Tag Archive: Civilization c’est bon pour le teint


Aujourd’hui, petit rapport express d’une partie de Rise of mankind/A new dawn, avec les mêmes settings que notre ami Tranxenne. Vous y découvrirez le concept de civilisation mineure intégré dans ce mod, à savoir l’impossibilité d’entretenir des relations diplomatiques avant la découverte de l’écriture.

Laissez vous conter la formidable et épique Histoire…

'yau de poële
… des Anglais. God save the Queen.

God save the Queen

-6000

« Oh, hello cher confrère! How do you do?
– How do you do?
– Liam je présume?
– Touché! Ai-je l’honneur de converser avec le célèbre Maxwell?
– Ma foi… C’est de bien de moi dont il s’agit.
– Holy chèvre chaud, me voilà chanceux!
– Une bien heureuse rencontre que voilà, n’est-il pas? Very well, et si nous bâtissions quelques cahutes pour abriter la Reine cher Liam?
– Bonne idée. God save the Queen!

ze siti

« Parfait. Liam, cher ami. Que diriez-vous de fonder un empire?
– Que du bien, Sir Maxwell, je cours explorer les prochaines terres royales!
– Sir… Ohoh! Vous me chatouillez l’orgueil!
– Ces montagnes sont si belles, ne le sont-elles pas? Regardez…

Passe moi le celte!

-5940

« Holy Saint-marcellin Maxwell! Voilà des Celtes de l’autre côté de la montagne!
– Crap! Ne bougez pas d’un pouce, j’accoure!

Hum, Liam?

-5850

« Liam! Satané saoûlard! Où diable courrez-vous donc?
– J’espionne leur terrain, Maxwell, pour la Reine!
– Pour la Reine, Liam, God save the Queen!

Wrong move

-5775

« Hum! Liam? Je vois ici des Celtes qui s’approchent dangereusement de chez nous, voyez-vous? Auriez-vous l’extrême amabilité de revenir me prêter main forte?
– Holy Mimolette, Maxwell, j’arrive, tenez bon!
– J’obtiendrai mon double zéro plus tôt que prévu semblerait-il.
– Sainte Mère de Dieu, Maxwell! Vous faites partie du ème aïe sixe?
– Hum, je n’ai pas le droit d’en parlez, vous comprenez?
– Bien sûr.
– Bien sûr.

Bon baiser de Tumbuktu

-5745

« Holy Fourme d’Ambert, Liam! Il y a de grands guerriers noirs aux portes de Londres!
– Que voulez-vous dire?
– Well, Liam, c’est que je suis ici et que la Reine se trouve là-bas.
– De grands guerriers noirs hein?
– Elle…
– Maxwell?
– Liam?
– Ce fût un honneur de servir à vos côtés.
– Tout l’honneur fût pour moi, Liam.
– God save the Queen!

La Fin

-5730

Publicités

Hell on Earth (3991 A.D)

I’ve been playing the same game of Civ II for 10 years. Though long outdated, I grew fascinated with this particular game because by the time Civ III was released, I was already well into the distant future. I then thought that it might be interesting to see just how far into the future I could get and see what the ramifications would be. Naturally I play other games and have a life, but I often return to this game when I’m not doing anything and carry on. The results are as follows.

The world is a hellish nightmare of suffering and devastation.

There are 3 remaining super nations in the year 3991 A.D, each competing for the scant resources left on the planet after dozens of nuclear wars have rendered vast swaths of the world uninhabitable wastelands.

– The ice caps have melted over 20 times (somehow) due primarily to the many nuclear wars. As a result, every inch of land in the world that isn’t a mountain is inundated swamp land, useless to farming. Most of which is irradiated anyway.

– As a result, big cities are a thing of the distant past. Roughly 90% of the worlds population (at it’s peak 2000 years ago) has died either from nuclear annihilation or famine caused by the global warming that has left absolutely zero arable land to farm. Engineers (late game worker units) are always busy continuously building roads so that new armies can reach the front lines. Roads that are destroyed the very next turn when the enemy goes. So there isn’t any time to clear swamps or clean up the nuclear fallout.

– Only 3 super massive nations are left. The Celts (me), The Vikings, And the Americans. Between the three of us, we have conquered all the other nations that have ever existed and assimilated them into our respective empires.

-You’ve heard of the 100 year war? Try the 1700 year war. The three remaining nations have been locked in an eternal death struggle for almost 2000 years. Peace seems to be impossible. Every time a cease fire is signed, the Vikings will surprise attack me or the Americans the very next turn, often with nuclear weapons. Even when the U.N forces a peace treaty. So I can only assume that peace will come only when they’re wiped out. It is this that perpetuates the war ad infinitum. Have any of you old Civ II players out there ever had this problem in the post-late game?

– Because of SDI, ICBMS are usually only used against armies outside of cities. Instead, cities are constantly attacked by spies who plant nuclear devices which then detonate (something I greatly miss from later civ games). Usually the down side to this is that every nation in the world declares war on you. But this is already the case so its no longer a deterrent to anyone. My self included.

– The only governments left are two theocracies and myself, a communist state. I wanted to stay a democracy, but the Senate would always over-rule me when I wanted to declare war before the Vikings did. This would delay my attack and render my turn and often my plans useless. And of course the Vikings would then break the cease fire like clockwork the very next turn. Something I also miss in later civ games is a little internal politics. Anyway, I was forced to do away with democracy roughly a thousand years ago because it was endangering my empire. But of course the people hate me now and every few years since then, there are massive guerrilla (late game barbarians) uprisings in the heart of my empire that I have to deal with which saps resources from the war effort.

– The military stalemate is air tight. The post-late game in civ II is perfectly balanced because all remaining nations already have all the technologies so there is no advantage. And there are so many units at once on the map that you could lose 20 tank units and not have your lines dented because you have a constant stream moving to the front. This also means that cities are not only tiny towns full of starving people, but that you can never improve the city. "So you want a granary so you can eat? Sorry; I have to build another tank instead. Maybe next time."

– My goal for the next few years is to try and end the war and thus use the engineers to clear swamps and fallout so that farming may resume. I want to rebuild the world. But I’m not sure how. If any of you old Civ II players have any advice, I’m listening.

Players’ advice are to be found here. Some have even written fan fictions based on Lycerius’ world or offered detailed comparison with Orwell’s 1984’s world of neverending war.

[EDIT: les petits gars de civfanatics sont décidément plein de bonnes idées. Ils ont contacté Lycerius pour obtenir une save de sa partie et lancent un grand concours. Les joueurs tentés par l’aventure devront trouver des solutions pour exaucer le souhait de Lycerius : mettre fin à la guerre, nettoyer la planète, reconstruire le monde. Les discussions ont déjà commencé sur la meilleure manière de procéder.]

Civilization… Aaaaaah, Civilization…

Cela faisait trop longtemps que je bavais devant les rapports de partie de notre ami Tranxenne, bien trop longtemps. Je me décidais à ré-installer Civilization V, pour épancher ma soif de pouvoir. Après quelques menus essais de parties infructueuses, plates et mornes, il me prit une soudaine et sage inspiration:

Bordel

Je me mis ensuite à la recherche d’un mod sympa qui fonctionne sur Mac, et découvris History Rewritten (plus d’informations disponibles sur le forum de Civfanatics ici: http://forums.civfanatics.com/showthread.php?t=431470). HR comme nous l’appellerons dans la suite de ce post, est un mod développé pour la version Mac Os de Civilization IV et son extension légendaire Beyond the Sword, ce qui m’arrange pas mal, mais il fonctionne cependant également sur les versions Windows. HR, comme nous l’appelons désormais, propose pas moins de 49 civilisations différentes avec leurs leaders animés propres, des graphismes uniques pour chacune d’entre elles, un arbre technologique revu, des nouveaux traits, de nouvelles civics et tout un cool tralala que je vous invite à découvrir sur le thread dédié du forum de Civfanatics (lien ci dessus, mais pour les flemmards je vous le remets: http://forums.civfanatics.com/showthread.php?t=431470).

Une fois le mode installé et quelques bidouilles effectuées (il s’avère parfois nécessaire de mettre les mains dans le cambouis), je me lance une partie sur une carte de taille ‘giant’, en mode marathon, sur une carte de type ‘continents’, avec toutes les victoires possibles, et en difficulté Noble – ‘Difficulté Noble’ sonne vachement bien mais ce niveau de difficulté demeure peu glorieux. Il faut dire que je sors d’un peu de Civ5 et d’une longue absence sur Civ en général. Tout comme Tranx’, notre shaman de Civilization, je lance la partie et laisse le choix de ma civilisation au pur hasard.

Laissez moi alors vous conter l’incroyable et merveilleuse Histoire…

Et jolie coiffe

... de Sargon des Sumériens, avec son joli drapeau qui arbore une sympathique tête de vachette.

PROLOGUE (I know what you did last Sumer)

Nous étions assis au bord du lac, mes compagnons et moi, à discuter d’une bête légendaire qui ronge les troncs d’arbre grâce à une paire de dents gigantesques, et se meut à une vitesse supra-luminique à l’aide d’une élégante queue plate. Les heures passèrent et l’un de nous rêva à voix haute:

 » On se sent bien ici. On pourrait s’arrêter un peu, faire une pause… Profiter de ce lac, des arbres, et de tout ce que cette terre a à nous offrir! Cet endroit est idéal pour se reproduire en paix. Je le sens propice à la fornication!

– D’accord, mais enlève tout de même  ta main de ma cuisse s’il te plait.

Je jetais alors un lent coup d’oeil aux alentours, et, pris d’une illumination m’écriais:

 » J’y pense! Si cette bête ronge les troncs d’arbre avec les dents, qu’est ce qui nous empêche de faire de même, nous avons aussi des dents! Enfin, vous surtout.

En 4000 avant le prophète, le coeur gonflé d’allégresse par la quiétude et la beauté des paysages, je donnai mon premier ordre digne de ce nom à mon peuple:

 » Allez au boulot bande de feignasses! Courrez me ronger des beaux arbres pour nous construire de solides bâtisses!

Et c’est ainsi qu’en cet an de grâce fut fondée:

Un bien bout de terrain si vous voulez mon avis

Uruk. Un nom qui épouse à merveille la poésie des lieux.

Uruk, ma capitale donc, jouit d’un terrain assez favorable car riche en ressources: coton, blé et marbre. J’aperçois en plus des troupeaux de fiers bisons ainsi que, au loin, des petits cochons mignons à croquer, et l’envie me prend d’aller les serrer dans mes bras et de me rouler dans la boue pour exprimer mon bonheur. Ah! Fiers petits cochons! J’aboie à notre vieillard le plus érudit l’ordre de rechercher la recette du bacon. Je bave, quelle terre riche en promesses!

Mais, comme il se doit, je ne me laisse pas gagner par l’émotion, et commande à mes deux groupes d’explorateurs d’aller farfouiller dans le coin tant qu’ils le peuvent. En d’autres termes, jusqu’à ce qu’ils crèvent, dévorés par des bêtes sauvages. Je leur indique la direction d’un village proche qu’il serait bon de visiter. Les habitants de cette bourgade au charme rustique nous offre un autre groupe d’explorateurs, et en -3940 tout ce joli monde se lance corps et âmes dans la découverte de ces territoires majestueux qui ne demandent qu’à connaître le frisson de l’Histoire à venir.

L’ERE ANTIQUE

Moi aussi ca me saoule que tu sois dans les parages vois tu

J'ai dit l'Histoire, pas les Américains!

En -3880, mes explorateurs partis à l’Est, au delà des montagnes, entrent en contact avec une autre civilisation: Les Américains. Beuark. Notre premier contact est glacial et irrité, nous toisons nos barbes respectives et convenons secrètement que, certes, la barbe donne de l’allure mais l’un de nous deux visiblement a plus de goût en la matière, en l’occurence moi. Ce contact tendu est accessoirement dû au fait que, malgré l’apparente immensité du continent, nous nous trouvons bien trop proches l’un de l’autre. Heureusement la géographie nous offre une frontière naturelle et sécurisante: une chaîne massive de montagnes impossible à traverser. Par conséquent les points d’accès à l’Est, et pour Lincoln, à l’Ouest, deviennent rapidement des points stratégiques qu’il faudra surveiller et si possible maîtriser. D’ailleurs ce salopard de Lincoln, je l’ai dans le pif, et je compte bien le maîtriser à un moment ou à un autre. Nous nous quittons rapidement, et je ne manque pas de lui glisser une vacherie sur son odeur corporelle.

Je découvre rapidement d’autres voisins au Sud grâce à ma puissance d’exploration: les Tibétains, les Assyriens et les Byzantins. L’inquiétude grandit, ça fait pas mal de monde rassemblé sur le même coin du Monde. Par ailleurs les territoires du Sud sont bien plus fertiles que les grand espaces du nord, où règnent la toundra et la glace. Je relativise cependant, les distances sont conséquentes, il nous aura fallu plus de trois siècles pour entrer en contact, à priori on ne va pas se mettre sur la tronche tout de suite.

Au fur et à mesure que l’exploration évolue, mes troupes doivent faire face à diverses bestioles exotiques plus ou moins dangereuses. Ainsi se battent elles contre maintes hyènes et différents félins, notamment des jaguars. Le Sud est une jungle immense, mais les territoires sont riches pour ceux qui savent les exploiter. Je réalise que ça ne sera vraisemblablement pas moi à la vue de la taille vraiment conséquente de la carte, et du nombre de civilisations dans les parages. D’ailleurs en -3540 je rencontre Corvin Matyas des Hongrois, puis en -3480 Isabella des Espagnols. Eh bé. Ca promet d’être intéressant. D’autant plus que pour l’instant j’affiche le meilleur développement. Pensez donc, bouilli d’ambition je lance des projets insensés, comme celui de devenir le leader incontesté de l’exploitation des troupeaux de bisons.

Maaaaais qui c'est le gros bison à son papa?

Tout est bon dans le bison.

Quelques années plus tard, j’obtiens la preuve que mon territoire se trouve bien au Nord du continent, et découvre par la même occasion qu’il n’existe pas d’accès maritime pour le contourner à cause de la glace. On envoie nos meilleurs nageurs pour s’en assurer. Ils meurent a bout de trois minutes, tant pis. Le plus important est que sur ces terres vivent en harmonie ces animaux légendaires, aux incisives impressionnantes, majestueuses et terrifiantes, que nous nommons ‘castors’. Quelle découverte. Les castors. Cela me rassure de les savoir épanouis et libres, batifolant dans la toundra. Je reste cependant interloqué face à leur discours.

« Scrouitch?

– Scrouitch?

– Scrouitch, scrouitch!

– Mais… Pourquoi?

Je concentre mes recherches sur le minage, pour bien entendu me permettre ensuite de travailler le bronze. En effet, le nombre de mes voisins me laisse peu de choix quant à la direction à prendre dans un premier temps: il me faut sécuriser mon territoire, armer mes gens décemment, et pourquoi pas après étendre mon royaume. J’ai dans l’idée de coloniser un jour l’Est, pour gagner un accès à l’océan qui borde l’autre côté du continent. Pas d’énervement cependant, je n’ai pour l’instant qu’une seule ville.

Poursuivant l’exploration sans relâche, je fais la connaissance des Phéniciens, puis des Vikings. La vie est plutôt paisible, et seules les bêtes sauvages constituent véritablement un quelconque danger. Un troupeau de mammouths, par exemple, rôde aux alentours de ma capitale et occupe un territoire que j’aimerais m’approprier. Il contient un fleuve gigantesque qui serpente depuis Uruk jusqu’au pied de la chaîne montagneuse, pour se jeter dans l’océan à l’Est. Il n’en saurait être autrement: ce fleuve est mien. Mien!

 » Traduisez moi en américain: Touche pas à mon fleuve Lincoln!

Les terres le bordant sont riches et fertiles, elles permettront à mon peuple de copuler et de croître allègrement, menant une vie de stupre et d’oisiveté, paisible, sur les rives du majestueux cours d’eau.

On trouve des truffes dans la forêt d’Uruk, c’est l’abondance. Mon premier colon sort enfin de la ville pour aller fonder une nouvelle cité, promise à un glorieux avenir. Son nom est Eridu.

Plein de pognon à portée de brasse.

Son nom fit l'objet de nombreux débats passionnés. l'usage de trois voyelles différentes divisait les érudits du pays. On considérait en effet jusqu'à présent qu'il était sain, et tout à fait convenable, de n'utiliser qu'une seule et même voyelle, quitte à la répéter. Il paraitrait qu'en plus le 'u' est la voyelle nationale de la nation sumérienne. Il n'empêche qu'au final, les propositions de 'Erede', 'Urudu' ou encore 'Iridi' furent écartées. On se promit néanmoins d'utiliser plus de 'u' pour les prochaines villes.

Craignant l’avancée de mes voisins, j’étais anxieux de m’installer sur cette côte riche en ambre et qui bénéficie, de surcroît, de la proximité d’un nouveau troupeau de bisons. Je note que je suis le premier à fonder une nouvelle ville, ce qui flatte mon ego. Devrais-je déjà parler d’empire sumérien?

Mes explorateurs trouvent bon à cette époque de contacter un nouveau peuple: les Indonésiens, dirigés par un leader au nom comique, Dharmasetu.

Un physique peu engageant.

"C'est seyant dites moi cette petite tenue que vous portez là."

En -2750 je me rends compte que mes explorateurs ont fait du bon boulot, je connais déjà une grosse partie du continent. J’en profite pour jeter un coup d’oeil plus sérieux aux ressources disponibles ici ou là. Un bout de jungle pas vraiment loin, mais pas vraiment proche non plus, regorge de jade, d’or et de jungle. Je déprime un peu de les savoir hors de portée, il me faudra des années avant d’avoir une force militaire suffisante pour protéger une ville lointaine et contigüe aux terrains assyriens, tibétains et byzantins. La poisse. Une nouvelle cependant m’emplit de joie: on a domestiqué de nombreux chiens de prairie près d’Eridu. Quelle ne sera pas ma déception lorsque je découvrirai qu’un chien de prairie, ça ressemble à un castor sans les dents et la queue plate, en plus petit et donc plus frêle. Comme ça ne ronge  pas les arbres non plus, un chien de prairie, je décide qu’on les vendra contre plein de pognon. Et puis j’ai bien envie d’un slip en peau de chien de prairie. Qu’on appelle chien bien que, comme je le dis, ça ressemble à un castor sans les attributs. Et en parlant d’attributs, j’éclate de rire à la vue des dits attributs.

A mi-chemin entre Uruk et Eridu se trouve un gisement de cuivre , j’y fonde donc Ur, fidèle à ma promesse d’utiliser du ‘u’ à tout va. Et pour démontrer que je ne lance pas des promesses à la volée pour les oublier ensuite, je choisis un nom dans la tradition pour ma quatrième ville, construite en -2340: Shuruppak. La longueur du nom, la complexité des syllabes, l’audace dans le choix des consonnes stupéfient, et l’on s’accorde à dire que son destin sera légendaire.

Ou bien on pouvait aussi l'appeler simplement Puk.

Je la fonde à l'écart, accolée au fleuve et aux montagnes, à un endroit stratégique, car il me permet en partie de contrôler le passage vers l'Est, et d'imposer un avant poste vers l'Amérique et Byzance.

Sa proximité avec les Byzantins amène rapidement Shuruppak à réclamer son ralliement à cette civilisation de barbares sans barbe. Et comme le hasard fait bien les choses, mes explorateurs approchent une nouvelle civilisation, les Allemands. En effet leur leader, Frédérick II, est rasé de tellement près que des nausées me plombent l’estomac et toute envie de discuter. Je ne discute de toute manière que très peu avec les autres chefs, me concentrant sur l’extension de mon territoire et la création d’une barrière, afin de couper la route aux colons trop zélés qui voudraient s’installer dans la toundra, au Nord. Et emmerder mes gentils castors! Avec onze nations sur ce continent, il est hors de question que je partage moultes frontières qui seront autant d’ennuis diplomatique à gérer.

Je fonde Larsa en -2060, de manière à ce que Shuruppak ne soit plus trop isolée. Peu de temps après je découvre le travail du bronze. Je suis en mesure désormais de produire des troupes uniques aux Sumériens appelées ‘vultures’, que l’on pourrait traduire par ‘vautours’, mais je préfère de loin ‘charognards’. Je m’engage à produire plus de ces charognards que de raison, je tiens à profiter de cet avantage certain qui m’assure un brillant avenir diplomatique. On dira un jour que ces soldats d’élite tenaient leur férocité maléfique à leur faim de cadavres, dont ils se repaissaient avidement après chaque victoire au combat. Si c’est vrai, moi, ça m’arrange pas mal, comme je disais à l’un de mes conseillers: « Tant mieux donc, ça nous fait plus de croquettes pour les bisons! ».

Rendu fiévreux par toute la gloire qui se tient à portée de main, j’ordonne à la population d’Uruk de bâtir des pyramides dont la grandeur humiliera jusqu’au plus petit des pingouins sur la banquise. L’an -1620 est porteur d’espoir. J’abandonne la barbarie pour instaurer la Tradition, qui octroie un significatif coup de pouce culturel, et une belle progression du bonheur, notamment grâce aux cimetières que mon peuple construit depuis de nombreux siècles et qui abondent dans mes villes, comme un présage.

Touchez pas à mes beaux bisons, malheureux!

Grand bien me fit de former des charognards, car les barbares pullulent dans la région, et vont même jusqu'à fonder des villes proches de mes frontières. Je vais devoir assurer désormais mon extension par les armes.

En -1390 je dépose mes poutres sur la côte Est, arrachant par là même aux Byzantins un gisement de cuivre. Je développe la culture dans le coin, pour que les frontières de la nouvellement créée Nippur rejoignent celles de Shupurrak. J’isolerai de ce fait les Américains, et interdirai le passage à quiconque vers le Nord.

La colonisation barbare apporte son lot d’inconvénients, mais m’arrange dans un sens car je n’ai pas de réel besoin de former des colons, il me suffit d’assiéger les villes. L’inconvénient majeur étant que je ne puisse pas choisir l’emplacement, mais bon, toutes ces bastons offrent à mes charognards la possibilité d’acquérir une expérience de la guerre qui sera déterminante par la suite.

Frapper fort c'est bon pour le moral.

Mon premier assaut de ville, sur Sarmatian, avec une poignée de charognards. Encore une fois les débats furent interminables quand il fallu décider de garder la ville, ou pas. L'usage de trois 'a' dans un même nom et pas un seul 'u' provoqua l'ire des plus conservateurs des Sumériens. Je décidai que, de toute manière, toutes ces histoires de 'u' commençaient à me courir sur le haricot, on allait la garder.

J’enrage lorsqu’en -1180 Lincoln termine la construction des Pyramides avant moi, à Washington. Je n’ai pour le moment pas la capacité militaire pour  à la fois défendre mon territoire des hordes barbares et partir à la conquête des villes américaines, mais j’y travaille.

« M’entends-tu Lincoln, j’y travaille! »

 Il faut savoir que mon empire, comme j’aime désormais à l’appeler, est le troisième plus vaste du Monde avec un m majuscule, rien que ça. Je remarque aussi la progression conséquente des lointains Indonésiens. Ils fondent le judaïsme en -990, religion que j’adopte cinquante ans plus tard. Je suis étonné qu’elle arrive aussi vite  par chez moi, alors que les Espagnols avaient fondé le christianisme, et les Tibétains le bouddhisme, en -1390. J’ai tendance à croire que Dharmasetu cherche un petit peu la merde. On entend quelques années plus tard des rumeurs comme quoi une civilisation inconnue aurait fondé le druidisme.

En -850 je capture la ville barbare de Khazak, au Nord-Ouest, et continue de me battre contre les troupes errantes qui surgissent des territoires non-surveillés, tant au Nord qu’au Sud. 150 ans plus tard, les onze civilisations du continent se sont converties à une religion. Le score est de cinq partout pour le christianisme et le judaïsme, le Tibétain, lui, est isolé à croire tout seul à sa saleté de bouddhisme. Il ne tardera pas à croire au Christ plutôt qu’à Bouddha sous la pression de ses voisins. Mes voisins à moi, les Américains et les Byzantins, sont catholiques, du coup on ne s’entend pas très bien, et je suis certain que Lincoln le fait exprès pour me pourrir la vie.

Bien qu’impatient d’aller en découdre avec lui, je tâche à cette époque de ne pas trop ternir nos relations, afin de conserver l’initiative de la guerre. Lorsqu’un mariage entre nobles Sumériens et Américains capote à cause d’une bête question de religion, je me garde d’envenimer la situation.

L’ERE CLASSIQUE

Est-ce bien raisonnable?

Et comme un malheur ne vient jamais seul, je fonde l'Islam -465.

J’aborde cette nouvelle ère avec la création de l’Islam à Shuruppak, mais ne l’adopte pas car le bonheur procuré par le judaïsme me permet de poursuivre la construction d’une armée pour aller démonter Lincoln, et aussi pour me prémunir d’une guerre avec les catholiques qui contredirait mes plans. Isabelle n’arrête pas de me casser les noix à me demander de me convertir, alors je l’envoie ballader bien vulgairement comme il faut. Je préfère, dans ce contexte, être pote avec le puissant Indonésien. Cette amitié ne me protégera pas des Byzantins cependant, qui construisent des villes à mes frontières et dont le caractère augure des relations difficiles. Je fonde Kish, pour freiner leur expansion.

Nous sommes en -400 et les propositions d’alliances militaires deviennent plus fréquentes, certains n’hésitant pas à faire fie de la croyance pour obtenir des troupes fraîches en soutien. Je refuse catégoriquement toute proposition, dans la mesure où je dois envisager ma propre guerre contre les Américains, dont je rêve depuis longtemps. Je prétends que mes charognards puent trop du bec à force de bouffer du cadavre.

Le situation aux frontières devient, en plus, insupportable:

Ca sent comme qui dirait un peu la guerre.

Il me prend l’envie d’unifier les peuples de la région. C’est vrai quoi, on ne va pas pouvoir continuer à se toiser longtemps, et puis Lincoln a osé construire Philadelphie sur les rives de MON fleuve. Merde à la fin. On leur donne la main et ils vous prennent le bras! Je dois lui expliquer mon projet d’une société unifiée, cela devient impératif. Nos peuples doivent marcher main dans la main, regarder dans la même direction, parler la même langue, manger du bison et du chien de prairie aux truffes.

