Tag Archive: La guerre y’a que ca de vrai


The 500’000 year war

Spécial dédicace à Lapsus van de Zloot.

Empire Earth: the Art of Conquest. Bizarre qu’on n’ait jamais joué à ce jeu. On était sûrement trop occupé à ravager la planète sur Civilization 2 et Civilization: Call to Power.

Publicités

* Un budget militaire en hausse : pièce à conviction n°1 (page 2)
Ok il s’agit d’une hausse de 0,3% – mais c’est un début !

* Un ambitieux projet de réforme de l’armée : pièce à conviction n°2
D’accord il semblerait que ces réformes visent à une défense améliorée et pas à un changement de politique stratégique vers un cadre offensif – mais peut-on se fier à ces discours ?

* Un retour du nationalisme nippon : pièce à conviction n°3
Ok, le rapport date de 2001. Ok. Ça ne change rien !

* Une jeunesse entraînée à piloter des ROBOTS GÉANTS DE LA MORT : pièce à conviction n°4
Par contre là rien à dire. Article sérieux, argumenté, documenté. En plus la crédibilité de Robert Patrick pour tout ce qui concerne la guerre n’est plus à démontrer (Terminator 2, ça vous dit quelque chose ?)

* Des efforts accrus vers le recrutement de la jeunesse : pièce à conviction n°5
La vidéo parle d’elle-même… en arabe.

* Et enfin une réapparition marquée des thèmes militaires dans les médias populaires nippons, jpop en tête : pièce à conviction n°6 et pièce à conviction n°7 (la n°7 est la liste des goodies de la tournée en cours des Morning Musume : Rival Survival. Édifiant.)

Preuves accablantes s’il en est.

Et, si vous n’en aviez pas assez, voilà en vrac quelques pièces à conviction supplémentaires, qui sont peut-être bien la vraie finalité derrière cet article.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout ça pour quoi, pour attaquer qui ? Mais la Corée du Nord bien sûr, où la période de transition de pouvoir entre un Kim Jong-Il agonisant et son fils cadet offre une opportunité pour renverser le régime, avec le soutien de la Corée du Sud et des États-Unis, et l’accord tacite de la Chine. Pékin ne se retrouve effectivement pas dans le dauphin choisi par Pyongyang, lui préférant nettement le fils aîné Kim Jong-Nam, qui vit en Chine, connaît personnellement les enfants de hauts responsables chinois et a échappé à un projet d’assassinat grâce à l’intervention des autorités chinoises : voir l’article.

Alors, bientôt la guerre au Pays du Soleil Levant ?

/!\ Article à ne pas prendre trop au sérieux, c’était surtout un prétexte pour vous balancer des photos d’idols en uniformes militaires. Et un fantasme, un ! /!\

Civ5, un aperçu

J’ai donc commencé une partie de Civ5. Joué 5 heures aujourd’hui, le jeu est bien prenant malgré quelques défauts (eh oui il y en a). Quelques tours d’échauffement avec le Siam, puis lancement d’une partie avec une civilisation aléatoire, sur une grande carte et 11 autres civs. Ayant lu à plusieurs reprises que le jeu était assez facile dans les modes de difficulté les plus bas, je me suis tout de suite mis en mode Monarque (5ème niveau de difficulté sur 8). La partie charge. Je tombe sur Ramsès et les Égyptiens. Le trait spécial de cette civilisation est la construction accélérée des Merveilles, je me dis donc que je peux tenter une victoire culturelle. La carte apparaît.

Première chose que je me dis : « Ouh ! C’est laid. » Voilà un sérieux point négatif, le terrain est moche, mal fini, pas du tout immersif. À Civ4 on voyait les arbres se balancer, on entendait le souffle du vent dans le désert ou le bruit des vagues, des oiseaux s’égaillaient à l’approche d’une unité, il fallait se défendre contre des ours, lions et autres loups en début de partie, bref on avait vraiment l’impression d’explorer un monde nouveau. À Civ5  le terrain prend plutôt des allures de carte géographique. Carte détaillée, certes, mais inanimée. Et la carte ne fait pas le territoire. L’ensemble a peut-être un aspect plus réaliste mais c’est beaucoup moins immersif. Du coup l’exploration est bien moins excitante que dans Civ4, en dépit de la présence de ruines, de camps barbares et de merveilles naturelles. Le seul effet qui est très bien rendu est celui du brouillard de guerre, représenté par une couche nuageuse qui recouvre les parties inexplorées de la carte.

Le tout a un aspect de peinture à la gouache et se veut complémentaire au style art déco de l’interface du jeu. Au final on s’habitue  malgré tout assez vite à cette esthétique (à part les rivières qui sont vraiment mal foutues) mais j’espère quand même qu’un patch viendra améliorer le rendu du terrain (les forêts et rivières en fait, le reste est ok).

