Archive for 10/10/2010


Les débuts d’esm à Civ 5

C’est chouette Steam on peut voir l’évolution des joueurs.

On sent que t’as une approche de joueur de Starcraft 😉

Publicités

Kulturfilm

The Town

Scénar et contexte : un groupe de potes d’enfance spécialisés en braquages de banques. Les quartiers modestes de Boston (que Ben Affleck connaît bien).

Surprenant. Un film simple et efficace. Ben Affleck y est très bon en tant qu’acteur, même si de part son physique de beau gosse hollywoodien il a un brin moins de crédibilité que ses collègues en tant que gars du ghetto. Mais Ben (je peux t’appeler Ben ?) s’en sort très bien, et démontre qu’il peut se distancer de son image de superstar stéréotypée.
Parmis ces potes, on retrouve notamment l’excellent Jeremy Reiner de The Hurt Locker, qui incarne un fêlé de première, ainsi que Casey Affleck, son frère, qui comme toujours crève l’écran.

Bref, la famille Affleck surprend, surtout quand on sait que c’est Ben qui a dirigé le film (certes il était très bien entouré). D’ailleurs c’est son deuxième film majeur dirigé depuis Gone Baby gone, qui lui aussi était un petit chef d’oeuvre. N’oublions pas non plus que même si ce n’est pas officiel, Good Will Hunting a été écrit par lui et Matt Damon, et que c’est un putain de film aussi.
Surprenant, vraiment.

En conclusion : The Town est un bon film, de qualité, comme il en manque tellement ces derniers temps. 95% sur rottentomatoes, ce n’est pas rien.
Le seul conseil que j’ai à donner: ne pas aller voir ce film avec Heat en tête, la comparaison n’est pas bonne. The Town est un film plus modeste, mais tout à fait excellent.

J’ai lancé hier soir une partie de Civilization 5 complètement aléatoire : civilisation, taille et type de carte sont choisis par l’ordinateur. Le niveau de difficulté est toujours 5/8, rythme de jeu standard. Pas de mods utilisés pour cette partie.

La partie fût très rapide et plutôt marrante, du coup ce rapport va être beaucoup plus court que le précédent. Aujourd’hui on va constater qu’il est vraiment possible de partir dans des stratégies variées et qu’on n’est pas obligés de faire la guerre et de s’étendre comme un porc pour gagner à ce jeu.

Je tombe sur les Perses de Darius, sur une petite île isolée. Je construis le plus rapidement possible une trirème pour explorer et me rend compte que la carte est de type Archipels et de taille moyenne. Une seule civilisation concurrente : les Français, et quelques cités-états. Du coup je décide de rester sur mon île, de ne pas fonder d’autres villes et de tenter une victoire culturelle. Pour voir.

Je me mets donc à construire le plus de Merveilles et de bâtiments culturels possibles. Je m’allie aussi à Bruxelles qui me garantit des points de culture. Je ne construis aucune unité, je me contente de développer mon île et de faire croître ma ville. J’ai quelques ressources de luxe, dont du vin en excédent que j’échange contre des perles à Napoléon.

Et ça marche ! Les Merveilles me permettent d’accumuler des points de culture et font également apparaître des Personnages Illustres. J’enchaîne les âges d’or. Sur l’image suivante vous remarquerez que la construction du Taj Mahal me fait entrer dans un âge d’or de 49 tours !

Je débloque les Politiques Sociales les unes après les autres à une cadence effrenée. J’arrive vers 1980 à en compléter cinq branches, me permettant de construire le Projet Utopia déclenchant la victoire culturelle.

En 2004 c’est fait, je suis vainqueur. La partie aura durée entre trois et quatre heures (ah ça c’est plus rapide quand on n’a pas de troupes à gérer).

Communiqué de presse.

Dimanche 10 octobre, 11h21 heure de Paris, France.

Après plus de deux semaines à batailler dans le top 15 Platinium, c’est les yeux tournés vers l’avenir que j’annonce l’abandon de ma quête vers le Diamond.

Ce n’est ni le poid de l’épreuve, ni ma nouvelle nuit blanche qui me font aujourd’hui envisager un autre chemin moins violent, moins dur, moin exigeant… mais la réalisation qu’une page s’est tournée. Je ne serais jamais un PGM à 200 d’APM, et s’imposer une concurrence avec des ados no-life équivaut à un full marines build contre un zerg dans SC2. C’est une stratégie frontale impliquant un investissement conséquent.

Sans regrets, et avec la fierté d’avoir atteint mon niveau malgré mon age avancé, j’abandonne donc la course. SC2 me réserve bien entendu de futures belles parties, peut-être même avec mes confrères du MDLDB si un jour il ont finalement le courage de monter dans l’arène, mais tout cela restera ludique. Sauf avec LVDZ bien entendu, faut pas déconner.

Dans 1h28, une nouvelle aventure démarrera pour moi, plus cérébrale, plus adaptée à mes conditions de vie et mon arthrose dans les doigts. Civilization 5, premier opus de la série auquel je vais jouer, sera installé via Steam.