Je déclare donc la guerre à Lincoln en -235. J’ai constitué une armée correcte pour donner les premiers coups, et des renforts sont constamment en route depuis l’Ouest pour assurer une rotation correcte des effectifs. Je me dirige sur Philadelphie et prends la ville en un tournemain. Lincoln commence à bien piger mon projet de société.

Va y'avoir du cadavre.

Les forces américaines sont frêles et mes charognards castagnent comme des beaux diables, ça fait vraiment plaisir à voir. J’avance inexorablement et perds un nombre limité de troupes. J’obtiens également le renfort d’un grand général, Oliver Cromwell.

En -195 un grand prophète bâtit le Masjid al-Haram à Shuruppak, la ville rayonne et les muezzins s’en donnent à coeur joie. Dix ans plus tard, New York tombe, et je décide de lancer mes troupes à l’assaut de la capitale, délaissant pour l’instant les autres villes. Il se trouve à proximité de Washington un gisement de fer que je ne désire pas voir atterrir en d’autres mains que les miennes.

Comme c'est bon toute cette puissance, mais comme c'est bon!

Les jeux Olympiques sont organisés pendant ce temps à Uruk, et Cao Cao, un autre grand général, rejoint mes forces. En -100 Washington tombe, et les Pyramides entrent en ma possession. Je mène ma guerre peinard, mes troupes affichent une supériorité indécente sur les forces de Lincoln, qui voit sa fin arriver, inexorablement. Et pendant ce temps tout le continent se déchire dans des guerres intestines. J’essaie donc d’en profiter, pour diminuer les Byzantins autant que possible. Et pour cela rien ne vaut un bon Viking bien furieux comme il faut, à qui j’offre le secret des mathématiques, pour lui permettre de construire des jolies catapultes qui iront démembrer du Byzantin.

En -45, galvanisé par la victoire, le peuple Sumérien adopte l’Islam comme religion d’état. Adopter l’Islam en pleine guerre contre les Américains, c’est tout un symbole que j’envoie à la face de la planète. J’affiche mon indépendance totale vis à vis des peuples juifs et catholiques. Et autant dire que je vois bien l’Islam écraser les autres croyances avec panache.

Quarante ans plus tard, les habitants de Shuruppak construisent ma première merveille nationale, le Cimetière Royal. Il règne dans l’empire Sumérien, en ce temps là, un petit quelque chose de surréaliste, ainsi qu’une fascination pour la mort qui confine à l’obsession. Je pourrais résumer mon empire en quelques mots en fait: mort, Islam, bison, castor. Bien que je foute une paix royale aux castors.

En 45, Uruk bâtit le temple d’Artémis, qui amplifie ma production grâce au marbre tout proche. Quinze ans plus tard, je frémis lorsque des hordes barbares déboulent près de Seattle. Ces villes sont peu défendues, car loin de tout danger immédiat, et mon armée s’attache à découper les derniers Américains du continent. Je digère mal la nouvelle, j’entrevoyais la fin de la guerre et une opportunité de faire prospérer mes conquêtes.

Ca donne toujours quelques frissons lorsqu'une horde de barbares assoiffés de sang surgit.

Mes armées détruisent les Américains une bonne fois pour toute en 70. Je ne me doutais pas vraiment que la guerre durerait aussi longtemps, mais bon, l’important est que ce territoire est sécurisé et que j’accède maintenant aux deux océans.

C'est balot.

La joie est de courte durée car les barbares s’emparent de Nippur. Mes charognards la reprennent peu de temps après, mais j’ai eu chaud. Ces salopards auraient très bien pu la raser. Je n’ai de toute manière pas vraiment le temps de m’apitoyer sur mon sort, mes relations avec Constantin au Sud se dégradent. Mes imams partent convertir les populations à l’Islam , et je négocie l’échange de progrès technologiques avec d’autres civilisations. Je me rends compte que mon aveuglement guerrier de ces dernières années m’a isolé de la scène diplomatique, et je crains les alliances opportunistes. Un présage se présente alors à moi:

Heu je voulais dire: Par Allah!

Un fier et très ancien peuple de castors, qui vit sur les rives d’un fleuve qui sépare toundra et neiges éternelles, ronge rageusement ce qui ressemble fort à des os humains près de ruines d’une cité dont le nom demeurera à jamais oublié. Aurait-elle connu la fureur de castors guerriers venus reprendre ce qui leur appartient? Les territoires du Nord…

« Allah O Akscrouitch! »

Ma foi est inébranlable, mais mon économie un peu chancelante. Je possède quelques réserves de bon fric mais mon empire commence à me coûter cher. Je privilégie cependant la recherche de la politique, afin d’entraîner des espions. Ces espions me permettront de mener la guerre dans l’ombre, pendant que je rétablis la situation d’une manière ou d’une autre. Les missionnaires catholiques parcourent pendant ce temps des distances incroyables pour répandre leur foi moisie, alors que de mon côté je continue de lancer mes imams à l’assaut des villes frontalières. Il serait bon d’attiser un peu la sympathie à mon égard, surtout si un jour les esprits s’échauffent.

Je devance un moment Dharmasetu, qui devient très puissant, mais celui-ci ne met pas longtemps à repasser en tête des plus importantes nations. Je ne m’inquiète guère dans la mesure où les Indonésiens se trouvent à l’extrême sud du continent, et de toute manière j’ai fort à faire avec le Byzantin qui commence à amasser des troupes aux frontières. Il semblerait qu’il veuille me proposer un projet de société. En 235 je soutiens une organisation criminelle locale de la ville byzantine de Shangian. En 260 je découvre enfin le secret de la politique, et mes villes peuvent désormais former des espions.

Il fait bon vivre à Sarmatian.

Viktor Griph, espion illustre, est formé dans la ville de Sarmatian, que je destine à l’espionnage. Il construit donc Scotland Yard, qui améliore considérablement mes capacités dans ce domaine. Ce qui devient rapidement indispensable, mes imams peinant à répandre l’Islam dans des villes généralement acquises aux deux autres religions dominantes. Mais je leur avais bien dit aux imams, de parler plus fort, ils marmonnent leur babouille dans leurs barbes, on dirait des chanoines qui ânonnent l’évangile comme des brebis bourrées.

 » Mettez y du coffre quoi, merde! »

Je fonde Lagash, une ville perdue au Nord, dans les glaces, mais à proximité de juteux gisements d’argent, et en 325 je produis mon premier espion. Un peu tard en fait, car en 335 Constantin vient me présenter son projet de société. C’est la guerre.

Là où beaucoup de sang va couler.

Les frontières avec les Byzantins, 30 ans auparavant.

L’ERE MEDIEVALE

Il fonce vers Shuruppak, berceau de l’Islam, avec une armée plus moderne que la mienne. Je suis sûr que ce con se croit en croisade. Mais, en fait, à tout bien y réfléchir, c’est une croisade! Me v’là beau. Je flippe. J’ai au même moment un colon qui traîne ses guêtres du côté des frontières assyriennes et tibétaines. Il fonde fissa une ville dont le nom m’importe peu, mais bon, elle se nomme Umma, voilà, dans l’espoir de l’échanger à Constantin contre la paix. En plus, elle est contigüe aux territoires assyriens et tibétains, de quoi alimenter quelques discordes. Je n’en reviens pas, une croisade…

La guerre tombe mal, mon économie est déficitaire car je souhaite maintenir au moins soixante pour cent de mon budget à la science, et je n’ai pas forcément la carrure pour tenir la cadence. En 355, Shuruppak est assiégée, et je met tout en oeuvre pour la protéger. A mon grand soulagement, la ville tient bon sous le terrifiant assaut de l’armée byzantine. Je perds tout de même Cao Cao dans la bataille. Il meurt vaillamment, auréolé de gloire pour sauver la ville Sainte. On arrache de justesse la dépouille aux mains des charognards qui commencent déjà à le bouffer.

Je profite de la victoire pour réorganiser mon armée et mes défenses. Je jubile lorsqu’en 400, un des mes agents convertit le peuple byzantin à l’Islam. Constantin qui, jusqu’ici était un fervent chrétien, se retrouve à diriger la croisade contre l’Islam en étant lui même musulman. Autant dire que je me fous royalement de sa gueule.

Je n’aurais peut-être pas dû, dix ans plus tard il prend New York, pour très peu de temps cependant. En 415 je fonde Girsu, à mi chemin entre mon empire et les territoires des castors, au Nord. Je construis immédiatement une mine pour extraire le précieux fer sur la colline voisine. Tout le peuple sumérien ressent le besoin impérieux de moderniser l’armée pour faire échouer la croisade de Constantin.

J’offre finalement la ville d’Umma aux Tibétains, cherchant à m’assurer leur soutien. Ces fieffés crânes rasés refusent néanmoins d’entrer en guerre à mes côtés. Je déplore l’islamophobie galopante. Francisco Pizarro prend la place du défunt Cao Cao à Shuruppak, mes espions sabotent les mines de fer de Constantin et l’on se prépare à subir la deuxième vague. Et pendant ce temps Isabella ne cesse faire du prosélytisme pour le Christianisme. J’en viens à me demander si elle n’est pas l’éminence grise derrière tout ce bordel.

J’absorbe le deuxième assaut à Shuruppak avec plus d’aisance que le premier, et me décide de me lancer à l’attaque d’Iconium un fois le choc absorbé.

Miam, de la bonne guerre!

Je sors aussi mon armée de Shuruppak pour fondre sur Angora, que je capture sans trop de difficultés. J’échoue par contre lamentablement à Iconium et abandonne le siège.

Grisante victoire.

Je forme quelques imams sur le pouce afin d’imposer l’Islam ici et ailleurs, il ne sera pas dit que la nation sainte des Sumériens n’aura pas combattu avec style et panache. Mes espions me rapportent que Dharmasethu est entré en guerre contre Isabelle. Le fondateur du Judaïsme entre en croisade contre la fondatrice du Christianisme, il déchiquète les armées espagnoles qui plient sous les assauts meurtriers de l’immense armée indonésienne.

La guerre fait rage dans l’empire sumérien, l’énorme frontière qui me sépare de Constantin est le théâtre de combats incessants et plus meurtriers les uns que les autres. Tout le coups bas sont mis en oeuvre: pillage, actions éclairs des cavaliers en profondeur, sabotages de bâtiments et incitations à l’émeute. Une bien belle guerre en somme.

Shuruppak construit l’Angkor Wat en 495, j’admets que la période n’est plus si terrible. Certes, les armées de Constantin sont difficiles à mettre en déroute, mais l’empire sumérien, fort de ses vingt millions d’habitants, modernise son armée et dispose dès 520 de cavaliers lourds. Avec l’infanterie, lourde elle aussi, en support, je mène la guerre à mon tour en territoire ennemi, mais doit rapidement reculer car les renforts byzantins arrivent en nombre. Il est lourd aussi Constantin finalement.

Nous sommes ensuite en 556. Alors que je participe à l’audition des meilleurs muezzins du pays, je reçois la visite de Corvin Matyas, des Hongrois. Les Hongrois sont un peuple lointain, qui vit au Sud-Ouest, au bord de l’océan, et juif depuis de nombreux siècles. Les Phéniciens et les Allemands, catholiques, sont désormais les vassaux de Corvin Matyas, et tout ce petit monde évolue loin de mes frontières, quelque part dans la jungle à manger des hyènes, et ne devrait pas me porter beaucoup d’attention, vu que mon domaine, c’est plutôt le bison. Il n’empêche que cette raclure de Hongrois me déclare la guerre. Ouch. Saleté. Sale petite fouine de Corvin Matyas.

Je me jure de lui faire payer cette traitrise, bien qu’il soit normal qu’il cherche à m’affaiblir, je suis son concurrent direct et il souhaite surement éviter de titiller l’Indonésien, qui aime beaucoup taper dans tout ce qui n’est pas Indonésien. Voire taper tout court.

Je me retrouve donc en guerre contres les Byzantins, les Hongrois, les Allemands et les Phéniciens. J’ai comme l’impression d’être la tête de Turc de tout le monde, et aujourd’hui c’est ma fête.

Je fais donc la paix avec les Byzantins, un de moins à repousser. Mes villes travaillent d’arrache pied à produire un maximum de troupes, l’armée hongroise est déjà proche de Kish (lorraine). Quatre ans plus tard, sûrement encouragé par la Hongrie, Constantin me déclare la guerre à nouveau. C’est vrai que quatre ans de paix, ça fait beaucoup. C’est la panique, les armées sont en marche pour mettre à bas l’empire sumérien, et donc l’Islam, et donc les castors du grand Nord. J’abandonne Angora pour me réfugier à Shuruppak, laissant la ville aux byzantins. En 576, les Hongrois donnent l’assaut sur Kish, Constantin est en route pour Shuruppak. J’humilie Corvin Matyas lors de la bataille, et son armée bat en retraite pitoyablement. Il signera la paix vingt ans plus tard comme la petite fouine qu’il est.

Shuruppak tient bon sous les assauts démesurés de Constantin, et je défais son armée en 628. Je m’offre alors le luxe de prendre d’assaut une ville au Sud avec une force de frappe qui aime frapper. Je rase la ville de Trebizond. Je rase aussi Angora, qui demeure depuis trop longtemps au sud de Shuruppak. Je connais une période noire, étouffé par la croisade portée sur mon territoire, tout mon beau pognon sert à financer l’armée. Mes scientifiques sont envoyés se battre, et seuls mes espions me permettent d’obtenir des progrès en les dérobant aux Indonésiens et aux Tibétains.

Ivre de sang, je prends Adrianople puis Constantinople et me rends compte avec effroi que pendant ce temps, Dharmasethu a éradiqué les Espagnols et disposera bientôt de frontières communes aux miennes. Il déclare la guerre à Constantin et capture des villes au Sud que je me destinais. Les Byzantins ne disposent alors plus que d’une seule ville, maintenant au coeur de mon territoire, Iconium. Je lance mon armée à l’assaut de la ville, Dharmasethu également dans une course improbable. Je ne prends pas la peine d’utiliser mes engins de sièges, je n’ai pas le temps, et entre en force pour capturer la ville au nez et à la barbe des Indonésiens.

Pas le temps de sonner.

En 820 les Byzantins sont rayés de la carte. Me voilà en paix. Je dresse un bilan simple:

– Les castors ont la queue plate, mais ne se déplacent pas à la vitesse de la lumière pour autant.
– En -235 je déclare la guerre aux américains.
– En 70 Lincoln est dépecé sur une plage d’Atlanta.
– En 80 je communique avec Dieu, qui m’indique le chemin par le biais d’un serein petit groupe de castors guerriers.
– En 335 Constantin lance la première croisade contre l’Islam.
– En 556, la Hongrie se joint à la croisade, entrainant dans son sillage Phéniciens et Allemands.
– La même année je signe la paix avec Constantin.
– En 560, Constantin me déclare la guerre à nouveau. C’est la seconde et dernière croisade.
– En 576 la Hongrie, humiliée, signe la paix et laisse le soin aux Byzantins de s’en prendre plein la poire  tout seul.
– En 820, Constantin est dévoré par une poignée de castors affamés à Iconium, les Indonésiens apprécient le spectacle mais rient jaune.

C’est pas pour me flatter, mais je peux dire qu’on s’est bien castagné, pour sûr. Bouffi d’orgueil, je sauve l’Islam, et son rayonnement inquiète follement mes voisins. Je dois ma victoire au peuple avant tout, dont la stabilité durant toutes ces années me permit d’inlassablement entraîner des soldats assoiffés de sang. Le bilan est cependant amer: mon économie est au plus mal, Dharmasethu partage désormais des frontières avec moi, il est très puissant, converti au Judaïsme et passablement énervé par l’Islam.

Te gênes pas surtout.

Ma priorité est alors de remettre l’empire sumérien sur les rails, affaibli par de trop longues années de guerre, et de tenir l’Indonésie à l’écart, de me la mettre dans la poche, et d’éviter à tout prix la guerre. Je ne me fais pas beaucoup d’illusions, elle viendra. L’Islam fait polémique, et le continent entier ne connaitra surement pas la paix tant qu’un glorieux Allah O Akscrouitch résonnera des murailles de Shuruppak.

Et ça mange beaucoup tout ce petit monde?

Dharmasetu entasse les troupes à la frontière.

Je dois me méfier de Dharmasetu, mais également de Corvin Matyas qui prend son envol à son tour. A vrai dire, je dois les tenir tous les deux d’une manière ou d’une autre loin de moi. Et si possible faire en sorte qu’ils s’affaiblissent. Et par affaiblir j’entends bien sûr se charcuter la fraise avec enthousiasme. C’est pas gagné.

Je me retire alors loin au nord, pour vire parmi les populations de castor avec lesquelles j’ai d’interminables mais énigmatiques discussions.

« Aidez moi! leur dis-je. Que dois-je faire? »

Et pour toute réponse je n’obtiens que ‘Scrouitch Scrouitch Scrouitch’, comme une éternelle symphonie de dents qui rongent du bois.

« Raaaah, toujours ce maudit scrouitch! Scrouitch! Scrouitch! Pourquoi? POURQUOI?

La réponse qu’alors je lis dans leurs yeux tendres me frappe comme la foudre.

Mon plan est simple: je convertirai de force Dharmasetu à l’Islam, pour améliorer mes relations avec lui et lui ôter toute idée farfelue de me faire la guerre. Et puis cela détériorera de surcroît ses relations avec Corvin Matyas, son voisin, adepte du judaïsme et fouine notoire.

Et pas de conneries hein?

Mon agent en place en Indonésie, Max Gogf, infiltre la capitale Palembang en 852.

C’est la guerre froide. L’empire de Dharmasetu fourmille de mes agents qui exécutent diverses missions, et particulièrement le vol de technologie. Certains restent en poste à attendre leur heure. On distribue le Coran sous le manteau. Je sabote les bâtiments culturels de ses villes à mes frontières, et, de mon côté, accroît mon influence, notamment à Constantinople, ville rayonnante et prometteuse.

Malgré tout, la mission principale de mes agents demeure de convertir coûte que coûte les Indonésiens à l’Islam. Mes efforts précédents pour propager ma religion portent leurs fruits, dans la mesure où une petite moitié nord du continent la pratique, et par conséquent les villes indonésiennes les plus proches. Je réussis donc à ce que Dharmasetu adopte l’Islam comme religion d’état, du coup on devient presque potes.

En 856, pour assainir mes comptes mauribonds, je déplace ma capitale d’Uruk vers Shuruppak, la ville Sainte. Sa position centrale me permet d’alléger les coûts d’entretien des conquêtes américaines et byzantines.

Je connais mon âge d’or en 880. Salutaire, il me permet de donner un coup de fouet à mon économie, et donc à la recherche scientifique.

Interminablement, mes agents oeuvrent en territoire indonésien pour maintenir la paix, tandis que Dharmasetu et Corvin Matyas connaissent un essor fulgurant. Les Hongrois sont le peuple le plus cultivé à cette époque, et les Indonésiens sûrement le plus puissant. L’Assyrien ne s’y trompe pas, il devient le vassal de l’Indonésie. Je reste seul avec Ragnar à conserver mon indépendance.

Mon âge d’or prend fin en 940. J’entreprends de dynamiser la marine et de partir le plus tôt possible explorer les océans, et j’espère bien rencontrer de nouveaux peuples avec qui nouer des alliances fourbes. Le peuple sumérien fournit en parallèle des efforts considérables dans le domaine du renseignement et de l’espionnage, car je fais de la Hongrie, dont la puissance m’inquiète, une cible prioritaire. Dharmasetu se trouve toujours contraint d’être musulman, et en 1000 survient un événement historique: Dharmasetu déclare la guerre à Corvin Matyas! Les Indonésiens et les Assyriens sont désormais en guerre contre les Hongrois, les Phéniciens, les Tibétains et les Allemands. Je jubile, Allah est grand! Il est temps pour l’Islam de mener sa croisade! A laquelle je ne participe pas cependant, faut pas déconner non plus, j’ai tout un empire à remettre à flot. Je décline donc bien aimablement les demandes de Dharmasetu de me joindre à lui.

Grâce à mon réseau d’espionnage, je dispose d’une visibilité sur la guerre hors norme, et devient hystérique à la vue du carnage qui se produit loiiiiin de chez moi. En 1028 je lance ma première caravelle à la découverte de l’océan inconnu, et chéris secrètement l’envie d’être le premier à faire le tour du Monde. Cette même année, il devient de plus en plus difficile pour mes imams de répandre l’Islam en Indonésie, c’est pas bon signe. Malgré tout mes espions convertissent le puissant Indonésien dans l’ombre. Qu’il continue à porter la guerre au nom de l’Islam, ça fait mes affaires.

En 1084, ma seconde caravelle fait la découverte de nouvelles terres, à l’Ouest. Je rencontre Brian Boru des Celtes. Il est barbu mais ne m’inspire pas confiance, car il est le fondateur du Druidisme et croit dur comme fer dans ces âneries. Je tente néanmoins d’entretenir des relations courtoises, car après tout il me reste d’autres peuples à découvrir.

Je fais ensuite la connaissance de Crazy Horse des Sioux, et de Winston Churchill des Anglais. Puis suivent les Turcs et les Incas. Mes caravelles tombent une à une sous les coups des pirates et je ne parviens pas à faire le tour du monde. Et pendant ce temps la guerre froide bat son plein, des agents ennemis opèrent maintenant sur mon territoire, je dois dépêcher un nouvel agent chez Dharmasetu, Eystein le sage, pour soutenir le contre espionnage. Dharmasetu, je m’en rends compte, est un fou dangereux qui s’attaque méthodiquement à chaque civilisation du continent. Il ne connait a priori pas l’existence de  l’autre continent, et je garde précieusement mes cartes pour moi. Pendant ce temps également, le Tibet se faire démonter par l’armée assyrienne. Les frontières se redessinent quelque peu au Sud de mon empire. Mon influence culturelle devient oppressante et croît à vue d’oeil au sud de Constantinople.

Influencer l'influence

Après une brève paix, passée quasiment inaperçue, Dharmasetu déclare à nouveau la guerre à Corvin Matyas, tandis que j’échange mes cartes avec les Sioux. Me voilà en possession d’une carte mondiale que beaucoup me jalouseront. Je note que le nouveau monde abrite également les Japonais. Et quasiment tout le monde est druidique.

Bloum.

Le Monde consiste donc, selon les connaissances actuelles, en deux gros continents massifs et une île au Sud-Ouest de nos nouveaux amis.

La tectonique des plaques ne s’est quand même pas crevé les fesses, je m’attendais à un brin plus de complexité dans la répartition des terres. Mais non, on a droit à deux gros blocs, l’un en face de l’autre. On oublie les colonies.

Tirant les leçons du passé, je fais en sorte d’avoir une armée suffisamment imposante pour que l’on me foute la paix, surtout que la surenchère militaire règne en maitre des deux côtés de l’océan. Je me lance dans la recherche de la poudre à canon et des armes à feu, quitte à prendre dans les caisses de l’état pour assurer un rythme soutenu. Avec la menace indonésienne, et la perspective d’une alliance druidique, je m’attends au pire.

En 1304 Dharmasetu adopte le fondamentalisme, devenant donc une puissance musulmane incomparable, menant une croisade sanglante contre l’empire  hongrois, lequel en 1324 fonde le Palais Apostolique. L’Islam connaît alors son apogée. Une fois n’est pas coutume, je m’engage aux côtés des Indonésiens dans leur guerre contre les Vikings, hypocrite comme pas deux, car je n’ai pas envie d’être le prochain sur la liste. En plus, je crains le moment où Dharmasetu rebasculera dans le Judaïsme, il sera particulièrement dur de convertir un fondamentaliste. En 1332 les Assyriens me déclarent la guerre.

LA RENAISSANCE

En 1340 je quitte le moyen-âge pour entrer dans la renaissance. Je change d’ère en guerre, ça devient une coutume. Le monde est littéralement à feu et à sang. L’Islam combat le Judaïsme, et les rares peuples chrétiens se déchirent mutuellement pour la possibilité d’envahir un morceau de territoire. Cette même année je découvre la poudre à canon et me lance corps et âmes dans la recherche des armes à feu. J’ai hâte, ça sera super utile contre les chiens de prairie en plus.

Je suis le seul à entreprendre de telles recherches, il me faut donc profiter de cet avantage pour étendre mon empire et affaiblir mes ennemis. J’aide en toute discrétion des rivaux de Dharmasetu, car il ne faut pas qu’il étende trop sa puissance, déjà considérable. Je capture de plus la ville indonésienne de Antioch, qui succombe à l’influence culturelle de Constantinople.

En 1352 j’entre, conquérant, dans la ville assyrienne de Nyingchi, armé des premières bombardes au monde. Je taille mon adversaire en pièces, et découvre le secret des armes à feu en 1416. Fort d’une réserve d’or conséquente, je modernise en grandes pompes l’armée sumérienne. Et fort heureusement d’ailleurs. Cette année Corvin Matyas fait la paix avec Dharmasetu qui, en 1428 me déclare la guerre, juste après s’être reconverti au Judaïsme.

Les furieuses armées indonésiennes font route vers le Nord, j’organise la défense mais ne néglige pas pour autant le combat contre ce traître d’Assyrien. Je capture Gar en 1452. Dharmasetu assiège Antioch qui tient bon, je suis technologiquement en avance et mon armée est la plus moderne. J’envisage même à ce moment de faire durer la guerre et de partir conquérir l’Indonésie du nord. Les Phéniciens viennent se joindre au siège, et disposent eux aussi d’une bonne force de frappe. Je reconsidère rapidement mes rêves de conquête et cède Antioch contre la paix en 1484. Je suis épaté, Dharmasetu doit avoir un petit coup de blues pour abandonner une grosse baston si promptement.