Et puis c’est vrai que d’ici quelques dizaines de tours ce terrain sera recouvert d’unités. D’où le bien-fondé d’un aspect carte géographique, peut-être.

En effet ça va pas tarder à grouiller de troupes militaires, malgré mes velléités culturelles du début. Il faut dire qu’avec Bismarck à l’ouest, Alexandre au Sud et Nabuchodonosor à l’est, j’ai plutôt intérêt à surveiller mes frontières. Les animations des leaders sont superbes, les comportements sont expressifs et comme le tout est en plein écran c’est un véritable spectacle que de voir les différentes personnalités s’exprimer et réagir à nos visites et sollicitations. D’ailleurs le seul moyen de connaitre l’opinion d’un leader à votre sujet est d’étudier son attitude et ses réactions, il n’y a plus comme à Civ4 de modificateurs clairs permettant de connaître avec précision les pensées de chaque personnage. C’est plutôt bien vu, même si un système d’espionnage divulguant des informations plus poussées serait le bienvenu.

Un mot sur Nabuchodonosor : il représente la civilisation babylonienne, disponible uniquement dans la version deluxe du jeu, donc en téléchargement (il n’existe pas de version deluxe physique, en boîte) pour 5€ supplémentaire. Et ça vaut le coup, c’est le personnage le plus cool que j’ai croisé jusqu’ici. Pas pu faire de screenshot mais il a vraiment une bonne gueule et le décor au milieu duquel il évolue (sa salle du trône) est assez funky. Ouais j’ai pas trouvé d’autre adjectif pour définir le palais de Nabuchodonosor. « Hey, Nebuchadnezzar dude, your place is funky as hell. » Tu m’étonnes qu’il me fasse la guerre après 😀

La guerre c’est chouette. Ça on le savait déjà mais dans Civ5 c’est encore plus chouette. Le système d’une unité par case fonctionne bien, j’ai pas trouvé l’IA trop conne pour le moment (elle couvre ses archers et son artillerie, elle bat en retraite quand il le faut, elle contourne…) et c’est quand même trop cool de faire avancer son armée en formation pour aller ravager les villes babyloniennes. Ouais j’avais dit que je la jouais culturel mais j’y peux rien, c’est lui qui m’a provoqué (j’ai quand même construit les Pyramides, la Grande Muraille et le Macchu Picchu).

En fait Civ5 est beaucoup plus tourné vers la guerre que ses prédécesseurs. D’ailleurs c’est le seul aspect du jeu qui ait été pensé de manière plus complexe que dans les épisodes précédents, tout le reste a plutôt tendance a avoir été simplifié : diplomatie, commerce (même système mais moins de ressources), politique (pas de choix entre de nombreuses doctrines pour élaborer un système politique unique mais des parcours doctrinaires tout prêts à choisir puis à compléter), scientifique (arbre technologique réduit, en tout cas par rapport à Beyond the Sword). Certains concepts comme la culture ou le bonheur ont été transposés au niveau national plutôt que ville par ville, simplifiant ainsi leur approche. Il n’y a pas de religion, pas d’espionnage… J’espère que des extensions viendront pour étoffer tout ça parce que j’ai beau aimer la guerre je voudrais quand même pouvoir de temps à autres gérer ma civilisation à coup de taxes, de contrôle étatique, de guerre culturelle ou idéologique etc…

Remarquez, le temps me manque pour me pencher très longtemps sur les rouages de mon empire : j’étais en pleine guerre contre Babylone lorsque Bismarck m’a attaqué (j’avais bien vu qu’il massait des troupes à ma frontière ce fourbe). Puis ce fût Alexandre qui, une fois qu’il eût rasé le Songhai, me déclara la guerre. Bon vous l’aurez compris, Civ5 est orienté guerre.

J’ai joué 5 heures hier (j’aurais bien joué plus longtemps mais j’ai des obligations, telles dormir, par exemple) et je suis bien rentré dans le trip, donc toutes ces simplifications ne font pas de Civ5 un mauvais jeu, mais j’espère qu’au fur et à mesure des suppléments les choses se complexifieront suffisamment pour rendre les autres aspects du jeu aussi riche que celui des combats. Mais en tout cas le potentiel est là pour faire de Civilization5 le meilleur de la série.

Par rapport à cette image c’est con j’avais fait un screen de la même situation vue de la carte stratégique mais la capture a foiré. La carte stratégique est très belle, sobre et claire, même si je ne l’ai pas beaucoup utilisé jusqu’ici (mais j’imagine que plus tard, lorsque il y aura dix fois plus d’unités, ça pourra être utile). Je me demande d’ailleurs si je vais réussir à rester en paix plus de quelques tours et où je foutrais toutes mes unités dans ce cas-là.

