations Unies… Comment ? Vous voulez bien répéter ? J’ai dû mal comprendre… Ah non, c’est bien ce que j’avais compris. Comment avez-vous fait pour vous assurer un accès au nucléaire en si peu de temps ?… Ah, oui, la Corée du Nord… Non, jamais… J’essaierai, j’essaierai, excellente recommandation. Mes prochaines vacances sont d’ores et déjà planifiées on dirait, ahahaha… Oui… Bon, eh bien écoutez, je vous laisse décider… Très bien… Voilà… Une petite dizaine d’ogives, et puis un cessez-le-feu… Oh, si, si, si, ça m’a l’air parfait… Bon et bien à bientôt. Je crois que je vais prolonger mon séjour aux Bahamas… Oui… D’accord… Prévenez-moi quand vous en aurez terminé… Au revoir Mr le Ministre.

Le coin des stratèges

Les troupes avancent avec détermination et le moral est au plus haut. Partout où l’armée avance, la nature recule. C’est beau comme un slogan anarcho-écologiste. En plus, on n’a jamais si bien mangé à la cantine.

Les plus conservateurs diront que tout cela ne vaut pas un bon pudding.

Côté intérieur, des dégâts ont été signalés dans les réseaux de canalisations des grandes villes, ainsi que des affaissements de chaussée causés par des taupes sabotant le sous-sol par leurs galeries. De nombreuses personnes se sont en outre plaint d’une invasion de cafards, fourmis et autres insectes nuisibles. Ceux-ci s’introduisent en masse chez l’habitant et envahissent placards, tuyauteries et literie.
À noter qu’un immeuble s’est effondré dans la périphérie bruxelloise suite à l’action terroriste de termites. Toutes ces nuisances bénignes ne doivent toutefois être considérées que comme de dérisoires obstacles impropres à empêcher l’implacable avancée de notre croisade contre l’environnement.

À l’Est, une division d’infanterie au complet continue de surveiller les mouvements de la forêt de la région Limbourgeoise, des fois que les arbres nous préparent un sale coup. Aucun mouvement n’a été rapporté par nos troupes qui restent vigilantes.

Enfin à l’étranger, les nations-unies ont plébiscité la Belgique, félicitée pour avoir saisi à bras-le-corps le problème de l’environnement, qui nous concerne tous. Seuls les Suisses ont fait état d’un certain scepticisme, ce qui n’étonnera personne, la fourberie helvète étant légendaire.

La guerre pour les mômes

Un grand concours de dessin organisé par le ministère de l’éducation a eu lieu aujourd’hui dans toutes les écoles primaires du pays sur le thème : « Dessine-moi la guerre à l’environnement ». Les petits bouts de choux se sont donnés à fond pour cette œuvre patriote. Ci-dessous, le dessin de la grande gagnante.

Éléonore, 4 ans et déjà un sens aigu de la composition. À apprécier en grand format.

L’enthousiasme de tous ces bambins fait chaud au cœur. Vraiment.

Guerre à l’environnement – Le quotidien des habitants de la forêt perturbé

– Alors, comment ça se présente ?
Hmm, pas super bien, j’en ai peur.
– Tu veux dire que c’est toujours la guerre, là en bas ?
– Plus que jamais.
Houlà oui dis donc, putain ça craint à mort.
– Je ne te le fais pas dire.
– Bon j’imagine qu’on peut annuler notre soirée bowling, alors.
– Y a peu de chance que tout soit terminé avant ce soir, en effet.
– Font chier, bordel. Pour une fois qu’on sort. Ahlala.
– Dis donc ils mettent du coeur à l’ouvrage, quand même.
– Faut leur rendre ça, ouais.
– Je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse faire fondre un arbre.
– Impressionnant, n’est-ce pas ?
– Tiens regarde ce lapin qu’essaye de s’échapper. Comme il détale !
– Ah oui dis donc il a l’air plutôt pressé de décamper. Houlà… Oh ! Bien évité. Et hop ! Ah ! Oh ! OuchAïe, aïe, aïe, ça doit faire mal.
– …
– …
– Eh ben, ça donne à réfléchir.
– Qu’est-ce que tu entends par là ?
– Ben… On devrait peut-être faire quelque chose…
– Tu veux dire prendre les armes ? Résister ?
– Euh non, je voyais plutôt un truc du genre se planquer dans notre trou jusqu’à ce que ça se tasse.
– Ah oui, là je te suis.
– Il nous reste quoi à bouffer ?
HmmLaisse-moi voir. Un morceau de semelle en simili-cuir.
– Merveilleux, merveilleux. J’adore le goût de vieille godasse pourrie. Pas toi ?
– C’est mon plat préféré.
– Bon allez, rentrons, ça pue le lapin carbonisé.
– Je me demande ce qu’il y a à la télé ce soir.

Kim Jong-Il soutient la guerre contre l’environnement

*pof* *pof* *pof* *pof* *pof* *pof*
– Je sais bien qu’avec mes gants on s’en rend pas bien compte mais j’adore ce que vous faites. Vive la Belgique ! À mort l’environnement ! Etc… etc… Bon ça donne soif ces conneries. Qu’on m’apporte une petite bière.

La guerre et son lot d’atrocités – Des images terribles

Un peloton d’exécution, quelque part en Belgique.

Cruelle ironie.

Guerre à l’environnement – la riposte ne s’est pas faite attendre

Qui c’est qui s’occupe de sécuriser notre frontière au nord, déjà ?

Un essaim de sauterelles s’est abattu sur le nord du pays, semant panique et désolation. Très peu de précisions mais un constat accablant : les sauterelles ont rompu le statu quo (le napalm ça compte pas !)

La frontière sud d’ores et déjà sécurisée

Nos vaillantes troupes ont diligemment fait face à la menaçante menace nous menaçant et, faisant preuve d’une détermination sans faille, ont arrosé de napalm tout ce qui se trouvait au sud de chez nous et qui avait l’air un peu trop naturel.

Faut dire que de ce côté y’a la Suisse, alors on prend nos précautions.

Tout n’est pas perdu (pourvu que le napalm ne manque pas).

Il y en a qui n’attendaient que cela

Chouette, c’est la guerre.