1506 sonne le glas de l’Islam, que j’abandonne  au profit du Judaïsme. Je n’ai pas la force d’imposer cette religion, je réalise que cette tentative fut un échec cuisant, même si elle me permit pendant de nombreuses années d’imposer mes vues à Dharmasetu et de lui monter le bourrichon contre Corvin Matyas. Je décide de m’écarter pour longtemps de la guerre, de passer un peu à autre chose. Je viens de découvrir une île au Nord-Ouest de mon territoire et j’ai dans l’idée d’aller fonder une colonie.

En 1534 un coup de tonnerre s’abat sur l’empire sumérien: Corvin Matyas me déclare la guerre. Au départ cette nouvelle ne me fît ni chaud ni froid, notre dernière bataille avait nettement tourné à mon avantage, et il était reparti la queue entre les jambes à Budapest.

Le hussard sur le toit.

Il fonce sur Gar, une conquête de ma campagne contre les Assyriens, et, je dois l’admettre, me massacre la gueule grâce à ses hussards. Son armée est très, très, très puissante. J’offre la ville de Nyingchi à Dharmasetu, ça sera déjà ça que Corvin ne prendra pas. J’imagine que cela l’énervera. Les Hongrois montent alors assiéger Adrianople. En plein siège, en 1550, Dharmasetu propose aux membres du Palais Apostolique de voter l’arrêt de l’agression contre mon peuple.

Encore des hussards.

Le vote échoue, et Adrianople cède rapidement sous les coups hongrois. En fait, mon armée est à l’agonie, mes grands généraux sont morts et rien n’empêche Corvin de s’enfoncer pour conquérir mon empire. Je suis proche de la capitulation, et je me prépare à ce que mon territoire redeviennent celui de 335. Le coup est rude, je digère mal. Je ne l’attendais pas dans ce rôle là, le Hongrois, satané bâtard. Tu me le paieras.

L'invasion hongroise se poursuit.

La situation à la frontière devient compliquée. En cédant la ville de Nyingchi aux Indonésiens, je pimente un peu les relations entre Dharmasetu et Corvin. Ce dernier, suite à son invasion de mon empire, néglige de remarquer qu'il coupe le territoire indonésien, et risque par là de se mettre gravement dans la merde.

Y’a quand même pas à dire, Dharmasetu est tout de même un type vachement spontané quand il s’agit de baston. En 1558 il déclare la guerre à Corvin Matyas, et ces deux là vont s’en mettre plein la gueule. J’observe alors, les yeux écarquillés de surprise, les armées hongroises rebrousser chemin pour combattre les forces indonésiennes, abandonnant l’invasion de mes terres. Adrianople reste occupée cependant par une armée conséquente, et ma situation actuelle ne me permet pas de partir la reconquérir. Je croule sous les frais, et parviens à faire la paix avec Corvin en 1578. Qu’il se concentre sur la guerre avec Dharmasetu, ces deux là ont besoin de calme pour s’étriper comme il faut. Ce qu’ils font allègrement, soit dit en passant.

Je me contente alors d’acheter des progrès scientifiques, n’étant plus vraiment en mesure d’assurer un rythme de recherche convenable, et reprend mon idée d’aller coloniser l’île proche de mon empire.

Heu Brian, tu es sur MON île vois tu?

Je découvre avec effroi que Brian Boru et ses Celtes puants ont déjà pris possession de l'île.

Cette proximité avec le Celte me fait froid dans le dos, nos relations furent toujours désastreuses, et le voilà muni d’un avant poste vers mes terres. En 1603, Corvin Matyas capitule et devient le vassal de Dharmasetu, qui a maintenant cinq nations sous ses ordres: les Hongrois, les Vikings, les Phéniciens, les Tibétains et les Allemands. Seul l’Allemand reste catholique, et l’Assyrien indépendant tout comme moi. Cette alliance massive permet à notre continent d’apaiser les tensions, et de limiter les conflits. Y’a de quoi aller castagner de l’autre côté de l’océan de toute façon. Dharmasetu va très certainement vouloir aller faire boum-boum chez ceux d’en face.

1615 est déclarée année du matelot, et l’on met du joli pognon dans la marine pour avoir de beaux bateaux bien balèzes en cas de débarquement, les moussaillons adverses ont l’air de salement souquer et le danger peut désormais provenir de la mer.

1623 marque un tournant dans mes relations avec Dharmasetu, car ce dernier accepte de signer un pacte de défense. Je suis ravi. Si je me fais attaquer par les pouilleux d’en face, je bénéficierai d’un appui précieux, et puis on s’en tape si l’Indonésie est agressée, on laissera faire le sourire aux lèvres. J’aime ce genre de deal. Pendant ce temps je travaille Churchill au corps pour que mes relations avec lui soient au beau fixe, je compte bien avoir un allié sur l’autre continent, ça peut aider, surtout qu’il est cool Winston.

En 1629 je réalise que Dharmasetu n’a pas tout à fait pigé l’idée d’un pacte défensif: mon contre-espionnage identifie des agents indonésiens en train de mettre la foire à New York. Bon. Je passe l’éponge, il est beaucoup trop balèze avec sa horde de vassaux. Un an plus tard, Brain Boru, bourru comme à son habitude, vient me déclarer la guerre. Il me reproche mon insolence, alors que je trouve avoir été plutôt raisonnable, je n’ai même pas fait de vanne puante sur le druidisme. Soit. Qu’il vienne. Mon armée est à jour dans ses vaccins, j’ai de quoi taper, et en plus Dharma est obligé de voler à mon secours. Il va entraîner les trois-quarts du continent dans la guerre, c’est l’allégresse. Les Assyriens ont de plus rejoint ses rangs, on va vraiment s’éclater. Le Japon, vassal des Celtes, va du coup aussi en ramasser plein la prune. On va vraiment, vraiment bien s’éclater.

Ma marine domine honteusement celle du Celte, et protège efficacement mes côtes. Les rares navires qui se jouent de ma vigilance foncent sur Eridu, et les assauts aboutissent à un cuisant échec qui me font bien marrer, surtout que Dharma va lui montrer comment on fait. Bon toutou à son mé-maître ça.

En 1639 Churchill m’enjoint d’aller casser du Turc avec lui. Je lui réponds que pourquoi pas, quitte à avoir une tête de Turc, autant qu’elle soit turque. Je déclare donc la guerre, n’envisageant pas d’envoyer une seule troupe patauger dans une guerre qui n’est pas la sienne.

Notre continent s’organise, se soude: tout le monde est juif et les résolutions du Palais Apostolique vont bon train: on cesse de commercer avec les infidèles, on décide de leur faire la gueule en ricanant bien dans notre coin dans l’espoir qu’ils nous cherchent des poux sur la tête, et que Boum-Boum Dharma décide d’aller leur mettre des coups de tête, pour qu’ils regardent s’il y a des poux dedans.

Et mon dernier aussi.

En 1653, le coeur léger, je lance mes troupes à l’assaut de MON île, et décide d’envahir les villes celtes de Cimmerian et Calleva. J’obtiens alors un coup de pouce inattendu.

Allez, on se fait la bise?

Churchill, qui a tout compris à la vie.

Winston vient me proposer d’acquérir la cannelure à bon prix. La cannelure, c’est en fait une rainure en longueur, un sillon. En clair, cette technologie me permet d’avoir des meilleurs flingues, et donc des meilleures troupes, et donc de faire des bonnes guerres bien poilantes. Je modernise vite fait l’armée et entame, serein, l’annexion de l’île.

L’ERE INDUSTRIELLE

En 1658, un auteur-compositeur crée une ballade à vous fendre le coeur pour louer la puissance de l’armée sumérienne. Je finance l’adaptation de la chanson au théâtre, c’est la guerre mais on ne se refuse rien. Pour bien continuer sur cette lancée musicale, je lance la Muezzin Academy afin de dénicher les talents de demain.

Mes canons bombardent Calleva en 1661 et mes troupes en achèvent l’invasion, me rendant maître de ce bout de terre en avant de mon empire. Je signe la paix la même année avec un Brian Boru bien humilié comme il faut, l’oeil torve et la barbe en dépression.

C’est la paix. Je soigne mes relations avec les honorables membre du Palais Apostolique, sans oublier qu’un jour ils paieront pour leurs fautes, et ne néglige pas de toujours avoir un pacte défensif en cours avec Dharma. Ce dernier possède également une colonie à l’extrême Sud de la carte, sur une île glaciale proche des Incas qu’il partage avec les Vikings.

Les Assyriens rasent une ville barbare sous mon nez en 1665,ville que je convoitais en raison de sa position intéressante: elle se trouve juste au sud de mon île et m’aurait permis d’établir mes frontières sur les mers, m’offrant un contrôle total sur la zone. Mais c’est raté. Accessoirement, il y a du gaz et du pétrole à proximité. Je m’en tape un peu, les Assyriens sont mes potes, et j’ai de quoi faire chez moi. Mon territoire possède aussi des gisements d’aluminium. En clair, j’ai de la ressource stratégique à profusion et c’est tant mieux.

Les Assyriens commencent un peu à me casser les noix en 1667 lorsqu’ils construisent la Statue de la Liberté avant moi, alors que j’étais sur le point de la terminer.

Tu ferais bien de troquer ta couronne de fleurs pour un casque à pointe.

"Heuuu... Salut?"

En 1671 les Turcs libèrent leur colonie. Les Polynésiens déclarent leur indépendance et leur leader, Salamasina, vient nous rendre une visite de politesse. Salamasina est une bimbo qui croit que le monde est cool et qu’on désire ardemment chanter ‘Somewhere over the rainbow’ défoncé à l’herbe le soir sur la plage. Je lui fait remarquer aimablement que c’est dommage qu’elle arrive si tard, on avait nous aussi une femme sur notre continent mais notre pote Dharmasetu l’a crucifiée.

« Vous aimez les clous? »

On lance les paris. Je mise le trésor national sur son incapacité à survivre jusqu’au 19ème siècle. J’en connais un à qui ça va donner envie de cogner, cette histoire de nouvelle civilisation.

La vie suit son cours, le bon pognon rentre dans les caisses, la science progresse, on passe l’été en Polynésie et l’hiver chez les castors. J’invite Dharma à venir admirer ces formidables bestioles, mais je sens bien qu’il n’aime pas trop la neige. Il préfère déclarer la guerre à Crazy Horse en 1685, et à son vassal, l’Inca. Il m’invite quelques temps plus tard à me joindre aux festivités, et j’accepte de bon coeur me sachant hors de danger. C’est dommage d’un certain côté, car j’aime bien Crazy Horse même s’il lance de courageux navires à l’assaut de Seattle. Mais il ne pèse pas lourd dans la balance, et puis Dharmasetu a décidé de faire « boum-boum », alors bon…

En 1691 les membres du Palais Apostolique votent l’ouverture des frontières. Notre continent est pacifié. Je protège mes plages avec une force conséquente, érigeant un Mur de l’Atlantique pour reprendre l’expression de papy Tranxenne.

Je ne fais que passer.

Je débarque mon agent William Melville en Angleterre, afin qu'il infiltre le territoire celte.

scrouitch scrouitch scrouitch

L'influence culturelle de Constantinople ronge les frontières indonésiennes.

Au début du 18ème siècle, l’Indonésie est un gigantesque empire qui dispose d’une armée tout aussi gigantesque et d’un leader qui aime un peu trop la guerre. Il faut avouer qu’il a bien mené sa barque l’enfoiré : il a le continent à sa botte et il est en mesure de dicter sa loi à ceux d’en face. J’accorde un certain mérite également au Hongrois qui, à défaut d’être une sale fouine qui me paiera sa traîtrise, a tout de même construit le Palais Apostolique, et a ainsi contribué à l’unification des peuples.

En 1701 je graisse la patte de Winston pour qu’il aille dérouiller du Sioux dont la marine se fait insistante près de chez moi. Et puis j’en ai marre de la guerre avec Crazy Horse, elle est vraiment nulle, on s’ennuie à crever. Je fais la paix quatre ans plus tard, mais les Anglais n’ont pas l’air de m’en tenir rigueur. Les Indonésiens et toute la clique sont toujours dans le conflit (de canard), ce n’est pas comme si je le laissais seul non plus.

J’applaudis Crazy Horse en 1707, date à laquelle il opére une percée sublime sur le continent et capture la ville de Santiago, qui comme son nom ne l’indique pas, appartient à Dharmasetu. Fallait oser.

1708 voit l’arrivée de la première corporation, Mining Inc, et donc des emmerdes, il s’avérera que l’économie n’est pas le point fort de la nation sumérienne. Accessoirement je modernise la marine.

Nid d'espion.

Les villes d'Adrianople (hongroise) et d'Antioch (indonésienne), enclavées dans mon territoire, fournissent un parfait terrain de jeu pour mes espions.

En 1709, Dharma incorpore Crazy Horse dans sa liste de vassaux. Il sera suivi quelques années plus tard par les Incas.

En 1713, je déclare une nouvelle guerre aux Turcs, sur l’invitation de Churchill, en me disant que c’est une bonne idée d’aller emmerder un peu notre tête de Turc turque. En plus, les Polynésiens sont entraînés dans la bataille. Ca promet. Je fonde également Akkad au nord de mon île, et j’accède à un nouveau gisement de gaz naturel. Et trois ans plus tard, Dharma construit Broadway avant moi. Mes rêves de comédies musicales s’évanouissent. On annule la Muezzin Academy. En 1723 je fais la paix avec les Turcs et les Polynésiens qui n’ont jamais vu la couleur de mes troupes.

La guerre froide qui se traîne depuis des années trouve un essor inattendu en cette période, et je contrecarre de nombreux plans visant à me déstabiliser. Mais j’ai le coup de pied trop fébrile pour aller le fourrer entre les jambes du grizzly indonésien, sans doute derrière toutes ces opérations clandestines.

L’Assyrien se retrouve en guerre contre les Celtes, qui débarquent en masse, mais le voisin tient bon, et je lui refile quelques progrès pour qu’il racle la face de Brian Boru sur les graviers.

Beurk, des sushis!

Sid's Sushi Co. s'installe à Constantinople en 1734.

Arrivé à mi-siècle, j’embrasse l’idée folle de faire croître ma population grâce à la compagnie Sid’s Sushi, qui me permet de générer plus de nourriture grâce aux produits de la mer. J’imagine que le bénéfice que je pourrais retirer des corporations en général me permettra de propulser la nation sumérienne vers la domination, en plus les caisses sont pleines alors autant en profiter. J’adopte la doctrine du marché libre. C’est donc à peu près à cette époque que je fais la plus grosse erreur de mon règne.

Aveugle et mégalomane, je suis une nouvelle fois Churchill sur le sentier de la guerre pour affronter… les Polynésiens. Soit. Churchill prétexte qu’ils représentent une menace. Soit. J’ai un pari à gagner de toute manière.

Un an plus tard les Turcs et les Polynésiens deviennent les vassaux de l’Angleterre. J’adresse mes félicitations à Londres pour cette guerre éclair de toute beauté.

En 1759 je fais face à un choix cornélien: un avion indonésien s’écrase quelque part chez moi, et j’ai la possibilité d’interdire tout accès à l’épave afin de l’étudier, ou d’accueillir à bras ouverts les équipes de secours indonésiennes. Si je fais traîner les choses Dharmasetu le prendra sûrement mal. En plus ça fait longtemps qu’il n’a pas fait la guerre. Je privilégie la diplomatie.

Dharma, fidèle à lui-même, décide d’aller tabasser Churchill un beau jour de 1771. Bah, en même temps c’est son tour. Ca me fait vraiment de la peine pour lui, mais je ne peux rien faire. Malgré notre amitié, je ne m’opposerai pas au mastodonte indonésien. J’entreprends plutôt de grandes réformes, comme celles d’abolir l’esclavage et de favoriser le rationalisme.

Aloa bande de ploucs.

Libyan, la capitale polynésienne qui est toujours à l'état de village. Un petit coin de paradis en somme.

En 1776 Dharma me demande de déclarer la guerre à la Turquie, alors aux ordres de Churchill. Donc Dharma me demande indirectement de déclarer la guerre à mon pote Winston. J’accepte.

Cette même année j’investis comme un cinglé dans Sid’s Sushi et espère en tirer de substantiels profits. Vaine tentative car mes voisins deviennent ça et là des régimes bureaucratiques, annihilant mes velléités d’expansion à l’étranger. Le scientifiques suffoquent, les subsides viennent à manquer, l’action Sid’s Sushi dégringole à la bourse de Constantinople, j’envisage le défaut de paiement. Je subis un véritable assaut des corporations étrangères qui s’offrent le luxe de racheter à tout va les succursales du fleuron commercial sumérien.

En 1783, Salamasina est crucifée sur une plage de Lybian comme le veut la tradition. Les Polynésiens ne sont plus, pari gagné.

Bref, ça commence à être la crise, l’inflation me plombe. Dharmasetu prend Winston sous son aile en 1794 et me grille la politesse sur la construction du Pentagone. Décidément… Cette même année j’assiste, furieux, au conseil d’administration de Sid’s Sushi, et engueule copieusement les cadres dirigeants, leur mettant sous le nez des pages de bilans interminables et honteux, comme autant de preuves de leur incapacité à résister face à la concurrence internationale. Je décide alors de créer une nouvelle corporation, Cereal Mils, à Sarmatian. Il faut alors décider de la stratégie à adopter, et je me rends compte alors que, génétiquement, les Sumériens ne sont pas prédisposés à faire du bon business. La première réunion de Cereal Mils tourne au vinaigre:

 » Nous lancerons donc un nouveau produit sur le marché: des céréales, que les enfants sumériens dégusteront au petit déjeuner arrosées de lait de bison. Nous proposerons différentes saveurs: chocolat, miel, sucre…
– Mais puisque je me tue à vous dire, bande de crétins, que ce que les bambins veulent au petit déjeuner, ce sont des sushis!

Avec deux entreprises agro-alimentaires implantées, la population bouffe bien mais l’économie continue tout de même de sombrer. Forcément, si la concurrence vient de l’intérieur, on ne s’en sortira pas. Mais je reste aveuglé par mes illusions, j’espère bien voir le continent s’ouvrir au marché. Ce qui n’arrivera jamais, bien que je réussisse à forcer mon ami Assyrien à essayer, en lui glissant dans l’oreille des « tu vas voir c’est super! » ou bien des « Qu’est ce que tu dirais de te réveiller le matin devant un bon bol de sushis baignés dans du lait de bison, hmmm? ».

Le protectionnisme est LE courant à la mode. Je crucifie mon budget, et mes recherches scientifiques prennent du retard. Je me vois contraint de mettre la main au portefeuille pour acquérir certaines connaissances vitales dans ma course à l’armement nucléaire.

En effet, je compte bien être le premier à développer la bombe, pour éventuellement créer un certain chaos chez Dharma afin que ses vassaux le quittent, et que l’on puisse se retrouver face à face à se fracasser la tronche pour la domination mondiale. Je réalise quand même que ce plan est illusoire et constitue vraisemblablement ma dernière chance de victoire. Un plan bien frêle et pourtant très excitant.

Il m’en faudra, des bombes. Dharma modernise son armée: en 1798, si je devais déclarer la guerre, ses chars viendraient broyer ma cavalerie.

L’ERE MODERNE

En 1800 je découvre la physique atomique et me lance furieusement dans la recherche des fusées et des roquettes (pas les salades, les missiles). Je découvre avec émotion que mon territoire est fourni en uranium. Comme celui de Dharma.

En 1805 je sais comment faire des jolis missiles. J’ordonne aux scientifique d’abandonner femmes et enfants et de découvrir au plus vite le secret de la fission nucléaire.

L’Indonésie part en guerre avec ses huit vassaux contre le fondateur du Druidisme, le Celte, et ses deux alliés. Par conséquent les leaders du monde entier défilent un à un dans mon bureau pour me supplier d’échanger le secret des missiles. J’envoie tout le monde se faire foutre avec politesse, l’arme nucléaire reste ma seule chance d’estimer que j’ai encore une chance.

Les Turcs disparaissent en 1808. On décapite Alp Arslan dans un faubourg d’Istanbul un peu avant l’heure du thé. Trois ans plus tard je rejoins la croisade contre les Celtes, ne prenant bien sûr aucun risque vu que Dharma excelle dans l’art du carnage. Je dispose de surcroit d’une imposante flotte qui coupe aux Celtes l’accès à mon territoire.

En 1812 les Sumériens maîtrisent la fission nucléaire. Constantinople commence à travailler sur le projet Manhattan illico, et je sais que je remporterai la course à la Bombe. La guerre se termine en 1815 et Brian Boru rejoint les rangs de l’alliance de Dharmasetu. Restent l’Assyrien, le Japonais et moi encore indépendants. Un an plus tard les Japonais craquent et rejoignent eux aussi le Boum-Boum Club. Je me retrouve donc seul avec les Assyriens à conserver ma liberté.

1816 est donc l’année de la paix, de la solidarité, de l’amitié. L’Indonésie a fédéré la planète, chapeau. Tout le monde est ami, on se téléphone pour se souhaiter joyeux anniversaire et on s’envoie des cartes à Noël. On s’emmerde en somme.

L’année d’après Dharmasetu renie le fondamentalisme religieux, et j’observe, émerveillé, l’Islam se propager comme la peste en Indonésie.

Scrouitch?

Je veux la même à la maison!

Constantinople achève le projet Manhattan en 1820.

Tout naturellement, mes meilleures villes se mettent à produire des missiles nucléaires tactiques, destinés pour la plupart à être chargés dans mes sous-marins que j’adore planquer à proximité de cibles intéressantes.

1831 est l’année du repli sur soi: je cède à la tentation bureaucratique pour anéantir les corporations étrangères sur mon territoire, et bénéficier de quelques sous supplémentaires pour assainir le trésor. Je n’engrange pas suffisamment de bon fric frais pour maintenir un rythme de recherche me permettant de rivaliser avec beaucoup de civilisations, même si, au final, je ne compte pas me lancer dans la course à l’espace.

Was passiert?

En Juillet 1835, Frederick II souhaite devenir mon vassal. J'accepte, à la condition qu'il se laisse pousser la barbe.

Fin 1837, mes principales villes produisent alternativement centrales d’énergie et bombes nucléaires. En attendant Allah seul sait quoi, enfin, Jehovah seul sait quoi, le pays se modernise et profite de l’incroyable période de paix que nous connaissons. J’en reste bouche bée, si ça continue on finira par signer des traités de désarmement! Où va le monde, mais où va le monde ma bonne dame?

Le dit monde est divisé en trois: mon empire, au Nord du continent juif, l’empire assyrien au Sud Ouest de mon territoire, et l’empire indonésien qui englobe le continent druidique et une grosse moitié du nôtre plus deux colonies. Je note avec une certaine fierté que mon île est l’unique territoire sur lequel il n’est pas venu faire boum-boum. Je ne me laisse pas abuser par l’accalmie néanmoins, mes sous-marins, pleins de missiles nucléaires tactiques, se mettent peu à peu en position en de nombreux points stratégiques du globe.

Fin 1843 Dharmasetu, logiquement, bâtit les Nations Unies. Ca, ça craint un max. Avec les trois quarts de la planète à sa botte, l’issue des élections ne fait aucune doute. On va élire Boum Boum, c’est du délire.

S’en suit une période d’un ennui mortel animée par différents votes. Je m’oppose vigoureusement à l’adoption de la religion libre l’été de 1850. Faut pas pousser non plus, si ça continue comme ça on va nous enlever toute occasion de se marrer. L’intention est louable néanmoins, elle permettrait d’effacer les rivalités entre druidiques et juifs. Moi je préfère que les druides garde une petite place pour la rancoeur, et décident un jour de se venger de Dharmasetu.

Hiver 1851, le barrage de Sarmatian se brise et des torrents d’une eau furieuse font de nombreuses victimes civiles. Ah putain! Jehovah soit loué! Enfin il se passe quelques chose! Profitant d’une embellie de mes revenus, je débourse comme un prince pour la reconstruction du dit barrage défectueux, et alloue un fond de dédommagement pour les familles affectées par la tragédie.

En hiver toujours, mais quatre ans plus tard, je produis mon premier ICBM. Mon arsenal devient indécent mais tout le monde s’en fout. Tant mieux donc.

L’été 1856 est le pire été de ma vie: on organise l’élection décisive aux Nations Unies. Je suis en lice contre Dharmasetu. Ah! Qui mieux que moi, détenteur du plus terrifiant arsenal nucléaire, pourrait siéger à la tête du monde? Hein? Qui? Boum Boum Dharma? Hahah! Laissez moi rire.

Laissez moi pleurer plutôt. Je n’ai aucune chance et je ne peux pas adopter la doctrine Tranxenne, qui règlerait la question à grands coups de bombes nucléaires, j’en prendrai plein la gueule après.

Janvier 1857, Dharmasetu remporte les élections. Je quitte les Nations Unies furieux et humilié.

Je me vengerai.

EPILOGUE (On s’est quand même sumérien marré)

Nous flânons, vautrés comme des loutres quelques ministres et moi même, au bord du lac de l’ancienne capitale Uruk, à discuter de choses et d’autres, notamment de ces légendaires animaux à la queue plate que nous nommons castors. Nous apprécions avec nostalgie ce moment riche en souvenirs et en promesses, qui nous renvoie quelques millénaires plus tôt à l’aube de notre gloire. Il nous reste en travers de la gorge l’élection de Dharmasetu. L’émotion est exacerbée par l’alcool qui coule par torrents dans nos gorges. Notre ministre du Culte du Castor prend alors la parole, ivre, recrachant des miettes d’un vieux sandwich phoque-mayonnaise:

 » Ze… ze ne peux agzepter de laiszer le sort des popuhations de castors zumériens aux mains des Innodésiens, ces gens là n’entendent riiiiiien aux affaires de ces mervieilleux animaux… Il faut faire guelque choze!
– Dites, rien à voir, mais êtes vous sûr que c’est bien casher, le phoque?
– Le castor c’est cacher, ça c’est zûr.

Nous décidons alors de réduire la production sumérienne aux seuls ICBMS et missiles nucléaires tactiques, plus quelques missiles guidés de ci de là pour garnir la frontière du Sud. En 1863 le peuple se met à flipper et proteste contre la prolifération des armes atomiques. Je mets la main au portefeuille et finance de coûteuses campagnes de communication que les mauvaises langues pourraient qualifier de propagande. La même année les membres des Nations Unies rejettent la démocratie, moi je m’abstiens, je n’en ai plus rien à foutre de toute manière. Je n’ai plus aucun contact avec les autres états, je m’enferme et me réfugie bien au nord, dans les neiges éternelles du royaume aux castors à scrouitcher comme un forcené.