Maintenant je vous laisse, je dois péter la gueule à Bismarck.

Ah non attendez, j’ai oublié de parler des cités-états. C’est pas mal, au début je savais pas trop quoi faire avec elles donc je  ne tentais pas vraiment de les contacter, et puis je me suis fortuitement retrouvé allié avec l’une d’entre elles lors de ma guerre avec Babylone car la cité-état en question (Budapest) avait un contentieux avec cette civilisation. J’ai eu droit a des cadeaux en or, en ressources de luxe et en unités. Du coup j’ai réalisé que c’était une bonne idée de faire pote avec les cités-état et j’ai cherché à en approcher d’autres, mais évidemment certaines sont hostiles à d’autres, ou sont déjà soutenues par une autre civ, et on se retrouve vite mêlé à des rivalités qui, si on ne fait pas attention (ou si on pousse un peu les choses) peuvent tourner au conflit généralisé. Bref c’est un nouvel élément plutôt bien implémenté.

Bon… Bismarck, Lieber Feind…

Sans commentaire

Starcraft 2 – Wings of Liberty

Disclaimer: Ce post a été écrit en plusieurs fois, donc il manque très certainement de colonne vertébrale, voire de vésicule biliaire. Veuillez m’excuser pour le désagrément. Commençons si vous voulez bien, avec une jolie image:

Ouaaaaais! Ouaaaaaaaais! OUAIS!

Pour ceux qui ne suivent jamais rien, il s'agit de la boîte de Starcraft 2 - Wings of Liberty

On en parle beaucoup, mais on ne vous donne pas notre ressenti sur ce jeu alors que déjà deux d’entre nous l’ont acquis. C’est impardonnable, je vais tenter de racheter cette faute.

Bien. Alors on commence par quoi?

Battlenet? Ok. Battlenet apparaissait pour moi comme un gros point noir, déjà parce que Battlenet rend obsolète le bon vieux LAN. Alors je criais à qui veut l’entendre que virer le LAN, c’est n’importe quoi. Soyons clair, je regrette quand même l’abandon du LAN, parce qu’une connection internet n’est pas toujours disponible pour jouer entre potes. Mais bon, force est de constater que ce nouveau Battlenet déchire bien. J’aime beaucoup en fait, c’est très pratique et bien foutu, et ne nuit pas aux performances du jeu. A votre entrée dans le jeu, vous vous connectez automatiquement à Battlenet, vos contacts sont présentés comme sous n’importe quelle messagerie instantanée, et vous avez la possibilité de discuter avec vos contacts comme sous n’importe quelle messagerie instantanée, rien de plus simple.

En outre, vous pouvez également parler via le micro de votre ordinateur, une touche est prévue pour activer la fonction vocale, comme sur un talkie walkie en gros. D’ailleurs vous pouvez même converser en pleine partie – ce qui peut être un brin pénible mais peut s’avérer pratique. L’interface est soignée, ça rend bien, c’est pratique. Trouver une partie rapidement n’est plus un problème, il suffit de choisir le type de partie et boum, Battlenet recherche un joueur et c’est parti pour la baston interstellaire. Cet outil est particulièrement pratique pour jouer en 2v2, 3v3 ou 4v4.

En effet, vous avez la possibilité de créer un groupe avec vos contacts, et de rechercher une partie. Si par exemple vous êtes 3 dans le groupe, vous pouvez rechercher des 3v3 et le jeu vous mettra directement dans la même équipe. Pour l’avoir testé quelques fois, je peux dire par experience que cela fonctionne vraiment bien et sans accroc. Une autre particularité de Battlenet est le jeu en league. Vous gagnez tout plein de trucs en jouant, notamment des points, et obtenez donc des statistiques et évoluez dans différentes leagues. De ce fait, le jeu trouve des joueurs qui ont votre niveau, donc si vous ne rejoignez pas de parties custom, il y a peu de chances que vous tombiez sur un poulpe mutant coréen si vous n’en êtes pas un vous même. Pour conclure ce point je dirai: Bien joué Blizzard!

Mdr lol zyva aksept moi ds tes contakts fé pa ta pute

Comme quoi c'est quand même vachement important d'avoir des amis.

Passons au jeu proprement dit. Vous avez la possibilité de donc soit jouer en multijoueur sur Battlenet, ou bien de jouer la campagne solo.

La campagne solo vous projette dans la peau d’un rebel qui se rebelle pour la bonne cause, un humain qui se fraie un chemin vers la révolution et vers un conflit qui prend une envergure assez désagréable. Cette dernière phrase est bien maladroite mais je cherche à ne rien dévoiler de la campagne car elle est agréable à découvrir.

Vous dirigez donc des terrans, et progressivement vous avez le loisir de gagner et de découvrir de nouvelles unités (dont certaines ne sont accessibles qu’en single player uniquement, comme les médics). Et forcément vous aurez le loisir de frapper du terran, du protoss et bien sûr du zerg baveux. Concernant l’articulation de la campagne, je dois avouer être agréablement surpris. En effet, les campagnes dans les RTS moi, ça me fait braire au milieu de la nuit, mais celle-ci est bien foutu. Par exemple, vous pouvez vous promenez dans votre vaisseau spatial pour parler aux protagonistes, acheter des améliorations pour les unités ou les bâtiments, gérer les recherches etc. Vous pouvez également choisir la mission que vous voulez jouer, en fonction du pognon qu’elle vous rapportera, des avancées scientifiques et du but à atteindre. Aller frapper des zergs vous permettra de faire progresser votre recherche sur les zergs par exemple. Si vous décidez de frapper du protoss, eh bien vous progressez dans la recherche protoss. Toutes les missions ne sont pas aussi catégoriques cependant, et il vous arrivera de devoir faire des choix. En clair, ca me donne un petit goût de Dune 1 dans la bouche, ce qui est bien agréable. Rappelez vous, dans Dune premier du nom, vous vous balladiez sur la planète peinard pour résoudre des quêtes et autres, et il vous était possible de vous bastonner tranquille aussi; ça, c’est pour le côté vaguement RPG entre chaque mission (j’insiste sur le vaguement), l’aspect ‘Tiens je vais aller faire un tour au bar (oui, il y en a un) pour aller mater les infos du jour (oui il y en a)’. On a un petit goût de Syndicate aussi, avec la possibilité d’upgrader des troupes et de poursuivre des recherches afin d’améliorer son armement. Attention cependant, Starcraft 2 dans ces domaines ne va pas aussi loin que les jeux sus-mentionnés (doux euphémisme), mais propose néanmoins une campagne solo vachement agréable à jouer et prenante.

Ensuite, les missions à proprement parler sont de facture assez classique mais variées, on s’éclate bien, voire un peu plus poussée pour découvrir un peu les races et les unités. Le jeu propose également de changer la difficulté par mission, et d’accomplir des tâches secondaires pour acquérir des jolis écussons et frimer devant la communauté. En mode hard, ces missions annexes ne sont pas toujours faciles à terminer mais ajoute un peu de piment au jeu, comme par exemple aller bousiller un brutalisk (le nom donne le ton, cette unité n’est présente qu’en single player) pour aider à la recherche zerg. Pour ma part, je m’éclate bien et ne revient de temps à autre à la campagne entre deux matchs sur Battlenet, déjà parce que je veux la terminer en hard et peut-être si un jour je deviens chômeur longue durée en brutal. A noter également la qualité de la plupart des vidéos, dans un single player, c’est assez essentiel pour s’immerger, même si les personnages sont un peu caricaturaux, mais pour ma part, je m’en tape, je veux des gros butors terrans et pas du Flaubert.

Nan mais flippez pas, y'a un bar aussi.

Mon petit père, est-ce que ça valait vraiment la peine d'investir 20 000 crédits pour ce Scrabble holographique, hmmm? Alala, bon, alors, xénophobophile. Blam, 45 points! Quoi? Qu'est ce qu'il y a encore? Arrêtez de tirer cette tronche je vous jure que ce mot existe!

Alors, cela vaut-il la peine d’acheter Starcraft 2 pour son mode solo. La réponse est non, pas un non catégorique, plus un ‘pourquoi pas’, mais la substance de Starcraft réside tout de même dans le multiplayer. Et force est de constater que le mode multiplayer est à la hauteur de mes attentes. En premier lieu car Battlenet gère vraiment bien les matchs, propose des rencontres entre joueurs de niveaux à peu près équivalents, et parce que l’on attend pas dix minutes avant de pouvoir jouer. Il y a un mode de parties rapides, où l’on choisit le mode de jeu (1v1, 2v2, 3v3, 4v4 ou FFA), la race et on clique, Battlenet trouve le(s) joueur(s) et blam, on joue. C’est d’ailleurs particulièrement pratique lorsque l’on joue avec plusieurs potes car dans ce cas Battlenet trouve vite fait plusieurs autres joueurs pour affronter votre équipe. Comme je disais, je l’ai testé avec deux autres joueurs et sans difficulté nous avons enchainé deux ou trois parties en 3v3. Il est possible également de créer des parties personnalisées, ou bien de rejoindre les parties d’autres joueurs. A noter aussi les parties d’entrainement proposées par Battlenet, à savoir cinquante matches jouables qui ne comptent pas pour le classement et vous met face à d’autres débutants avant de débarquer en league et vous faire arracher le turban par des zergs en rute.