Allez, on va détourner un avion de ligne maintenant.

Pendant ce temps, l’armée sumérienne prend un petit coup de jeune et va renforcer la frontière avec Dharmasetu et l’Assyrien dont j’oublie toujours le nom. Je ne leur fais pas confiance. Et je compte bien me venger. Je vais tous leur faire payer l’affront des élections. Je leur scrouitcherai la face jusqu’à l’os.

En Janvier 1869 j’achève la construction d’une merveille étourdissante, qu’aucun n’aurait pu prédire et que tous craindront comme la colère de Jehovah:

Scrouitch scrouitch scrouitch

Fort Castor.

Je sens la puissance des lieux frémir et conférer à la nation sumérienne une force incommensurable (de lapin), tapie dans l’ombre en attendant la fin et le renouveau de toute chose. Erigé face aux ruines d’une ville oubliée, Fort Castor incarne le symbole de l’indépendance sumérienne et le défi lancé aux autres nations. Je leur dis scrouitch à tous!

Candide, je pensais que le réarmement massif sumérien laisserait mes voisins indifférents. Avec Dharmasetu comme secrétaire général des Nations Unies et son envie légendaire de porter le boum-boum chez les autres, le monde devrait se sentir rassuré d’évoluer sous sa coupe. Mais un été de 1870, les services secrets sumériens démasquent une taupe assyrienne qui opère dans les plus hautes sphères du gouvernement. J’achète sa loyauté et les renseignements qu’il possède. Trois ans plus tard c’est un agent sumérien qui passe dans le camp inca. Son exécution est immédiatement ordonnée, Pachacuti va encore plus me faire la gueule mais il paiera le moment venu, lui aussi.

En 1887 la course pour l’espace bat son plein. J’ai mieux à faire,  la nation sumérienne devient un état islamiste fondamentaliste. Le bison devient halal, mais le phoque harâm, c’est dégueulasse un steak de phoque. Je ne me déplace plus aux Nations Unies qu’accompagné des plus radicaux fonctionnaires sumériens et n’hésite pas à m’adonner à la prière en pleine séance s’il le faut.

 Je me rappellerai toujours la gueule tirée par le reste du monde à l’annonce de la sainte nouvelle. Ah! Dharmasetu propose en réaction une résolution visant à imposer la religion libre au monde entier en 1889. Je m’insurge et claque la porte de la séance au son de « Allah O Akscrouitch! ALLAH O AKSCROUITCH! ».

En Juillet 1891, une terrible famine frappe mes voisins indonésiens à Antioch. Les infidèles me réclament de l’aide. Pour toute assistance je leur envoie mes condoléances hypocrites.

Happier than ever.

Quelques temps après, je fonde Beaver Town dans le grand Nord, pour inclure Fort Castor dans mes frontières et protéger ce territoire sacré. Barbes et foulards obligatoires. On passe le mot dans tout l’empire, il faut désormais prier tourné vers Beaver Town, c’est Dieu qui le veut. Allah est grand et le castor est son prophète.

Nous sommes alors le premier janvier 1898. Je m’en vais rencontrer Dharmasetu pour lui souhaiter une belle et heureuse année, et comme gage de ma sincérité je lui déclare la guerre:

« Une bonne année Dharma, et la santé surtout! »

Frederick II, toujours mon vassal, tire un peu la gueule quand je lui annonce que nous partons en guerre contre le reste du monde – bien que l’Assyrien reste en dehors du conflit. Il est l’heure de se venger.

Dans la pure tradition.

Comme le veut la tradition, c’est Londres qui se prend la première bombe.

Garde la monnaie.

Tout le monde en prend pour son grade, dont bien sûr Budapest. Je lâche des grappes de bombes atomiques sur cette petite fouinasse de Corvin Matyas.

Infidèles.

J’atomise allègrement Jambi, ville natale du Judaïsme qui appartient aux Indonésiens. J’en profite pour nucléariser leur capitale, ainsi que quelques grandes villes de ci de là, bref je me fais plaisir. Je tire trois ou quatre ogives pour chaque cible car les infidèles ont développés des SDI qui interceptent mes missiles. Il y en a toujours au moins un qui passe de toute manière, et j’ai du stock.

La planète sombre dans la folie. J’en mets plein la tronche à tout le monde, c’est le délire, j’adore me venger, je donne sans rien attendre en retour. Je tire des missiles sur tout et n’importe quoi car c’est Allah qui le veut. Les pertes pour mes ennemis sont considérables. D’ailleurs beaucoup de nations deviennent, après le déluge nucléaire, fondamentalistes et prêtes à combattre l’Islam pour la dernière fois.

Le problème de donner sans rien attendre en retour, c’est que généralement on reçoit quand même. Et la riposte est rude, le peuple sumérien fond sous le feu des bombes, l’empire est un vaste champ radioactif invivable où femmes, enfants, hommes et vieillards crèvent à même le sol.

Born to die.

Bienvenue en enfer.

En été 1898, j’offre l’indépendance à mes colonies, Nebuchadnezzar prend la tête des Amorites et s’apprête à prendre sans rien donner en retour. Les Nations Unies sous la banière de Dharmasetu se ruent sur mes villes, et prennent d’assaut le Sud avec une violence incroyable. Je dois même lancer des missiles nucléaires sur mon territoire afin d’anéantir les armées qui se pressent à mes portes. En vain. L’apocalypse est en marche et ma chute avec.

Tout le plaisir est pour moi.

Furieux et aveuglé par la rage, je lance mes onze derniers missiles nucléaires tactiques sur la ville indonésienne de Antioch, objet de nombreuses luttes culturelles entre nos deux peuples. Sa population agonise, réduite à une poignée de survivants destinés à mourir affreusement, rongés par les radiations. Le réchauffement climatique s’emballe, mais le Jihad s’essouffle, mon armée est réduite à néant et seul un groupe de vaillants porteurs de la vraie foi restent pour défendre Beaver Town. Je le jure devant Dieu, jamais cette ville ne tombera. Nous scrouitcherons jusqu’à la mort.

Pendant ce temps Nebuchadnezzar est décapité sur une plage, au coucher du soleil, et Frederick II se fait démembrer à la hache dans son bunker.

Free beaver.

Je signe la paix avec Dharmasetu en 1902, après avoir laissé le monde dans un état lamentable. En 1903, Beaver Town devient la capitale de l’empire sumérien, et je distribue mes villes mutilées aux différentes nations pour ne conserver que ce seul lieu de paix, isolé.

J’abandonne l’Islam, la violence et les hommes. J’aborde le nouveau siècle sous le signe du castor roi, de la liberté, et de la paix. Wilhelm Hemprich est béatifié.

Les années passent.

Je réveillonne  la veille du troisième millénaire, seul et ivre dans la neige à philosopher avec mes amis castors, un peu bourrés eux aussi. J’exprime sans m’en rendre compte à voix haute une question qui me taraude depuis longtemps: « Ai-je fait le bon choix, amis? »

Le silence qui suit me mortifie, et je me noie dans leurs yeux adorables si pleins d’émotion. Le plus âgé du groupe crie alors en direction du Sud:

« Scrouitch! »

Cette fois je comprends.

Je me lève tant bien que mal et hurle à mon tour « SCROUITCH! SCROUITCH! SCROUITCH! », le poing brandi.

Je suis Scrouitch. Allah est grand et Scrouitch est son prophète.

Tremble, Monde, car tu n’as pas encore connu le pire!

SCCCRROUIIIIITTTTCCCCHHH!

Civ 5: Gods & Kings

Je vais pas en faire une longue présentation parce qu’après l’amère déception que fut Civilization 5 j’ai pas trop envie de faire des câlins aux gars de Firaxis. Mais il faut bien avouer que l’annonce de cette extension laisse espérer qu’enfin, peut-être, Civilization 5 va devenir un jeu intéressant, et même pourquoi pas – soyons fous – divertissant. Le contenu semble alléchant (espionnage, religions, 9 nouvelles civs, des améliorations au niveau du système de combat et de la diplomatie…) mais méfions-nous ! Les développeurs nous avaient également promis monts et merveilles avant la sortie de Civ5, qui s’est quand même révélé est être une daube odieuse. Je ne saurais trop vous conseiller, si vous êtes toutefois intéressés, d’attendre quelques mois après sa sortie (fin du printemps 2012) pour connaître les réactions à froid des joueurs et peut-être même de bénéficier d’un ou deux patches supplémentaires. Mais on va la surveiller, cette extension. Sait-on jamais… CIVILIZATION MAY BE BACK!

Le lien vers la présentation de l’extension

Plus d’infos (analyses, spéculations, news…)

Oh ! Un bon gros rapport Civilization. C’est-y-pas une découverte qui fait chaud au cœur, surtout par un matin d’hiver ? Eh oui, il y a quelque temps de cela j’ai à nouveau succombé à l’envie de me lancer une petite partie, alors préparez-vous une bonne tasse de chocolat chaud et installez-vous confortablement, car Papy Tranxenne va vous raconter une Histoire.

Realism Invictus est le mod que j’ai testé ce coup-ci. Ce mod propose au joueur une expérience se voulant visuellement la plus réaliste possible, où chaque civilisation possède son charme propre, et évolue dans un monde cohérent et varié. En termes de jeu cela donne un bon nombre d’unités redessinées pour coller à leur équivalent réel, des bâtiments et unités uniques à foison, des promotions en pagaille, et des mécanismes de jeu retravaillés pour offrir une expérience de jeu unique et toujours renouvelée. Je parlerai des spécificités du mod au fur et à mesure de mon rapport mais laissez-moi tout de suite faire une petite mise au poingue et répondre à la question qui vous brûle les lèvres à tous : ce mod est-il mieux que Rise of Mankind : A New Dawn ?

Pour faire court : oui. Parce que tout monumental qu’il soit, ROM : AND souffre d’un très gros défaut qui est que l’intelligence artificielle peine à utiliser à bon escient la pléthore de mécanismes mis à disposition des joueurs. Cela résulte en des parties très déséquilibrées, même dans les niveaux les plus extrêmes. Au plus haut niveau de difficulté, le jeu est insurmontable au début et puis, une fois atteint la Renaissance, on n’a plus vraiment de souci à se faire. Toutes les parties de ROM : AND que j’ai joué se sont terminées par des victoires écrasantes où l’asymétrie technologique et militaire entre ma civilisation et ses concurrentes rendaient toute fin de partie (à partir de l’âge industriel, en gros) un peu ennuyeuse même si pas inintéressante. Ce n’est pas le cas avec Realism Invictus, d’ailleurs les concepteurs ont tellement bien retravaillé l’IA qu’ils conseillent au joueur de jouer un à deux niveaux de difficulté en dessous de ce dont ils ont l’habitude avec Civ4.

C’est donc en Prince que je lançais une partie (après plusieurs essais infructueux en monarque). Détails d’importance : j’ai coché deux options qui vont beaucoup influencer le cours de la partie, c’est la désactivation des échanges de technologies et surtout la désactivation du système de vassaux. Cela peut favoriser le développement de gros empires dévorant les plus petits et promet une fin de partie de titans. Trêve de bavardages, commençons à jouer.

Comme c’est mon habitude j’ai lancé la partie avec un leader aléatoire. Je tombe sur Hannibal, sa jolie barbe et son casque pas à pointe, ce sont donc les Carthaginois que j’accompagnerai dès lors de victoire en victoire (je ne conçois pas d’autre alternative). Hannibal est un leader Organisé et Expansif, mais aussi Populiste, ce qui est à son désavantage. Et oui, dans Realism Invictus les leaders ont non pas deux mais trois traits de caractère, et l’un de ces trois traits est très souvent un défaut faisant subir des malus au joueur.

Mes premières unités apparaissent dans une région de forêts très denses. À peine une rivière parvient à se frayer un chemin au milieu des arbres, attirant toutes sortes d’animaux qui viennent s’y abreuver. Oiseaux, écureuils, sangliers, renards, ours… éléphants… hum… ouah ! En voilà une grosse bestiole dites donc. Émerveillés par le spectacle des pachydermes s’ébattant sur l’autre rive, mes premiers hommes décident de fonder leur capitale juste en face, mais pas juste à côté non plus on sait pas ce que ça bouffe ces trucs-là. Carthage à peine fondée, des émissaires Grecs du roi Kommenos nous apportent le bonjour, c’est bien gentil de leur part mais je m’inquiète un peu de la promiscuité de la nation grecque du coup.

Comme vous pouvez le remarquer, toutes les animations de leaders dans Realism Invictus ont été remplacées par des œuvres d’art les représentant. Cela fait partie de leur concept de réalisme et donne une saveur historique agréable à l’ensemble.

Plus que les Grecs, pour le moment ce sont les animaux sauvages qui me terrifient. Tigres, lions et autres loups pullulent dans la région, et on a vite compris ce qu’ils bouffaient, eux ! Mes éclaireurs et guerriers partis en exploration font jouer de la massue avec quelque succès et on ramène moult peaux de bêtes au village, ça fait des descentes de lit superbes.

En 3265 avant JC, alors qu’une gaffe commise par mon ambassadeur compromet mes relations avec les Grecs et qu’un camp permanent est établi sur l’autre rive du fleuve pour chasser de l’éléphant, je lance l’entraînement d’un groupe de colons qui ira fonder une deuxième ville pour étendre l’influence de la civilisation carthaginoise. Une milice armée de lances et boucliers rudimentaires pourra les escorter jusqu’à un endroit propice à l’élévation d’une nouvelle cité.

Mes éclaireurs découvrent les limites du territoire Grec, situé au nord de Carthage, à moins de deux jours de marche.

Attaqués par des ours, mon groupe de colons perd une partie de son escorte et fuit à toutes jambes. Atteignant le bord de la mer à l’est de Carthage ils décident d’ériger quelques murs pour se protéger des bêtes sauvages et puis tiens, pourquoi pas de fonder une nouvelle ville dans la foulée. Les environs foisonnent d’une plante inconnue et curieusement épicée, on pourra en ramener dans la capitale et voir ce qu’on peut en faire. La nouvelle ville d’Utica lance sans attendre l’entraînement d’archers pour garnir ses murs, d’autant que les émissaires de deux nouvelles civilisations se présentent à Carthage : les Indiens d’Asoka et les Dravidiens de Krishna Raja. Tous les deux se trouvent bien loin au Sud de Carthage, dans des régions encore inexplorées.

Je lance bientôt un deuxième colon sur les routes, cette fois-ci en direction de l’ouest. L’idée est d’enfermer les Grecs au nord et d’interdire toute communication entre eux et les civilisations du sud. Je fais toutefois face à un dilemme mieux compréhensible sur l’image qui suit.

J’avais l’idée de m’implanter au nord, en bord de mer, entre les bancs de poissons et les troupeaux de moutons, afin de bénéficier de la manne que constituent ces ressources pour compenser la stérilité du terrain de prédilection (collines enneigées). Seulement Kommenos s’est lui-même récemment installé non loin de là. Si je m’installe malgré tout en ces lieux, nos deux villes seraient forcément en concurrence, ce qui risquerait de ternir un peu plus nos relations. L’autre alternative c’est de fonder ma ville plus au sud, près d’une source d’ambre. Cela me permettrait effectivement de couper au Grec toute route vers le sud mais lui laisserait de la place pour fonder au moins une autre ville à proximité de ma capitale et ça je veux l’éviter à tout prix.

Conscient que ce geste équivaut à une déclaration de guerre à plus ou moins brève échéance, je fonde néanmoins Hadrumetum en 2710 BC, juste au voisinage de ce qui se révèle être Sparte. Avec un peu de chance, Kommenos est maintenant coincé sur un tout petit bout de terrain pas des plus fertile.

De toute façon, ne nous voilons pas la face, je comptais bien leur péter la gueule à un moment ou à un autre, je pensais juste pas qu’il allait falloir se préparer aussi tôt à la guerre.

Mes éclaireurs envoyés vers les lointaines terres du sud ont découvert la capitale Indienne (Delhi) ainsi que la ville de Médine appartenant à la civilisation Arabe d’Harun Al-Rashid. Un contact cordial est établi, ainsi qu’avec Abbas des Perses, un autre concurrent à la gloire immortelle. Toutes ces civilisations se trouvent bien éloignées de Carthage, derrière des jungles inextricables peuplées de singes et de Barbares, je n’ai donc pas de souci à me faire de ce côté pour un bon moment et vais pouvoir me concentrer sur le cas Grec.

Fourbissant mes plans pour annihiler cette civilisation débile, je me concentre sur la recherche du travail du bronze histoire de pouvoir forger des trucs qui tranchent et qui font mal. Malheureusement pour moi, la seule source de cuivre découverte dans les parages se trouve très au nord, dans des régions verglacées et quasi inhabitables (ou alors faut vraiment beaucoup aimer manger de la neige et du poisson) et qui plus est tout proche du territoire Grec. Il va falloir les prendre de vitesse pour s’approprier le précieux métal.

Hippo, cette nouvelle ville, est à peine fondée qu’elle est attaquée par des barbares nordiques, et menace d’être coupée du reste du royaume carthaginois par l’expansion grecque. Une bonne nouvelle toutefois, des troupeaux de cerfs sont découverts dans les bois au nord de la ville, les habitants d’Hippo pourront donc diversifier un peu leur régime alimentaire.

Plus bas, à Carthage, je bâtis les Pyramides en 2090 BC, suscitant l’admiration du monde entier, et mettant à mal une étude publiée quelques années plus tôt par un certain Hérodote, qui plaçait Carthage très en bas dans la liste des civilisations les plus raffinées du monde. En tête de cette liste se trouvent les Arabes et les Dravidiens. Les Grecs n’y sont nulle part visible, ce qui me rassure quant à la permanence des frontières entre Sparte et Hadrumetum. Je bâtis d’ailleurs en cette dernière tout ce que je peux de bâtiments culturels, au nombre certes limités en ce début de partie, pour grignoter du terrain au détriment de la cité grecque. Toutefois, cette stratégie d’offensive culturelle ne sera pas tenable très longtemps et il va me falloir des arguments plus frappants pour convaincre Kommenos de la supériorité de la civilisation carthaginoise.

Des mines sont creusées à Hippo pour extraire le cuivre des collines alentours. Il sera toutefois impossible d’utiliser le métal tel quel. Il me faudra, une fois la ressource disponible, bâtir une forge afin de travailler le cuivre et d’en faire du bronze. C’est une autre caractéristique de Realism Invictus : la plupart des ressources n’apportent de bonus que si l’on construit les bâtiments appropriés dans ses villes. Par exemple, l’extraction d’or, d’argent ou de pierres précieuses n’apporte de bonus en bonheur qu’aux villes abritant des bijouteries. Ça corse un peu l’affaire et c’est bien vu niveau réalisme, pour le coup.

Quant au bronze, je sais déjà que son utilisation va être limitée à la ville d’Hippo car non seulement cette ville n’est reliée à mes trois autres villes par aucune route, mais en plus les Grecs ont l’outrecuidance de fonder Corinthe juste en dessous, coupant de fait mon territoire en deux !

Après maintes réflexions germa dans mon crâne épais de Carthaginois une idée des plus révolutionnaires. Je déambulais en effet près du fleuve bordant Carthage, à regarder les pachydermes s’ébrouer sur la rive en face, et puis :

« Et si… et si on utilisait les éléphants comme monture de guerre ? »

« Hmm, quoi ? »

« Ouais comme des gros chevaux, quoi ! »

« Non mais attends, c’est pas possible ! Et la selle ? »

L’idée fait quand même le tour des salles du conseil. Ce serait un bon moyen de péter la gueule au Grec, ça c’est sûr. On se lance avec enthousiasme dans la recherche de la domestication desdits pachydermes. C’est un projet très ambitieux qui va demander un temps considérable pour être mené à bien. La technologie domestication des éléphants, bien que directement accessible, requiert pas moins de 50 tours avant d’être découverte. On s’y lance courageusement mais il faudra trouver moyen de tenir le Grec à distance en attendant.

En 1800 BC, et alors qu’il ne reste que 20 tours avant la maîtrise de la domestication des éléphants, Kommenos un brin nerveux déclare la guerre à Carthage et attaque sans cérémonie la ville d’Hadrumetum à coup de chariots de guerre tirés par des chevaux. Ah ! Des chevaux ! Attendez un peu, vous allez voir ce qu’est une vraie monture !

Alors à Hadrumetum comme je savais qu’un jour ou l’autre ça allait cogner j’avais quand même placé des bonnes garnisons. Beaucoup d’archers bien sûr, puis en voyant que l’essentiel de l’armée de Kommenos était composée de chars, je lançais la construction de lanciers primitifs qui pourraient tenir les Grecs en respect.

En 1660 BC, tel un présage, des émissaires m’apprennent qu’à Delhi vient d’être érigée une monumentale statue à l’effigie de Ganesh, le Dieu Éléphant. Dieu serait donc un éléphant ? Bon sang mais c’est bien possible.

Pas le temps de discuter théologie, en 1630 BC et alors que les coups portés par Kommenos à Hadrumetum se font de plus en plus virulents, nous entrons la tête haute dans l’ère classique avec l’apprivoisement des éléphants.

« Et si on ouvrait un cirque, plutôt ? »

« Non, non, non, restons concentrés ! »

Je, Hannibal, me rends à la capitale afin de faire entraîner les premiers olifants de guerre, seulement pour découvrir qu’il me faut tout d’abord faire construire des étables assez grandes pour abriter les pachydermes. Cela retarde d’autant plus notre contre-offensive, et les troupes grecques, outre menacer la ville d’Hadrumetum, s’amusent à saccager le terrain autour de mes autres villes, pillant tout ce qu’il y a piller, les fourbes ! Heureusement, Carthage est trop bien défendue pour que les Grecs osent s’en approcher, les camps d’élevage des éléphants sont donc en sécurité.

Enfin, le premier éléphant de guerre sort de la ville de Carthage. Et là, la guerre va marquer un tournant décisif.

Les chariots Grecs ne font en effet pas du tout le poids face aux écrasants pachydermes. De plus, les unités à cheval subissent un malus face aux éléphants, car ces derniers font paniquer les montures ennemies. C’est la déroute. La campagne autour d’Hadrumetum est rapidement pacifiée, et ce avec une seule unité d’éléphants !

Une deuxième unité pachydermique sort bientôt des étables de Carthage. Dans l’enthousiasme, on monte une armée composée de ces deux unités d’élites éléphantesques, de quatre unités de miliciens et d’une unité de paysans armés d’épées rudimentaires. On envoie ces effectifs, trompes en avant, en direction de Sparte, mais cela ne suffira pas à faire tomber la ville et j’y perdrai une précieuse unité d’éléphant avant de faire redescendre les troupes vers Carthage. D’ailleurs des troupes grecques éparses menacent de piller les fermes environnantes, il serait bon d’aller nettoyer un peu le coin.

L’attaque de Sparte, bien qu’infructueuse, aura permis l’émergence hors des rangs de miliciens d’un stratège hors pair, Hannibal Gisco. Sans ses conseils avisés, la deuxième unité d’éléphants aurait sans doute été perdue. On le bombarde général et lui confie immédiatement la préparation d’une seconde attaque, cette fois sur Corinthe et avec pas moins de quatre unités d’éléphants. Ces unités, vues leur puissance, sont d’ailleurs limitées à quatre. L’éléphant de guerre est de plus une unité nationale de la civilisation carthaginoise et est de ce fait bien plus puissante que ses équivalentes des autres civilisations.

Un plan est soigneusement préparé. Les éléphants accompagnés d’unités de milice attaqueront Corinthe par le sud tandis que des lanciers armés des toutes premières lances en bronze descendront d’Hippo par le nord pour prendre la ville en tenaille. On sent la différence que cela fait d’avoir un stratège pour son armée.

Ce plan fonctionne à merveille comme l’atteste l’image ci-dessous.

Les troupes endommagées prennent leurs quartiers à Corinthe le temps de se refaire une santé, le reste de l’armée marche vers Sparte. Pendant ce temps, Kommenos tente une nouvelle fois de prendre Hadrumetum, sans plus de succès qu’auparavant.

C’est alors que, l’on ne sait pourquoi (mais je soupçonne des tractations en sous-main entre Kommenos et Asoka), les Indiens me déclarent la guerre. Il doit y avoir un malentendu, moi aussi j’adore Ganesh !

Je redéploie quelques troupes fraîchement entraînées sur la frontière sud, sans m’inquiéter plus que ça puisque l’Inde c’est quand même très loin et qu’il y a plein de Barbares sur le chemin. Toutefois je commence à me dire qu’il serait de bon ton de coloniser plus de terrain au sud de ma capitale histoire d’étendre les dimensions de mon empire et de protéger Carthage d’éventuelles intrusions ennemies. J’entraîne donc une unité de colons tout en poursuivant la campagne contre les Grecs. Après quelques années de siège Sparte est prise et diligemment rasée histoire de faire de la place pour l’expansion naturelle d’Hadrumetum. Mes troupes à peine remises se dirigent vers Athènes qui tombe sans plus de cérémonie. Pendant la prise d’Athènes, un général Grec se rangera avec ses troupes aux côtés de Carthage, épargnant par ce geste de nombreuses vies humaines. Après la guerre et en guise de récompense, Xanthippus sera promu au rang de général de mon armée.

La dernière ville grecque tombe alors que, présage ou non, de lourdes chutes de neiges empêchent l’extraction plus avant de nouvelles ressources de cuivre à Hippo, retardant la distribution d’armes en bronze aux nouvelles recrues et créant des problèmes de logistique. Peu importe, car la guerre est terminée, les Grecs ne sont plus et Asoka trop conscient du danger que représentent mes éléphants de guerre accepte de signer un traité de paix. Je garde des relations tendues avec lui, n’oubliant pas sa vile traîtrise. Par contre j’entretiens des relations des plus cordiales avec les Perses, et nous prévoyons d’échanger certaines de nos ressources dès qu’une route entre ses villes et les miennes aura été tracée.