Ensuite, une fois que vous décidez que c’est bon, vous êtes prêt à entrer au collège, vous pouvez soit terminer ces cinquante matchs ou bien passer la ligue d’entrainement. Ensuite vous avez cinq matchs tampons avant que vos matches ne soient effectivement pris en compte pour votre classement et points. Certains d’entre vous se contre-foutent certainement d’obtenir un classement et des points, néanmoins cette initiative est la bienvenue car elle stimule agréablement le cortex quand vous fracassez du protoss sur un bout de trottoir en vous disant que cool, vous allez passer dans une ligue supèrieure. Ca fait du bien à l’ego quelque part, mais c’est aussi très pratique pour trouver des adversaires à votre niveau. Pour terminer, je suis agréablement surpris par les matchs en équipe (2v2, 3v3 et 4v4) qui prennent potentiellement une part aussi importante que le bon vieux 1v1, et sont vraiment trippant à jouer, tout comme le FFA qui est une initiative bienvenue.

Enfin bon, pour parler du jeu en lui-même, les sensations sont identiques au premier volet et l’on n’est pas tout à fait perdu lorsque l’on prend ses unités en main. Pas tout à fait parce que ce second opus apporte pas mal de changements et les build-orders classiques deviennent inutiles, du coup le 12 hatch zerg n’est plus d’actualité. Tiens, parlons donc des nouvelles unités. Elles sont cools les nouvelles unités quand même, bien que je regrette la disparition de certaines d’entre elles (le médic, le lurker ou bien le reaver), j’applaudis le medivac (un transporteur de troupes qui soignent les unités – sic!-), les banelings ou bien les immenses walkers protoss dont j’ai oublié le nom mais qui ont salement de la gueule quand ils balayent le terrain de leur rayon assassin. Ah, et les ghosts terrans aussi sont très fort, leur abilité de sniper est redoutable. Pour les anciens de Starcraft 1, c’est très rafraîchissant car de par ces nouvelles unités naissent donc de nouvelles stratégies et de nouvelles manières de faire la guerre. Je vais prendre pour exemple les zergs, race que j’ai le plus joué jusqu’à présent (race que je joue de toute manière).

Eh arrête de déconner tu commences à baver sur mon Levis.

Helloooooo belle enfant! Dites moi, vous êtes libre pour dîner ce soir?

L’évolution est assez radicale dans la manière de jouer, enfin pas tout à fait parce qu’un zerg reste un zerg, mais je vais préciser: une nouvelle unité fait son apparition, la Queen. La queen possède deux fonctions majeures, d’une part celle de pondre des oeufs immondes qui étendent le creep, et d’autre part celle d’injecter de nouvelles larves dans une hatchery. Le creep donne un bonus de vitesse aux unités zerg, il est donc assez vitale pour le swarm désormais d’étendre au maximum le creep. C’est un peu comme quand vous changer votre vieux linoléum dans votre chambre pour de la belle moquette toute propre, ou un bon vieux parquet bien classe et confortable, sauf que la c’est du creep, c’est dégueulasse, ça pue mais ça plait aux zergs. Les overlords ont désormais la possibilité de vomir du creep au tier 2 (et pour enchainer sur l’overlord, de se transformer en Overseer, une version améliorée en gros capable de détecter les unités invisibles, chose que l’Overlord classique ne peut plus faire). Ensuite la possibilité pour la queen d’engendrer des larves en plus remet en cause radicalement les build orders zergs, dans la mesure où une seconde hatch n’est plus nécessairement obligatoire rapidement, le fast expand n’est pas forcément une option vitale et je ne sais pas à l’heure actuelle dans quelle mesure il sera efficace. Ensuite certaines unités zergs ont la possibilité de se déplacer en étant enfouies dans le sol, voire d’agir en étant burrowed (par exemple les banelings qui peuvent exploser sous terre). Les hydralisks ne sont disponibles qu’au tier 2, le tier 1 offre les zerglings, les banelings et les roaches comme unités.

Option intéressante côté zerg également, les worms, qui remplacent les nydus canals. Ils ont la possibilité d’apparaitre n’importe où sur la carte du moment que cet endroit est visible (et non pas sujette au fog of war), mais leur barre de vie est limitée. Enfin, sans rentrer dans les détails, les unités aériennes avancées sont complètement revisitées, et apporte une nouveauté assez cool, le broodlord, qui cependant n’a pas l’ultime classe d’un mothership protoss ou le potentiel de fracassage d’une escadrille de battlecruisers mais sa puissance est cependant conséquente. Les mutalisks sont toujours d’actualité et sont toujours aussi pratique pour harasser l’adversaire, bien que je n’ai pas encore eu l’occasion de tester le micromanagement à l’ancienne pour voir s’il fonctionne toujours.