La guerre terminée, je fonde de nouvelles villes au sud pour contrer l’expansion d’Asoka dont les frontières se rapprochent dangereusement des miennes. Je prends promptement Apache, une ville Barbare d’une région marécageuse mais où poussent aussi des citronniers, ce qui la rend très attractive.

Avec toutes ces nouvelles villes, je porte un rude coup à mon économie (il faut payer la maintenance des nouvelles cités avant qu’elles ne soient capables d’en supporter elles-mêmes le coût) et je me vois dans l’obligation de dissoudre un bon nombre d’unités de mon armée. Je conserve mes quatre unités d’éléphants, bien sûr, tous redéployés à la frontière sud, mais ça me fend le cœur de me séparer d’autres unités, pour certaines bien expérimentées.

J’instaure l’esclavagisme dans mon royaume, ce qui va me permettre de faire construire mes bâtiments bien plus rapidement. Je fais des murailles de défense à Kerkouane vu que les premières villes indiennes se trouvent juste en dessous. Ce qui m’inquiète c’est que le taux de culture indien est à un niveau très élevé et qu’il risque de me grignoter du terrain à cause de cela.

Pour le moment, j’ai surtout des problèmes d’argent – mon budget recherche est à 0% – et de bonheur, beaucoup de mes villes ne peuvent plus croître sans expérimenter des émeutes et du mécontentement.

Toute période de paix étant propice aux grandes réalisations, c’est en toute logique qu’afin de sceller son appartenance à la civilisation carthaginoise, Athènes bâtit la Merveille du Grand Phare.

Des émeutes d’esclaves éclatent régulièrement ici et là et obligent mes troupes les plus mobiles – les éléphants – à parcourir de grandes étendues pour mater les révoltes, voyages heureusement rendus plus rapides grâce au réseau de routes pavées qui relie les différentes villes de mon royaume.

Je lance l’entraînement de quelques espions pour explorer le territoire indien et voir ce qu’il trafique. La présence des Indiens et le refus d’Asoka d’ouvrir ses frontières m’isole des trois autres civilisations du continent, les Arabes, les Dravidien et les Perses, m’empêchant pour le moment tout échange commercial.

Mon premier espion à peine atteint Prayaga, la première ville au sud de Kerkouane, se voit intimé l’ordre de dérober les plans d’une technologie indienne permettant de fondre des armes toujours plus létales. Il s’exécute avec succès.

Asoka, craignant sans doute de voir les opérations de ce genre se répéter, accepter finalement d’ouvrir ses frontières. Pendant ce temps, à Carthage, la Grande Bibliothèque est inaugurée en grande pompe, et un Ingénieur Illustre (le deuxième de mon Histoire) du nom de Silcan Mercacchuter se distingue. Il lui sera demandé de travailler à l’avancée des travaux sur un monument nommé Épopée Nationale, érigé lui aussi à Carthage et évoquant les hauts faits de la guerre contre la Grèce, rehaussant d’autant le moral et l’estime de soi de ma population.

Bientôt, de curieuses idées font leur apparition. À Kerkouane, d’abord, on commence à parler Yin, Yang, équilibre du cosmos, ce genre de trucs un peu bizarres. Ensuite à Corinthe, les gens évoquent réincarnation, Karma, roue du temps. Qu’est-ce que c’est que ces conneries ? Puisque je vous dis que Dieu est un éléphant !

Après moultes discussions d’experts sur les avantages respectifs du taoïsme et du bouddhisme, et surtout après avoir découvert que Perses, mes amis de toujours, et Indiens, mes ennemis d’alors, avaient tous deux embrassés la foi bouddhiste, tandis que Dravidiens et Arabes croyaient dur comme fer à l’hindouisme, le chef suprême de Carthage, moi en l’occurrence, décidait en 210 av. JC de se convertir, et tout le pays avec lui, à la foi bouddhique. J’espérais par là améliorer mes relations avec Asoka et consolider les liens fraternels qui m’unissaient à Abbas.

Des routes sûres et entretenues reliant dorénavant les différents royaumes du continent, des relations commerciales se mettent en place et me permettent d’écouler mon excédent de ressources en laine et en crabes chez le Dravidien, ainsi que mon excédent de pierre de taille chez le Perse, tout ça contre des espèces sonnantes et trébuchantes dont mes coffres ont bien besoin. La recherche peut alors se remettre à tourner à un rythme à peu près satisfaisant. Je profite de la découverte de nouvelles formes de gouvernement pour entamer des réformes en 150 BC, réformes dont je vous laisse apprécier le contenu ci-dessous.

Donc on est en monarchie. C’est cool. C’est cool parce que c’est moi le roi surtout. L’esclavagisme c’est cool aussi, sauf quand on est esclave, bien évidemment. D’ailleurs les révoltes ne cessent de s’amplifier et mes unités d’éléphants courent un peu partout. Passer des gloires de la guerre à de simples missions de maintien de l’ordre c’est un peu une régression mais que voulez-vous, nécessité fait loi. Je garde un œil attentif sur les agissements du général Xanthippus, n’écartant pas la possibilité d’une nouvelle défection de sa part, cette fois au profit d’une civilisation rivale. Peut-on faire confiance à un Grec ? Non, bien entendu.

Le monde tel qu’on le connaît à Carthage à cette époque.

Je renvoie un espion dans la ville indienne de Prayaga, afin de m’emparer cette fois des secrets du polythéisme. Maintenant qu’on a adopté le bouddhisme, il me faut l’implanter dans toutes les villes du royaume. Et pour cela il me faut construire un monastère, lequel pourra entraîner des missionnaires bouddhistes (des Acariyas). Ensuite on construira des temples dans les villes pour développer le bonheur de la population.

Mes premières trirèmes explorant les côtes du continent se font régulièrement attaquer par des bateaux pirates mais la bravoure des marins carthaginois leur permet de repousser vaillamment la plupart des assauts.

Un Scientifique Illustre, formé à la Grande Bibliothèque, apparaît dans la ville de Carthage et prend la direction de la première Académie du pays.

Les échanges commerciaux se multiplient. J’échange des pommes de terre, de la laine et du crabe à Krishna le Dravidien contre des pierres précieuses. Harun Al-Rashid me fournit quant à lui du maïs en l’échange de crabe dont nous sommes les seuls éleveurs du continent.

Une étude sur les civilisations les plus avancées du monde révèle que je suis parmi les premiers de la liste scientifiquement parlant, juste derrière Asoka dont je me promets de voler les technologies qui me manque.

Décidément, que ce soit culturellement ou scientifiquement, Asoka plane au-dessus du lot. J’envoie discrètement quelques espions saboter les bâtiments culturels des villes indiennes frontalières. Leurs investigations me révèlent que ces villes ne sont pas développées culturellement et ne représentent donc pas encore une menace pour l’intégrité de mes frontières. Toutefois, je commence à caresser l’idée d’une campagne au sud contre l’Inde. Moults avantages en résulteraient. Mis à part stopper le développement d’un royaume puissant et mal disposé à mon égard (malgré notre foi commune), cela pourrait me permettre de mettre la main sur la ville de Bombay, berceau et Ville Sainte du bouddhisme, et plus encore sur Delhi, abritant la statue de Ganesh !

Le bouddhisme s’implante dans toutes mes villes grâce au monasticisme. Il y aurait vraiment beaucoup d’avantages à conquérir la Ville Sainte de Bombay.

Je consulte mes divers conseillers. Les relations d’Asoka avec les autres monarques ne sont pas des meilleures, je ne devrais pas subir les foudres de qui que ce soit si je m’attaque à lui. Je n’ai par ailleurs aucun accord commercial avec Asoka mais une déclaration de guerre couperait immanquablement mes routes commerciales avec le Perse, le Dravidien et l’Arabe, routes qui passent toutes par le territoire indien. Au niveau militaire, un rapide examen des ressources disponibles me révèle qu’Asoka peut très bien avoir développé ses propres éléphants de guerre. Nombreux sont les troupeaux de pachydermes sur son territoire, et les camps d’élevages des bestioles en question sont trop nombreux pour que des actions de sabotage ne me permette de les détruire tous.

Je décide donc d’attendre un peu, d’autant que j’ai mes propres problèmes à résoudre, par exemple la maintenance de la ville de Carthage qui, développée à des proportions énormes pour l’âge classique, est devenu un cloaque de miasmeux. Je fais construire un aqueduc et des bains publics pour dégager la saleté.

Un nouveau Scientifique Illustre se distingue à Carthage et je le fais plancher sur le travail du fer, dont on a découvert deux beaux gisements non loin de la capitale. Le fer est bien plus solide que le bronze, les armes fondues dans ce métal promettent d’être bien plus efficaces.

J’entre dans l’âge médiéval en 145 après JC. Le Moyen-Âge c’est toujours une période où ça castagne et cette fois-ci ne dérogera pas à la règle puisque, en dépit de mes atermoiements précédents, Krishna vient me voir en 160 AD et me propose de faire la guerre à Asoka. Je fais mine d’hésiter – après tout, Asoka est un frère dans la foi bouddhiste alors que Krishna est rien qu’un sale hindouiste – mais au final j’accepte, tope là mon vieux on va lui en mettre plein la gueule. Mon objectif c’est donc de capturer Bombay et Delhi avant les forces dravidiennes.

J’adopte une ou deux réformes histoire d’être en phase avec la guerre : un système de castes se substitue à l’esclavagisme, je m’imagine donc être débarrassé des révoltes d’esclaves qui mobilisaient un bon nombre de mes troupes dans des opérations de maintien de l’ordre, sauf que les révoltes d’esclaves vont être remplacées par des révoltes certes moins intenses de sous-castes. De toute façon le système de castes me donne bon nombre d’avantages (production et bonheur s’en trouvent notamment améliorés) dans les villes où le bouddhisme est implanté, c’est-à-dire toutes mes villes. J’adopte aussi une économie basée sur les guildes, ce qui améliore un peu les finances, c’est pas du luxe en temps de guerre.

La bataille pour Prayaga commence par une opération de déstabilisation visant à provoquer le mécontentement des habitants. L’opération réussit, et l’attaque de la ville n’en est que facilitée. Pourtant, les troupes ennemies installées à Prayaga se révèleront fort pugnaces et, une fois la ville prise, je réaliserai qu’une armée de 4 unités d’éléphants, c’est finalement fort peu pour s’attaquer à un royaume de la taille de l’Inde. En plus finalement mes troupes se rendent compte que l’Inde c’est pas si chouette que ça, la rumeur se répand et provoque du mécontentement dans mes villes : « On veut pas la guerre ! L’Inde c’est trop naze de toute façon. »

Du coup, j’entame des pourparlers de paix avec Asoka, pourparlers qu’il s’empresse d’avaliser. J’ai quand même bien l’intention d’aller choper Bombay un jour ou l’autre mais il va me falloir plus de temps et de troupes. Aussi, en attendant, on s’occupe autrement : on fouille les ruines de Sparte par exemple, où l’on découvre des bribes d’un savoir ancien et presque oublié, qui aidera beaucoup nos chercheurs pour la découverte de nouvelles méthodes pour moudre le grain : les moulins. Et puis aussi on construit la Grande Muraille, en 205 AD. Ben ouais que voulez-vous, on s’amuse comme on peut quand y a pas la guerre.

Le Mur restera d’ailleurs au cours de l’Histoire comme la parfaite délimitation entre les populations Carthaginoises (Grecs compris, soyons pas chiens et de toute façon tout le monde les a déjà oublié), et les populations conquises. On dira « Ceux de l’autre côté du Mur » avec un rien de mépris dans la voix. Tous ceux-là resteront des citoyens de seconde zone et bien peu auront le droit de « passer le Mur », de s’implanter dans les villes purement carthaginoises.

Par contre la situation du Mur au nord me fait sérieusement penser à Game of Thrones, tiens.

Le but premier de la construction du Mur c’était de tenir pirates et barbares à distance, malheureusement les bateaux pirates ne sont bien évidemment pas incommodés par sa construction et je devrais préparer bien des navires pour protéger mes pêcheries de poisson, crabes et autres coquillages parsemant les côtes.

Le temps s’écoule, un nouveau Scientifique Illustre apparaît à Carthage, décidément une pépinière de chercheurs. Un ouragan frappe Prayaga, mais on s’en tape un peu, c’est jamais qu’une ville indienne conquise par nos soins. Cela nous rappelle juste le besoin impérieux qu’il y a à former une armée digne de ce nom pour conquérir Bombay et Delhi. J’ai un bateau avec un missionnaire qui serpente les côtes en vue de propager la vraie foi, mais il n’ira pas bien loin : avisant un village isolé sur une île et décidant courageusement de s’y aventurer pour convertir ces âmes innocentes, le missionnaire sera pris à parti par des habitants hostiles à toute ingérence étrangère qui massacreront le pauvre bonze.

Bientôt Abbas me propose de se joindre à lui pour attaquer les Arabes. Comme je veux poursuivre les meilleures possibles relation avec le Perse et que l’Arabe ne constitue absolument pas un danger pour moi, éloigné qu’il est de mes frontières, j’accepte avec enthousiasme et sans la moindre intention d’envoyer des troupes au front, lesquelles devraient de toute façon pour cela traverser le territoire indien, et Asoka m’a bien évidemment formellement interdit de faire passer la moindre troupe par chez lui. Je me contente donc de déployer quelques bateaux pour prévenir toute attaque arabe par voie des mers et pour piller ce que je pourrais de pêcheries. Abbas est content, il a l’impression de pas être tout seul à se battre, moi je me fais un peu de tunes grâce au pillage, et puis Harun Al Rashid est hindouiste alors qu’Abbas et moi on est tous les deux bouddhistes, donc c’est bon pour raviver le moral des fidèles durement éprouvé par une guerre contre nos frères de foi les Indiens. Une fois les nombreuses pêcheries et autres filets détruits, on entame le blocus maritime des côtes arabes.

Des affaires civiles (un mariage qui tourne mal, entre autres) assourdissent mes relations avec Asoka, et Krishna le Dravidien, toujours en état de guerre, vient me demander de participer à son plan d’embargo contre les Indiens. J’accepte résolument, sachant que la reprise des hostilités avec Asoka ne tardera pas.

Une occasion se présente d’elle-même en 512. La ville Indienne de Calcutta est le théâtre d’émeutes violentes et mes agents sur place m’indiquent qu’ils peuvent, si je leur en donne l’ordre, aggraver la violence des manifestations et aider les émeutiers dans des actions de sabotage. Je leur donne mon blanc-seing et plusieurs bâtiments et fermes autour de la ville son détruits. Asoka ne daignera pas réagir à la provocation pourtant dévoilée par ses propres services. Ce coup d’éclat me vaudra par contre la naissance d’un espion illustre qui s’en ira immédiatement à Delhi pour reformer un réseau d’agents encore plus expérimentés que précédemment.

Ma population atteint les 5 millions d’habitants en 544 et peu après je déclare la guerre à Asoka, confiant cette fois dans la capacité de mes troupes à occuper tout le terrain jusqu’à Delhi et Bombay.

Mes troupes se dirigent directement vers Bombay (la ville tout au sud sur l’image ci-dessus) de peur de se faire doubler par les Dravidien pour sa conquête. On essaye les premiers canons, de gros tubes plein de suie et de salpêtre, avec plus ou moins de bonheur. On compte aussi dans nos rangs des pirates barbares provoquant la peur chez leurs ennemis. Une fois Bombay conquise on y consolide nos défenses et on marche sur les villes d’Agra et de Mathura. Les éléphants et mes deux généraux préférés trouvent encore le moyen de s’illustrer dans ces attaques.

À Bombay, le Mahabodhi, plus grand temple et haut lieu sacré du bouddhisme, me rapportera 37 pièces d’or par tour. Ça représente une pièce d’or par ville convertie au bouddhisme. J’espère bien pouvoir exporter la foi bouddhiste sur d’autres continents puisque, alors qu’on entre en 588 et en pleine guerre dans la Renaissance, la possibilité m’est enfin offerte de bâtir des bateaux susceptibles de naviguer sur le grand large, des caravelles. J’en construis un groupe sur lesquelles je fais embarquer deux unités d’Acariyas, les missionnaires bouddhistes, et je la lance vers l’inconnu.

À Delhi, mes espions s’organisent et lancent toutes sortes d’opérations : empoissonnement de l’eau potable, diffusion de fausses rumeurs, provocations… en attendant l’assaut sur la ville.

En 640 plusieurs évènements d’importance ont lieu, comme l’apparition d’un scientifique illustre de plus à Carthage ou celle, auspicieuse, d’un prophète illustre du nom de Gautama Bouddha dans la ville de Delhi. Ce prophète ne peut être qu’un signe des cieux, venus annoncer l’apocalypse aux Indiens, dont les jours sont comptés. Plus important est l’abordage par mes caravelles d’une terre inconnue peuplée d’êtres étranges et étrangers, les Turcs d’Atatürk. Les Éthiopiens de Zara Yaqob habitent aussi les parages, et tous croient en un Dieu bizarre, qu’ils auraient eux-mêmes mis à mort lorsqu’il serait descendu sur Terre sous forme humaine, et que ce Dieu se serait laissé faire sous prétexte de racheter les péchés du monde. Eh ben ! Heureusement que l’on a embarqué des Acariyas, on va pouvoir vous initier à la vérité du karma bouddhistes et des dieux éléphants.

Ni une ni deux, un de mes missionnaires font leur travail et implantent le bouddhisme dans deux villes étrangères. Il en faudra bien plus pour réussir à convertir ces dirigeants au bouddhisme, mais je promets de m’y atteler. J’affrète d’ailleurs de nouvelles caravelles, sur la côte est cette fois, en vue de découvrir d’autres peuples, mais ces bateaux se voient dans l’impossibilité de s’éloigner du continent qui a vu naître notre civilisation car les Arabes qui contrôlent les débouchés vers le grand large me refusent systématiquement le passage à cause de nos précédents accrochages maritimes. Ces esclandres m’ont quand même permis de sanctifier mon amitié avec Abbas le Perse et d’ailleurs nous multiplions sans retenue les serments de fidélité. C’est beau.

Tant pis pour l’est, je me concentre sur la côte ouest et le continent turco-éthiopien. Un fructueux échange de cartes avec Zara Yaqob me permet de découvrir toute l’étendue du nouveau monde.

On s’aperçoit qu’une autre civilisation, les Égyptiens, peuple le sud du continent, et aussi que certaines villes ont des noms pas très locaux : London, Nottingham, Newcastle, ou bien Madrid, Tolède, Salamanca. Y aurait pas eu quelques petits génocides par le passé, hmmm ? Petits coquins.

Tolède par ailleurs est la création d’urbanistes très originaux. Voyez plutôt :

Pendant ce temps, du côté de Delhi, la ville est enfin attaquée et prise. Putain ! On aura mis le temps ! On constate à cette occasion que les Indiens ont bien leurs propres unités d’éléphants, mais une fois la capitale indienne capturée les troupes indiennes désorganisées ne résisteront plus bien virulemment aux assauts de mes armées expérimentées. Indraprashta, Pataliputra et enfin Calcutta tombent à leur tour, c’en est fait de la civilisation indienne. Mon territoire s’est vu doublé de taille grâce à cette campagne et mes frontières bordent à présent celles des trois autres civilisations du continent, Arabes, Perses et Dravidien.

Une nouvelle caravelle, poussant plus loin que le continent éthiopien, découvre une troisième masse de terres. Les hommes peuplant ce continent sont des êtres fiers et intraitables. Chinois, Vikings et Russes sont les premiers rencontrés. Là aussi, des missionnaires s’efforceront de diffuser la foi bouddhiste pour le salut des âmes locales.

Tous ces grands voyages favorisent les vocations chez le peuple carthaginois. Un jour, un marchand du nom d’Himilco, dit le Navigateur, prit à son tour la route du nouveau monde, mais pas pour y propager le bouddhisme, plutôt pour y faire des affaires. Établissant un comptoir dans la capitale éthiopienne d’Aksum, il assura des revenus faramineux au trésor carthaginois, et bientôt grâce à lui des routes commerciales maritimes furent ouvertes entre les deux continents. J’en gardais jalousement le monopole, comme je conservais en sécurité cartes du monde et des courants marins et trajectoires secrètes des routes maritimes. D’ailleurs les civilisations de chaque continent étaient toujours tenues dans l’ignorance de l’existence des deux autres masses de terre et de leurs habitants. Cette exclusivité me permettait des échanges lucratifs avec les indigènes. Des produits comme les bananes, le café, la soie, les fourrures, le tabac, tous inconnus sur notre continent, furent échangés contre de l’ivoire, des citrons, du riz, des épices. J’importais aussi à grand frais de l’encens Viking, Ragnar en demandant un prix exorbitant en denrées diverses (épices, crabes, citrons, patates et coton).

Par la même occasion je découvrais une nouvelle civilisation sur le continent Viking : les Zoulous. Ceux-là étaient en pleine décadence et j’allais être témoin privilégié de leur disparition, incapables qu’ils étaient de faire face aux armées de Ragnar.

Apparemment, le Viking est également aux prises avec le Russe, pas en meilleure forme lui non plus, et déclarera bientôt la guerre au Chinois, leur tenant bonne tête à tous avec des troupes sur trois fronts. Costaud le Viking. Avec chaque nouveau tour m’arrive d’ailleurs l’annonce de nouvelles villes tombées aux mains de Ragnar. Je ne tarderai pas à envoyer quelques espions étudier les méthodes de guerre Viking.

De mon côté, on développe la science à plein régime avec la construction de l’université de Sankoré à Carthage et surtout le développement de la pensée critique, pierre de voûte de la Renaissance, annonciatrice des Lumières. Grands Artistes et Grands Marchands sont légions, on peut même en croiser en allant faire ses courses, c’est vous dire.

« Tiens, m’sieur Michel-Ange ! Ça faisait longtemps qu’on vous avait pas vu à Prisu ! »

Des Acariyas continuent de déverser la bonne parole chez les Vikings et les Égyptiens, mais les religions locales sont bien trop enracinées pour pouvoir les déloger à coup de bonzes. Tant pis, ça me fera toujours des réseaux de sympathisants dans ces villes, ce qui peut être utile pour l’espionnage.

On construit Notre-Dame, comme ça ouais juste en passant, parce qu’on avait rien d’autre à poser à cet endroit, et on entretient les meilleures relations possibles à l’international.

En 964, au cours d’un âge d’or de ma civilisation se traduisant par moultes réjouissances, on profite de coffres pleins pour moderniser les troupes, et nos fiers éléphants sont mis au rebut pour devenir des cavaliers avec armure et fusil, des cuirassiers. Ils conservent toutes leurs promotions, ce qui fait d’eux des adversaires redoutés, dignes successeurs de nos pachydermes chéris.

Tiens puisqu’on parle armées et tout : à cette époque Abbas le Perse est aux prises avec Krishna le Dravidien dont il conquiert lentement mais sûrement les villes.

Russes, Chinois et Zoulous m’enjoignent l’un après l’autre de les aider à se défendre contre les Vikings mais je fais mine d’être très occupé.

Quant à Zara Yaqob, dont la courbe de puissance est de loin la plus imposante, il a décidé de s’en prendre aux Turcs. Je vois pas pourquoi on s’en prend toujours aux Turcs d’ailleurs. Vive les Turcs. Pour une Turquie turque. T’as un Turc dans les cheveux attend je vais te l’enlever.

Atelier de Léonard, Observatoire de Copernic, expérimentation scientifique… les temps changent, les mentalités évoluent, science et raison prennent l’ascendant sur noblesse et justice, pour le meilleur et pour le pire.

On abandonne bientôt la monarchie pour un système parlementaire plus moderne et plus approprié aux besoins du moment. On met en place une justice bureaucratique. Une économie libérale (libre marché, salariat) est également adoptée. Enfin, on désavoue le monasticisme, très peu en phase avec la pensée libre, pour renouer avec une religion civile d’état. Toutes ces réformes ont lieu en 1189.

Afin de construire de nouveaux types de bateaux, on doit d’abord équiper les villes maritimes en installations portuaires dignes de ce nom. C’est un processus long et coûteux, aussi ce n’est pas avant un certains temps qu’on verra naviguer frégates et autres navires de haut tonnage.

Un fait divers me précipite dans une guerre non-désirée. En 1201, un mariage bouddhiste entre un Carthaginois et une Arabe est fêté avec tous les fastes possibles par l’état carthaginois. L’affaire est très mal vécue par les dirigeants hindouistes Arabes qui, non content d’annuler tous nos accords commerciaux, me déclarent en sus de cela une guerre qu’ils prétendent provoquée par nos actes. Quelle audace ! Je sors mes troupes stationnées à Delhi, à proximité des frontières arabes, pour répondre aux insultes et déclarations de ces derniers. Futsat, ville frontalière, tombe la première, et les Perses se joignent bientôt à moi dans cette guerre qui va devenir une course entre eux et moi pour prendre le premier les villes arabes les plus riches et développées. La campagne arabe sera expédiée et la civilisation Arabe rayée de la carte du monde en 1292. On notera parmi les troupes la présence de bonzes en robe rouge qui sont des soigneurs et médecins de champ de bataille. Il est d’ailleurs à noter que dans Realism Invictus chaque religion possède des bonus propres, des unités uniques et des bâtiments particuliers, pour un plaisir religieux toujours renouvelé.

Pendant ce temps, Zara Yaqob termine la chapelle Sixtine, au nez et à la barbe des architectes d’Hippo qui planchaient sur leur propre version du lieu.

J’affrète quelques Chebecs pour coloniser les îles situées entre le continent éthiopien et le continent Viking. Ces îles constituent de formidables avant-postes, idéaux pour établir des bases stratégiques.

En fait la principale de ces îles, située juste au large de la côte Viking, est le refuge des Chinois et le site de leur dernière ville. J’ai donc l’intention de leur déclarer la guerre pour m’emparer de cette cité.

Ensuite je fais la même chose avec les deux villes Russes restantes, Tver et Yakutsk. Tout cela me fait de très belles bases avancées pour de futures frappes en profondeur sur les continents voisins.

D’autres îles situées entre mon continent et le continent éthiopien m’intéressent également, mais elles sont toutes peuplées d’Égyptiens et je n’ai pas l’intention de faire la guerre à l’Égypte car il lui reste encore des villes sur le continent.

Comme il commence à y avoir pas mal de bateaux battant divers pavillons sur les océans, je lance un groupe de corsaires pour en couler quelques-uns et foutre le bordel sur les côtes étrangères. Ça ne réussit que trop bien, je prive Zara Yaqob de toutes ses ressources en poissons et fruits de mer. Lui qu’adore les moules, comment qu’il va faire ?

De mon côté je construis de nombreuses frégates et galions de combat.

Dans les territoires anciennement arabes, un problème fait surface, celui de Damas. Cette ville fraîchement conquise s’est révoltée est tombée sous le contrôle du Dravidien. Non seulement c’est intolérable mais en plus cela coupe le territoire de mes conquêtes en deux. J’envoie mon ambassadeur exiger la libération de la ville et son retour sous mon contrôle. Krishna accepte à contre-cœur, conscient qu’un refus pourrait causer une guerre qu’il serait dans l’incapacité de gagner.

J’envoie dans ces villes conquises des officiers gouvernementaux qui instaurent sans plus tarder l’ordre en faisant bâtir sur-le-champ tribunaux, écoles et autres bâtiments publics. Très pratique ces nouvelles unités.

Les Zoulous disparaissent, anéantis par les Vikings. Moi je suis aux prises avec Krishna qui s’est définitivement déconsidéré à mes yeux dans cette histoire à Damas. En plus il est en guerre depuis trop longtemps avec Abbas, et je me dois de soutenir cet ami de toujours. Un nouveau grand général naît dans cette campagne, et je lui fais fonder une doctrine navale fondamentale pour notre futur, puisque sur mon continent ne reste plus que moi et Abbas le Fidèle.

Les doctrines sont une création originale de Realism Invictus. Elles sont fondées par les grands généraux et octroient dans toutes les villes des promotions spéciales aux unités concernées : archers émérites, ingénieurs astucieux, discipline de fer, loups des mers, munitions à l’uranium appauvri etc… il y en a de tous types, donnant toutes sortes d’avantages. À ce propos, les promotions disponibles pour les unités sont au nombre d’une bonne centaine, il est donc désormais possible de véritablement customiser son armée. Il y a même des promotions négatives, qui sont des malus imposés aux unités, par exemple la peur dont j’ai parlé plus tôt (peur des éléphants pour les chevaux, peur des guerriers Berserkers Vikings…) ou encore le malus d’entassement (crowded), qui est LA solution au phénomène d’empilement des unités à Civ. Lorsque plus de 15 unités de la même armée se trouvent sur une même case, elles subissent un malus réduisant considérablement leurs capacités de combat : -1 en visibilité, -1 en mouvement et même -25% en force. Ça incite largement a composer des petits groupes d’armées bien plus mobiles, pour des conflits plus réalistes.

La campagne contre Krishna se termine quand le Perse prend sa capitale au nez et à la barbe de mes propres armées. C’est de bonne guerre, je me rabats sur les îles que le Dravidien a colonisé au nord de notre continent.

J’entre peu de temps après dans l’âge industriel, en 1408, un rien en avance, donc.

Quelques images de mes possessions territoriales à ce moment-là.

Je recherche la technologie nommée impérialisme, laquelle me permet ensuite de signer un pacte défensif avec Abbas, sanctuarisant par là même notre continent. Ma flotte est maintenant une véritable armada et protège chaque mile de côtes sans exception.

Je propage le bouddhisme dans mes colonies afin de les stabiliser et d’apaiser les populations locales.

Hippo me bâtit la Statue de la Liberté, et la théorie de l’évolution est écrite à Carthage, accélérant un peu plus mon développement scientifique.

J’étoffe alors considérablement mon réseau d’espionnage qui m’a si bien réussi avec l’Inde. Je construis tavernes et prisons pour augmenter mes points d’espionnage, et j’entraîne des agents que je lâche sur les continents Viking et Éthiopien, avec une nette préférence pour ce dernier. Je profite pour ce faire de brèches dans leurs frontières culturelles, n’ayant ni avec l’un ni avec l’autre de traité de libre passage afin d’éviter la diffusion de mes progrès scientifiques et la perte de mon avance à ce niveau-là.

Il y a encore quelques révoltes dans mes colonies mais elles sont matées sans difficultés.

L’Égypte et la Turquie sont réduits à quelques villes insulaires.

En 1657 survient un fait d’importance : Zara Yaqob déclare soudainement la guerre à Ragnar. Deux puissances majeures vont donc s’affronter dans ce qui constitue la première des guerres intercontinentales. Les navires de tous poils vont être à la fête et je ne souhaite rater le spectacle pour rien au monde. Un gros convoi de troupes éthiopiennes passe bientôt le long de mes colonies.

Les troupes prennent Haerbin puis descendent sur Beijing où elles seront repoussées.

Dorénavant informé sur les méthodes de Zara Yaqob, je commence à instaurer un véritable Mur de l’Atlantique séparant mes côtes des côtes éthiopiennes, afin de prévenir toute agression de ce genre.

Je commence également mon industrialisation forcenée : des ateliers industriels poussent comme des champignons dans toutes mes villes et on produit des fusils et des canons pour armer le bon peuple qu’aime rien tant que faire la guerre, n’est-ce-pas ?

La Tour Eiffel est construite à Kerkouane et les premiers bateaux à vapeur font leur apparition dans mes docks eux aussi tout neufs – il faut des docks modernes pour pouvoir construire des bateaux modernes. J’acquiers aussi mes premiers zeppelins.

L’agression de Zara Yaqob ayant été repoussée par Ragnar (non sans la perte préalable de deux villes) c’est au tour des nombreux bateaux Vikings de passer sous mes fenêtres, enfin au niveau de mes colonies, de toute façon moi dans les colonies je n’y vais jamais, c’est sale et ça pue. Zara Yaqob n’a pas l’air plus inquiété que ça par l’arrivée de Ragnar puisqu’il débarque des troupes du côté des dernières villes égyptiennes et turques et qu’il entreprend la conquête fulgurante de ces îles. Je me réveille d’ailleurs un peu tard pour m’assurer une part du gâteau et je n’arriverai qu’à m’octroyer une ville à la frontière éthiopienne, ce qui mettra un terme définitif à l’épopée turque.

Nous voilà donc réduits à quatre civilisations pour trois continents. Le continent carthago-perse, le continent éthiopien et le continent viking. Les Vikings et les Éthiopiens continuent d’ailleurs à se foutre joyeusement sur la gueule, ça fait bien plaisir. Ils y mettent du cœur et cette fois ce sont des villes éthiopiennes qui tombent, pour changer.

Moi j’active mes espions chez Zara Yaqob pour lui voler un ou deux progrès technologiques, tel le suffrage universel, et pour foutre la merde en général en sabotant la production ou en incitant la population à la révolte. Ça marche pas à tous les coups et Zara fronce les sourcils quand il découvre que je suis derrière tout ça.

Peu importe, car en 1713 je découvre la physique nucléaire. Muhahahahaha ! Ça va faire mal. La Bombe est pas pour tout de suite, calmons-nous.

J’inspecte les territoires adverses à la recherche de sources de pétrole et d’uranium, nouvellement révélées. Je veux savoir s’il sera possible en cas de conflit de saboter toutes les installations pétrolifères ou bien d’extraction d’un de mes deux rivaux pour le priver des précieuses ressources, mais les sources sont trop nombreuses sur chaque continent pour que ce soit jouable. Surtout que le contre-espionnage éthiopien commence à devenir assez efficace. Mes espions sur son territoire se trouvent de plus en plus souvent épinglés. J’en ai quand même toujours une dizaine qui se planquent dans les principales villes éthiopiennes, à l’affût d’un mauvais coup, et j’en renvoie régulièrement.

Un jour, Zara Yaqob décide d’adopter le syndicalisme, ce qui a très vite des répercussions dans le monde entier, les peuples dans leur bêtise incurable trouvant que c’est quand même vachement chouette les droits des travailleurs, tout ça. Ça crée des troubles dans beaucoup de mes villes, notamment les colonies qui trouvent toujours prétexte à se rebeller. Ahlala, dire que c’est chez moi que Karl Marx a écrit le Capital (en 1608, oui mon bon monsieur).

Afin de conserver mes doctrines libérales qui remplissent quand même bien les caisses de l’état, et de contenter une population toujours plus exigeante, je me lance dans le divertissement de masse avec la création du cinéma, qui sera un succès immédiat. Succès oui, mais encore faut-il construire des cinémas dans toutes mes villes afin de pallier à la grogne socialiste de mes travailleurs.

Pendant ce temps mes espions en Éthiopie me révèlent qu’il y a tout lieu de croire que Zara Yaqob se dirige vers une victoire culturelle. Trois de ces villes ont en effet un score de culture imposant et qui progresse à chaque tour. J’ordonne à mes agents de tout faire pour enrayer ce phénomène. D’ailleurs la culture, c’est nos films hollywoodiens, qu’on se le dise. Qui a jamais entendu parlé d’une culture socialiste, franchement ?

Mes agents se déplacent en nombre vers Labibela, la moins rayonnante de ces trois villes, et commencent à y saboter tous les édifices culturels qui s’y trouvent : librairie, théâtre, opéra, mais aussi cathédrale ou château médiéval, tout y passe. Il me faudra des hommes en nombre car beaucoup sont pris avant de pouvoir passer à l’action, et Zara s’entête à reconstruire ce que je tente de détruire. La croissance culturelle de la ville est toutefois fortement ralentie, c’est déjà ça.

Les troubles intérieurs vont croissant, je n’arrive pas à faire lâcher au peuple son idée d’une justice sociale. Le mécontentement atteint la capitale et les principales villes carthaginoises, jusque-là épargnées. La création in extremis d’Hollywood et de Broadway m’aidera à faire le bonheur de la population et à l’éloigner des sirènes socialistes. Après cela, seules quelques villes portuaires, tournées vers le continent éthiopien et donc plus exposées à son influence, resteront modérément mécontentes.

Les premiers biplans font leur apparition en 1742. À la même époque, Ragnar décide de déclarer la guerre à Abbas pour une sombre histoire de colonies que ce dernier aurait fondé sur le continent Viking, dans des territoires verglacés et quasi-inhabitables mais quand même revendiqués par Ragnar. Mon alliance avec Abbas se déclenche et je déclare automatiquement la guerre à Ragnar.

Pour soutenir mon allié, je lui offre des surplus en acier ainsi que des droits de diffusion de mes films hollywoodiens et des comédies de Broadway, à but de propagande.

Ragnar fait quelques mouvements navals autour de mes colonies au large de ses côtes, mais rien qui ne me semble trop dangereux, à part la destruction de quelques aménagements (dont un puits de pétrole quand même). Il ira par contre promptement reprendre les trois colonies fondées plus tôt par Abbas.

Dans les faits je suis allié avec Abbas, mais dans le principe je comprends tout à fait la position de Ragnar, qui ne désire tout simplement pas que quelqu’un d’autre s’installe sur son continent. Cela m’incline à être clément avec lui. Je vais quand même débarquer quelques troupes dans le coin des villes fondées par Abbas pour montrer au Viking ma puissance de frappe, ma capacité de projection et ma résolution, mais je ne désire pas la guerre entre nous. Je veux juste lui faire les gros yeux.

Pourtant et malgré le fait que Ragnar accepte l’idée d’un traité de paix avec moi, il refuse catégoriquement de faire de même avec Abbas. Je commence alors par décimer son détachement envoyé prendre les colonies Perses, mais il persiste dans son refus. Je prends une des villes en question et la rase à titre d’exemple, mais Ragnar m’envoie balader, hors de question qu’il signe la paix avec Abbas. Il semblerait qu’il ait vraiment une dent contre lui. Le Perse me confie qu’il aimerait bien de son côté faire la paix avec Ragnar mais qu’il se heurte également à une fin de non-recevoir.

Comme les troupes que j’ai envoyé sur place commencent à faire la gueule car on leur avait promis une guerre super-courte, j’envoie en guise de renforts quelques chars d’assauts rudimentaires, de grosses boîtes de conserves avec des roues. Ça fait fureur sur le champ de bataille, faut dire qu’en face ils se battent encore à cheval. Un nouveau grand général apparaît après quelques batailles en terres viking. Celui-ci me fonde immédiatement la doctrine production de masse, qui me permettra dès lors de produire des unités à un rythme soutenu.

En 1757, coup dur, alors que je suis toujours en guerre avec le Viking pour soutenir mon allié, j’apprends qu’un de mes plus éminents espions a fait défection pour rejoindre le renseignement Perse ! Je fais en sorte qu’un « accident » survienne, éliminant le traître, ce qui me vaut un malus diplomatique avec Abbas, le premier de la partie, mais cette trahison ne pouvait rester impunie.

En 1767 et alors que la paix avec Ragnar n’est toujours pas signée, même si le conflit s’est considérablement refroidi (nous n’échangeons guère plus que des insultes), Zara Yaqob lance une attaque surprise sur ma ville d’Hyderabad, anciennement Dravidienne. Il la rase aussitôt prise, ce qui déclenche l’ire de mon état-major.

Des plans sont rapidement jetés pour châtier les criminels. La paix est signée avec Ragnar, laissant Abbas se débrouiller avec lui, il avait qu’à pas soudoyer mes espions. Tous mes agents dormants en Éthiopie sont réveillés et commencent à saboter la production militaire de Zara Yaqob. Enfin, mes bateaux redoublent de vigilance pour ne pas laisser passer de nouveaux convois. Le pire c’est que je l’avais vu arriver celui-là, mais je pensais pas qu’il allait m’attaquer, je croyais qu’il était juste en manœuvres ou quelque chose du genre. Après avoir repoussé l’offensive d’avant-garde éthiopienne, j’embarque mon armée basée à Thapsus (seul un gros détachement était envoyé en terres Viking) et la lance sous bonne escorte en direction des côtes éthiopiennes. Les dites côtes sont d’ailleurs déjà sous le feu de mes bateaux du Mur de l’Atlantique précédemment mis en place. La stratégie de rétaliation est telle que suit : l’armée de Zara Yaqob est d’une taille conséquente, je ne pourrais pas soutenir une invasion en règle ou la prise de villes. Aussi, le plan c’est de faire le tour des côtes et de raser toutes les villes portuaires de Zara Yaqob, réduisant à néant ses capacités de projection navale. Dans le même temps, mes navires de guerre encercleront le continent pour un blocus généralisé de l’Éthiopie. Ça devrait le calmer un bon moment.

Dont acte, je commence à appliquer cette stratégie avec succès. Les troupes de Zara Yaqob ne sont pas assez mobiles pour suivre mes déplacements. Je débarque à côté d’une ville, la pilonne avec mes navires pour réduire ses défenses, le tour suivant je prends la ville et je la rase, et au troisième tour je rembarque tout le monde et je me dirige vers la ville suivante. Ça fonctionne à merveille, j’imagine Zara Yaqob trépigner de rage et d’impuissance dans son quartier général. Ma supériorité sur les mers me permet d’échapper à toute poursuite. La guerre contre l’Éthiopien durera jusqu’en 1793, le temps de raser toutes les villes portuaires du continent. Lors de la signature du traité de paix, j’exigerai en réparation aux préjudices causés la cession de toutes les îles éthiopiennes (anciennement égyptiennes et turques, situées au sud-est de son continent) et leur rattachement à mon empire. Zara Yaqob n’aura pas d’autre choix que d’accepter.

Je suis en pleine campagne militaire lorsque nous entrons dans l’ère moderne. Les nouvelles générations ayant plus d’exigences que leur parents, et puis le mécontentement dû à la guerre se faisant ressentir, mes villes sont de nouveau en proie à des troubles. De guerre lasse devant les revendications incessantes, j’annonce en 1769 des réformes visant à instaurer des droits syndicaux. J’en profite aussi pour passer d’une économie de marché à un système autarcique et mercantile. En effet je refuse, vu leurs crimes, de faire profiter plus avant Vikings et Éthiopiens des retombées de mon économie florissante, et d’après mes experts le marché intérieur carthaginois est bien assez développé pour soutenir une économie toute entière tournée vers l’intérieur. Quelques ajustements seront nécessaires mais on y arrivera.

Sinon, j’ai découvert quelques temps auparavant la technologie me permettant de procéder à des tests nucléaires, mais avant cela il me faut réaliser une expertise nucléaire que seule un Scientifique Illustre est capable de mener à bien. J’attends avec impatience l’arrivée de nouveaux grands personnages, mais celui qui apparaît bientôt se révèle être un Grand Ingénieur alors qu’on s’attendait (à 65%) à un Grand Scientifique. Rebelote pour le suivant, à nouveau un Grand Ingénieur.

En attendant la bombe je développe ma couverture aérienne. Mes biplans sont remplacés par des chasseurs à hélice, et les premiers bombardiers font leur apparition.

Abbas perd quelques îles à Ragnar, mais l’intégrité de notre continent n’est pas menacée. Moi je grignote à Abbas quelques portions de territoires à coup de revendications culturelles, ce qu’il me reprochera. Pas bégueule pour autant je lui fait partager les bienfaits du rock’n’roll, créé un beau jour de 1803.

Hop, petite carte du monde pour voir où on en est.

Finalement, j’arrive à faire émerger un Scientifique Illustre. Ça tombe bien, on commence à avoir pas mal de stocks d’uranium dont on sait pas trop quoi foutre. Il me réalise son expertise nucléaire et ensuite, ben ensuite il faut construire un site d’enrichissement de l’uranium, bien sûr. Après, seulement après, on peut enfin lancer notre premier test nucléaire, en 1816. Ce test, en plus d’ouvrir à tous les joueurs la voie nucléaire, permet à celui qui l’a lancé le premier de créer des ogives dans toutes ses villes sans avoir au préalable besoin de construire des silos nucléaires. Comme j’ai depuis longtemps acquis les connaissances requises en électronique et propulsion pour concevoir des ICBM ou missiles intercontinentaux, j’en lance la production en masse.

En 1819 donc trois ans après le premier test nucléaire, je termine la construction des Nations-Unies. À ma grande stupeur, ce n’est pas moi mais bien Zara Yaqob qui est élu secrétaire général. Abbas, l’ami fidèle, le compagnon des premiers jours, a en effet voté pour Zara Yaqob ! LA SALOPE D’ABBAS ! J’en reviens pas putain. Moi qui lui ai tout donné ! Du coup je vais le voir et j’annule tous les traités-cadeaux que je lui ai fait : les droits de diffusion de nos films, de nos musiques, de nos spectacles, et puis l’acier de qualité première que j’ai passé des années à te fournir, tout, tu me rends tout espèce de petite pute d’Abbas.

Passé le choc, j’essaie de comprendre le pourquoi du comment. Abbas m’en veux pour ces bêtes histoires de frontières entre nos villes, soit, et aussi, j’apprends, parce que j’ai rasé une de ses villes. Quoi, moi j’ai rasé une ville Perse ? Allons, ça se saurait. En fait il s’agit d’une des colonies fondées chez Ragnar et que j’ai détruite pour impressionner les Vikings et marquer ma détermination. Ah, c’est donc ça. Du coup je m’adoucis, j’essaie d’amadouer Abbas, qu’il ne réitère pas la connerie de voter pour Yaqob, nom d’un Ganesh !

Ça a plutôt réussi puisque aux élections suivantes Abbas s’est abstenu, mais Zara a quand même été réélu sur la base seule de la taille de sa population, plus nombreuse que la mienne.

Bon je décide de ne pas m’en faire et continue avec mon hobby qu’est la création d’ICBM. Je fais aussi des jolis tanks tout modernes (pour l’époque).

J’envoie de plus en plus d’espions chez Zara Yaqob qui se rapproche dangereusement d’une victoire culturelle. Labibela reléguée en quatrième position grâce à mes sabotages répétés, c’est maintenant Newcastle qui prend le relais et menace de passer le niveau culturel légendaire. Il m’est cependant de plus en plus difficile de débarquer des espions chez l’Éthiopien, les brèches dans ses frontières se faisant de plus en plus rares. En plus son contre-espionnage me nique un bon nombre d’espions sur le trajet entre la côte et Newcastle, sise dans les terres.

En janvier 1835 je crois que j’ai la berlue, Zara Yaqob, secrétaire général de l’ONU, propose une résolution visant à instaurer le fascisme comme doctrine mondiale. Oh putain ! Voilà, je vous avais bien dit que c’était pas une bonne idée de placer Zara à la tête de cet organisme ! Je décide de défier la résolution, au risque de déplaire, tout en souhaitant que Ragnar et Abbas, tous deux partisans du fédéralisme (alors que pour ma part je suis toujours sous régime parlementaire) en fassent de même. Par ailleurs j’essaie par des cadeaux de me rapprocher de ces deux-là afin d’espérer gagner leur voix et être élu à l’ONU à la place de Zara la prochaine fois qu’il y aura des élections.

Le dépouillement des votes a lieu. Abbas et moi avons tous deux défié la résolution, elle n’a donc aucune chance de passer, par contre Ragnar a contre toute attente voté oui.

Le mécontentement provoqué par cette ruade diplomatique cause des émeutes dans la plupart des villes de mon empire. Encore une résolution de ce genre et je suis bon pour une révolution. Mes colonies notamment, sont en proie à des troubles graves, et toutes les ogives nucléaires du monde n’y peuvent rien, c’est triste.

La résolution suivante est moins polémique puisqu’il s’agit d’ouvrir toutes les villes du monde au commerce global. Je vote non puisque je suis toujours dans un système économique autarcique et que je compte y rester, mais la résolution est plébiscitée par les autres membres de l’ONU et la résolution passe. Peu importe.

En 1846, événement d’ampleur mondiale : des Carthaginois ont marché sur la lune ! Oui monsieur. Non c’était pas fait en studio. Puisque je vous le dis. Z’avez qu’à aller voir puisque vous êtes si malins.

La porte sur l’espace s’est ouverte et je n’aurais désormais de cesse de bâtir mon vaisseau spatial (et des ogives nucléaires, aussi).

En plus d’avoir du mal à passer, mes espions ne parviennent plus à causer des dommages assez importants chez l’Éthiopien qui a tourné toute son économie vers la production de culture, délaissant la science et le militaire. J’estime qu’une action chirurgicale est nécessaire pour empêcher l’Éthiopie de décrocher la victoire culturelle. Ce qu’il faut c’est raser une ou deux de ses villes les plus rayonnantes, par exemple Aksum, sa capitale, pour suffisamment ralentir sa progression culturelle. Ouais. Aksum Delenda Est, disait encore un type hier à la télé. En plus ça pourrait me permettre de reprendre l’avantage sur les votes à l’ONU, si la population éthiopienne diminuait suffisamment. Hmmm, c’est un point à prendre en compte.

Pour commencer, j’envoie ma flotte, avec porte-avions et tout, contourner par le nord le continent éthiopien afin d’avoir le meilleur angle d’attaque pour atteindre rapidement la capitale.

On se rend compte que merde, par le nord on peut pas passer, l’océan est pris dans les glaces, faut contourner par le sud, c’est beaucoup plus long. En 1851 alors qu’on est en train de faire le grand tour, Zara Yaqob propose une nouvelle résolution, cette fois-ci visant à instaurer le communisme comme doctrine globale. Mais c’est de pire en pire ! Le fascisme, bon, à la rigueur, on aurait pu s’en contenter, hein. Y a des belles choses dans le fascisme, y a euh… euh… enfin je veux dire, c’est une belle utopie quoi ! Mais le communisme ! Non alors ! Je défie alors la résolution et je fais bien car tous les autres votent oui. Le mécontentement redouble dans mes villes, je presse ma flotte d’arriver parce qu’on va en finir, c’est plus tenable, ça va être une frappe chirurgicale d’accord mais de la chirurgie nucléaire, qu’on se le dise.

1854, la guerre est déclarée. Les troupes de Zara Yaqob sont très obsolètes, tout occupé qu’il est à faire de la peinture, de la poésie et ce genre de conneries cul-culturelles. C’est pas pour autant qu’on va faire semblant, hein, j’ai 89 ogives qui chauffent dans les silos, on va bien en balancer quelques dizaines. Dont acte. La guerre en images :

Comme vous pouvez le constater, la stratégie est simple : on déblaye d’abord au nucléaire, et ensuite on envahit les territoires vitrifiés. C’est plus propre.

En 1859 ont lieu de nouvelles élections à l’ONU et cette fois je suis en tête puisque la population éthiopienne a salement chuté. Je deviens donc secrétaire général de l’ONU grâce à une guerre nucléaire totale. C’est presque aussi beau que Jules César élu dictateur à vie, dites donc.

Par contre, chez moi tout le monde fait la gueule à cause de la guerre, des bombes, des villes rasées, des bébés Éthiopiens dont on se fait des moufles, tout ça. Diplomatiquement aussi Abbas me fait grave la gueule puisqu’il était pote avec Zara. Y a que Ragnar qui se marre vu que lui aussi est en guerre contre Zara Yaqob, et puis chez lui, les moufles en peau de bébé c’est une tradition.

Je fais la paix avec Yaqob histoire de calmer un peu tout le monde, de toute façon les objectifs de cette guerre sont largement atteints.

Je continue avec beaucoup de mal à assembler mon vaisseau spatial car je subis de nombreuses opérations de sabotages de la part d’agents étrangers. Surprise ! Après enquête, il s’avère que ce sont des espions Perses qui sont à l’origine de toutes ces actions. C’est qu’il commence à me gonfler sérieusement, l’ami Perse. Je regarnis nos frontières communes de troupes modernes, envoie des agents en contre-espionnage, et réitère mes menaces après avoir coupé mes approvisionnements en cadeaux divers.

En 1873, ça y est, mon vaisseau spatial décolle, plus que trente tours avant la victoire.

Émeutes et pillages continuent sans que je sache comment faire pour apaiser la situation, j’ai même des troupes qui se mutinent, et une de mes colonies passe aux mains éthiopiennes, mais on s’en tape, le vaisseau est lancé !