Une nouveauté interessante à noter est l’amélioration des raccourcis clavier, il est possible de regrouper les hatcheries en une seule hotkey et de produire comme un beau diable, ainsi que de déterminer deux points d’arrivée différents que l’on peut définir pour le groupe de bâtiments: un waypoint pour les unités et un waypoint pour les workers. Ainsi plus besoin de veiller à ce que tous les workers soient bien au boulot et pas à siroter de la bière en attendant un ordre, il est possible de les envoyer directement dans un champ de minerais. D’un point de vue graphique, Starcraft 2 est bien foutu, sans vous arracher la cornée mais bien foutu, voire très agréable. J’aime particulièrement le décor à la Blade Runner, les effets de profondeur et la gestion de l’altitude. Ca fait beaucoup de bien d’avoir un Starcraft graphiquement mis à jour finalement, le jeu n’a pas perdu en clarté comme je le craignais et les effets sont particulièrement bien rendus. Je n’ai donc pas grand chose à ajouter sur ce point, et j’insisterai donc sur l’ambiance sonore particulièrement au point, certains passages musicaux installent vraiment bien l’atmosphère du jeu et sont par conséquent très réussis. Mine de rien, ça fait du bien. Petit regret, j’aurais aimé un concerto pour zerglings sous stéroïdes, j’aurais appris les paroles par coeur et les aurais beuglé comme un hérétique au petit matin sur mon balcon.

Joyeux anniversaire! Joyeux anniveeersaire! Joyeuuux Aaaaanniversaaaire, ljfd'lskdjfsk'dkfsj! Jooooooyeuuuux Aaaaaaanniiiiiiiveeeeeersaaaaaaire!

C'est la luuuutteuuuu finââââle!

Voilà voilà, il est temps de conclure ce post qui regroupe en vrac mes impressions après quelques heures sur le jeu. Donc au cas où vous ne l’auriez pas compris, Starcraft 2 est un grand jeu, qui promet d’arriver à la cheville de son prédecesseur. Battlenet est vraiment réussi, ce qui est un énorme point fort tant jouer sur Internet est désormais facile et ennivrant. Certains zergs dégueulent désormais, les protoss se maquillent et les marines couchent ensemble, tout reste dans la lignée du monstre de jeu qu’est Starcraft 1. Autant dire que dépenser une cinquantaine d’euros pour un jeu auquel vous jouerez pendant très certainement dix ans est un maigre investissement – Wings of Liberty permettra de continuellement jouer sur Internet bien sûr. Pour ma part, j’achèterais certainement les deux prochains chapitres, notamment pour les updates qui seront vraisemblablement à la hauteur de Brood War, et pour éventuellement voir les apparentes différences de balance entre les races. Attention hein, je parle des races de Starcraft, ne venez pas me brâmer dans la tronche que je suis un vilain raciste.

Pour des statégies, des actus brûlantes, des photos de zergs à poil, cliquez sur les liens ci-dessous. Et si vous êtes sur battlenet, envoyez moi une invitation à lapsus.vandezloot@gmail.com. Si vous voulez m’envoyer une pub pour élargir mon pénis, ne vous donnez pas cette peine il va très bien, merci, je préfère tirer des bus scolaires avec.

Liquipedia
Teamliquid
Battle.net
SC2 armory
Gosu Gamers

Tiens au fait, belle moustache!

Si j'vivais encore, j'vous mettrais votre Madame Bovary à Starcraft les gars!

Nuclear Warfare

Enfin un joueur Terran qui joue avec ses tripes (et avec celles de ses ennemis aussi, surtout) !
Pas de Zergs ici mais du missile nucléaire en drache serrée. Préparez vos Ray-ban, les fans de guerre totale thermonucléaire vont avoir chaud au cœur – au propre comme au figuré. Une carte superbe pour une bataille intense, et pour une fois des commentaires à la hauteur. Je vous laisse savourer.

Si vous brillez dans le noir après avoir vu cette bataille épique, c’est normal.

Wargames

Regardez ce qui sort en février. Oh la bonne surprise !

Pour en savoir plus : Napoleon Total War.

Bon mais en fait j’étais en train de chercher un bon titre de wargame, un vrai, à l’ancienne, avec des pions en carton virtuel, une IA de jeu d’échecs et des tours qui durent une heure ou deux. Je crois avoir trouvé mon bonheur avec Hearts of Iron 3.