Et puis en 1882, Abbas Fourbe d’entre les Fourbes me déclare la guerre. L’assaut est bien coordonné, je dois dire, d’autant que les troupes d’Abbas sont au moins aussi modernes que les miennes. En plus le gros de mon armée est toujours en mer à l’autre bout de la planète. Abbas me coule mes bateaux de protection des côtes, envoie ses chasseurs descendre mes sentinelles aériennes, puis avance ses tanks et infanterie en direction de quatre de mes villes frontalières, le tout dans un bel ensemble.

Moi je pète un câble, forcément, et balance tout ce qu’il me reste d’ogives sur les villes d’Abbas.

Tiens à propos, la puissance des ogives a été revue à la hausse dans Realism Invictus. Une ville ne disposant pas d’abris anti-atomiques se verra le plus souvent réduite à 1 de pop après nucléarisation. Malheureusement les villes d’Abbas sont bien équipées à ce niveau-là.

Les troupes d’Abbas ne semblent pas intimidées par cette contre-attaque nucléaire et continuent d’avancer dans mon territoire. Il me balance même quelques missiles nucléaires tactiques sur le coin de la gueule, ce bâtard ! Je lance la production de quelques troupes dans les villes du Nord mais la production est ralentie par les émeutes et les sabotages continuels. C’est le chaos, bordel.

Mes troupes embarquées arrivent enfin et j’espère pouvoir retourner le cours de la guerre mais il n’en est rien car les villes Perses sont très bien défendues et mes bombardements terrestres comme maritimes s’avèrent inefficaces. Seuls les bombardements aériens donnent quelque résultat. Avec mon armée qui a rasé la moitié d’un continent j’arrive juste à détruire une ou deux villes Perse, à construire un mur défensif et c’est tout, on peut seulement attendre que la victoire nous tombe du ciel.

Et voilà, le vaisseau arrive putain. J’ai gagné bordel, mais si j’avais pas lancé mon vaisseau si vite, ou si Abbas m’avait poignardé dans le dos une vingtaine de tours plus tôt (CETTE SALOPE D’ABBAS !) ç’aurait été carrément compromis.

43 heures 53 minutes de jeu, bordel, et je compte pas le temps que ça m’a pris pour écrire ce rapport démesuré. Mais à partie d’anthologie, rapport d’anthologie. J’espère que je vous ai donné envie de jouer à ce mod.

n’cha !

Fin du monde

J’ai terminé ce matin une partie mémorable de Civilization 4 : Rise of Mankind (A New Dawn). Avec 74 heures de jeu étalées sur 3 mois, on peut largement qualifier cette partie d’épique. D’aucuns me feront remarquer que 74 heures de jeu c’est faisable en 4 jours, mais j’ai pas vraiment le temps de jouer intensivement et puis ça m’a permis de vraiment savourer le jeu.

Parmi les faits marquants de cette partie monstrueuse, notons la Croisade contre les Zoulous, Arabes et Iroquois, au Moyen-Âge. Souvenons-nous aussi de la perte dramatique de mon Grand Général, bardé de médailles et d’expérience, en 2080. Pour ne pas tomber aux mains des forces ennemies après que son armée se soit faite décimer, ce valeureux guerrier qui depuis longtemps conduisait d’une main experte mes troupes au combat se vit contraint de se suicider. Un évènement tragique qui m’a bouleversé.
Rappelons que Mohawk, la capitale de la Chine (ah ouais, les aléas de l’Histoire…) a atteint le score de 62 en population, ce qui correspond peu ou prou à 110 millions d’habitants. Pour une seule ville, même chinoise, ça fait beaucoup. On retiendra aussi l’utilisation massive d’armes bactériologiques (l’Europe et l’Amérique du Sud s’en sont pris plein la gueule) et de missiles à fusion nucléaire (le continent africain, et encore une fois l’Amérique du Sud ne ressemblaient pas à cela en début de partie…). Mention spéciale aux missiles bactériologiques qui sont une vraie belle saloperie. Non seulement ça ne se nettoie pas, mais en plus ça s’étend cette merde ! Quand j’ai quitté la partie les deux nuages européen et sudaméricain avaient quasi réalisé leur jonction au milieu de l’Atlantique, toutes les unités passant sous le nuage se voyant retirer quelques points de vie par tour.

Ah, et les nuages nanites c’est bien mortel comme unité.

Avec 138 villes rasées par mes soins, la civilisation Chinoise s’est retrouvée seule au monde en fin de jeu. La partie s’est conclue sur ma toute première Master Victory, qui récompense le joueur ayant accompli toutes les conditions de victoire, aussi bien militaire que diplomatique, culturelle, scientifique, religieuse etc…

Du coup, mon obsession pour ce jeu s’est un petit peu atténuée. Je vais pouvoir me remettre à bosser.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

CivWorld

Vous pouvez lire la preview IGN ici.

Les réactions des Civfanatics ne se sont pas faites attendre :

« I would rather pay to get Sid Meier involved with the real game of the franchise (that definitly needs him back), instead of this pathetic excuse of a « game » that looks more like a really bad joke. »

Suite à la grande popularité de l’article Civilization 5 – le rapport de partie (de la mort) et ce malgré le peu d’intérêt que présente au final ce jeu, je n’ai pu résister à l’envie de me remettre à Civ 4 en prenant moultes notes et captures d’écran afin de vous faire le récit circonstancié d’une partie de ce jeu qui représente pour moi l’ultime expérience Civilization.

Avant toute chose, permettez-moi de préciser qu’il s’agit bien de Civilization 4 accompagné de son extension Beyond the Sworddûment patché et augmenté du fameux mod Rise of Mankind: A New Dawn (que j’écrirai désormais ROM), lui-même patché (à ce jour Patch C, mais les mises à jour sont régulières). Ces précisions effectuées, entrons maintenant dans le vif du sujet.

Préhistoire

Non je n’ai pas installé le mod Caveman to Cosmos pour ROM permettant de bâtir votre civilisation depuis les âges préhistoriques. Dans cette introduction j’entends plutôt vous parler des divers paramètres choisis et options activées pour cette partie. Il faut savoir que les options de ROM sont nombreuses et qu’on peut s’y perdre au début. J’ai pas mal tâtonné avant de trouver un panel d’options réalistes et équilibrées, en mettant de côté celles qui semblaient intéressantes mais se révélaient difficiles ou bien gênantes à jouer. Pour vous épargner les tests et essais qui m’ont pris plusieurs parties, je vous fait part de mes choix. C’est du Tranxenne approved mais n’hésitez quand même pas à essayer vos propres combinaisons !

* En ce qui concerne la carte c’est à vous de voir. Pour ma part j’ai choisi une carte géante de type PerfectWorld avec départ de toutes les civs dans le « vieux monde », histoire de garder le plaisir de la découverte de nouvelles terres inexplorées et surtout inexploitées pendant la Renaissance. Je recommande toutefois la vitesse de jeu Marathon qui laisse le temps d’apprécier pleinement chaque époque de jeu.

* Pour les options de victoire j’ai décoché le mode Mastery Victory car après plusieurs tentatives j’ai réalisé qu’en plus d’être quasi-impossible à réaliser (il faut remplir toutes les conditions de victoire pour gagner) il désactivait par essence tous les autres modes de victoire.

* Plus important, voilà les options de jeu proprement dites telles que je les ai choisies (notez bien) : City Flipping After Conquest, Start as Minor Civs, Multiple Production, Multiple Research, Fixed Cultural Borders, Surround & Destroy, Advanced Diplomacy, Barbarian Generals, Assimilation, Great Commanders, Advanced Economy, Realistic Culture Spread, Larger Cities, Realistic Corporations, Religion Decay, United Nations, Advanced Espionage, Expanded Castles, Arctic and City Parks, Meteorology, Civic Buildings, Early Buildings, Historical Wonders, Guilds, Modern Corporations et Advanced Nukes.

* Les options ingame (dans le DEBUG MOD une fois la partie lancée) sont quant à elles – outre celles déjà cochées :

Dans l’onglet RevDCM : Opportunity Fire, Archer Bombard, les Air Force Options, les Spy Options, les (la) Inquisition Options.

Dans l’onglet A New Dawn : toutes les cases de Game Settings (colonne de droite) jusqu’à Realistic Diplomacy (inclus). C’était d’ailleurs la première fois que j’essayais l’option Depleting Resources, et elle est un peu décevante, vous pouvez la décocher si vous le voulez en attendant qu’elle soit améliorée.

Enfin, concernant ma civilisation, je joue en aléatoire et en mode de difficulté Empereur, avec 21 adversaires également choisis aléatoirement.

Je lance la partie ainsi configurée. L’Aventure peut commencer.

Père Castor, Raconte-nous une histoire

Le chargement se termine et je découvre la civilisation que je vais devoir porter au faîte de l’humanité. Ce sont les Égyptiens. Le leader sélectionné est Nefertiti mais, actualité oblige – je commence cette partie le 11 février 2011 – je renomme prestement mon personnage Hosni Moubarak. Les deux traits de caractère d’Hosni sont Agriculteur et Industriel, ce qui me procure des avantages conséquents en terme de construction de Merveilles et de certains bâtiments, ainsi qu’en récolte de nourriture (pour les habitués de Beyond the Sword : relisez bien les bonus procurés par les traits de caractères car beaucoup ont changé et d’autres ont été ajoutés. C’est aussi vrai pour les bâtiments et les progrès, et même tout le reste, d’ailleurs). L’unité unique des Égyptiens est le chariot de guerre et le bâtiment unique l’obélisque.

Mon groupe de nomades Égyptiens décide, sans doute inspiré par un village tribal aperçu plus tôt, de se sédentariser dans un endroit propice au développement : en bordure d’un fleuve, près d’une forêt dense et riche en gibier. Les débuts s’avèrent difficiles. En fait le gibier, c’est nous ! Les bêtes sont plus sauvages qu’il n’y paraît et je manque perdre ma première unité de guerrier sous les dents d’un ours brun. J’explore encore un peu la carte avec mes deux unités de guerriers avant de les rapatrier vers Thèbes, ma capitale et toute première ville fraîchement fondée, afin d’en protéger les habitants. J’ai découvert de nouveaux voisins, un peu trop proches à mon goût : Les Celtes et les Chinois au nord, les Français au sud.

J’espère pouvoir m’étendre assez rapidement pour les empêcher de m’étouffer. Pour le moment cela dit j’ai plus important à faire car une de mes unités de guerrier se fait piéger entre deux unités hostiles et périt corps et biens (leurs biens se limitaient à une massue et un pagne, mais quand même). C’est une unité d’archers Chinois qui les ont criblés de flèches.

L’option Start As Minor Civs interdisant les relations diplomatiques avant la découverte de l’écriture, toutes les civilisations sont de facto en état de guerre tout le début de la partie. C’est une très bonne option, croyez-moi. Même si ça a l’air un peu hardcore comme ça, ça ajoute beaucoup au réalisme et ça permet de créer très vite des tensions et des rancunes qui dureront toute la partie.

La perte de mon guerrier m’aura appris une chose (outre le fait que les Chinois sont des bâtards qu’il me faudra annihiler), c’est que des troupes d’archers descendent vers Thèbes et que je ne suis pas vraiment prêt à les recevoir. Je peux upgrader mon unique unité de guerrier en javelinier, ce que je m’empresse de faire, et me lance dans la recherche du tir à l’arc. S’ensuit un épisode très éprouvant de jeu de chat et souris entre les archers chinois, mon unité de javelinier et mon groupe de travailleurs qui s’efforcent d’améliorer le terrain attenant malgré la menace toute proche. À ce niveau de difficulté il est essentiel d’utiliser le peu d’unités que vous avez à votre disposition au meilleur de leur possibilité et donc de les placer à bon escient histoire de ne pas perdre de temps, d’aménagement, d’unité ou de ville. Tandis que les Chinois arrivent par le nord mes travailleurs bossent donc au sud et les javeliniers fortifient leur position en ville. Lorsque j’aurai plus d’aménagements je ne devrai pas hésiter à sortir mes troupes de la ville pour protéger fermes, mines et autres cottages des pillards, si tant est que la ville ne soit pas bien sûr directement menacée.

Je finis par déloger les Chinois de la forêt où ils étaient retranchés et d’où ils canardaient ma ville. Je continue à faire des troupes, je ne fais que ça d’ailleurs car bientôt ce sont des Espagnols qui viennent empiéter sur mon territoire et pillent une mine et deux fermes qu’il m’est impossible de défendre à l’heure actuelle. Je parviens finalement à les virer et ce n’est qu’en 3321 BC que je réussis enfin à monter une unité de colon pour m’étendre avec une deuxième ville, dans un lieu convoité depuis longtemps.

Pas moins de deux unités d’archers escortent ces colons, et mes travailleurs ne vont pas tarder à construire une route pour relier mes deux villes. Memphis aussitôt fondée se fait assaillir par un groupe de lanciers carthagéniens squattant les environs d’une source d’un métal convoité : l’argent.

Là encore la pugnacité de mes troupes me permettra de déloger les intrus qui font retraite vers le sud en contournant Thèbes, d’où je sors quelques unités d’archers pour canarder les Carthagéniens au passage.

Plusieurs civilisations ont découvert l’écriture, les relations diplomatiques vont pouvoir commencer. Je fais la paix avec les Celtes et les Chinois et profite de cette sécurité relative au nord pour détacher quelques troupes vers les territoires carthagéniens, histoire de voir s’il n’y aurait pas moyen de prendre une ville ou deux. En me rendant dans le sud je découvre que Paris a été capturée par Carthage. La ville est trop bien défendue pour que je la prenne mais je pille tous les aménagements qu’il y a autour, ça fait toujours un peu de tunes et ça amuse les troupes. Les Français sont donc hors-jeu, c’est toujours une bonne nouvelle. Je fonde bientôt Heliopolis non loin à l’ouest de Memphis, près d’une source de cuivre qui me permettra une fois aménagée d’entraîner de redoutables guerriers équipés de haches.

Malheureusement cette ville sera vite rasée par une troupe de Barbares errants, trop vite pour que des renforts ne viennent épauler une garnison trop réduite.

Je commence cependant à connaître du monde car j’ai des contacts avec pas moins de 11 civilisations, et parmi elles seul Charlemagne refuse de conclure une trêve. Cela dit le Saint Empire est loin et aucune altercation entre nos troupes n’a jusqu’ici eu lieu, ce qui me permet de souffler un peu et d’essayer de développer mes villes, et surtout d’étendre mon territoire car je ne risque pas d’aller loin avec deux villes. Je fonde Alexandrie au sud de Thèbes, en plein dans une zone peuplée d’éléphants et non loin d’une ressource en café. L’ivoire enrichira ma populace et les éléphants eux-mêmes, une fois domestiqués, feront de redoutables montures.

Plusieurs religions sont apparues de par le monde (hellénisme, kémitisme, zoroastrisme…) mais aucune n’a encore atteint les frontières de l’Égypte. En quête de spiritualité, les Égyptiens se cherchent des valeurs, des codes et une règle de vie spécifiques à leur culture dont ils devinent la supériorité et l’avenir glorieux (menés qu’ils sont par un leader en tous points admirable – je veux bien entendu parler de moi-même). La ville d’Alexandrie fonde bientôt une nouvelle religion adaptée au caractère et aux aspirations du peuple égyptien : le confucianisme. Cette confession va se répandre rapidement à toutes les villes du royaume – nous sommes passés du despotisme à la monarchie aux alentours de 600 BC. La population ne va malheureusement pas pouvoir bien longtemps méditer sur l’enseignement confucéen, car bientôt c’est l’appel aux armes : les Carthagéniens ont colonisé des territoires à proximité de Thèbes, coupant la voie entre notre capitale et les accès à l’océan s’étendant à l’Est, ce que pour des raisons autant stratégiques qu’économiques l’on ne saurait tolérer. Leurs villes sont foutrement laides, en plus.

Mon armée formée d’éléphants de guerre et d’épéistes tous neufs (une source de fer a été découverte il y a peu) se regroupe aux abords de Thèbes en attendant l’assaut, tandis qu’un groupe de travailleurs défriche la forêt en direction des villes carthagéniennes pour faciliter le déplacement des troupes.

Je rase rapidement la première ville au nord-est de Thèbes puis descend mes troupes vers la seconde ville au sud-est, Kerkouane, qu’on aura un peu plus de mal à prendre car elle est mieux défendue. Je fonde Pi-Ramesses près des ruines encore fumante de la ville carthagénienne au nord-est et Éléphantine à l’endroit même où se trouvait Heliopolis.

Les Carthagéniens arrivent à convaincre les Grecs, leurs voisins, de me déclarer la guerre, mais je garnis Kerkouane de troupes défensives (archers principalement) qui tiendront l’armée grecque à distance pendant un bon moment, jusqu’à ce que chacun, voyant la situation stagner, consente à signer la paix.

Les Chinois m’ont également déclaré la guerre quelque temps auparavant, voyant mes frontières nord dégarnies et espérant profiter des combats qui faisaient encore rage au sud. Je laisse une bonne garnison d’archers à Kerkouane et remonte mes éléphants et épéistes au nord pour exploser les Chinois. Je prends assez rapidement Beijing et Xian et rase deux autres villes, ce qui me rapproche pas mal du territoire Celte, Boudica surveillant la situation et l’approche de mes troupes d’un oeil désapprobateur. Mais ce sont les Portugais, qui ne s’étaient pas beaucoup manifesté jusqu’ici et qui occupent un territoire au sud-ouest de chez moi (mes troupes sont donc à l’opposé) qui me déclarent finalement la guerre. Je n’aurais donc jamais la paix ! Je conclus une trêve avec Kangxi, le leader des Chinois à qui il ne reste de toute façon qu’une ville un peu minable, et redirige mes troupe vers le sud pour apprendre les bonnes manières au Portugais.

Nous arrivons en vue de Faro, la plus proche ville portugaise. Là mes troupes font un peu la gueule. Y a des murailles sacrément hautes autour de Faro. Il apparaît que Joao est déjà entré dans l’âge médiéval. Moi pas. On a bien quelques catapultes mais c’est les touts débuts. Qu’à cela ne tienne ! Cela prendra un peu plus de temps mais la ville tombera car je possède la supériorité numérique et la configuration du terrain m’avantage. Faro étant bâtie à proximité d’un isthme je peux empêcher l’arrivée de renforts par le positionnement judicieux de mes troupes. Je prends donc Faro après un long siège, ainsi que Braga, ville plus au sud, toujours de mon côté de l’isthme et moins bien défendue que Faro. Les Portugais et moi convenons d’une trêve qui je l’espère durera. Je rebâtis les murailles de Faro et prends position avec mes troupes pour dissuader Joao de toute velléité de reconquête. Me voilà en paix avec tout le monde, ce qui n’était pas arrivé depuis un moment.

J’engage des réformes pour améliorer l’efficacité du gouvernement. Je passe en république sénatoriale avec religion d’état, un système de castes pour maintenir la population dans sa condition pour le moins misérable, un système économique basé sur la frappe de monnaie, une armée de conscription et un système d’assistance sociale basé sur la collectivité confucéenne.

Armés de ces nouvelles institutions, nous entrons courageusement dans le Moyen-âge.

Hosni Soit Qui Mal Y Pense

Sans doute ébloui par la qualité des institutions égyptiennes, les Anglais m’offrent de devenir mes vassaux. Je refuse car ils sont en guerre contre les Perses (tout ce petit monde se trouve au Nord du territoire celte) qui sont bien plus puissants que moi et que je ne veux pas avoir à me frotter à eux… pour l’instant.

Thèbes me découvre la Route de le Soie, un projet sur lequel elle travaillait depuis un moment et qui améliore grandement mes rentrées commerciales, m’enrichissant d’autant.

Soudainement, alors que je ne m’y attendais pas du tout, une armée espagnole surgit d’on ne sait où (je ne sais toujours pas où vivent ces types-là) et me déclare la guerre avant de franchir mes frontières et de marcher sur Braga. Heureusement j’ai des troupes qui stationnaient non loin de là et qui se dépêchent d’arriver en renfort.

Pendant que je repousse cette vile attaque, les Celtes encore plus vils me déclarent la guerre. Au nord, donc, évidemment à l’opposé de là où sont la plupart de mes troupes repoussant l’assaut espagnol. Sentant la situation délicate, je dégarnis à contre-coeur les murailles de Faro pour aller repousser les Celtes au Nord. Bien mal m’en prends (en même temps j’avais pas trop le choix) car Joao voyant la ville mal défendue lance son armée dans sa reconquête. Faro tombe, fatalement, et Joao y pose des murailles encore plus hautes que la dernière fois. L’armée d’Espagnols anéantie, me voilà aux prises avec les Portugais au sud-ouest et les Celtes au Nord. Le Moyen-âge est toujours une période où ça castagne, c’est comme ça.

Mes troupes en déplacement découvrent le territoire espagnol à l’ouest et je prends promptement les villes de Barcelone et de Madrid, mal défendues. J’imagine que l’armée décimée à Braga constituait l’essentiel de leurs troupes et qu’ils espéraient que je ne trouve pas leurs villes. C’est loupé ! La civilisation espagnole est anéantie.

Je reprends bientôt Faro aux Portugais, avec beaucoup de pertes, et rase une ville Celte au nord alors qu’eux-même ont pris et rasé Xian.  Je conclus la paix avec Joao et Boudica avant d’engager de nouvelles réformes instituant vassalité et culte divin, ce qui améliore grandement mes capacités militaires. C’est d’ailleurs une bonne idée car les Carthagéniens encore une fois alliés aux Grecs décident de reprendre Kerkouane et me déclarent la guerre. J’ai tout juste le temps de ramener un bon paquet de troupes défendre la ville avant que leurs armées ne montrent le bout de leurs lances.

Quand même une bonne nouvelle : on découvre un trésor dans les ruines aux abords de Pi-Ramesses (ce sont les ruines d’une ville carthagénienne). Des moines confucéens s’empressent de ramener le trésor dans la capitale.

Je repousse les Carthagéniens et leurs alliés des abords de Kerkouane quand Joao me déclare à nouveau la guerre. Il est bien décidé à reprendre Faro le bougre ! Mes troupes passent leur temps à circuler en long et en large du pays pour repousser les armées qui tour à tour l’agressent, sans jamais pouvoir pousser plus loin que la prise d’une ou deux villes ennemies. Ce coup-ci je décide d’en finir avec Joao une bonne fois pour toute. Je laisse une bonne masse d’archers à Kerkouane ainsi que dans mes villes au nord, près de la frontière avec les Celtes, et ramène ma force d’attaque en direction de l’isthme de Faro qui constitue l’entrée vers le territoire portugais.

Sérieusement remontés contre les Portugais, soutenus par des trébuchets pour faire tomber leurs légendaires forteresses, nous entrons sur les terres de Joao, dit le fourbe, en tout cas chez nous c’est comme ça qu’on l’appelle. Évora tombe, puis Oporto, et nous arrivons aux portes de Lisboa. Je jubile lorsque les murs s’écroulent sous les rochers largués par mes trébuchets et autres onagres.

L’assaut est enfin donné. La bataille fait rage mais Lisboa tombe. Mes troupes remontent ensuite vers Guimaraes, mais celle-ci est dotée d’une citadelle qui lui octroie un bonus de 250% en défense. Je dispose donc mes troupes pour un très long siège. J’en profite pour ramener des renforts en troupes nouvellement équipées, des épéistes lourds vêtus de côtes de mailles et porteurs de terrifiants estramaçons (c’est des épées).

Quand Guimaraes tombe, je pense en avoir terminé avec la menace portugaise. Il leur reste deux villes, deux colonies perdues au-delà du territoire celte, lesquels Celtes me refusent le droit de passage. Je propose donc un traité de paix à Joao qui s’empresse d’accepter. Je ne pense pas à en faire mon vassal et c’est une erreur que je regretterai à maintes reprises car les populations des villes portugaises vont régulièrement se révolter contre l’occupation. Je serai longtemps contraint de laisser un nombre conséquent de troupes dans le territoire lusitanien pour mater les rebelles et éviter que les villes ne repassent sous le contrôle de Joao, lequel j’en suis sûr se délecte de ces émeutes. J’y perdrai également quelques unités et beaucoup d’aménagements à reconstruire, notamment des vignes dont c’est la seule source que je possède. Mais plus tard ! Car nous arrivons bientôt à la Renaissance !

Hosni Herzégovine

La découverte de l’astronomie et l’échange de cartes me révèle que le monde est bien plus vaste que ce que l’on croyait. Mais jugez plutôt :

En 1438 je lance une caravelle à l’assaut de l’inconnu. J’ai d’ailleurs profité des connaissances maritimes des Portugais pour bâtir un navire d’exception. Une unité d’explorateurs à bord, j’espère bien qu’on me ramène richesses, connaissances nouvelles… et filles exotiques.

Les villes portugaises continuent cependant à se révolter sans cesse et perturbent la bonne marche, notamment économique, de mon empire. J’hésite à passer en fondamentalisme pour déclencher l’Inquisition et éradiquer les croyances étrangères de ces villes afin de diminuer la contestation. Mais le remède serait pire que le mal et toutes mes villes en pâtiraient. Je stationne donc plus de troupes dans les villes rebelles et y construit des bâtiments culturels, espérant détourner ainsi leurs habitants de la contestation et leur faire oublier leurs origines ibériques.

En 1498, drame ! Mon explorateur dans les terres inconnues se fait zigouiller  par des cavaliers en maraude. Il n’aura pas découvert grand-chose mais une chose est sûre : ces indigènes sont de vrais sauvages, faudra pas hésiter à les civiliser au forceps.

Autrement la vie suit son cours dans l’Empire, un volcan entre en éruption près d’Alexandrie et détruit quelques aménagements, par exemple.

Pas échaudé par les déboires de mon explorateur, j’arme un galion et y fait monter des troupes d’arquebusiers toutes neuves pour m’installer dans le Nouveau Monde. J’ai en effet remarqué que d’autres, Celtes et Perses notamment, y étaient déjà installés, et je ne voudrais pas être en reste. Plutôt que de fonder une ville avec un colon j’ai l’intention de prendre par la force quelques villes Barbares, c’est pas ça qui manque et elles sont pas trop mal développées (mais défendues par des unités obsolètes). Ça s’agite pas mal sur l’océan, il y a de plus en plus de navires de tous pavillons, il va falloir que je pense à me bâtir une flotte digne de ce nom.