Miam, miam…

Réchauffement climatique et politiques de défense

« Alors les gars, tout va bien?
– Tout va pour le mieux Monsieur le Ministre, comme vous pouvez le constater nous effectuons quelques manoeuvres réglementaires.
– Mais c’est parfait dites moi. Tenez, j’ai reçu récemment un bien joli rapport qui traite du réchauffement climatique, de l’environnement, tout ça tout ça. Je me disais qu’on pourrait faire le point, là maintenant.
– A vos ordres Monsieur le Ministre.
– Excellent. Quelque chose vous viendrait-il à l’esprit concernant le sujet qui nous intéresse?
– Et bien… Il y a ce platane plus loin, qui empiète sur notre ligne de tir.
– Merveilleux! Vous savez ce qu’il vous reste à faire alors. Qu’est ce qu’on s’éclate vous ne trouvez pas? A mon commandement… FEU A VOLONTE!

BLAM BLAM BLAM BLAM BLAM
CRAAAAAAAAC BRAOUM

– Pffoooo, hahaha waow! Problème réglé! Qui a dit que l’environnement posait problème hmm? Rien d’autre les gars?
– Puisque vous nous le demandez… Le potager est un peu sec ces temps-ci, pas moyen d’y faire pousser de bons légumes Monsieur le Ministre.
– Et où se trouve donc ce potager récalcitrant?
– Juste derrière cette clôture Monsieur.
– Génial! Sortez toutes vos grenades messieurs, nous allons botter le cul de ce réchauffement climatique qui commence à me courir sur le haricot. A mon commandement… PULVERISEZ MOI TOUT CA!

CLIC CLIC CLIC CLIC CLIC
BLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAOOOOOOOOOOOOOOOOOOUUUUUUUUUM

– Punaise! Voilà qui m’a bien exfolié l’esprit! Fantastique! Une armée digne de ce nom je vous dis!
– Monsieur le Ministre, votre secrétaire vous fait savoir que la pluie risque de tomber dans le courant de l’aprés midi sur la zone de manoeuvres voisine. Elle aimerait que vous preniez un imperméable si vous comptez vous y rendre.
– Hahaha, la pauvre enfant, on voit bien qu’elle n’a pas lu cette étude sur l’environnement. Dites lui que je prends le problème en main.
– A vos ordres.
– Colonel, faites donnez l’ordre aux bombardiers de s’occuper ce cette maudite zone de manoeuvre. DECHAINEZ MOI LES FLAMMES DE L’ENFER!
– Tout de suite Monsieur.

5 minutes plus tard.

BRRRROOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAAAIIIIIIIIIOOOOOOOOOOOOOOOOMMMM

– Oulà! Sortez les Ray Bans! Nous nous occupons du climat! Tiens ça me fait penser… Colonel, qu’en est-il du fleuve qui s’assèche inexorablement au sud de votre base? Les poissons font toujours bronzette?
– Tout à fait Monsieur le Ministre, la situation est dramatique.
– Voilà une réponse qui me remplit de joie! J’ai ouïe dire que la force aérienne voisine dispose de l’arme atomique, c’est toujours d’actualité?
– Absolument Monsieur.
– Délicieux, délicieux! Vous avez suivi mon raisonnement, vous avez donc compris qu’il va leur falloir en larguer une ou deux pour solutionner ce trouble. ANNIHILEZ MOI CHAQUE ATOME DE CE PUTAIN FLEUVE! Exécution!
– A vos ordres Monsieur.
– Qui m’aurait dit que cette étude sur la défonce de l’environnement allait m’être si précieuse?
– Monsieur permettez moi, cette étude porte sur la défense, la nuance est subtile mais de taille tout de même.
– Ah oui tiens, vous avez raison. Réchauffement climatique et politiques de défense. Tout de suite on commence à s’en taper le coquillage de l’environnement hein? Bon. Qu’est ce que vous servez à la cantine le lundi?

Parce que c’est drôle

Voici une image animée qui m’a bien fait rire aujourd’hui, alors rions ensemble:
http://img2.pict.com/f9/a2/ab/1342447/0/a4oihl.gif. Il faut suivre le lien car blogger a apparemment un soucis avec les Gifs animés.

District 9 – 2nd Trailer

Je vous en avais parlé. Un second trailer pour ce film sudafricain (produit par Peter Jackson) est sorti il y a peu et il est plutôt sympa même si son découpage épileptique agresse un peu la rétine.
En tout cas sur le site Io9 ils sont très enthousiastes (l’article sur le sujet). Apparemment le film serait un genre de Tropa de Elite version science-fiction, avec de grosses interventions militaires dans les favelas alien. D’après Io9 toujours les scènes de combat sont réalistes et brutales au point d’en être dérangeantes. D’ailleurs tout le film est tourné à la manière d’un reportage de guerre.

Bref on va peut-être enfin avoir droit à un vrai bon film de science-fiction, le genre qui remet nos existences même en question.

Une image qui fait chaud au cœur

« Pas par là, merde, c’est la Suisse ! »

C’est le joyeux boxon sur la Terre

Non je ne fais pas reference a la situation dans laquelle se trouve l’Humanite (les Hommes, pas le journal), je parle d’une carte pour Civilization 4 qui permet a 40 civilisations de s’affronter sur une carte terrestre geante. Plus qu’une carte, c’est un mod qui place les civilisations a leur emplacement historique et permet a 10 colonies de s’etablir, ce qui nous donne Mesdames, Messieurs, un total de 50 civs (maximum autorise).


Cette image pourra surement vous donner une idee de l’echelle utilisee, en sachant egalement que l’Europe n’est pas minimisee, a contrario des cartes terrestres usuellement fournies. Les unites ont ete modifiees egalement.

Quelle ne fut pas ma joie lorsque je lancai le mod… 40 civs sur la Terre, les emplacement geographiques respectes, des nouvelles civilizations et tout ca. Je revais deja a la premiere guerre mondiale. Il me faudra des Navy Seals. Et un bescherelle aussi car je ne maitrise plus la concordance des temps. Tant pis pour la grammaire, je clique sur les ricains, et je lance le jeu. Je debarque sur la cote est en amerique du nord donc, et fonde Washington instantanement. Je devine les terres immenses qui s’etendent au loin. Les plaines fertiles qui verront naitre les fils de mon peuple et feront d’eux de vaillants guerriers. Les terres du grand nord qui habriteront une base nucleaire. Cuba qu’il me faudra prendre. L’amerique centrale a verouiller. La belle vie quoi. Sauf que …

– Imaginez le bruit d’une tete de lecture qui derape soudainement sur le disque, comme quand on l’enleve trop brusquement. Faites un effort, c’est un bruit vachement utilise dans les films et tout. –

… y’a du monde. Ouais forcement, 40 civs j’aurais pu m’en douter un peu. J’aurais pu me dire qu’avec le nombre de civilisations americaines, on serait vite a l’etroit. Passons sur les incas et les mayas et les azteques qui s’ebattent au sud, mais insistons sur les indiens. Je ne me souviens plus de leur nom mais voila bien 4 civs a se poser en amerique du nord. Merde, ca m’avait echappe ca. Et j’ai pas encore decouvert ni la cavalerie ni Davy Crockett. Bien. Je pensais me precipiter sur le judaisme et abreuver le monde de la Divine Parole, mais finalement je m’orientai vers le travail du bronze, du fer, de la fleche qui fait mal et de l’usage du passe simple. Vite me constituer une armee digne de ce nom. Et puis, il s’est avere qu’une mine de fer se trouvait sur mon territoire. Je pompe les axemen et les swordsmen pour mater du peau rouge. Je finis a peine de former un solide groupe que l’indien de je ne sais plus quelle tribue au nord me declare la guerre. Cool, je vais pouvoir m’etendre. Sauf que, erreure fatale, les indiens ont des unites speciales qui sont disponibles au debut du jeu, des guerriers qui tabassent plus que le pequin de base et qui scalpe un visage pale comme un rien.

Ca fait beaucoup de texte ca, vite, une petite image!


Je controlais la cote est de la Floride au Canada sud, plus une partie des montages, avec 5 villes. Je n’avais deja plus de place pour installer mes colons.

Je m’en prends vraiment plein la gueule, je perds une ville que je recupere aussi tot, et tient tant bien que mal mon terrain face aux hordes d’indiens qui veulent m’exterminer. Et j’en suis la, impuissant, incapable de mettre la main sur la moindre parcelle de territoire ennemi, mes troupes me coutent tres cher, la recherche scientifique s’enlise face au cout de la guerre, je n’aurai pas les catapultes a temps pour profiter de la guerre. Conclusion: jouer avec les americains sur cette carte est une galere sans nom, car la guerre est un element a prevoir avant meme la fondation de la premiere ville – j’exagere a peine, la prochaine fois je fonce eclater mon voisin du nord sans reflechir.

Vous me direz, cette histoire est agreable, mais ou pouvons nous trouver ce sympathique mod? Ici, tout simplement: http://forums.civfanatics.com/showthread.php?t=248049

A noter: le lien en bas du premier post qui mene au site de Blue Marble, un mod graphique qui module le visuel de civ4 pour y integrer une vision a la hubble, plus une customisation de l’environnement graphique globale. Je n’ai pas essaye, mais pourquoi pas (voir les deux screenshots postes plus haut).

Gros point fort: Une carte tres bien modelisee et un nombre hallucinant de civs, qui promet de grands moments, surtout lors de la premiere guerre mondiale.

Gros regret: de ne pas avoir reussi a avancer plus en avant dans le jeu et vraiment interagir avec un grand nombre de civilisations. Et bien sur de ne pas avoir eu de bombes a balancer sur les indiens.