Je prends Nidaros, ville Barbare d’une ethnie inconnue appelée les Vikings. Confiantes dans leur supériorité technologique, mes troupes avancent ensuite vers l’inconnu dans l’espoir de prendre quelques autres villes.

Ces fiers soldats seront malheureusement harcelés par les troupes Barbares cachées dans les forêts et arriveront en effectifs réduits devant les villes convoitées, ne leur laissant d’autre choix que d’en remettre la conquête à plus tard. Pour compenser je leur fais piller tous les aménagements, enclos, moulins, etc… autour des villes, mais les troupes Barbares arrivent bientôt en masse pour repousser mes mousquetaires qui tombent un par un. J’essaye de retirer les survivants jusqu’à Nidaros mais il est trop tard, les Barbares rattrapent les pauvres soldats et les équarissent (ou toute autre coutume peu ragoûtante appréciée de ces peuples primitifs). Ils remontent d’ailleurs bientôt sur Nidaros et la font tomber ! Ils la rasent, même ! C’est la fin de mon aventure dans le Nouveau Monde, du moins pour un moment. Ce continent grouille trop de sauvages, c’est impossible d’avoir une vie décente ici (j’ai compté vingt villes Barbares sur le continent, il doit y en avoir d’autres).

En 1693 la peste noire frappe Lisboa et trois autres villes portugaises. J’arrive à circonscrire le mal au territoire anciennement portugais, le pire est évité ! La population de ces villes décroît fortement, ça pourrait bien calmer l’ardeur des rebelles tiens, ce serait pas du luxe, ils commencent à me courir sur le système.

Alexandrie bâtit le Kong Miao, un lieu sacré du confucianisme qui me confère des revenus confortables malgré le fait que notre religion nationale ne se soit pas vraiment répandue de par le monde. Nous autres Égyptiens sommes les seuls à en avoir fait notre religion d’état. Parmi les autres chefs d’états, bouddhisme et christianisme semblent les plus prisés.

En 1754 la peste frappe encore, cette fois à Thèbes, la capitale, et à Kerkouane ! Je possède cette fois encore les fonds suffisants pour empêcher l’épidémie de se répandre, ce qui est un soulagement.

Des pirates font régner la terreur sur la côte ouest et je décide d’armer une flotte convenable pour remédier à cela. En attendant je renforce les défenses des villes concernées en y plaçant des troupes et je protège les ressources importantes présentes dans ces régions.

La science se fait de plus en plus sophistiquée et je peux bientôt transformer mes arquebusiers en mousquetaires et construire des canons. Je reçois aussi quelques grands personnages, un ingénieur illustre, un artiste illustre, que j’intègre à mes villes. Je n’en avais pas eu jusque-là car mon choix d’institutions réduisait fortement les chances d’apparition de telles unités. Mais les villes grandissent, de plus en plus de spécialistes y travaillent, ce qui augmente in fine le pourcentage d’apparition des grands personnages. Je reçois également un trésor à nouveau découvert dans les ruines près de Pi-Ramesses.

En 1791 les Grecs, je ne sais pas ce qui leur est passé par la tête, me déclarent la guerre. Les Carthagéniens leur apportent immédiatement leur soutien. Je descends canons et mousquetaires et commence l’invasion du territoire grec. Ça se déroule bien. Très bien même. Les Grecs font la gueule et après que j’ai capturé quatre de leurs villes ils réalisent qu’ils ne peuvent pas m’affronter et déposent les armes. C’est une capitulation, les Grecs deviennent mes vassaux. Les Carthagéniens ne tarderont pas non plus à faire allégeance. Me voilà complètement débarrassé de mes rivaux au sud, du moins sur mon continent. Sur l’île au large de Braga les Hittites, Assyriens et Maliens font bonne entente, unis sous la bannière de l’hindouisme. Il faudra que je m’occupe de ceux-là plus tard.

Pour le moment l’heure est à la liesse car nous sommes en 1810 et pour la première fois de l’Histoire je suis premier au classement. J’ai en effet grâce à cette campagne contre les Carthago-Grecs pu rattraper le score de Darius le Perse, lequel reste technologiquement et militairement bien plus avancé que moi. Mais je suis confiant. Tellement confiant que je décide qu’il est temps de lui déclarer la guerre. Une fois Darius affaibli, plus rien ni personne ne devrait pouvoir m’empêcher de remporter la partie. Je profite d’avoir des fonds pour upgrader mes troupes en fusiliers et canons Gribeauval et place mon armée pour un assaut coordonné. J’ai aussi obtenu de Boudica le droit de passage pour mes troupes en l’échange d’un progrès quelconque. Sans cet accord je ne peux en effet pas atteindre le territoire perse, sauf par la mer.

La guerre commence. La bataille fait rage aussi bien sur terre que sur mer. La force maritime de Darius est imposante et ma flotte est défaite. Les quelques bateaux restant sont obligés de se mettre à l’abri au port de Beijing tandis que les navires de Darius commencent à foutre le bordel sur ma côte en pillant les aménagements maritimes et en pilonnant les défenses de mes villes côtières. Heureusement que sur terre, c’est l’inverse, je prends trois villes à Darius puis remonte vers son territoire principal en traversant le désert.

En constatant la débâcle, plusieurs villes perses vont se révolter et faire sécession en prenant le nom de Sumériens, ce qui affaiblit encore plus Darius. Je lui prends encore quelques villes et le force à capituler. Me voilà avec un vassal de plus, et celui-ci est de taille ! Je lui rends les deux villes les plus proches de sa capitale pour lui permettre de se relever et m’apprête à ramener mes troupes au bercail quand je réalise que Boudica a annulé notre accord de libre passage. Je passe donc la voir très amicalement et lui demande de renouveler cet accord, ce qu’elle refuse. Je lui demande son prix et ce n’est pas moins de trois progrès parmi les plus récents qu’elle veut me voir lui remettre en échange d’un droit de passage. Outré par ces manières de bandit, je déclare la guerre à Boudica. Mes troupes sont à peine essoufflées par la campagne perse donc ça va, par contre et  je m’y attendais : Boudica attaque les villes au nord de mon empire (au sud de chez elle donc), puisque mes troupes sont au nord de chez elle, dans l’incapacité de défendre mon propre territoire. Me voilà contraint de retirer les fortes garnisons du territoire anciennement portugais afin de défendre mes frontières des assauts celtes. Bien évidemment les Portugais en profitent (aidés je crois par des espions de Joao qui fourbit sa revanche dans son exil) et se révoltent pour la Nième fois. Mes conseillers me proposent les options habituelles : refuser les termes des rebelles et mater la rébellion, corrompre les rebelles et prendre le risque de voir d’autres minorités (Chinois, Espagnols, Grecs…) se soulever en espérant eux aussi toucher de la tune, accepter les termes de la rébellion et voir passer les villes révoltées sous le contrôle portugais, ou bien déclarer la guerre à Joao. La situation étant ce qu’elle est, mes troupes étant sur le terrain en territoire celte donc non loin des deux villes portugaises restantes, j’indique très courtoisement à Joao qu’il va y passer, sale raclure.

Les opposants sont une nouvelle fois matés, les Celtes déposent les armes et la civilisation portugaise est éradiquée (ce qui me laisse espérer que les révoltes en Lusitanie sont belles et bien terminées). Me voilà maître incontesté du continent qu’on peut bien appeler continent égyptien. Oh il y a bien le Siam et les Hollandais qui sont encore présents mais ils ne sont pas vraiment une menace, mes seuls vassaux pourraient en venir à bout avec leurs forces combinées.

Non je suis plus préoccupé par le groupe Hittite/Assyriens/Maliens qui sur leur île entretiennent des relation étroites et un peu trop amicales à mon goût. S’ils s’alliaient contre moi cela pourrait être… dommageable. D’autant que mes relations avec le plus puissant d’entre eux, le Hittite Suppiluliumas (dont le nom est trop long pour que je l’écrive deux fois, dorénavant ce sera Suppi), ne sont pas au plus beau fixe. Il est temps d’aller semer un peu la pagaille dans ce coin-là. J’avais commencé, dès que la campagne perse avait tourné à mon avantage, à diriger mes efforts d’espionnage vers les Hittites, ainsi qu’à placer quelques navires de guerre dans la mer nous séparant.

Maintenant il faudrait voir sous quel angle attaquer. Je remarque que certaines villes Hittites appartenaient en fait autrefois à des civilisations écrasées par la botte fasciste de Suppi (pas comme les Portugais qu’on a libéré, par exemple). Ces minorités sont Russes et Khmers. Serait-il venu le temps de l’espionnage et des coups de pute en tous genres ? Comme pour répondre à cette question, on m’annonce qu’un assassin Indien (une pauvre civilisation perdue au milieu des Barbares) a été capturé dans l’une de mes villes. Plusieurs options s’offrent à moi et je décide d’acheter l’homme, ce qui me permet d’obtenir un bonus d’espionnage contre les Indiens et une unité d’espion illustre.

Je ferme les yeux sur cette attaque sous le manteau car je suis dépendant des Indiens pour mon approvisionnement en blé, sel, pommes et citrons. Toutes ces ressources font défaut à mon territoire et apportent à mes villes un bonus de santé bienvenu, voire indispensable.  Asoka, le leader Indien, conscient de mes besoins, en demande d’ailleurs un prix exorbitant. Une fois seulement, à court de monnaie, j’exigerai ces denrées en tribut. Asoka s’exécutera à contre-coeur mais je ne renouvellerai pas la tentative, car je ne veux pas d’une guerre contre les Indiens. Pas qu’ils soient très puissants, au contraire,  mais je n’ai rien à faire de deux villes peu développées et situées sur le continent Barbare, trop loin de chez moi pour assurer ensuite leur stabilité. En fait le peuple Indien lui-même est issu de Barbares ayant réussi on ne sait comment à se hisser au rang de civilisation.

Pendant ce temps des agents à moi débarquent sur l’île Hittite et commencent à tâter le terrain. Braga, le port le plus proche des côtes Hittites, va devenir une pépinière d’espions attendant d’embarquer pour leur mission. Ironiquement c’est cette même ville qui me bâtit bientôt la Statue de la Liberté. C’est SIL qui va être content.

Les corporations commencent à faire leur apparition (on est au début du 20ème siècle). Je me rends compte d’ailleurs que j’ai pas du tout parlé des guildes médiévales, mais j’ai pas grand-chose à en dire vu qu’elles s’installent et se développent à peu près toutes seules, c’est d’ailleurs assez marrant de voir au début de chaque tour les messages indiquant que telle guilde s’est installée dans telle ville, lui conférant tel bonus, ou que telle autre guilde a racheté ou fait fermer une concurrente autre part. Quand une guilde apparaît dans une ville cela débloque un ou deux bâtiments spécifiques à chaque guilde et assez intéressant au niveau des bonus en or, production, nourriture, culture, science ou autre selon le type de guilde. Les corporations fonctionnent pareil mais je regrette un peu le système des corporations à la Beyond the Sword où l’on s’occupait de tout depuis la fondation de sa corporation jusqu’à son expansion, en passant par l’acquisition de ressources. Ici tout se fait tout seul et les changements fréquents et quasi aléatoires ne poussent pas à sécuriser les ressources correspondantes ni à s’attarder trop sur le monde des guildes et des corporations. À moins que quelque chose ne m’ait échappé et qu’on puisse diriger soi-même leur expansion…

Je construis bientôt la Tour Eiffel dans une vieille ville pourrie anciennement perse, au milieu du désert.

Il est temps de faire quelques réformes. Ça fait longtemps qu’on n’a pas réformé, n’est-ce pas ? Les anciennes institutions ne conviennent plus à un empire qui n’essaye plus de s’étendre mais plutôt de dominer économiquement, culturellement et scientifiquement. Nous restons en république mais c’est un système bureaucratique qui se met en place. Le système de castes est renversé pour faire place à une émancipation libérale. L’économie de marché est adoptée et l’assistance sociale devient privée (alors qu’elle était fournie par l’église confucéenne). Par contre nous gardons une hiérarchie militaire reposant sur l’allégeance et une religion d’état. Le monde moderne s’ouvre à nous.

Mini M’Hosni

Ça commence mal : toutes mes ressources en argent s’épuisent d’un seul coup. Je suis maintenant obligé d’en importer alors que j’étais gros exportateur. Ça fout un coup à l’économie, c’est moi qui vous le dit. Pire encore, il y a de plus en plus de pollution dans mes villes, et les citoyens de la République d’Égypte sont de plus en plus malades, ce qui entrave leur productivité. J’entame la construction d’hôpitaux, de réseaux d’égouts, de pharmacies, mais rien n’y fait ! Mes villes se développent trop vite et les bonus de santé apportés par ces améliorations sont vite compensés par la surpopulation. C’est une course sans fin, seule une stabilisation de la population par une réduction des récoltes pourrait me permettre d’avoir des villes saines, et je préfère que ma population se développe encore, même s’il faut qu’elle vive dans des endroits insalubres.

Une bonne nouvelle quand même, je découvre la fission nucléaire en 1926 et lance le Projet Manhattan dans la ville de Memphis. Un scientifique termine la rédaction de la Théorie de l’Évolution à Thèbes, m’octroyant un fort bonus en science, alors qu’Edward Gibbon termine son classement des nations les plus avancées au monde, classement au sommet duquel j’arrive. Les premiers avions font leur apparition. Je construis Hollywood à Lagos. J’entame le Barrage des 3 Gorges à Thèbes et des missiles nucléaires sont assemblés un peu partout. On dort mieux avec quelques ogives prêtes à décoller dans le jardin.

Plusieurs faits marquants, entre autres un pilote Égyptien réalise un tour de monde en avion, suscitant l’admiration du monde entier. Des fêtes à ma gloire ont lieu un peu partout dans mes villes. Un de mes vassaux (le Grec) me demande de l’assister dans la répression d’une minorité revendicative : les Romains. C’est avec plaisir que j’envoie mes troupes se dérouiller un peu. Pareil avec le Perse, ce sont ses habitants d’origine  anglaise qui lui donnent du fil à retordre.

Bientôt, les efforts de mes espions dans l’île du Sud payent. La minorité Russe, excitée par mes agents, se soulève et Rostov se coupe de la civilisation Hittite. J’entame aussitôt des relations des plus cordiales avec le leader des Russes, un certain Staline.

Il faut bien savoir qu’à ce moment là, le Hittite possède un score de 1500 (je suis pour ma part à 2300) et qu’il a Maliens et Assyriens pour vassaux. Les choses vont changer, comme vous allez le voir.

Suppi envoie comme de juste son armée reprendre Rostov. De mon côté et en grand secret j’offre mes cartes militaires à Staline (pour qu’il voit où sont les troupes de Suppi, mes espions ayant maintenant une bonne connaissance du territoire Hittite) ainsi que mes connaissances militaires pouvant lui permettre d’entraîner de l’infanterie moderne. Cela suffira je l’espère pour tenir Suppi à distance. En même temps, un autre de mes espions en poste à Hattusas, la capitale Hittite, entre en action. J’aurais pu lui faire déclencher une bombe sale, mais cela risquerait de faire tourner au vinaigre mes relations avec le reste du monde. Si on découvre la nationalité de l’espion je suis bon pour une guerre soutenue par la communauté internationale. Je décide pour commencer de provoquer du mécontentement et réveille dans la foulée un deuxième espion, lui aussi dans la capitale Hittite, pour préparer l’assassinat du gouverneur de la ville. Ça devrait foutre pas mal le bordel.

Mes espoirs sont largement dépassés quand, suite à l’assassinat du gouverneur, la capitale Hittite entre en révolte. Les troupes en route vers Rostov pour reprendre la ville aux Russes refluent vers la capitale. Le tour suivant c’est l’éclatement du pays : 4 villes déclarent leur autonomie et passent sous le contrôle de la minorité Khmer. Elles restent vassales de Suppi mais c’est quand même un sévère coup à l’unité Hittite.

Je m’attends d’un instant à l’autre à voir les Maliens et Assyriens se désolidariser du Hittite mais il n’en est rien. Mes agents continuent donc leur boulot en essayant de pousser la minorité Russe à faire comme les Khmers.

Suppi est bien entendu conscient qu’une main étrangère est derrière tout ça et fait alors de gros efforts de contre-espionnage en construisant des agences de renseignements, des commissariats, des prisons, et en envoyant ses propres agents recueillir des informations chez moi, mais j’ai pris trop d’avance sur lui à ce niveau-là et il ne peut me rattraper. Cela dit il arrive quand même – enfin je suppose que c’est lui – à faire se soulever les Perses à Bactra. Cette révolte je la materai facilement mais jusqu’à la fin de la partie les habitants de Bactra se soulèveront de temps à autres et je serai obligé de laisser pas mal de troupes dans ce coin-là.

Un premier sous-marin nucléaire bourré d’ogives tactiques sort de mes docks et je décide de retourner m’implanter sur le continent du Nouveau Monde, encore largement peuplé de Barbares même si quelques-uns de mes adversaires s’y sont également installés.

Ah et j’ai upgradé toutes mes troupes il y a peu : Marines, blindés, artillerie… Que du neuf qui brille ! Ma courbe de puissance est d’ailleurs éloquente.

Je conquiers rapidement six villes Barbares et m’installe enfin durablement sur ce continent. Chez le Hittite, mes agents s’attachent maintenant à saboter les aménagements stratégiques : puits de pétrole, mines de cuivre et d’aluminium, ce genre de choses. J’ai un premier porte-avions qui sort.

Je construis les Nation-Unies et je suis élu secrétaire général. Tous mes vassaux ont évidemment voté pour moi. Je propose bientôt une résolution pour une monnaie unique mondiale, qui est acceptée. Plus tard, après avoir consulté mes fiches, je propose une résolution instaurant pour tous un régime social libéral. Or le Hittite est l’un des seuls à ne pas avoir déjà adopté un tel régime et je le soupçonne d’être attaché à son système de subventions. Je ne me suis pas trompé, Suppi décide de défier la résolution et passe ainsi pour un vilain non-démocrate aux yeux du reste du monde. Il subit un malus diplomatique auprès des autres dirigeants ainsi qu’un surplus de mécontentement dans sa population (« le monde vous considère comme une crapule »). Je ricane.

Je complète de mon côté une mission m’enjoignant à bâtir une flotte composées d’au moins trois porte-avions, cinq sous-marins et dix destroyers et me voit accordé un bonus de +1 mouvement à mes bateaux. J’avise également une petite île isolée dans l’océan, à mi-chemin entre mon continent de départ et le continent où sont mes colonies, et décide d’y monter une base pour ma flotte. J’y fonde bientôt la ville de Byblos, juste avant que des Zoulous n’essayent de s’y installer (des Zoulous, je vous demande un peu).

Mes colonies se portent d’ailleurs bien et se développent vite, merci pour elles.

Bientôt cependant me prend l’envie d’en finir. Je n’ai plus vraiment d’adversaire à ma mesure et plus grand-chose à réaliser. Il reste le Siam et la Hollande sur mon continent et je me dis qu’une petite guerre ça me ferait du bien, ça fait si longtemps. Le sort tombe sur la Hollande. La guerre en images.

Voilà, comme vous pouvez le constater, j’avais très envie d’utiliser mes beaux missiles nucléaires, qu’ils soient tactiques, stratégiques ou même installés par des espions. Mais je n’ai pas fait que ça, la preuve :

Notez le blocus maritime des côtes néerlandaises :

Bon, je vous passe les détails, les Néerlandais se sont bien sûr fait exploser et Wilhelmina a capitulé. Je décide alors de pousser sur ma lancée et de m’attaquer au Siam dès que me troupes auront récupéré. J’envoie ma flotte s’approcher de la côte Siam et rassemble mes troupes dans une base militaire au milieu du désert. Dans ROM les bases militaires construites sur du terrain neutre appartiennent à celui qui les occupe (dans le cas présent : moi). Cela constitue des avant-postes précieux pour préparer ou soigner ses troupes et surtout pour stationner ses forces aériennes en vue de frappes ciblées. C’est quand même bien pratique.

Pendant que mes forces récupèrent je reçois d’alarmants messages de mes scientifiques m’affirmant que des retombées nucléaires ont lieu un peu partout sur la planète, et notamment chez moi, ce qui m’embête fort. J’envoie des équipes d’ouvriers pour nettoyer tout ça et promet à mes conseillers scientifiques de me calmer un peu au niveau des bombes. Je compte quand même bien en balancer encore quelques-unes, surtout que mes ressources d’uranium ne sont toujours pas épuisées et que j’en ai d’autres qui attendent encore d’être exploitées, protégées par des Marines.

Sur l’île des Hittites ça devient vraiment la merde, les Russes s’arment et se soulèvent en masse, comme l’atteste ce screen :

Deux nouvelles villes passent aux mains des Russes et le score Hittite continue de chuter. Mes agents facilitent l’avancée des troupes Russes en provoquant des révoltes dans les villes Hittites, ce qui réduit leur bonus défensif à 0%. Ça simplifie la tâche !

Je rigole encore plus quand je vois apparaître une nouvelle faction, les Babyloniens, qui revendiquent la ville de Haralaya, sous contrôle Hittite, et entendent bien l’obtenir par la force vu qu’ils disposent d’une petite troupe de soldats. C’est vraiment devenu un énorme bordel sur cette île. À ce propos, ça fait un bon moment que les Maliens comme les Assyriens ont quitté le giron du Hittite et repris leur indépendance. Le score de Suppi est passé sous la barre des 900. je me demande même s’il faudrait pas mieux que je m’occupe de faire chier les Maliens maintenant, puisqu’ils sont de facto devenus la puissance majeure de l’île.

De mon côté je déclare la guerre au Siam, guerre qu’on pourrait résumer en trois images :

Ouais je sais, j’avais dit que je me calmerai niveau bombes. Bah, une toute petite comme ça, ça compte pas.

Je tente d’assassiner un personnage illustre à Timbuktu mais ça foire, mes agents ne connaissant pas bien le terrain Malien. Tant pis. Un deuxième agent fait organiser, toujours à Timbuktu, une manifestation contre la guerre (les Maliens sont aux prises avec les Russes qui revendiquent à tout va toutes les villes qu’ils ont perdu au cours de leur histoire). La manifestation réussit et la ville est proie aux émeutes. C’est sur cette nouvelle jubilatoire qu’est annoncée la tenue d’un nouveau vote pour élire un secrétaire général pour l’ONU. Cette fois-ci si je suis élu je remporte la victoire.

Le vote a lieu et…

Me voilà victorieux après une des plus belles parties qu’il m’ait été donné de jouer. Mon seul regret est de n’avoir pas eu d’adversaires plus coriaces sur la fin, car je n’ai pu expérimenter les temps futurs, les progrès démentiels (contrôle de la pensée, ordinateurs quantiques, Homo Superior, villes organiques…), les unités futuristes (nuages nanite, clones, chars anti-grav, mechas…) et tout ce genre de délires. Le problème c’est qu’en Empereur c’est très dur en début de partie, et jusqu’à la Renaissance c’est loin d’être gagné, mais une fois qu’on a surmonté les principaux obstacles au développement  et qu’on surpasse les autres en termes militaires on n’a plus vraiment grand-chose à craindre. Cela dit il existe une option pour que le niveau de difficulté augmente automatiquement au cours de la partie. Je devrais essayer ça. Commencer en Monarque, passer en Empereur au moyen-âge, en Immortel à la Renaissance et voir si j’augmente encore au niveau Divinité pour l’époque moderne, puis futuriste.

Ah, le monde tel qu’apparu au début de la partie, avec position des joueurs :

Et mon score en 2040, après 41 heures et 37 minutes de jeu :

Civilization 5 sur Mac…

… c’est pour cet automne. La société Aspyr a officiellement annoncé qu’elle va publier Civilization 5 pour Mac, par contre elle ne mentionne aucunement Steam. Alors là je me pose gravement la question: cette version pourra-t-elle se télécharger gratuitement pour les possesseurs du jeu? Si la réponse est non, je pense que je serai dégoûté, vraiment. D’ailleurs je le deviens malgré mes efforts. Quand je vois que Blizzard propose d’entrée de jeu une version Windows et Mac de Starcraft 2, que les installers sont à disposition gratuitement sur battle.net lorsque l’on dispose d’une clef pour le jeu, je hurlerai si l’on me demande encore 50$ pour pouvoir installer un jeu que je possède sur un autre OS. Sincèrement. Déjà que je réalise effectivement les grosses lacunes de Civilization 5, je doute avoir l’envie immédiate de réinvestir avant de voir sortir une extension digne de ce nom qui portera le jeu au niveau du précédent volet, voire réinvestir tout court, faut pas déconner. Les commentaires virulents me font petit à petit réaliser que je vais ce soir lancer le téléchargement du mod Rise of Mankind pour Civilization 4, que j’ai motivé Esam pour qu’il choppe le 5, et ça ça me saoule, et que toute cette histoire finalement devient pénible. Effectivement, on en attendait vachement de Civilization 5 malgré les bonnes bases, mais finalement des bases ça ne fait pas un jeu riche pour autant, vous avez raison les gars. Surtout quand les bases en question sont aussi gourmandes en ressources systèmes…

Ça sent la guerre

Firaxis a annoncé la sortie pour le 25 octobre d’une nouvelle civ pour Civilization 5 : les Mongols, en téléchargement gratuit via Steam.

Les Mongols disposent de deux unités uniques, le Keshik et le Khan en personne. Le trait spécial de Gengis Khan est Terreur Mongole, qui octroie un point de mouvement supplémentaire aux unités montées et un bénéfice de 30% lors des combats contre les cités-états.

Les Babyloniens seront également disponibles pour $4.99, pour les malheureux qui n’auraient pu acheter la version deluxe.

À noter également qu’un gros patch devrait paraître vers la fin de la semaine. La liste des changements induits par ce patch est consultable ici. Pas grand-chose concernant la diplomatie, malheureusement.

Civilization 5 – NUUUUUUUKES !!!!!!

Spéciale dédicace à Lapsus van de Zloot.

Humour de moddeur

L’image en grand pour ceux qui n’auraient pas une vue de tireur d’élite.